Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Périple d'un sapeur transmetteur de la Cie 196/84

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bouteur
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2015

MessageSujet: Périple d'un sapeur transmetteur de la Cie 196/84   Jeu 26 Fév 2015 - 19:18

Merci de m’avoir répondu en me donnant les renseignements sur la Cie 196/84 du 38° Génie
Après échange de communications téléphoniques et de courriers avec mon oncle voici son « odyssée » pendant ces années tragiques pour l’armée française.
Ce Récit n’a pas une grande valeur pour la grande Histoire mais il donne un aperçu de la situation à cette époque. Alors que certaines grandes unités recevaient le choc de l’avance rapide allemande des grandes unités, dont les mieux équipées, qui avaient été distraites de la frontières pour d’autres missions ont été ramenées trop tard, ont perdu du temps dans les transports et sont arrivées trop tard sur des positions qui étaient intenables après avoir perdu quelque fois des moyens en utilisant des itinéraires encombrés par ceux qui se repliaient et par des civils qui fuyaient. Sans parler de la menace aérienne.
Donc mon oncle conduisait un camion Renault bâché type AGK ou AGS (voir photo) chargé de matériel de réparation de lignes téléphonique. Classe 39/1 il avait été affecté à la Cie de transmission 196/84, affectées à la 2e DLC comme vous l’avez indiqué. Le Cie fait mouvement vers Brest par voie ferrée le 18 Mai.
Embarquement le 26 Avril sur le « DE GRASSE », débarquement le 1er Mai à GLASGOW en attente de départ pour NARVICK. Cantonnement à Hamilton.
Contre Ordre et embarquement le 19 Mai à Glasgow au lieu de Edimbourg primitivement prévu, sur le bateau « Mexique » et retour sur Brest pour débarquer le 22 Mai.
Ensuite déplacement par voie ferrée vers le département de l’OISE
En ce qui concerne le changement de division il lui semble qu’il était déjà réalisé à Brest à savoir 40ème DI.
Puis départ vers le front Nord. Il ne se souvient plus de l’itinéraire ni des noms de lieu. Les déplacements de nuit se faisaient en « Black Out ». A la traversée d’un village son accélérateur se bloque. Arrêt en montant sur le trottoir. Quatre camions de la Cie qui le suivaient font de même. Le reste de la division les double. Impossible d’ouvrir les portes du camion (cabine avancée) tant que la colonne n’est pas passée. Fin de colonne et réparation rapides. Départ du groupe de 5 camions mais sans guide et avec seulement connaissance du point de chute de la Compagnie. Au cours d’un arrêt pour renseignement sur l'itinéraire à suivre,  auprès d’une unité de territoriaux ils sont doublés par un gradé (probablement un officier) dans une camionnette avec un chauffeur. Ce gradé s’enquiert de leur destination et leur ordonne de le suivre car il a la même destination. Après des Kms de route en suivant la camionnette guide, à hauteur de petites maisons basses sur le bord de la route, ils sont doublés par un motocycliste en sous vêtement qui leurs fait des grands signes pour qu’ils s’arrêtent. Il leurs fait comprendre de ne pas continuer car le prochain pont, déjà en vue est minée et va sauter. Etant en avant la camionnette  guide n’est pas avertie du danger, continue sa route, arrive sur le pont (au dessus d’une voie de chemin de fer) et saute. Les deux occupants sont tués. En fait le motocycliste qui les avait arrêtés était un anglais qui faisait partie d’un détachement qui bivouaquait dans le groupe de maisonnettes qu’ils avaient vu sur le bord de la route. Ils se repliaient depuis le nord au milieu des réfugiés belge et c’était eux qui avaient miné le pont. Donc pour le groupe de camions, route vers le Sud au milieu des réfugiés vers Rennes puis vers le Centre en passant à Civray puis Périgueux et enfin le Larzac. Toute cette route grâce à une réserve de carburant qu’ils avaient en bidons. En passant la Loire les ponts sautaient derrière eux. Du Larzac à Montpellier et affectation à la Cie de transmission  8/6 le 11/9/40. En 1941 probablement début d’année cette unité part en zone occupée pour réparer les lignes téléphoniques de la ceinture de Paris, coupées par la neige, pendant 3 semaines. Retour en zone libre à Montpellier et affecté au 51ème RGT d’Infanterie. Démobilisé le 3/11/42.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bouteur
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2015

MessageSujet: photos 196/84 1939/40/41/42   Jeu 26 Fév 2015 - 19:29

" />
" />
Photo prise à Hamilton en Ecosse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bouteur
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 01/02/2015

MessageSujet: photos Cie 196/84 Cie 8/6 et 56ème Rgt d'infanterie 40/41/42   Jeu 26 Fév 2015 - 19:42


Ils ont le béret des chasseurs


En manœuvre  (1941) dans les Pyrénées :  Ils ont le calot

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Périple d'un sapeur transmetteur de la Cie 196/84
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Sapeur 2ème partie
» Question: Sergent-Sapeur-Tambours.
» BOUSSARD - Sapeur - 1er Grenadiers à pied - GARDE IMPERIALE
» BARAULT Sapeur 1er Rgt de Grenadiers à pied GARDE IMPÉRIALE
» sapeur de chasseur de la garde - metal Modeles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: L'armée de terre française de 1919 à 1940 :: Parcours individuels et notices biographiques :: Officiers, Sous-officiers et Hommes de troupe-
Sauter vers: