Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 739
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Lun 5 Mai 2014 - 15:00

Des recherches dans le catalogue de l’Ecole Royale Militaire belge m’ont fait découvrir un article étonnant dont voici les coordonnées :

Operational Research as Counterfactual History: A Retrospective Analysis of the Use of Battlefield Nuclear Weapons in the German Invasion of France and Flanders, May–June 1940

Maurice Kirby a & Matthew Godwin
The Management School, Lancaster University , UK[
Published online: 01 Jul 2008.
The Journal of Strategic Studies
Vol. 31, No. 4, 633 – 660, August 2008



Une sorte d’uchronie très sérieuse par nos voisins britanniques en vue de déterminer les règles d’une future guerre nucléaire.
En 1955, des analystes en Operational Research (OR) rattachés à l’Armée anglaise ont mené une

hypothetical study of the likely impact of nuclear weapons as they might have been deployed by Anglo-French forces in resisting the German invasion of North-East France in May–June 1940. The study formed the first major attempt by OR analysts to assess the use of nuclear weapons at the tactical level. In deriving lessons from 1940, OR analysts focused on several battlefronts where nuclear weapons could have provided relief to defending forces. Consideration was also given to a situation where the invading forces were also nuclear-equipped.

Dans leur étude, les analystes retinrent 7 moments clefs de la campagne de mai/juin 40 où l’usage d’armes nucléaires aurait pu être décidé (décisif ?). Ils ont calculé le nombre et la puissance des armes nucléaires requises par cibles ou scénario. L’impact sur les armées allemandes et alliées a été estimé en fonction de leurs possibilités de protection (véhicules blindés, retranchements/abris) durant les phases offensives ou défensives. Les conséquences pour les populations ont aussi été analysées avec la conclusion que certaines actions auraient tellement augmenté le nombre de victimes civiles que la décision de mettre en œuvre la bombe A était avant tout une responsabilité politique !

Les phases critiques analysées sont :


Place

 



Date


Type of Situation

1. Maastricht



10–12 May

Destruction of German bridge over River Maas and the Albert Canal

2. Sedan

 

13–14 May

Destruction of German bridges over River Meuse

3. Houx

 

13 May

Destruction of German bridges over River Meuse

4. Arras

 

21 May

Counter-attack to relieve pressure on flank

5. St Omer

24 May


Elimination of German concentrations which threatened weakly held southern flank


6. Nieuport

31 May

Elimination of German concentrations on Dunkirk bridgehead defences

7. Abbeville

27 May–4 June

Elimination of German bridgehead over River Somme and the destruction of bridges.
 

L’étude britannique classa ces phases en 3 situations d’emploi de l’arme nucléaire :

(a) In four cases (Maastricht, Sedan, Houx and Abbeville) nuclear weapons could have been used to prevent the passage of a river line which formed the main obstacle covering the defensive line: in these cases the main effect required would have been that which destroyed bridges and prevented them from being rebuilt, or, as in the case of Maastricht, that which destroyed a centre of communication around the bridge itself and made the approaches impassable.


(b) In two cases (Arras and Abbeville), a nuclear assault could have ‘neutralised’ areas in the immediate line of advance of counterattacks. The intention would have been to enclose as much ground as feasible in order to eliminate enemy personnel.


(c) In two cases (St Omer and Nieuport) nuclear weapons could have been used to inflict casualties on preliminary concentrations of enemy troops, in which case the intention would have been to maximise the expected casualties rather than to enclose ground.

Une nuance à l’étude est cependant donnée : en 1955, les chercheurs avaient une vision complète des plans et du déroulement des opérations, situation bien plus favorable que celle des alliés de 1940 découvrant progressivement et souvent avec retard la portée réelle des renseignements qui leur parvenaient. Un moment-clef ou un objectif « favorable » à l’usage de l’arme nucléaire n’était donc souvent perçu comme tel qu’avec un retard rendant tout recours à la bombe inutile.

Pour élargir leur appréciation, les analystes ont retenu 2 hypothèses :

- Les alliés disposent d’une force nucléaire très supérieure à l’Allemagne.

- Les 2 camps disposent de moyens nucléaires similaires.

Voici les facteurs retenus :

(a) description of the target and the object to be achieved by using [nuclear weapons]. This might be :

  (i) To cause personnel casualties, for its own sake or for the purpose of ‘neutralising’ an area containing enemy troops.

  (ii) To destroy or damage guns, equipment or vehicles.

  (iii) To cause general disruption, particularly in areas behind the immediate front.

  (iv) To destroy a particular structure such as a bridge or a fortified position.

  (v) To make an area untenable by making it radioactive.

  (vi) To reduce the enemy’s morale, or to heighten the morale of our own troops.


(b) The particular effect required from the [nuclear weapon] to achieve the desired object. In the cases of causing personnel casualties or neutralising an area, the weapon required will depend on (c) below.

(c) The degree of protection afforded to the personnel being attacked, which may be assumed to be one of or a combination of the following:

  (i) no protection – men in the open,

  (ii) open slit trenches,

  (iii) slit trenches with thermal shield,

  (iv) completely covered positions (18in earth overhead),

  (v) men inside tanks,

  (vi) built-up areas.


(d) The atmospheric conditions prevailing at the time.

(e) The required level of probability of success in achieving the stated object.

(f) Any restrictions imposed on the use of [nuclear weapons], (e.g., safety of our own troops, and of civilians).

(g) The sizes of [nuclear] weapons available [1–1,000 kilotons].

(h) The means of delivery available and their associated accuracies.

(i) The burst heights available [ground burst; low air burst; medium height air burst; high air burst – that which maximises casualties to men in open slit trenches.





Quelques conclusions

In the first instance, attention was paid to the use of nuclear weapons in a localised tactical role, and second, the question was posed as to whether the campaign as a whole would have been affected if the German bridgeheads had been destroyed. In the first scenario, the following observations were made:

(a) The crossings at Maastricht over a stretch of river controlled by a hitherto neutral state could not have been prevented using conventional means alone, but could have been entirely stopped using [nuclear weapons].

(b) The enemy advance past our south flank at Arras could not have been arrested with conventional methods, once it had developed so far, and there is no real indication that it could have been more than delayed using [nuclear weapons].

(c) The enemy concentrations near St Omer could not have been dispersed by conventional means at the time but could have been eliminated using [nuclear weapons].

(d) The enemy bridgehead at Abbeville was so strongly defended that it is doubtful whether any conventional counter-attack that could have been mounted with the troops available at the time would have succeeded. With [nuclear weapons], the bridgehead defenders could certainly have been neutralised before the counterattack, and quite apart from this, bridges over the R. Somme could have been destroyed.


Taking all of the critical defensive situations into account, the AORG pondered next the question as to whether the campaign as a whole would have been affected had any of them been averted. The following conclusions were offered:

(a) The Maastricht crossings were regarded by the enemy as subsidiary to those further south. Allied success here would not have prevented subsequent events without equal success at Sedan and Houx.

(b) At St Omer, the elimination of enemy concentrations would have made no real difference as the BEF had already started to evacuate from Dunkirk, (and in any event, the threat from St Omer did not materialise because of Hitler’s orders).

(c) At Nieuport, the Allies were in the last stages of evacuation. Success or failure at Nieuport could only have affected the number of men it was possible to evacuate.

(d) Success in destroying the bridges and wiping out the enemy bridgehead at Abbeville over the R. Somme could not have had much influence as the enemy was already pouring into France from other directions. In the light of the above scenarios, and especially if the Allies had been able to prevent the enemy from penetrating beyond Sedan and Houx, ‘there is no telling how the subsequent campaign might have developed’, except that it was ‘almost certainly’ the case that the Allied Armies in the north would not have been cut off from formations further to the south. However, it is important to note that the establishment of enemy bridgeheads at Sedan and Houx occurred before the opposing French and British commanders had realised that the situation was critical. As the AORG concluded,

The use of [nuclear weapons] at this early stage could have prevented the crossings and hence have prevented the subsequent critical situations from occurring. Once the situation had become critical, however, the use of [nuclear weapons] would probably have made little difference to the ultimate results of the whole campaign, although their use might have ‘bought’ time to reorganise the defence, the amount of time depending on the quantities of [nuclear weapons] expended.

Finally, the AORG focused attention on the possibility that the enemy enjoyed nuclear equality. In this respect, two scenarios were envisaged – the first where the enemy deployed nuclear weapons directly, (for example in destroying the Belgian fort of Eben Emael, and neutralising the French defences on the Meuse at Sedan and Houx), and the second where the elimination of the British garrison at Arras could have served as the first significant move against the BEF, culminating in the use of nuclear weapons as ‘the main killing agent’. In general terms, therefore, the enemy’s use of nuclear weapons
would have been not so much to assist… ground forces directly but to prevent the Allies from both knowing about his moves and being able to do anything about them. Thus his main use would have been against our own potential [nuclear weapon] launchers… guns, [guided weapon platforms], and airfields, in an effort to gain [nuclear] supremacy, and to cause general disruption to the Allied area and communications. As the operation proceeded, assuming that the Allies had been prevented from interfering, the general disruption would have turned to general annihilation as the Allies became more confused and compressed.

It followed, therefore, that the Allies should have thrown maximum effort into the task of denying to the enemy even localised nuclear supremacy. In this respect, the use of nuclear weapons might reasonably be complemented by the deployment of airborne troops or commandos with the aim of capturing enemy launching sites. Local resistance forces could be used in a sabotage role and strenuous efforts would need to be taken to disrupt the enemy’s command and control network, if necessary by the use of radio countermeasures.

Taking all of the above factors into account, and assuming nuclear equality on the part of the enemy, the key issue was the Allies’ ability to use their nuclear weapons at the point of the initial German breakthrough, and before the latter had deployed their own weapons. Without this ‘first strike’ capability, and as the campaign progressed, ‘the use of [nuclear weapons] by both sides would have favoured the enemy more and more’.



One unambiguous conclusion to be derived from the AORG’s counterfactual analysis is that if a defender possessed nuclear superiority and the determination to exploit this advantage, and was well entrenched behind a major obstacle such as a wide river line, a rapid ‘Blitzkrieg’ of the type used by the Germans in 1940 could be thwarted, thereby providing the defenders with the opportunity to deploy reinforcements and to mobilise more fully. If, however, the attacker possessed nuclear weapons that were not destroyed at the very beginning of an offensive, the greater the possibility that the enemy would be able to dictate the course of events in relation to penetration, confusion, outflanking and compression of the defending forces. In short, in the absence of a major obstacle, the ultimate result of the conflict was ‘likely to depend on the outcome of the initial [nuclear] exchange and the battle for [nuclear] supremacy’.53 In retrospect, however, the battle for supremacy could well have escalated from the tactical arena to the Armageddon of global thermonuclear warfare.





Ce ne sont que quelques extraits du texte complet de 30 pages avec de nombreuses autres extrapolations tirées de l’étude et débordant parfois largement du cadre de 1940.


Dernière édition par dhouliez le Dim 11 Mai 2014 - 23:01, édité 4 fois (Raison : Mise en rouge des passages en anglais)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
Finen
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Lun 5 Mai 2014 - 15:23

Intéressante publication. Je note cependant que nos amis britanniques préfèrent raser les industries et les villes du nord de la France et de la Belgique plutôt que de couper les voies de ravitaillement et l'accès au Rhin en frappant la Ruhr ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 739
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Lun 5 Mai 2014 - 19:15

Dans la synthèse dont viennent ces extraits, l'approche (certes établie par des Anglais) n'est ni britannique ni française mais alliée.
Les chercheurs ont seulement utilisé un cadre bien connu dans tous ses aspects (militaires, politiques, psychologiques...), assez ressemblant avec une possible invasion soviétique en vue d'en tirer une doctrine d'emploi de ces nouvelles armes, y compris aux niveaux tactique et opératif.

De plus, l'analyse initiale date de 1955! Période où le recours réel à la bombe était encore tout proche (Hiroshima/Nagasaki) sans oublier que nous sommes alors en pleine escalade de la Guerre Froide (main-mise soviétique sur l'Europe Centrale, Guerre de Corée, Mao en Chine, Indochine et mouvements de décolonisations soutenus par Moscou, maîtrise russe de la bombe...). La politique internationale et l'opinion publique n'étaient pas celles de 2014!

Par ailleurs, je n'ai pas tout repris de l'article mais il était aussi envisagé de frapper des villes allemandes (e.a. Aachen). 
Pour la frappe sur Maastricht (avec la population de 1940), selon la puissance de l'arme utilisée, on avait estimé les pertes civiles jusqu'à 51 000 personnes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
Louis Martel
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 550
Localisation : Sud-ouest
Date d'inscription : 13/06/2009

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Mar 6 Mai 2014 - 20:00

Bonsoir

Très intéressant!

Vis à vis de 1940 même elle n'apporte rien car en cas d'existence de l'arme nucléaire un emploi stratégique aurait prévalu sur un emploi tactique.

En revanche comme exemple d'emploi de counterfactual analysis sont intérêt est énorme bien que l'on manque d'éléments d'appréciation : quelle postérité pour ce document? A t-il convaincu? les conclusions ont-elle été suivies?

En 1955, l'ennemi potentiel est l'URSS et les "analystes en recherche opérationnelle" ne prennent pas une offensive soviétique mais la campagne de 1940 comme scénario. Il est vrai qu'il sont en plein "Blitzkrieg mania". Rien que ce choix fondé sur des préjugés (la Blitzkrieg archétype de la guerre moderne) et non sur sur des bases solides et concrètes (le scénario type d'une offensive soviétique) suffit à mettre en doute la pertinence des conclusions avancées. A lire cela, je comprends pourquoi le fait nucléaire à stérilisé toutes les réflexions doctrinales.
Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'écrire, une uchronie renseigne d'abord sur les présupposés et idées préconçues de son(ses) auteur(s). Je trouve qu'il s'agit d'un excellent exemple d'un mauvais usage de l'uchronie.

Autre point que je trouve contestable est l'idée avancée en conclusion qu'un conflit doit commencer par une bataille pour la suprématie nucléaire. Cela me donne la désagréable impression d'un copié-collé d'une des idées des tenants du bombardement aérien de l'Entre-deux-guerres sur la bataille pour suprématie aérienne qui devait ouvrir les hostilités et dont le résultat devait dicter le cours et le terme.

Merci pour cet excellente trouvaille.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ambarequiem
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/10/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Dim 11 Mai 2014 - 9:47

Bonjour à tous,
ce scénario bien qu'il soit intéressant pose un certain nombre de problèmes. La plupart des frappes se réaliseraient à proximité de centres urbains, à proximité de nos forces et sur le territoire allié (les relations diplomatiques d'après guerre risquent d'être compliquées). Cela nous rendrait pour le moins tout aussi inopérant que l'ennemi (ça pourrait même nous être plus préjudiciable qu'à l'ennemi). Le seul emploi tactique du nucléaire qui me semble valable en 1940 est d'atomiser les colonnes allemandes dans les Ardennes (et pas sur la Meuse) pour tuer un nombre important de soldat ennemis et interdire la zone par les radiations sans trop de pertes alliées (tant militaires que civiles). On peut démonter les pont sur la Meuse s'il n'y a plus personne pour les passer. Les autres scénarii ne me semblent pas pouvoir apporter de succès décisif (étant donné l'état de nos armes lorsqu'il se déroulent)

Cordialement 

Rémy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 739
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Dim 11 Mai 2014 - 21:35

Attention : il s'agit de l'utilisation du scénario de 1940 avec des moments décisifs choisis pour réfléchir sur l'emploi des armes nucléaires disponibles en 1955 ou prêtes à être disponibles à courtes échéances contre un ennemi différent (les puissances communistes menées par l'URSS).

L'impact sur les populations civiles est calculé dans l'étude (et il pourrait être effectivement lourd) mais il n'est pas pour autant mis de côté vu que la conclusion est bien que l'emploi de la bombe A est avant-tout une décision politique.

Pour les pertes militaires, l'impact peut être fortement réduit si des mesures simples de protection sont prises à temps! 
Il faut savoir qu'une force armée bien entraînée et raisonnablement équipée peut limiter ou contrôler les conséquences des armes nucléaires (certainement amies mais aussi ennemies) ou des armes chimiques. Bien plus que beaucoup le pensent!

Un véhicule blindé, une tranchée, un abri, un masque, des possibilités de décontamination assez simples, des calculs des zones de retombées, un balisage des zones contaminées, une gestion de la durée des séjours en zone contaminée, des normes de sécurité alimentaire... font chuter rapidement le taux de pertes, au moins pour les effets à court terme. Dans le cas de la bombe : les effets de l'onde de choc, de la haute température, des écrasements dus aux projections ou chutes d'objets/débris, des rayonnements pendant l'explosion, des incendies, des retombées radioactives...

Les conséquences dans les années suivantes étaient probablement moins bien contrôlés.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier que dans les année 50, l'usage de l'arme nucléaire ou radiologique n'était pas aussi condamné que plus tard. MacArthur a envisagé sérieusement de les utiliser en Corée pour arrêter les Chinois! La Corée n'était pourtant pas un territoire ennemi. 

Il faut aussi tenir compte de la capacité de renseignement pour frapper au bon moment (des forces en déplacement ne sont pas nécessairement localisées précisément) et la précision restreinte des frappes de l'époque. Une certaine stabilisation et une concentration de l'ennemi étaient des facteurs importants pour le choix du moment et de l'endroit.
De surcroît, le relief ardennais réduirait aussi l'effet des frappes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
ambarequiem
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/10/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Lun 12 Mai 2014 - 0:19

C'est parce que l'ennemi peut mettre en oeuvre ces dispositions et reprendre tout aussi rapidement le combat que la frappe sur un massif boisé qui réduit la mobilité de l'ennemi me semble plus avantageuse que la frappe nucléaire sur une vaste plaine agricole. Piéger l'aile marchante ennemi dans un gigantesque abattis radioactif sans que son potentiel militaire ne soit entamé a de fortes chances de vous faire gagner la guerre (sauf si l'ennemi possède les mêmes armes).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 739
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?   Lun 12 Mai 2014 - 8:49

Je reprends l'article avec moi ce soir pour une relecture attentive et quelques éléments de réponse aux questions suscitées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
 
Et si l'arme nucléaire avait existé en 1940 ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iran et l'arme nucléaire
» pays disposant de l'arme nucléaire
» L'arme nucléaire sera utilisée lors de la prochaine Guerre Mondiale !
» Selon un historien allemand, Hitler avait la bombe nucléaire
» Fusion nucléaire - ARTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: La période 1919 - 1940 de nos jours :: Uchronies :: Hypothèses de travail & réflexions-
Sauter vers: