Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Le fusil Antichar Boys.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hugo
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Age : 47
Date d'inscription : 27/07/2006

MessageSujet: Le fusil Antichar Boys.   Mar 22 Aoû 2006 - 12:45

Il semble que ce type d'arme (fusil Antichar Boys) fut en dotation au sein de certains GRDI et GRCA pour pallier au manque de canons de 25mm !
Avez vous une estimation du nombre utilisés lors de la campagne de mai-juin ??? Quelles unités en furent équipées ??

Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mar 22 Aoû 2006 - 13:29

Voici un petit extrait d'un texte de D.Lehmann sur ce sujet .

Fusil anti-char Boys (British)
Type : AT bolt action rifle
Total length : 1620 mm
Weight (empty) : 16.3 kg
Barrel Length : 915 mm
Caliber : 13.97x99B mm (.55in Boys)
Magazine : 5 rounds magazine
Penetration : 21 mm at 100 m
V° : 884 m/s
A modest number (several dozens) was provided by the British army which received 220 French 25mm AT guns which became the weapon of the BEF's brigade AT companies. The Boys AT rifles equipped some reconnaissance battalions (GRDI and GRCA) as well as the two airborne units in existence.

Je vais essayer de voir si j'arrive a identifier les GRDI en question , et si j'ai des details organiques sur les paras français de l'epoque .
Dans tous les cas , cette utilisation n'etait pas réellement pour pallier au manque de canons de 25 , puisqu'ils ont été donnés par les britanniques en echange de 220 canons .
Revenir en haut Aller en bas
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: infos supplémentaires   Dim 1 Oct 2006 - 15:34

Pour rajouter un petit complément aux environs du 7 juin 1940, le 618e Rgt de Pionniers reçoit une circulaire qui l'annonce la distribution imminente de fusils-antichars Boys. Il semble que ceux-ci n'ai finalement jamais rejoint les heureux récipiendaires. Chose marrante par contre, le régiment se verra doté de plusieurs mitrailleuses MG15, capturées en Belgique par le GRCA 18, probablement sur des unités allemandes de "série B"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pontus
Adjudant
Adjudant


Nombre de messages : 197
Age : 42
Localisation : Port au Prince (Haiti)
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Dim 22 Avr 2007 - 21:07

Bonjour
Après avoir consultés le pavé de David Lehman "1939-1940 French armament" j'ai trouvé 7 fusils antichar Boys utilisés dans l'infanterie de l'air en 1939.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mer 11 Fév 2009 - 10:43

Où le Boys réapparaît... Je découvre hier soir lors de saines lectures (JB Palvassier Brassard vert & blanc) que début juin 1940 les quatre pelotons du Détachement de Circulation routière 148/20 de la 2e DLC ont chacun en dotation les quatre fusils antichars Boys perçus par la division. Aucune mention relative à la date de perception de ces engins n'est mentionnée, il est cependant probable qu'ils aient été distribués lors du mouvement de la division de Montmédy en direction d'Abbeville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mer 11 Fév 2009 - 12:54

Bonjour,

Gare aux confusions car le fusil antichar Boyes s’inscrit dans un programme de commandes croisées de matériels entre Britanniques et Français et cette arme n’a pas été « échangée » contre des 25 mm AC Mle 34 H. Il a fait l’objet d’une fourniture inscrite dans la masse financière des commandes bilatérales. Il s’agit d’un besoin spécifique pour une arme antichar d’auto défense à l’échelon compagnie que souhaitaient le général Gamelin et la Direction de l’Infanterie. En effet, mis à part les projectiles de 7,5 mm perforants tirés par le FM 24/29 (quand il y en avait en dotation !) mais qui pouvaient mettre hors de combat un Pz 1 à très courte distance, soit <100 m (témoignage direct d’un ancien de la Colo en mai 1940), les fantassins étaient démunis. Le GQG s’inquiéta fortement de cet état des choses en prévoyant :

- Le canon de 29/20 Larsen type APX, très léger et en essais corps de troupes en mai 1940 (priorité aux troupes de montagne et aux deux groupements d’infanterie de l’Air, totalement démunis d’armes antichars.)

- Eventuellement la grenade à fusil antichar à charge creuse type Brandt de 50 mm (essais concluants début juin 40). Elle perçait 40 mm d’acier à blindage homogène. Portée : environ 80/100 m.

- Des grenades « pièges » antichars du type Borstein ou Nahan, très efficaces pour défoncer les blindages mais d’un transport dangereux et d’un maniement délicat.

Une solution de transition fut trouvée avec le Boyes (je n’ai pas de données sur les commandés/livrés) mais aussi la possibilité de faire rechambrer par la MAS plusieurs dizaines de « TankGewher », prises de guerre, au calibre de 13,2 mm.

Comme souvent à cette époque (pourquoi cette époque ?) la pensée des grands chefs fut trahie par la nécessité de faire « flèche de tout bois » et, effectivement, des Boyes furent livrés à des unités déficitaires en canon de 25 mm, même si les deux armes n’avaient rien de comparable tant pour leurs performances que pour leur emploi.

Cordialement

SF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pontus
Adjudant
Adjudant


Nombre de messages : 197
Age : 42
Localisation : Port au Prince (Haiti)
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mer 11 Fév 2009 - 16:07

Bonjour,

Savez-vous, Stéphane si le rechambrage des "TankGewher " fut effectivement réalisé ?
D'autre part, Lee Sharp laissait entendre il y a quelque temps sur le groupe "France 1940" que les fournitures de Boys avaient été bien supérieures aux quelques dizaines d'exemplaires que l'on retrouve ça et là dans des unités de l'armée françaises. Que sont donc devenues ces armes ?
Je me permet de reproduire le message de Lee Sharp qui m'avait intrigué (en espérant qu'Alain ne m'en voudra pas trop).

"In a meeting with the British on 20 March 1940 the French asked for 10000 Boys AT rifles each with 500 rounds. The British obviously did not have anything like that number to spare. In a later meeting on 10 May 1940 it was agreed to supply 500 rifles starting 1 June 1940 each with 200 rounds. There would follow 200 rifles each month afterward with 40000 rounds per month. The French already had 48 rifles. 10000 practice rounds were also to be supplied in June 1940. In the event only 400 rifles were sent in June and only with 100 rounds each as the British had no more spare ammunition.
Source: National Archives WO193/494."

Bien amicalement
Pontus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Jeu 12 Fév 2009 - 10:21

Bonjour Pontus,

En ce qui concerne les « Tankgewehr », et en fonction de la date tardive de la lettre (de mémoire : mars 40) du directeur des fabrications (Happich), concernant un rechambrage en 13,2 mm, il paraît fort peu probable que cette affaire ait eu à connaître un début d’exécution en fonction des délais (réalisation d’un prototype, essais, mise en place de l’outillage et du personnel de fabrication, commande, financement, réception des premiers lots). Par contre, on ne peut exclure que, début juin et pour faire « flèche de tout bois », des « Tankgewehr » auraient pu être distribués avec des cartouches allemandes provenant de stocks saisis après la PGM. Hypothèse qu’aucun document, à ma connaissance, ne confirme donc : prudence.

Pour les Boyes, la source citée par Lee Sharp ne manque pas d’intérêt et confirme par l’importance des besoins initiaux exprimés (10 000 armes) que la distribution envisagée était bien au niveau de la compagnie ( section ou peloton). Elle confirme donc mon précédant post sur la démarche du GQG vis-à-vis de l’armement antichar des fantassins et cavaliers. Une grande partie des Boyes de l’ATF fut certainement saisie par les Allemands (les armes antichars étant proscrites pour l’armée d’armistice) et réutilisée en compagnie des Boyes du BEF sous la désignation de « 13,9 mm Panzerabwehrbüchse 782 (e) ».

On note la similitude des dates (mars 40) tant pour le « Tankgewehr » rechambré en 13,2 mm que pour le Boyes. On peut noter aussi que si cette affaire avait été menée à son terme, l’ATF aurait disposé de fusils antichars de deux calibres différents, toutefois on peut penser « logiquement » que les « Tankgewehr », armes de circonstance, auraient été remplacés par des Boyes au moins sur le front NE. Enfin, pour les difficultés des Britanniques à fournir les quantités demandées (armes et munitions) celles-ci étaient à l’égal des Français pour fournir au BEF des canons de 25 mm et de 47 mm SA 37 antichars, entre autres.

Bien cordialement

SF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pontus
Adjudant
Adjudant


Nombre de messages : 197
Age : 42
Localisation : Port au Prince (Haiti)
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Ven 13 Fév 2009 - 16:25

Bonjour,

Merci Stéphane, pour ces précisions.

Bien amicalement
Pontus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin


Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Sam 14 Fév 2009 - 20:41

Je ne retrouve pas où, après avoir cherché une bonne heure sur mon disque Evil or Very Mad Evil or Very Mad mais je sais que j'ai vu un document français qui confirme grosso modo les chiffres donnés par Lee Sharp à savoir quelques centaines de fusils, chacun ayant environ une centaine de coups.

Il faut savoir que ces fusils ont été débarqués à la mi-juin à Cherbourg, donc qu'il n'y a pas eu le temps de les distribuer vu le b... ambiant, sans parler d'entraîner les troupes au maniement de ces armes. Le papier dont je me souviens avait nettement un ton de "trop peu, trop tard", et même s'il faut faire la part du feu (on ne peut pas dire Français et Anglais disaient beaucoup de bien les uns des autres dans ces jours de juin) je pense que c'était globalement exact. Pas étonnant donc qu'on n'en ait retrouvé que quelques dizaines en utilisation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Dim 15 Fév 2009 - 12:08

Bonjour,

Tout à fait d’accord avec vous en ce qui concerne les livraisons du mois de juin, on peut imaginer la « divine surprise » des allemands en ouvrant les caisses ! Par contre, et Lee Sharp le précise au 10 mai, il existait 48 Boyes (certainement essais en corps de troupe) dont certains avaient été remis à des GRCA et GRDI mais aussi aux deux GIA ou un seul comme une photo le prouve. Toutefois, une réserve car cette photo date de juin. Autre chose, Rommel est arrivé à Cherbourg le 17 juin date à comparer avec celle du débarquement des Boyes si on la connaît.

Cordialement

SF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin


Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Dim 15 Fév 2009 - 19:04

Bonsoir Stéphane.


Il s'avère que j'ai écrit des bêtises, ce qui suit annule et remplace mon message précédent.

Je peux aussi confirmer Lee Sharp, en citant une note du 7 mai de la mission française de liaison à Londres, répondant à une note britannique du 18 avril: "les autorités françaises attacheraient un intérêt particulier à recevoir, à défaut de fusils Boys, 24.000 cartouches. Cette quantité de cartouches correspond à une dotation de 500 cartouches pour chacun des 48 fusils Boys actuellement en service dans l'Armée Française."

Suite du feuilleton.

En mai, les Britanniques font connaître qu'il ne leur est pas possible de fournir les 10.000 fusils (!!!) et 5.000.000 cartouches demandés par la France. [pour info, ça représente plus d'armes qu'il n'y avait en service dans la BEF] A la place, ils promettent ce qu'a listé Pontus - les cartouches d'instruction sont promises pour le 1er juin - mais sans se prononcer sur les 24.000 cartouches que voulaient les Français, cf. ci-dessus.

Le 23 mai, les Français envoient une nouvelle demande pour obtenir la livraison immédiate du plus grand nombre possible de fusils Boys déjà disponibles sur le contingent de 500 promis pour le 1er juin, demande transmise par avion au War Office au vu de l'urgence. Ce dernier répond le lendemain 24 mai (et pas juin !) en offrant 250 fusils et 50.000 cartouches aux Français, lesquels donnent les instructions nécessaires, si bien que le War Office promet que les fusils arriveront dans la nuit du 25 ou dans celle du 26 à Cherbourg venant de Southampton.

Les Français rameutent des camionnettes pour transporter tout ça sur le Parc d'Artillerie de Vincennes le plus vite possible, sauf 20 fusils destinés au Centre d'Instruction de l'Infanterie de l'Air de Montargis. La livraison arrive dans la nuit du 25, les Britanniques y ont ajouté 3.000 cartouches d'instruction et promettent la même quantité à Poitiers pour la semaine suivante.

Le 29 mai, les fusils sont annoncés comme arrivés à Vincennes la veille au soir et en cours de distribution.

Le 3 juin, le second lot part sur Poitiers avec 7.000 cartouches d'instruction et 40.000 cartouches de guerre, les Britanniques laissent entendre que les 24.000 cartouches réclamées par les Français pour les fusils qu'ils ont déjà pourraient peut-être prélevées sur les stocks de la BEF.

Donc je n'ai toujours pas retrouvé le document auquel je pensais mais j'espère avoir tout de même fait avancer un peu les choses !

Cordialement

LC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel


Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Dim 1 Mar 2009 - 18:39

Zut, Louis, j’ai zappé votre réponse sur les fusils AC Boyes et qui apporte une contribution essentielle à une meilleure connaissance de la diffusion de cette arme dans l’ATF 40. Mais c’est bon sang bien sûr : si les britanniques devaient livrer 500 armes au 1er juin, il est évident que ceux-ci étaient en cours de production/recette depuis pas mal de temps. Donc, ils peuvent répondre positivement le 24 pour 250, le reste étant en cours de production/recette (recette certainement car cette étape est généralement longue et fonction du nombre de personnels qualifiés pour l’assurer. C’est un goulot d’étranglement). La production étant généralement livrée de manière hebdomadaire aux commissions de recettes. Vous parlez d’un second lot le 3 juin, était-il de 250 fusil ?

Pour le Boyes, il a été essayé en avril 1939 et comparé à la 13,2 mm par l’EET (Etablissement d’Expériences Techniques) de Versailles (Question n° 488).

Munition de 13,9 mm

Poids de la cartouche : 131 g

Poids du projectile : 61,90 g

VI : 750 m/s

Perce 21 mm de blindage à 300 m sous I= 0°

Munition de 13,2 mm

Poids de la cartouche : 122 g

Poids du projectile : 40 g

VI : 800 m/s

Perce 20 mm de blindage à 500 m sous I=0° (certainement avec noyau en tungstène. A la « louche », à réduire de 20% pour le projectile à noyau en acier)



Le véritable « challenger » était la mitrailleuse de 9 mm (voire ce sujet dans la rubrique matériels) qui ne pesait guère que 4 kg de plus que le Boyes (16,5 kg pour 20,5). Je n’ai pas les capacités de perforation du projectile (16 g pour 850 m/s) mais partant de ½ de MV2 et avec une calculette ça doit pouvoir se faire). Toutefois, celle-ci n’était pas « opérationnelle » en mai 40 et donc, encore moins en 1939. Au sujet du fusil antichar et pour tous les mordus d’ATF 40 pour qui les valeurs balistiques ne sont pas le quotidien, un peu de philosophie :

L’ATF dès 1918 s’est désintéressée du fusil antichar- dont le fusil Gras avec balle de 11 mm Desvigne- pour se reporter sur la mitrailleuse lourde (future 13,2 mm). En effet, on considérait que le « fusil à un coup pour tuer char seul », nécessitait de « bons tireurs » disposant d’une grande maîtrise et capables d’atteindre une partie sensible (organes de vision) d’un engin en mouvement. La mitrailleuse en envoyant une gerbe de balles perforantes avait beaucoup plus de chances de prendre un blindé « au défaut de la cuirasse ». Cette philosophie encouragea le développement de balles perforantes de 8 mm, 7,5 mm, 9 mm et 13,2 mm pour les armes automatiques.

Toutefois, l’expérience (aujourd’hui on parle de Retex ou retour d’expérience) de la campagne de Pologne infléchit quelque peu cette philosophie et, en attendant la mitrailleuse de 9mm à l’horizon 1941, on se retourna vers le fusil antichar qui ne devait être confié qu’au meilleur tireur (c'est-à-dire le moins mauvais) de la section ou du peloton. L’arme devait permettre :

- De percer la protection des chars légers (soit 2/3 des chars de la Panzerwaffe)

- D’aveugler les chars plus lourds (organes de vision)

- De contre battre les tireurs d’élite ennemis et de percer le bouclier des canons antichars.

Pour cela, trois solutions furent retenues :

- Achat en GB de Boyes en un premier lot d’une cinquantaine d’exemplaires pour essais en grand en corps de troupe (confirmé par les posts précédents).

- Fabrication en France du fusil antichar polonais Wz 35 rechambré au calibre 7,5 mm P, Vi de 1200 m/s

- Rechambrage en 13,2 mm des Tankgewehr de prise

Signalons que l’AF 2009 est toujours équipée de fusils antichars, pardon de fusils « Heavy Sniping » dont la mission et les performances sont sensiblement les mêmes que celles du bon vieux Boyes de 1940.



Très cordialement

SF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin


Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Dim 1 Mar 2009 - 20:04

Bonsoir Stéphane,


Pour le 2e lot, normalement oui: il devait s'agir de la moitié suivante des 500 fusils promis, donc 250. Je ne sais pas exactement combien ont été pris en compte par l'ATF et ce qu'ils sont devenus.

En ce qui concerne la pénétration, attention que 1/2mv² ça ne suffit pas. La masse (donc le calibre) du projectile par rapport à l'épaisseur du blindage joue aussi un rôle, donc pour schématiser il vaut mieux tirer du 120mm à la main que de tirer un projectile d'un micron de diamètre à une vitesse proche de celle de la lumière. Tout ça pour dire que je ne pense pas que la mitrailleuse de 9mm aurait marché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Lun 2 Mar 2009 - 15:06

Une petite photo de la bete , pour illustrer cette discussion ...
Revenir en haut Aller en bas
agrignon
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 266
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mar 3 Mar 2009 - 13:24

Bonjour à tous,
J'aimerai ici répondre à Louis au sujet de 0.5mV2.

Prenons l'exemple du 37 mm TR16 : masse du projectile 0.5kg vitesse initiale 350 m/s (chiffres approximatifs).
Quantité de mouvement : mV = 0.5*350 = 175 kgm/s
Energie cinétique : 0.5*0.5*350*350 = 30625 Joules.
Le projectile a une faible capacité de pénétration.

Comparons ces performances avec le réducteur 37/25 de BRANDT : masse supposée du projectile 0.25 kg.
Le recul du canon est limité par le dispositif d'absorbsion (ici un ressort helicoidal), il faut garder la même quantité de mouvement, ce qui donne une vitesse initiale de 700 m/s.
Energie cinétique : 0.5*0.25*700*700 = 61250 Joules.
Soit le double ! En effet les capacités antichar du 25 mm sont meilleurs que celles du 37 mm.
On voit l'intérêt de la réduction : on transforme de la masse en vitesse!

Ceci dit l'énergie cinétique est un potentiel qui doit être exploitée par le projectile à l'impact. Il y a trois possibilités :
- Le projectile explose (trop mou)
- le projectile perfore (trop dur)
- le projectile rebondi (le choc est trop dur)
Mais c'est une autre histoire c'est de la balistique terminale.

Cordialement.

Armel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin


Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Jeu 2 Juil 2009 - 21:58

Bonjour Armel,


Oui, je sais comment marche l'énergie cinétique Cool en revanche comme je l'ai écrit il y a d'autres paramètres qui entrent en jeu et qui font que tirer un projectile d'un micron à la vitesse de la lumière ne marche pas.

Plus le projectile est léger, plus il est ralenti d'une part, et surtout la masse du projectile (indépendamment donc de sa vitesse) est un facteur. Grosso modo, si le calibre du projectile est équivalent ou supérieur à l'épaisseur du blindage à perforer, cela annule l'essentiel des effets purement mécaniques (inclinaison du blindage). J'avoue avoir un peu la flemme de retrouver les formules idoines ce soir, mais c'était à prendre dans le contexte d'une arme AC de 9mm (pas d'un 25mm contre un 37mm, les deux étant nettement plus gros !)

Cordialement,


Louis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5392
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: Le fusil Antichar Boys.   Mer 7 Juil 2010 - 16:31

Bonjour,

L'histoire de l'Armée française et du "Boyes" ne s'est pas arrêtée en 1940. Certains Français libres on servi le Boyes sous diverses configurations. Ainsi, les Français du 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains furent équipés d'automitrailleuses Marmon-Herrington armées du Boyes. Ils s'empressèrent de monter un 25 mm AC français sur un véhicule par peloton, à la place du Boyes qui avait en 1942 une sinistre réputation (il avait déjà du mal à percer en 1940... c'était devenu quasi-impossible deux ans plus tard).

Thierry Moné


Dernière édition par Thierry Moné le Lun 16 Mai 2011 - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le fusil Antichar Boys.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fusils antichar
» Bretelle de fusil et Démonte-ressorts : Commande groupée ?
» Fusil à percussion sous le 1er Empire ?
» Batterie de fusil
» Le fusil 1777 en Equation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les matériels de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Armement :: Canons, fusils et grenades antichars-
Sauter vers: