Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

  21e RI - Le 21e RI au 5 juin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
DanTGN
Caporal
Caporal


Nombre de messages : 31
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 13/01/2014

MessageSujet: 21e RI - Le 21e RI au 5 juin    Jeu 6 Mar 2014 - 12:37

Bonjour à tous,

quelqu'un peut-il me renseigner sur les positions du 21 RI début juin 1940, plus particulièrement au 5 juin ?


Merci pour votre aide.
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilson
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 22/03/2011

MessageSujet: Re: 21e RI - Le 21e RI au 5 juin    Dim 14 Sep 2014 - 17:49

bonjour, 
le 5 juin le 21ème se battait à FOURDRINOY, SAISSEVAL, BRIQUEMESNIL, PICQUIGNY, SEUX 
le 6 juin, au lever du jour, l'attaque allemande reprend : des camions amènent sans cesse des renforts alors que la D.I ne peut compter que sur ce qui lui reste de combattants. ces survivants on fourni des efforts surhumaines ; ils n'ont ni bu ni mangé  ni dormi depuis plus de 30 heures. 
le 7 juin, le premier bataillon est à BERGICOURT
le 2ème à FAMECHON
le 3ème à UZENVILLE 
et commandement E.M. à BRASSY
voici ce que j'ai trouvé sur un livret du 21ème RI.  depuis le mois de juin, vous avez peut être eu la réponse. bonne soirée
Charlette Gilson
mon père était au 21ème et a été fait prisonnier le 13 juin. Il était éclaireur motocycliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1971
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: 21e RI - Le 21e RI au 5 juin    Lun 22 Sep 2014 - 0:47

merci du partage d'informations

détail du fanion de la 6ème compagnie, 2ème Bataillon, Langres 1939





Salutations
Loïc L.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crosnier
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 1725
Date d'inscription : 19/02/2011

MessageSujet: Re: 21e RI - Le 21e RI au 5 juin    Mar 10 Mar 2015 - 12:47

Bonjour

je fais remonter ce fil pour signaler d'une part que les photos proposées par Loïc n'apparaissent plus???

D'autre part pour signaler l'historique du 21eme RI 1589- 1945.
Cf le fil Colonel LACASSIE, lieutenant colonel LAMBERT chef de corps du 21eme RI

Cordialement
Crosnier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: 21e RI - Le 21e RI au 5 juin    Mer 7 Juin 2017 - 17:13

Bonjour à tous,

je reviens sur ce sujet suite à la lecture de nouveaux documents.

Voici un bref historique concernant le 21° RI :

" Point n'est besoin de nombreuses pages pour se rendre compte qu'en 1939 et aux jours douloureux de 1940, le 21° R.I. s'est montré digne des fastes inscrits sur son drapeau, et de son épopée de 1914-1918.
 
Entre les deux guerres, après les années d'occupation en Allemagne, Langres ne conserve plus que le 2° bataillon du 21°, les deux autres avec le colonel, tiennent garnison à Chaumont. Le 23 août 1939, le commandant Lambert, à la tête de son bataillon, quitte le quartier Turenne, pour rejoindre les autres unités du régiment, qui est d'abord cantonné au sud-est de Belfort (Grandvillars, Joncherey, Boron), puis gagne le sud du Haut-Rhin, par la région d'Altkirch. Il s'avance ensuite vers le Rhin, et se met à l'œuvre au sud de Mulhouse, pour prendre enfin position (10 mai 1940), face à la frontière suisse.
 
Pendant huit mois et demi, « tout en s'entraînant méthodiquement au combat », le 21° R.I. avait effectué de vastes travaux de fortification, construit des abris, des fossés anti-char, des pistes, des réseaux, des épaulements. C'est au cours de cette période que le commandant Lambert, promu lieutenant-colonel, prend la direction du régiment tout entier.
 
Le 22 mai 1940, le 21°, qui fait partie de la 13° Division d'Infanterie, s'embarque en chemin de fer (sauf les voitures autos) pour la région de Chevreuse, au sud de Versailles, puis des autobus l'acheminent à l'ouest d'Amiens. Il va participer à la bataille de la Somme (27 mai-8 juin).
 
D'abord c'est le redressement de la situation, que tente le général Weygand, qui a succédé à Gamelin. Les Allemands tiennent Amiens, ils élargissent leur tête de pont sur la Somme et s'y installent fortement. Le 21°, avec le 60° R.I., prend position sur le fleuve vers le nord-ouest d'Amiens, de Picquigny à Dreuillès-Amiens, et tient le front jusqu'à Pont-de-Metz, au sud-ouest (27 mai). Pendant plusieurs jours, on organise le dispositif, le terrain, les liaisons, le ravitaillement. Ces soldats, qui, pour la première fois affrontent le réalisme de la bataille, font preuve de bravoure active, repoussant les tentatives de l'ennemi, en dépit de l'infériorité des moyens, celle surtout écrasante de l'aviation.
 
Le 5 juin s'engage l'ultime bataille de France. A l'aube, artillerie ennemie et aviation préparent généreusement l'attaque. Les nôtres s'accrochent, fantassins, artilleurs collaborent avec une énergie lucide, si bien qu'en fin de journée, l'ennemi n'a pas réussi sa percée ; mais le lendemain, encore dès l'aube, accru sans cesse de renforts, il accentue son choc, il faut alors se replier sur Poix, au sud-ouest d'Amiens, puis sur Crèvecoeur (Oise), où se trouvent déjà des unités allemandes, ensuite au sud de Beauvais, pour s'établir sur l'Oise, entre l'Isle-Adam et Beaumont-sur-Oise.
 
La bataille de l'Oise (9-12 juin) marque encore un léger arrêt de l'avance ennemie. Le 21° trouve d'abord l’Ile de France en pleine insouciance, mais rapidement la population est évacuée, et le combat recommence le 11, vers le milieu du jour. L’artillerie ennemie arrive très vite, la nôtre, au contact des fantassins, exécute avec promptitude et précision ses tirs, si bien que l’ennemi ne peut franchir l'Oise. Cependant, le 12 au soir, l’encerclement de notre aile gauche s'amorçant, c'est le repli.
 
Désormais on va se contenter des combats en retraite (13-25 juin). Ce n'est pas une déroute : « à maintes reprises, la division forme l'arrière-garde qui couvre le repli des troupes ». Du nord de Paris (Enghien), on passe au sud (14 juin), alignés sur Longjumeau, puis Arpajon, où le 21° s'empare d'une voiture blindée, d'un side-car et de deux canons de 47 ; les officiers supérieurs sont au milieu de leurs hommes. La situation générale oblige à gagner le sud de la Loire. Le 17 juin, on se fraye un passage à « travers les forces ennemies très supérieures en nombre» ; mais la destruction des ponts ajoutant à la difficulté de passer le fleuve, le lieutenant-colonel Lambert est fait prisonnier avec un certain nombre de ses hommes.
 
Néanmoins, les unités de la division se regroupent, avec leurs officiers, et elles poursuivent leur tâche. Par le nord-ouest du Cher, on atteint l'Indre, pour former « un bouchon » dans le bois de Saint-Paul, que traverse la route de Blois à Châteauroux De La Roche-Posay (Vienne), on passe à Montmorillon, on atteint le nord de la Charente (Champagne-Mouton) puis le nord-est d'Angoulême, où l'on épaule l'action défensive de la 87e Division, près du camp de la Braconne. Enfin, l'armistice entre en vigueur (24-25 juin 1940).
 
Cette interminable retraite, bien souvent à pied, encore alourdie par une épreuve nationale sans précédent, parfois au milieu de localités en flammes, sous la menace constante de l'ennemi, spécialement de son aviation absolument maître de l'air, par des routes secondaires pour éviter les colonnes ininterrompues de population en fuite, tout en se contentant d'un ravitaillement d'infortune, a été un long calvaire.
 
Ce qui reste du 21° R.I. gagne Bergerac (Dordogne) et la bourgade de Lalinde ; en coopération avec les autres unités de la 13° D.I., il rassemble et assure la nourriture de « milliers d'hommes égarés, incertains », que le malheur national a jeté sur les routes sans information suffisante, et en particulier deux mille « garçons de la classe 1939, libérés par les Allemands », que l'on emploie à des tâches éducatives.
 
Ainsi, jusqu'au bout, le 21° d'Infanterie, qui serait bientôt dis sous, garda la Fidélité et se montra un élément sain et actif de la vie de la France."
 
Source : société historique et archéologique de Langres, tome 17 (numéros 252 et 253), le 21° régiment d’infanterie, épreuves et gloire par Paul VIARD.
Tout complément sera le bienvenu, merci d'avance.
Cordialement
Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
21e RI - Le 21e RI au 5 juin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 13 juin fête de Saint Antoine de Padoue
» Neuvaine pour la Vie du 29 mai au 7 juin
» 11 juin : Solennité du Sacré-Coeur de Jésus
» Bataille de LIGNY (Belgique), 16 juin...
» remplacement qui débute en juin, vous avez déjà eu?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Infanterie :: Par N° de RI-
Sauter vers: