Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Les communiqués du haut commandement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Mar 17 Juin 2014 - 23:52

Bonsoir,

communiqué du 17 juin :

 "- Les armées françaises vaincues se déversent en masse et en désordre vers le sud et le sud-ouest, talonnées par nos troupes. Là où certaines unités ennemies ont fait un dernier effort pour opposer une résistance bien ordonnée elles ont été repoussées subissant de sérieuses pertes.
 Un détachement mobile commandé par un général chef de division a réussi, grâce à une manoeuvre hardie, à s'emparer de la ville d'Orléans et d'un des passages de la Loire qui sont restés intacts.
 L'arme aérienne a poursuivi son oeuvre destructrice en attaquant des colonnes ennemies battant en retraite. De nombreux ponts de la Loire ont été atteints. Des colonnes ennemies serrées et massées devant ces ponts ont été attaquées avec des bombes et des mitrailleuses.
 Les unités rapides qui s'avancent en Bourgogne et au delà de Langres ont poussé loin en avant en direction sud. Deux champs d'aviation où se trouvaient 39 avions prêts à l'envol et chargés de bombes ont été pris.
 Au sud-est de Besançon, nos troupes ont gagné la frontière Suisse, fermant ainsi le cercle qui entoure les forces françaises de la Lorraine et de l'Alsace en train de se replier.
 Au nord de la Lorraine, nos troupes s'approchent de Saint-Mihiel par le nord-ouest.
 Profitant de la percée effectuée dans la ligne Maginot au sud de Sarrebruck, nos divisions avancent rapidement en direction du canal du Rhin à la Marne, malgré une résistance acharnée ennemie en certains endroits. Château-Salins, Dieuze et Sarrebourg ont été pris.
 Sur la rive occidentale du Haut-Rhin, notre attaque victorieuse progresse au delà du canal du Rhin au Rhône en direction des Voges.
 En Alsace, les avions bombardiers et d'attaque en vol piqué ainsi que la D.C.A. ont appuyé les opérations de l'armée avec le meilleur effet.
 Des fortifications et des abris bétonnés ont été attaqués avec des bombes du plus lourd calibre.
 L'ennemi a perdu en tout 8 avions dont 5 ont été abattus au cours de combats aériens et 3 par la D.C.A. 3 avions allemands manquent à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Mer 18 Juin 2014 - 22:15

Bonsoir,

communiqué du 18 juin :

 "- Sous la pression de nos troupes qui poursuivent l'ennemi sans relâche, l'effondrement militaire de la France progresse rapidement.
 Entre Caen et Le Mans, l'Orne a été franchie en plusieurs endroits et la Loire a été atteinte en amont d'Orléans jusqu'à Nevers et au sud-est de cette ville.
 des forces rapides ont occupé Le Creusot, centre d'armement le plus important de la france, et ont pris la forteresse de Belfort. La forteresse de Dijon est tombée sans combat. la forteresse de Metz s'est rendue, elle aussi, à un détachement allemand mobile qui s'est porté très loin en avant de l'armée.
 Depuis Metz, les secteurs de la ligne Maginot situés des deux côtés de Thionville et où la résistance continuait encore ont été attaqués par l'arrière. La percée effectuée dans la ligne Maginot au sud de Sarrebruck a été élargie jusqu'au canal de la Marne au Rhin. Sur le Haut-Rhin, l'attaque se poursuit en direction des Vosges. Colmar est entre les mains des Allemands. Rien qu'au cours de la journée d'hier, nos troupes ont fait plus de 100 000 prisonniers.
 Le butin capturé comprend tout l'équipement de nombreuses divisions françaises ainsi que de plusieurs forteresses.
 L'aviation a continué à poursuivre l'adversaire qui se replie entre la côte de l'Atlantique et la Loire supérieure. une attaque aérienne dirigé contre la gare de Rennes, bondée de trains de transport, de munitions et d'essence, a été couronnée d'un plein succès. Des trains entiers ont explosé, et la panique s'est emparée des troupes.
 Le succès remporté sur des bâtiments de transports ennemis dans l'embouchure de la Loire est le plus grand obtenu jusqu'ici. Un immense tonnage a été ou détruit ou gravement endommagé. Parmi les bâtiments atteints qui, comme il a été constaté, étaient en partie chargés, se trouvaient 2 bâtiments de transport de 30 000 tonnes chacun, 4 de 10 000 et plusieurs bâtiments de moindre importance appartenant à la marine de guerre et à la marine marchande. 9 bâtiments ont sombré; d'autres sur lesquels des explosions ont été observées sont devenus la proie des flammes ou on chaviré.
 L'ennemi a perdu, hier, 5 avions. un avion allemand manque à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Jeu 19 Juin 2014 - 23:33

Bonsoir,

communiqué du 19 juin :

 "- L'écroulement des forces armées françaises augmente de jour en jour. En Normandie, des unités rapides ont pris Cherbourg; elles ont gagné la Bretagne près de Rennes, Le Mans est traversé en direction sud.
 Entre Orléans et Nevers, des forces armées allemandes ont réussi, en de nombreux endroits, à franchir la Loire. en Bourgogne, des unités rapides s'avancent en direction de Lyon.
 A l'ouest de Mulhouse, des divisions blindées et motorisées venant de Belfort sont sur le point d'établir la liaison avec les troupes qui avaient effectué le passage du Haut-Rhin et qui se sont avancées loin dans les Vosges jusqu'aux environs de Munster.
 Plus au nord, Nancy est pris. A l'ouest de Nancy, le canal de la Marne au Rhin est franchi sur un large front. L'ennemi résiste encore dans les secteurs de la ligne Maginot qui s'étendent des deux côtés de Thionville.
 Des unités d'avions bombardiers et des Stukas ont coopéré avec l'armée à briser la résistance de l'ennemi cerné en Lorraine, par des attaques dirigées contre des fortifications, des organisations de campagne, des voies ferrées, des rassemblements de troupes et des colonnes de route. Au large de Cherbourg, un bâtiment marchand de 10 000 tonnes a été coulé par des bombes.
 Le total des pertes de l'ennemi dans les airs s'est élevé, hier, à 6 avions, 5 avions allemands manquent à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Ven 20 Juin 2014 - 23:58

Bonsoir,

communiqué du 20 juin :

 "- En Bretagne, le port de guerre français de Brest a été pris.
 Au sud de la Normandie, nos troupes ont gagné la Loire inférieure entre Nantes et Tours et l'ont franchie en plusieurs endroits. dans la boucle de la Loire moyenne, les forces françaises sont poursuivies au delà du secteur du Cher et de Bourges.
 Au sud de la loire, des unités de combat de l'aviation ont effectué des attaques suivies contre les routes par lesquelles l'ennemi bat en retraite. Là où des nids de résistance s'étaient formés, ils ont attaqués par l'aviation qui a ainsi appuyé l'avance de l'armée.
 Au nord de la Lorraine, le secteur de la Moselle entre Epinal et Toul ainsi que celui des parties moyennes et supérieures des Voges, et qui sont occupés par les restes de l' Armée française de l'est dont la plus grande partie est vaincue, se resserrent de plus en plus. On a fait un grand nombre de prisonniers. Epinal et Lunéville sont entre les mains des Allemands. La lutte continue dans le secteur de la ligne Maginot qui s'étend des deux côtés de Lunéville. Dans la ligne Maginot, une nouvelle percée a été effectuée à l'ouest de Wissembourg. Des formations de Stukas et de bombardiers ont détruit, avec des bombes, un grand nombre d'ouvrages fortifiés. Strasbourg, ville allemande, a été prise par le sud et l'est. Le pavillon de guerre allemand est hissé sur la cathédrale de Strasbourg. La liaison des troupes venant de Belfort avec celles venant du Haut-Rhin a été réalisée dans la trouée de Belfort. Le nombre des prisonniers faits dans la seule journée du 19 juin dépasse 200 000 hommes. Parmi eux se trouvent le Général Altmeyer, commandant en chef de la 10ème Armée Française et son chef d'état-major.
 L'ennemi a perdu hier, dans les airs 21 avions. 6 avions allemands manquent à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Sam 21 Juin 2014 - 22:12

Bonsoir,

communiqué du 21 juin :

 "- Les mouvements des forces allemandes effectués en vue de l'occupation de la Normandie, de la Bretagne et de toute la zone entre l'embouchure de la Loire et la vallée du Rhône, se poursuivent selon les plans prévus. Les unités rapides qui se sont avancées à travers la Bourgogne ont pris Lyon après un bref combat. Lors de la prise de Nevoy près de Gien, nos troupes ont capturé 700 chars d'assaut tout neufs.
 En Lorraine et en Alsace, nos troupes occupées à déblayer certains secteurs de la ligne Maginot rencontrent en certains endroits une résistance obstinée de la part des forces françaises. Au nord de la Lorraine, le terrain où sont enserrés les restes des armées françaises a pu être scindé en plusieurs fragments par les attaques allemandes. Dans la partie occidentale des Vosges, quelques groupes ennemis encerclés résistent encore. Le Hartmannsweilerkopf, dans les Vosges, pour la possession duquel de durs combats ont été livrés pendant la Grande Guerre, est entre nos mains.
 Le 20 juin, l'aviation a continué ses attaques contre les routes par lesquelles l'ennemi se retire. Aux abords de la forêt du Palatinat, nos Stukas ont mis hors de combat une série d'ouvrages de la ligne Maginot aidant ainsi à briser la résistance ennemie. Au cours des combats en Alsace qui ont abouti à la prise de Strasbourg, de Séléstat et de Colmar de même que lors de la percée de la trouée de Belfort, l'armée a été brillamment assistée par des unités de la D.C.A. recouvrant de son feu des objectifs sur terre.
 Le 20 juin, des avions bombardiers et des Stukas ont attaqué des navires au large de la Rochelle et de l'embouchure de la Gironde et ont coulé un bâtiment de transport de 10 000 tonnes et un vaisseau de guerre auxiliaire de 4 000 tonnes.
 Dans les airs, les pertes de l'ennemi se sont élevées, au cours de la journée d'hier, à 6 avions dont 4 ont été abattus par la D.C.A. 2 avions allemands manquent à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
BRH
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 970
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Dim 22 Juin 2014 - 0:07

"Lors de la prise de Nevoy près de Gien, nos troupes ont capturé 700 chars d'assaut tout neufs."

Voilà la source d'une information souvent reprise et qui a fait couler beaucoup d'encre !


L'enquête française a conclu qu'il s'agissait des caisses de FT sans tourelle. Finalement, est-on certain de la vérité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.empereurperdu.com/tribunehistoire/
françois vauvillier
GBM
GBM


Nombre de messages : 2319
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Dim 22 Juin 2014 - 0:23

Bonsoir BRH,

Aucun doute sur le fait décrit. Ces " 700 chars d'assaut tout neufs" étaient des FT définitivement hors d'état et désarmés.

Bien cordialement

François
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Dim 22 Juin 2014 - 23:55

Bonsoir,

communiqué du 22 juin :

 "- En Bretagne, les ports importants de Saint-Malô et de Lorient ont été pris. Sur la Loire inférieure, les têtes de pont ont été élargies. Thouars a été occupé. En Lorraine et dans les Vosges, notre attaque a eu pour résultat la désagrégation de troupes ennemies encerclées, Gérardmer a été pris.
 Le nombre de soldats faits prisonniers au cours de cesderniers jours, en Alsace, dépasse 200 000 hommes dont toute une brigade de Spahis. Sur les autres fronts, le nombre des prisonniers augmente aussi sans cesse. Parmi eux se trouvent le commandant des forces navales du nord et plusieurs amiraux; un général commandant d'armée et plusieurs généraux chefs de divisions.
 Un grand butin en armes et en matériel de guerre de toute sorte est tombé entre les mains des Allemands et 260 avions lors de l'occupation de diffèrents champs d'aviation.
 Des formations d'avions bombardiers et des Stukas ont attaqué, à l'ouest de Strasbourg, au sud-ouest de Wissembourg et au sud de la Loire, des ouvrages fortifiés, des rassemblements de troupes et des colonnes de transport. Dans les embouchures de la Gironde et de la loire, un bâtiment marchand de 8 000 tonnes a été coulé. un autre bâtiment de 4 000 tonnes a été endommagé et deux hydravions ont été anéantis.
 L'ennemi a perdu, le 21 juin, 25 avions dont 11 ont été abattus au cours de combats aériens, 6 par la D.C.A. et 6 par la D.C.A. de la marine de guerre. Le reste a été détruit au sol. Un avion allemand manque à l'appel.
 D'après des informations nouvellement reçues, le total des pertes subies par l'ennemi du 4 au 20 juin s'élève à 765 avions donc 63 de plus qu'on avait annoncé jusqu'ici. D'autre part, le nombre des avions ennemis anéantis par la seule D.C.A. depuis le début de l'offensive de l'ouest jusqu'au 15 juin s'élève à 854 avions.
 Le 22 juin à 18h50, le traité de l'armistice allemand-français a été signé dans la forêt de Compiègne.
 Les signataires étaient :
 Du côté allemand, comme plénipotentiaire du Führer et chef suprême de l'armée, le chef du haut commandement de l'armée, général-colonel Keitel;
 Du côté français comme plénipotentiaire du gouvernement français, le général Huntziger.
 La suspension des hostilités n'aura lieu que six heures après le moment où le gouvernement italien aura communiqué au haut commandement de l'armé allemande la conclusion du traité de l'armistice italo-français."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Lun 23 Juin 2014 - 23:17

Bonsoir,

communiqué du 23 juin :

 "- La bataille en Alsace-Lorraine s'est terminée, le 22 juin, par la capitulation des armées françaises encerclées. Après des combats violents, la bravoure de nos troupes ainsi que la hardiesse et la décision de leurs chefs ont remporté une victoire de la plus grande portée. Le dernier groupe de l'armée française qui disposait encore de toute sa force de résistance a été vaincu. Plus de 500 000 prisonniers dont les commandants en chef des 3ème, 5ème et 8ème Armées, plusieurs autres généraux et un butin énorme en armes et matériel de guerre de tout genre sont tombés entre nos mains.
 L'ouvrage le plus fort des fortifications de Strasbourg, le fort de Mutzig au bord oriental des Vosges, a été pris hier. il n'y a que certains secteurs de la ligne Maginot dans le Bas-Rhin et en Lorraine et des détachements isolés dans les Vosges qui résistent encore. Cette résistance sera brisée sous peu.
 Dans le littoral de l'Atlantique, des détachements mobiles ont poussé jusqu'à la hauteur de La Rochelle. Le port de guerre de Saint-Nazaire a été occupé. Le butin énorme comprend des chars d'assaut prêts à être embarqués.
 Dans la vallée du Rhône, nos troupes partant de Lyon et de l'est de cette ville, ont continué leur avance en direction sud. Au sud-ouest de Genève aux abords des Alpes de la Savoie, elles ont forcé le passage du Rhône.
 Au cours de vols de reconnaissance armée exécutés au large de la côte française entre Saint-Nazaire et la Gironde, nos avions ont fortement endommagé 5 cargos jaugeant entre 3 000 et 10 000 tonnes. un bâtiment de transport de 10 000 tonnes et un autre de 4 000 tonnes ont été coulés.
 Des unités d'avions bombardiers et de Stukas ont dirigé leurs attaques, le 22 juin, surtout contre des champs d'aviation dans la région au nord de Bordeaux. Sur le champ d'aviation de Rochefort, 10 avions ont été incendiés par des bombes, 20 autres ont été détruits par le feu de mitrailleuses dirigé sur eux au cours de plusieurs attaques à ras de sol. un hangar a été détruit par des bombes.
 Les pertes de l'ennemi sont élevées, le 22 juin, à 49 avions dont 6 ont été abattus au cours de combats aériens, le reste a été détruit à terre. 4 avions allemands manquent à l'appel."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Mar 24 Juin 2014 - 22:57

Bonsoir,

communiqué du 24 juin :

 "- Sur la côte de l'Atlantique, l'embouchure de la Gironde a été occupée, La Rochelle et Rochefort ont été pris. Plus loin dans l'est, nos troupes ont poussé jusqu'au nord de Poitiers où un grand camp avec un dépôt de munitions est tombé entre leurs mains. Le butin est immense et augmente de jour en jour.
 En Alsace-Lorraine, de nouveaux groupes isolés se sont rendus. un certain nombre d'ouvrages de la ligne Maginot a été pris.
 Au sud-est de Lyon, nos troupes, brisant une résistance obstinée, s'avancent en direction de Grenoble et de Chambéry."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
JARDIN DAVID
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 503
Date d'inscription : 30/09/2009

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Mer 25 Juin 2014 - 21:14

Et demain, on parle du Donon !
JD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Mer 25 Juin 2014 - 22:58

Bonsoir,

communiqué du 25 juin :

 "- La campagne de France vient de se terminer après seulement six semaines de combats par une victoire sans pareille des armes allemandes. Les hostilités sont suspendues depuis ce matin 1h35.
 Hier, au cours de la dernière journée de combat, nos divisions, après avoir brisé une courte résistance, ont avancé sur la côte de l'Atlantique jusqu'à la ligne Royan (sur l'embouchure de la gironde) Angoulême.
 Sur le front du Rhin et en Lorraine, l'adversaire a encore perdu plusieurs forts. Dans les Vosges, au Donon, un groupe ennemi de plus de 22 000 hommes a capitulé dont un général, chef d'un corps d'armée, et trois généraux, chefs de divisions.
 Au sud de Lyon, Saint-Etienne et Annonay sont occupés. En Savoie où des Chasseurs Alpins sont entrés en action, nos troupes ont réussi à ébrécher les positions ennemies défendues avec ténacité. Aix-les-Bains est occupé."

A suivre le communiqué du quartier général du Führer du 2 juillet.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Sam 28 Juin 2014 - 18:16

Bonjour,

quartier général du Führer, 2 juillet communiqué du haut commandement de l'Armée Allemande :

"- La bataille de destruction, en Flandres et dans l'Artois, était à peine terminée que l'armée de l'air et l'armée de terre, dans les rangs de laquelle un grand nombre de divisions n'avaient pas encore combattu, commencèrent à porter le deuxième coup décisif à la France.
 Comme prélude aux nouvelles opérations, des forces importantes de l'armée de l'air allemande attaquèrent, le 3 juin, les aérodromes et les industries de l'armement aérien dans les environs de Paris, attaques qui eurent un effet foudroyant.
 Le lendemain, sous le haut commandement du Colonel Général von Brauchitsch, trois groupes d'armées commandées par les Colonels Généraux von Rundstedt, von Bock et Ritter von Leeb, étaient prêts à entamer les nouvelles opérations dont l'objectif était de rompre le front nord des Français, de refouler vers le sud-ouest et le sud-est les diverses parties des armées françaises ainsi disloquées et de les anéantir.
 Lorsque le 5 juin, les divisions du groupe d'armées du Colonel Général von Bock passèrent à l'attaque en franchissant le cours inférieur de la Somme et le canal de l'Oise à l'Aisne, elles se trouvèrent devant un adversaire préparé à la défensive. Le haut commandement des forces françaises était résolu à défendre avec toutes les réserves disponible la "zone Weygand" et à tenir jusqu'au dernier homme la ligne Maginot. On avait imaginé un nouveau système de défense dont on se promettait le succès, notamment pour enrayer l'avance rapide et redoutée des formations allemandes motorisées.
 Après quatre jours de rudes combats, les divisions d'infanterie des armées du Colonel Général von Kluge, du Colonel Général von Reichenau et du Général d'Infanterie Strauss, enfoncèrent le front de l'ennemi. Le 9 juin, la poursuite de l'ennemi battait son plein vers le cours inférieur de la Seine et en direction de Paris. Des troupes rapides, sous le commandement du Général d'Infanterie Hoth, atteignirent le même jour, dans une poussée irrésistible, la ville de Rouen et commencèrent les opérations d'encerclement d'importantes forces ennemies sur la côte, près de Dieppe et de Saint-Valéry. Ainsi se trouvait anéantie l'aile gauche de l'ennemi et le propre flanc à l'ouest se trouvait protégé pour les opérations principales qui allaient se déclencher.
 Par ses attaques en masse menées avec énergie, l'armée de l'air facilita, cette fois encore, à l'armée de terre ses succès. Elle a contribué pour une part importante à la trouée rapide jusqu'à la Seine où elle dispersa, sous l'effet de ses bombes, des formations d'infanterie ennemies et de chars de combat avant même qu'elles aient pu se rassembler pour une contre-attaque. En détruisant les lignes et le matériel des chemins de fer, elle enleva à l'adversaire la possibilité de déplacer ses réserves et de les jeter en un point de rupture.
 Lorsque les premiers signes précurseurs de transports se firent remarquer au Havre, à Cherbourg ou à Brest, toutes les parties de l'armée de l'air attaquèrent également, avec un succès visible et de façon rapide et répétée, les installations des ports, les réservoirs d'essence et les bateaux. La principale opération sur terre commença, le 9 juin, par l'attaque du groupe d'armée du Colonel Général von Rundstedt en Champagne et sur la rive occidentale de la Meuse. Les divisions d'infanterie des armées du Général de Cavalerie baron von Weichs, du Colonel Général List et du Général d'Infanterie Busch, seules d'abord, excellement secondées par les forces aériennes, rompirent les positions sur l'Aisne, après deux jours de durs combats pendant lesquels l'ennemi se défendit avec acharnement, et ouvrirent la voie aux nombreuses formations rapides prêtes à foncer.
 Dès le 11 juin, les divisions d'infanterie blindées et motorisées du Général de Cavalerie von Kleist et du Général commandant les troupes blindées Guderien, purent être lancées en Champagne, au delà de Troyes et de Saint-Dizier, vers des buts éloignés. Pour la troisième fois en un quart de siècle, des troupes allemandes franchirent la Marne. Après des combats d'abord très durs contre des arrière-gardes ennemies et, plus tard, contre une partie des gros de ses troupes entièrement prises au dépourvu, les formations rapides s'inflitrèrent rapidement les jours suivants vers le sud-est, en direction de la frontière Suisse, au travers la large brèche qu'elles avaient faite. Les opérations de mouvement et de ravitaillement sur un espace restreint d'un nombre extrêmement grand de divisions d'infanterie et de formations rapides, constituent un chef-d'oeuvre de réalisation de la part du commandement des armées.
  Entre temps, nos troupes avaient rapidement surmonté l'obstacle que formait le cours inférieur de la Seine et avaient pénétré dans les positions qui protégeaient Paris, ce qui contraignit l'ennemi à abandonner toute résistance à son aile occidentale. Des troupes du Général d'Artillerie von Kuchler entrèrent le 14 juin à Paris. Le front nord de l'ennemi s'était effondré, notre poursuite progressait sur tous les points. Divisions d'infanterie et formations rapides rivalisaient d'émulation dans une avance qui exigeait de gigantesque efforts de marche. Les symptômes de débâcle des armées ennemies s'accentuaient d'heure en heure sous cette immense pression.
 Alors, le 14 juin, le groupe d'armée du Colonel Général Ritter von Leeb entra aussi dans la lutte. En deux jours de rudes combats contre des ouvrages de fortifications des plus forts, l'armée du Colonel Général von Witzleben, efficacement appuyée par une forte artillerie, opéra la trouée de la ligne Maginot, que la France avait cru être sa ligne de défense imprenable. Ainsi se trouva encore brisé, en deux tronçons, le front nord-est de l'ennemi, déjà menacé sur l'arrière, ébranlant le dernier espoir que l'adversaire avait de pouvoir encore se maintenir.
 Le même sort était réservé au front est des Français quand, le 15 juin, l'armée du Général d'Artillerie Dollmann, passant à l'attaque, surmonta le puissant obstacle que formait le cours supérieur du Rhin et, après l'avoir franchi près de Colmar, pénétra dans les Vosges.
 L'armée de l'air, par une collaboration exemplaire avec l'armée de terre, contribua pour une part essentielle, à la rapide trouée à travers la ligne Maginot au sud de la Sarre et, plus tard, près de Colmar et de Mulhouse. Les formations de Stukas et d'avions de combat ne cessèrent d'attaquer les ouvrages fortifiés à coups de bombes du plus gros calibre, dès que les conditions atmosphériques le permettaient, réduisant leurs armes au silence. Des unités de l'artillerie antiaérienne soutinrent aussi de la façon la plus efficace les assauts de l'infanterie. En même temps, d'autre formations de l'armée de l'air aidaient à l'avance des troupes rapides vers Besançon et jusqu'à la frontière Suisse.
  Les journées qui suivirent le 15 juin se signalèrent par une poursuite sans exemple depuis la côte jusqu'à la Meuse. Après la chutte de Paris, les colonnes françaises refluèrent devant tout le front de l'armée allemande, vers le sud et le sud-ouest, sur toute les routes de retraite, sans cesse harcelées par nos formations aériennes. Cette poursuite impitoyable, sur terre et dans l'air, fit échouer le projet des français de se retrancher derrière la Loire.
 Passant sur les débris des armées françaises vaincues, nos divisions se hâtaient dans leur marche en avant, soutenues par l'idée de la victoire et la pensée de réparer l'injustice commise à Versailles. La forteresse de Verdun elle-même, symbole de la résistance française pendant la Grande Guerre, ne put résister à tant d'impétuosité. Elle tomba le 15 juin.
 Le 17 juin, des formations de troupes rapides atteignirent la frontière Suisse au sud-est de Besançon, fermant ainsi le cercle autour des forces françaises qui se trouvaient en Lorraine, en Alsace et autour de la ligne Maginot.
  Des pointes hardiment poussées au delà de la Loire permirent de reconnaître que, là également, l'ennemi n'était plus en état d'opposer de résistance. L'armée française avait perdu toute puissance d'action et commençait à déposer les armes. C'est alors que le Maréchal Pétain, président du Conseil français, s'adressa au gouvernement allemand en le priant de faire connaître ses conditions d'armistice.
 Le 21 juin, dans la forêt de Compiègne, au lieu historique, en présence du Führer et commandant suprême des armées allemandes, fut effacée par un acte solennel la honte de 1918.
 Ensuite, la délégation française reçut du chef du haut commandement de l'armée allemande les conditions d'armistice. Elles furent signées le 22 juin, à 18h50.
 Le 25 juin, à 1h35, l'armée allemande et l'armée italienne cessèrent les hostilités contre la France. La "plus grande campagne de tous les temps" se terminait au bout de six semaines par la plus grande victoire de l'armée allemande.
 Le communiqué du haut commandement de l'armée a déjà fait ressortir dans quelle haute mesure l'armée de l'air a contribué à amener les décisions d'une façon extrêmement rapide et complète dans la première phase de la campagne de l'ouest. la contribution des forces aériennes n'a pas été moindre dans la deuxième phase de cette campagne.
 Sous le haut commandement du Général Feldmarschall Göring, l'armée de l'air a pu faire peser dans la balance de la victoire tout le poids de sa supériorité dans l'air, conquise dès le début des opérations. Les combats ont été surtout livrés par les flottes aériennes II et III sous le commandement énergique et réfléchi des Généraux Kesselring et Sperrle.
 Les grandes formations d'aviation et de D.C.A. des généraux d'aviation Grauert et Keller, du Général d'Artillerie D.C.A. Weise, des Lieutenants-Généraux Bogatsch, Ritter von Greim et Loerzer, des Généraux de Brigade Coeler, Dessloch et baron von Richthofen, ont fait preuve, dans la direction comme dans le combat, d'un esprit d'offensive intrépide et infatigable.
 L'armée de terre, dans des combats souvent rudes et qui lui coûtèrent de lourdes pertes, a salué avec autant d'enthousiasme que de reconnaissance l'aide et l'esprit de sacrifice de l'armée de l'air. La marine de guerre se vit placée en présence de nouvelles tâches par l'occupation des côtes hollandaise, belge et française sur la Manche. Suivant les opérations de l'armée de terre, elle organisa les ports comme points d'appui pour des forces navales légères et pour la défense.
 C'est de là que les vedettes rapides purent être employées dans des régions maritimes hors de leur portée jusque là, et qui offraient de bonnes conditions de succès à cause de leur caractère de positions avancées sur les côtes. Attaquant sans répit, les vedettes rapides purent détruire un certain nombre de contre-torpilleurs ennemis et de bateaux de transport, augmentant et complétant les effets des attaques des forces aériennes, par des attaques de nuit contre la flotte de transport ennemie s'efforçant d'évacuer Dunkerque.
  Le 6 juin, notre artillerie de marine, ayant assumé la défense des côtes, pouvait déjà annoncer son premier succès en coulant une vedette rapide des Anglais.
 Les flottilles de dragage de mines nettoyèrent les entrées des ports et les chenaux le long des côtes conquises. Dès le 8 juin, il fut possible de permettre à la navigation neutre de faire sortir des bateaux des ports de la Hollande, de la Belgique et du nord de la France, pour se rendre dans les ports de la Baltique en Allemangne, au Danemark, en Suède et ailleurs.
 Nos sous-marins opéraient durant ce temps avec succès devant les îles britanniques et la côte française.
 Cette victoire sans exemple des armées allemandes, le monde l'a contemplée avec admiration, avec étonnement ou avec effroi, suivant le point de vue. mais tous se sont demandés comment expliquer de tels succès remportés en si peu de temps.
 Si les anciens Alliés en cherchent la raison dans la supériorité numérique des Allemands, cela ne répond pas à la vérité historique, bien que les forces aériennes de l'Allemangne eussent eu une grande supériorité numérique sur celles des Alliés.
 L'armée allemande de l'ouest, par contre, attaqua le 10 mai d'abord avec un nombre de divisions inférieur à celui que lui opposaient les Français, les Anglais, les Belges et les Hollandais. en outre, les opérations à l'ouest ne commencèrent pas, comme en Pologne, en partant d'un point de départ stratégique favorable. C'est par une attaque frontale contre de puissants ouvrages de fortifications, situés le plus souvent derrière des rivières et des canaux, que les troupes allemandes durent opérer leur trouée qui leur permit de tourner l'ennemi, de l'anéantir et de faire donner d'autres divisions.
 Les raisons de la victoire allemande sont plus profondes. Il faut les chercher là où l'ennemi croyait voir notre faiblesse, dans le dynamisme révolutionnaire du troisième Reich et dans sa direction nationale-socialiste.
 C'est ce dynamisme qui a créé le meilleur instrument de combat des temps modernes avec un commandement suprême unique et fort, c'est lui qui a formé la synthèse entre une préparation des plus minutieuses, des plus réfléchies, jointe à la plus grande hardiesse dans la conception et la mise à exécution des opérations, c'est lui enfin qui a pu accroître les célèbres qualités du soldat allemand dans une mesure que ne suffit plus à l'expliquer l'accomplissement du devoir envers la patrie, mais seulement l'effort de tout un peuple uni et porté par la force d'une même idée.
   L'effort personnel de tous les chefs militaires de l'armée de terre et l'armée de l'air jusqu'aux grades inférieurs, restera un titre de gloire impérissable.
 Dans les combats sur terre toujours en première ligne, dans l'air à la tête de leurs formations, ils ont donné l'élan à leurs troupes, à leurs escadres, utilisant hardiment, avec souplesse et résolution, toute situation, sans hésiter ni attendre des ordres."

A suivre bilan des pertes.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5033
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Sam 5 Juil 2014 - 19:53

Bonsoir,

voici la dernière partie, le bilan des pertes allemandes vue par le haut commandement.

 "- Le Lieutenant-Général RITTER von SPECK est tombé au champ d'honneur à la tête de son corps d'armée. Comme lui, entre le 5 et le 25 juin, ont trouvé la mort des braves :
 16 822 vaillants officiers, sous-officiers et soldats, des trois parties de l'armée, qui ont donné leur vie pour le Führer, le Peuple et le Reich;
 9 921 officiers, sous-officiers et soldats manquent à l'appel.
 Une partie d'entre eux sera également tombée au champ d'honneur;
 68 511 officiers, sous-officiers et soldats ont été blessés.
 Rien ne pourrait faire mieux ressortir les hauts faits accomplis par l'armée allemande que ces pertes qui, si douloureuses qu'elles soient pour l'individu, sembleront, comme prix de la victoire remportée sur la France, si faibles aux yeux du peuple allemand qu'elles sont presque incroyables.
 D'après les constatations faites jusqu'à présent, elles forment, du 10 mai jusqu'à l'heure de l'armistice, un total de :
 27 074 morts;
 18 384 manquants;
 111 034 blessés;

= 156 492 officiers, sous-officiers et soldats.

 On manque d'éléments d'appréciation pour évaluer les pertes de l'ennemi en 1940. Il est toutefois établi que les prisonniers français à eux seuls totalisent 1 900 000 hommes, dont 5 commandants en chef d'armées françaises et environ 29 000 officiers. Depuis le 5 juin, sont venus s'ajouter au butin conquis auparavant l'ensemble d'armement et d'équipement d'environ 55 divisions françaises, non compris l'armement et l'équipement de la ligne Maginot et des d'autres fortifications françaises. Il faut ajouter également à ce butin presque toute l'artillerie lourde, et les pièces les plus lourdes de la France, ainsi qu'une quantité incalculable d'armes, d'objets d'équipement et de stocks.
 L'aviation ennemie a perdu au cours de combat aériens 155 avions par le feu de la D.C.A., 239 avions détruits au sol et 15 avions dont on ignore s'ils ont été abattus par la D.C.A. ou au cours de combat aériens, ce qui donne un total de 792 avions auxquels viennent s'ajouter 26 ballons de barrage et 1 ballon d'observation.
 La marine de guerre a coulé 493 100 tonnes de croiseurs auxiliaires, de navires de guerre auxiliaires, de bateaux de transport et de commerce, dont voici le détail :

 - Croiseur auxiliaire CARINTHIA                23 000 tonnes;
 - Croiseur SCOTSTOWN                         17 000     "    ;
 - Transporteur de troupes ORAMA           21 000     "    ;
 - Bateau-Citerne OILPIONEER                  9 100     "    ;
 - 1 transporteur                                   14 000     "   ;
 - 1 croiseur auxiliaire                              9 000     "   ;

Coulés par nos sous-marins depuis le milieu de mai, tonnage commercial : 400 000  tonnes.

L'aviation a détruit, en outre, depuis le 5 mai :
 1 navire de guerre auxiliaire;
 1 contre-torpilleur, au total  5 100 tonnes; ainsi que 40 bateaux de commerce, soit  299 000 tonnes.

 Elle a endommagé :
 3 croiseurs;
 1 contre-torpilleur et 25 bateaux de commerce.

 En plus de ces énormes pertes subies par l'ennemi, les dispositions du traité d'armistice éliminent de la suite de la guerre les derniers restes de l'armée française.
 Après cette victoire, la plus grandiose de toute l'histoire allemande, victoire remportée sur un adversaire considéré comme la plus grande puissance terrestre du monde, dressée contre la Grande-Allemagne, et qui s'est battu avec autant de courage que d'habileté, il n'y a plus d'Alliés. Il ne reste qu'un seul ennemi : l'Angleterre.         ."

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4992
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Dim 6 Juil 2014 - 12:00

Bonjour à tous,

Un grand merci à AVZ94 pour ce travail de longue haleine que nous avons suivi avec intérêt.

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
Loïc Charpentier
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 266
Age : 71
Localisation : Oberbronn
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    Sam 19 Sep 2015 - 15:28

Pour compléter le propos précédent, ci-après les chiffres "pertes humaines" officiellement prises en compte par l'OKW, en date du 2 juillet 1940, qui serviront de référence de comparaison, sur les états de pertes établis pour les six premières semaines (juin-juillet 1941) de Barbarossa.

Morts (officiers) 26 455 (1253)
Blessés (officiers) 111 640 (3 324)
Disparus (officiers) 16 659 (329)
Malades (officiers) 9543 ( 65)
Les pourcentages sont établis sur la base de 3000 000 hommes "sous les drapeaux".
Évidemment, dans ce rapport réglementaire, désespérément lapidaire, on ne retrouve aucune trace du lyrisme "héroïque", dont sont empreints les documents traduits précédemment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les communiqués du haut commandement    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les communiqués du haut commandement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Haut commandement autrichien
» Communiqué DDA au sujet de la publicité halal d'Isla Délice
» 2009: Le 27/02 à 22h30 - Observation dans le Haut rhin - (68)
» Eoliennes du haut Forez
» Photos du Haut-Forez

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les armées alliées et ennemies en 1940 :: Allemagne-
Sauter vers: