Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 ALVF : essai de synthèse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5392
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Lun 20 Jan 2014 - 12:00

Bonjour,

J'ai bien noté la requête. Hélas, nous ne pouvons corriger le site ATF40, qui reste administré par Alain.

Cordialement,

DH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Lun 20 Jan 2014 - 15:35

Bonjour,

Une correction serait d'autant plus nécessaire que l'organisation des 371e, 372e et 373e RALVF décrite sur le site ATF-40 contient de nombreuses erreurs.
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5392
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Lun 20 Jan 2014 - 18:30

J'en suis bien conscient...

D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Loïc M.
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Mer 22 Jan 2014 - 7:34

Bonjour,

Un site qui parle de l'artillerie de 1874 à 1914, on y retrouve certains matériels listés ci-dessus : http://www.fortiffsere.fr/index_fichiers/Page1918.htm

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Ven 24 Jan 2014 - 7:42

Bonjour,

je remercie tous les participants mais j'ai encore une interrogation sur les  pièces de 320 mm.


ALVF a écrit : "En plus de celle mentionnée par avz94, l'erreur la plus importante, malheureusement souvent reprise, est la mention d'un 320 mm sur affût-truck Batignolles provenant d'un 305 modèle 1893-96 réalésé.Si cette version a bien été prévue, elle n'a jamais été réalisée.Seuls les canons de 305 modèle 1893-96 sur affût à glissement ont été réalésés en 320 (qui prend alors l'appellation de 320 mm modèle 1917)".

Dans ma synthèse, j'ai mentionné des 320 modèle 1917 mais à berceau. Finalement, se pourrait-il que ces pièces soient donc à glissement (au nombre de 8 ?), sans se mélanger avec les autres modèles de 320 mm ?

Merci d'avance de votre sagacité.

Cordialement, Rémy SCHERER


·        
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Ven 24 Jan 2014 - 8:35

Bonjour,

Les 8 canons de 320 mm modèle 17 en service aux 372e et 373e RALVF en 1939 sont montés sur affût à glissement Schneider.
Il s'agit des anciens tubes usés de 305 mm modèle 1893-96 de l'ALVF réalésés au calibre 320 mm dans les années 1918-1919.Ces canons de 30 cm modèle 1893-96 à tourillons étaient à l'origine des tubes destinés à armer des batteries de côte de la Marine.En 1901, lors du passage de toute la défense des côtes de métropole à la "Guerre", ces tubes neufs n'étaient pas encore installés dans les batteries de côte.La "Guerre" les a gardés stockés jusqu'en 1914 sans les déployer (à part un essai bref à Cherbourg d'un matériel).
En 1914, ces tubes neufs étaient donc toujours stockés et ils équipèrent d'abord, à partir de fin 1914 et en 1915, 8 affûts à châssis Saint-Chamond tous azimuts mais ils étaient trop puissants pour l'affût et surtout leur pointage vertical était trop faible, limitant la portée.De ce fait, les 8 canons de 305 mm furent montés sur 8 affûts à glissement Schneider neufs à partir de 1916 (tandis que les 8 affûts Saint-Chamond étaient modifiés en 1917 pour recevoir des 240 mm modèle 1893-96 M "Colonies").
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Ven 24 Jan 2014 - 10:51

Bonjour,

je vous remercie de votre réponse.



Donc, si j’ai tout saisi, il existe deux types de canons de 320 mm pour l'ALVF en 1940, tous deux à glissement :
 
·         320 mm à glissement Modèle 1870/80, 1870/84 et 1870/93 : ce sont des pièces de 30 calibres d’origine marine. En 1940, 8 canons de ce type sont mobilisés.
·         320 mm Modèle 1917 à glissement (et non sur affût truck à berceau) : ces pièces de marine sont à l’origine de canons de 305 mm réalésés. Huit pièces sont mobilisées. Il s'agit des anciens tubes usés de 305 mm modèle 1893-96 de l'ALVF réalésés au calibre 320 mm dans les années 1918-1919.
Reprenez-moi si j'ai mal interprété vos messages.

En vous remerciant encore de vos informations qui permettent d'avoir une vue plus claire de l'ALVF.

Cordialement, Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4883
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Ven 24 Jan 2014 - 17:06

RSCHERER a écrit:

240 mm TAZ Modèle 1884/1917 Batignolles : à l’origine pièce d’artillerie côtière, il s’agit du 240 mm Long tracté. Trois modèles se côtoyaient à l’époque : Modèle 1884 sur affût Batignolles ; Modèle 1884/1917 sur affût Batignolles (avec chambre agrandie et une bouche à feu légèrement plus longue) et Modèle 1884 sur affût truck Schneider. En 1940, 8 pièces sont mobilisées.


ALVF a écrit:
 -pour l'ALGP:
Il n'existe aucun canon de 240 mm modèle 1884/1917 mais des canons de 240 mm modèle 1884 et d'autres de 240 mm modèle 1917.

Bonjour

il y a peut-être eu confusion dans la nomenclature avec l'adaptation d'un tubes mod 1917 sur les canons de 240 modèles 1884 sur affût à tracteurs Saint-Chamond pour les différencier des pièces équipées de l'ancien tube, alors que l'ensemble des pièces est bien identifiées comme canon de 240 mm modèle 1884 sur affût à tracteurs SC

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Ven 24 Jan 2014 - 17:21

Bonsoir,

Les seuls matériels d'ALVF en service en 1940 provenant des anciennes pièces de côte de 32 cm d'origine Marine sont les 320 mm modèle 70-30.
Les 320 mm modèle 70-30 proviennent de la transformation des canons de 32 cm modèle 1870-84 et modèle 1870-93 par agrandissement de la chambre.Les anciens 32 cm encore existants sont appelés en 1939, canons de 320 mm modèle 70-84 et modèle 70-93.Tous ces matériels étaient prévus pour transformation en 320 mm modèle 70-30 de 1940 à 1941.

Notez bien que les 320 mm modèles 70-30, 70-84 et 70-93 sont des pièces de côte d'origine Marine et non pas des "pièces de marine" stricto sensu puisque jamais montées sur des navires.
De même, les 320mm modèle 17 sont à l'origine des pièces de côte de 305 mm modèle 1893-96 d'origine Marine et non pas des pièces de marine car jamais, elles-aussi, montées sur des navires.
Il a bien existé dans l'ALVF des 305 mm modèle 1893-96 d'origine Marine puisque ces pièces provenaient du cuirassé "Iéna" détruit accidentellement.Ces pièces de 305 mm étaient elles-aussi du modèle 1893-96 mais sans tourillons (ST) donc distinctes des pièces de côte à tourillons et ont équipé les 3 affûts à berceau Batignolles construits en 1916 mais non utilisés en 1939-1940.Ces matériels portaient d'ailleurs après 1918 des 305 mm modèle 1893 "Marine" après que leurs tubes modèle 1893-96 aient été usés pendant la Grande Guerre.
Il faut être précis car l'artillerie de marine, l'artillerie de côte et l'ALVF sont des sujets très compliqués!
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Ven 24 Jan 2014 - 17:29

Bonsoir,

Concernant la remarque de avz94, la désignation 240 mm modèle 1884/17 ou 1884/1917 est une appellation allemande.
Tous les documents français réglementaires distinguent les 240 mm modèle 1884 (anciennes pièces de côte "Guerre") des 240 mm modèle 1917 qui sont des tubes neufs destinés à servir de rechanges aux matériels de l'artillerie à tracteurs et aux matériels ALVF équipés de 240 mm modèle 1884.
Les tubes de 240 mm modèle 1917 sont d'ailleurs plus longs, ont des rayures différentes et sont dépourvus des frettes à anse et anses qui caractérisent le modèle 1884.
Les deux tubes différents se rencontrent notamment dans deux batteries du 374e RALVF en 1940.
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4883
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Ven 24 Jan 2014 - 17:54

Bonsoir

merci pour ces réponses

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Sam 25 Jan 2014 - 9:18

Bonjour à tous,

grâce à vos réponses, et en particulier d'ALVF, je me permets de vous soumettre un nouvel essai de synthèse concernant l'ALVF en 1940 ci-dessous.



Dès l'armistice de 1918, un grand nombre de pièces seront réformés et, en 1940, 117 pièces seulement sont mobilisées et incluses dans les plans de feux de l'artillerie des régions fortifiées avec emplacements préparés à l'avance. Toutes les pièces d'ALVF utilisées par la France en 1940 datent donc du premier conflit mondial.
Le matériel de l’ALVF
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "tous azimuts" (TAZ)
Ce type de matériel peut tirer à 360° et être mis en batterie à partir de n’importe quel point d’une voie ferrée grâce à un dispositif d’ancrage au sol par vérins. Il s’agit de pièces de "petit" calibre allant jusqu’au 240 mm car la résistance des stabilisateurs limite le calibre des pièces.
·         164 mm TAZ Modèle 1893/96 M : 4 pièces sont mobilisées sur 4 existantes. En 1918-1919, 4 nouveaux affûts de 16 cm sont construits sur un type simplifié dénommé "affût truck TAZ de circonstance modèle 1917". Ces 4 affûts portent des canons de 16 cm modèle 1893-96 M. Ce type de pièce est différent du 164 mm TAZ Modèle 1893/96 non mobilisé en 1940. (0-4)
·         194 mm TAZ Modèle 1870/1893 : c’est un canon de marine de 30 calibres dont la tourelle est posée directement sur un affût ferroviaire. Ainsi 24 pièces furent misent en œuvre sur 26 de disponibles en 1940. (24-28)
·         240 mm TAZ Modèle 1884 sur affût truck Schneider et modèle 1917 sur affût Batignolles : à l’origine pièce d’artillerie côtière, il s’agit du 240 mm Long tracté. Les tubes de 240 mm modèle 1917 sont plus longs, ont des rayures différentes et sont dépourvus des frettes à anse et anses qui caractérisent le modèle 1884. En 1940, 7 pièces sont mobilisées (3 modèles 1884 et 4 modèles 1917). (7-35)
·         240 mm TAZ Modèle 1893/96 Colonies : Il s’agissait aussi d’artillerie côtière, huit pièces seront misent en œuvre. (8-43)
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "à glissement"
Les pièces d’artillerie placées sur "affûts à glissement" ne peuvent tirer que dans l'axe de la voie. Ces pièces sont montées une sur poutrelle métallique, avec ou sans lien élastique, dont les extrémités reposent sur deux boggies multi essieux.
Le pointage s'effectue sur un épi courbe de voie ferrée, spécialement construit, la direction de tir étant tangente à la courbe. Au départ du coup l'ensemble recule en roulant sur la voie, mais est freiné par un système de poutrelles agissant par frottement sur les rails. La pièce doit être ramenée en position après chaque tir.
·         274 mm à glissement Modèle 1917 : Ce canon a une origine marine, à savoir le canon de 274 mm/45 calibres Modèle 1887/1893 de la Marine. Seize pièces sont mobilisées. (16-59)
·         293 mm Modèle 1914 Schneider sur affût truck à glissement : Il s’agissait d’un obusier dont quatre pièces sur cinq sont mobilisées en avril 1940. (4-63)
·         305 mm à glissement Modèle 1906 et 1906/10 : ce modèle provient de l'artillerie navale, et on distinguait le Modèle 1893/96 de 40 calibres et les Modèle 1906 et 1906/10 de 45 calibres. Six exemplaires de ce canon furent mobilisés en 1940. (6-69)
·         320 mm à glissement Modèle 1870/30 : ce sont des pièces de 30 calibres d’origine marine. Les 320 mm modèle 70-30 proviennent de la transformation des canons de 32 cm modèle 1870-84 et modèle 1870-93 par agrandissement de la chambre. Les anciens 32 cm encore existants sont appelés en 1939, canons de 320 mm modèle 70-84 et modèle 70-93.Tous ces matériels étaient prévus pour transformation en 320 mm modèle 70-30 de 1940 à 1941. En 1940, 8 canons de ce type sont mobilisés. (8-77)

  • 320 mm Modèle 1917 à glissement : huit pièces sont mobilisées. Il s'agit des anciens tubes usés de 305 mm modèle 1893-96 de l'ALVF réalésés au calibre 320 mm dans les années 1918-1919. (8-85)

·         340 mm à glissement Modèle 1893 : deux pièces mobilisées. (2-87)
·         340 mm à glissement Modèle 1912 et Modèle 1918 : ces pièces devaient équiper les nouveaux cuirassés de la classe Normandie, jamais achevés, et furent également utilisés dans l'entre deux guerres pour la défense côtière (Saint-Mandrier et Bizerte). En 1940, 7 de ces canons sont mobilisés (6 modèle 1912  sur 14 existants et 1 modèle 1918). (7-94)
·         370 mm modèle 1875/1879 sur affût truck à glissement : six pièces sont en réserve.
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "à berceau"
Les pièces d’artillerie avec affûts "à berceaux" permettent d’améliorer le pointage en azimuts par rapports aux pièces sur "affûts à glissement"  qui ne peuvent tirer que dans l'axe de la voie. Le canon est relié au châssis par un lien élastique qui amortit le recul du départ de coup, contenu dans un berceau sur lequel glisse la bouche à feu après le départ du coup pour revenir ensuite à sa position initiale. Contrairement aux matériels précédents, ils sont amenés à leur position de tir sur un épi droit construit à partir de la voie normale et amarrés sur plate-forme. Ces pièces ont une mise en batterie longue et faible champ de tir en direction.
·         340 mm Modèle 1912 à berceau dit "plate-forme" : ces pièces étaient d’origine marine étaient destinées à l’origine aux cuirassés alors en construction de la classe Normandie non achevée. Six pièces sont mobilisées. (6-100)
·         370 mm Modèle 1915 sur affût truck à Berceau : Cet obusier existait en plusieurs variantes soit de Batignolles ou du Creusot. Sept pièces sur 7 ont été mobilisées. (7-107)
·         400 mm Modèle 1915 et 1916 à berceau : cet obusier de 400 mm fut en 1940, le plus puissant obusier utilisé par l'armée française. C'est à l'origine une bouche à feu de la Marine de 340 mm Modèle 1887 qui fut raccourcie et réalésée. Dix exemplaires sont mobilisés en 1940. (10-117)
Les unités de l’ALVF au 1° avril 1940
L’artillerie française compte cinq régiments d’ALVF dont un de servitude (construction et entretien des voies), les batteries de repérage, le parc d'ALVF et le parc annexe.
 
L’ALVF est une composante de la Réserve Générale d’Artillerie. C’est la 1° subdivision et elle commandée par le général Maurin Joseph.
Le 370° RALVF
Cette unité est dite « de servitude » pour la construction et l’entretien des voies ferrées spécifiques à ce type de matériel.
 
Le 371° RALVF
 
Cette unité est aussi dénommée 371° Régiment d’obusiers.

  • I° groupe : 2 batteries de 2 x 400 Modèle 1915  (ex V/372°). (0-4)
  • II° groupe : 3 batteries de 2 x 400 Modèle 1915 (ex VI/372°et 3° batterie créée en mai 1940). (6-10)
  • III° groupe : 7° et 8° batteries de 2 x 370 Modèle 1915, 9° batterie de 3 x 370 Modèle 1915 et 10° batterie de 4 x 293 Modèle 1914 (7°, 8° et 9° batteries créées en mai 1940). (11-21)

Le 372° RALVF


·         I° groupe : 1° batterie 2x 340 Modèle 1912 à glissement et 2° batterie 2x 340 Modèle 1912 à berceau. (4-25)
·         II° groupe : 4° batterie 4 x 320 Modèle 1917 à glissement, 5° batterie 3 x 305 Modèle 1906 à glissement et 6° batterie 2 x 340 Modèle 1893 à glissement. (9-34)
·         III° groupe : 7°et 8° batteries 2 x 340 Modèle 1912 à berceau et 9° batterie 1x 340/240 Modèle 1918 à glissement au 15 avril 1940 (unité créée en mai 1940). (5-39)
·         IV°groupe : 10° et 11° batteries de 4x 274 Modèle 1917 à glissement. (8-47)
·         111° Batterie d'instruction au Groupe d'instruction Motorisé n° 13.
Le 373° RALVF
 
Cette unité est dotée exclusivement de canons à glissement.
 
·         I° groupe : 1° et 2° batteries de 2x 340 Modèle 1912 à glissement. (4-51)
·         II°groupe : 4°et 5° batteries de 4x 274 Modèle 1917 à glissement. (8-59)
·         III°groupe : 7°et 8° batteries de 4 x 320 Modèle 1870-30 à glissement. (8-67)
·         IV° groupe : 10° batterie de 4 x 320 Modèle 1917 à glissement et 11° batterie de 3 x 305 Modèle 1906/-10 à glissement. (7-74)

Le 374° RALVF

Cette unité est dotée exclusivement de canons TAZ.
·         I°groupe : 1° et 2° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93.  (6-80)
·         II° groupe : 4° et 5° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93. (6-86)
·         III° groupe : 7° et 8° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93. (6-92)
·         IV° groupe : 10° et 11° batteries de 4 x 240 Modèle 1893-96 M 8-120 et 12° batterie de 4 x 164 Modèle 1893-96 M (ex I/317°). (12-104)
·         V° groupe : 13° batterie de 3 x 240 Modèle 1884 et 14° Batterie de 4 x 240 Modèle 1917 (ex II/371°). (7-111)
·         VI° groupe : 16° et 17° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93 (ex III/371°). (6-117)
En vous remerciant d'avance pour vos remarques qui ne pourront qu'améliorer ce petit exercice.

Bonne lecture, cordialement

Rémy SCHERER

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Sam 25 Jan 2014 - 17:16

Bonjour,

Je veux bien continuer "l'exercice" à condition que vous teniez compte des renseignements déjà donnés.
Dans un message du 20 janvier, j'ai évoqué les dernières unités créées en mai 1940 donc dotées de leur personnel et de leur matériel ainsi:
-la 3e batterie du 1er Groupe du 371e RALVF à 2 obusiers de 400 mm fait passer le nombre des obusiers de 400 mobilisés à 12 et non pas 10 comme on le lit sur beaucoup de sites mal informés.Je précise qu'en plus de la lecture des documents d'époque, j'ai connu personnellement des artilleurs de cette batterie qui m'ont confirmé les conditions de cette création tardive et m'ont même donné des photographies!

-la 9e batterie du 372e RALVF est équipée du 240 mm modèle 1918 sur affût Tous-azimuts et non pas d'un "340 modèle 1918" d'autant plus que ce prétendu modèle n'existe pas!

D'autre part, les canons de 274 mm modèle 1917 n'ont aucun rapport avec les 274 mm modèles 1887 ou 1893 (qui existent encore en 1940 mais ne sont pas mobilisés).Ce ne sont pas des pièces de marine mais des tubes construits neufs sur commande de la Commission de l'ALVF.Ces tubes ont été commandés à 50 exemplaires mais en 1918, la commande  de tubes a été réduite à 24 exemplaires dont 16 ont été montés dans les années 1920 sur des affûts de 32 cm à glissement ayant porté des 32 cm modèle 1870-81 pendant la guerre et légèrement transformés et remis à neuf.
Ecrire que tous les canons de l'ALVF datent de la 1ère guerre mondiale est inexact:
-les deux tubes de 240 mm modèle 1918 ont été forgés en 1919 seulement et achevés dans les années 1920.L'affût a été mis au concours en 1919 seulement et c'est la version proposée par Saint-Chamond qui a été retenue.L'affût n'a été achevé qu'en 1926 et a été mis en recette en 1927.Cet affût et les bouches à feu datent donc à 100% d'après Grande Guerre.Ce matériel constitue l'aboutissement des recherches françaises dans le domaine de l'ALVF.Deux autres matériels améliorés étaient en construction chez Schneider sous l'appellation de "240 mm modèle 1929" dont l'achèvement était prévu en 1941.
-de même, les 274 mm modèle 1917 n'ont été achevés que dans les années 1920 et le premier tube date de 1919.
-les 340 mm modèle 1912 glissement, les 305 mm modèles 1893-96 M, 1906 et 1906-10 n'ont été achevés qu'entre 1919 et 1924.
Le chiffre des matériels mobilisés en mai est plus considérable que 117.
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Sam 25 Jan 2014 - 17:37

Bonjour,

je vous remercie de votre réponse. Hélas, vu le nombre de corrections apportées à ma première liste, quelques unes sont passées à la trappe. Mea culpa. Je préparerai très prochainement une nouvelle version pour les visiteurs du site.

Merci encore, cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Dim 2 Fév 2014 - 8:01

Bonjour,

suite aux dernières remarques, je vous prie de trouver ci-dessous une nouvelle version de synthèse sur l'ALVF en 1940.



Le matériel de l’ALVF
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "tous azimuts" (TAZ)
Ce type de matériel peut tirer à 360° et être mis en batterie à partir de n’importe quel point d’une voie ferrée grâce à un dispositif d’ancrage au sol par vérins. Il s’agit de pièces de "petit" calibre allant jusqu’au 240 mm car la résistance des stabilisateurs limite le calibre des pièces.
·         164 mm TAZ Modèle 1893/96 M : 4 pièces sont mobilisées sur 4 existantes. En 1918-1919, 4 nouveaux affûts de 16 cm sont construits sur un type simplifié dénommé "affût truck TAZ de circonstance modèle 1917". Ces 4 affûts portent des canons de 16 cm modèle 1893-96 M. Ce type de pièce est différent du 164 mm TAZ Modèle 1893/96 non mobilisé en 1940. (0-4)
·         194 mm TAZ Modèle 1870/1893 : c’est un canon de marine de 30 calibres dont la tourelle est posée directement sur un affût ferroviaire. Ainsi 24 pièces furent misent en œuvre sur 26 de disponibles en 1940. (24-28)
·         240 mm TAZ Modèle 1884 sur affût truck Schneider et modèle 1917 sur affût Batignolles : à l’origine pièce d’artillerie côtière, il s’agit du 240 mm Long tracté. Les tubes de 240 mm modèle 1917 sont plus longs, ont des rayures différentes et sont dépourvus des frettes à anse et anses qui caractérisent le modèle 1884. En 1940, 7 pièces sont mobilisées (3 modèles 1884 et 4 modèles 1917). (7-35)
·         240 mm TAZ Modèle 1893/96 Colonies : Il s’agissait aussi d’artillerie côtière, huit pièces seront misent en œuvre. (8-43)
·         240 mm TAZ Modèle 1918 : une pièce sera mise en œuvre. (9-44)
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "à glissement"
Les pièces d’artillerie placées sur "affûts à glissement" ne peuvent tirer que dans l'axe de la voie. Ces pièces sont montées une sur poutrelle métallique, avec ou sans lien élastique, dont les extrémités reposent sur deux boggies multi essieux.
Le pointage s'effectue sur un épi courbe de voie ferrée, spécialement construit, la direction de tir étant tangente à la courbe. Au départ du coup l'ensemble recule en roulant sur la voie, mais est freiné par un système de poutrelles agissant par frottement sur les rails. La pièce doit être ramenée en position après chaque tir.
·         274 mm à glissement Modèle 1917 : ces tubes ont été commandés à 50 exemplaires mais en 1918, la commande  de tubes a été réduite à 24 exemplaires dont 16 ont été montés dans les années 1920 sur des affûts de 32 cm à glissement ayant porté des 32 cm modèle 1870-81 pendant la première guerre et légèrement transformés et remis à neuf. Seize pièces sont mobilisées en 1940. (16-60)
·         293 mm Modèle 1914 Schneider sur affût truck à glissement : Il s’agissait d’un obusier dont quatre pièces sur cinq sont mobilisées en avril 1940. (4-64)
·         305 mm à glissement Modèle 1906 et 1906/10 : ce modèle provient de l'artillerie navale, et on distinguait le Modèle 1893/96 de 40 calibres et les Modèle 1906 et 1906/10 de 45 calibres. Six exemplaires de ce canon furent mobilisés en 1940. (6-70)
·         320 mm à glissement Modèle 1870/30 : ce sont des pièces de 30 calibres d’origine marine. Les 320 mm modèle 70-30 proviennent de la transformation des canons de 32 cm modèle 1870-84 et modèle 1870-93 par agrandissement de la chambre. Les anciens 32 cm encore existants sont appelés en 1939, canons de 320 mm modèle 70-84 et modèle 70-93.Tous ces matériels étaient prévus pour transformation en 320 mm modèle 70-30 de 1940 à 1941. En 1940, 8 canons de ce type sont mobilisés. (8-78)

  • 320 mm Modèle 1917 à glissement : huit pièces sont mobilisées. Il s'agit des anciens tubes usés de 305 mm modèle 1893-96 de l'ALVF réalésés au calibre 320 mm dans les années 1918-1919. (8-86)

·         340 mm à glissement Modèle 1893 : deux pièces mobilisées. (2-88)
·         340 mm à glissement Modèle 1912 : ces pièces devaient équiper les nouveaux cuirassés de la classe Normandie, jamais achevés, et furent également utilisés dans l'entre deux guerres pour la défense côtière (Saint-Mandrier et Bizerte). En 1940, 6 de ces canons sont mobilisés sur 14 existants. (6-94)
·         370 mm modèle 1875/1879 sur affût truck à glissement : six pièces sont en réserve.
Les pièces d’artillerie placées sur affûts "à berceau"
Les pièces d’artillerie avec affûts "à berceaux" permettent d’améliorer le pointage en azimuts par rapports aux pièces sur "affûts à glissement"  qui ne peuvent tirer que dans l'axe de la voie. Le canon est relié au châssis par un lien élastique qui amortit le recul du départ de coup, contenu dans un berceau sur lequel glisse la bouche à feu après le départ du coup pour revenir ensuite à sa position initiale. Contrairement aux matériels précédents, ils sont amenés à leur position de tir sur un épi droit construit à partir de la voie normale et amarrés sur plate-forme. Ces pièces ont une mise en batterie longue et faible champ de tir en direction.
·         340 mm Modèle 1912 à berceau dit "plate-forme" : ces pièces étaient d’origine marine étaient destinées à l’origine aux cuirassés alors en construction de la classe Normandie non achevée. Six pièces sont mobilisées. (6-100)
·         370 mm Modèle 1915 sur affût truck à Berceau : Cet obusier existait en plusieurs variantes soit de Batignolles ou du Creusot. Sept pièces sur 7 ont été mobilisées. (7-107)
·         400 mm Modèle 1915 et 1916 à berceau : cet obusier de 400 mm fut en 1940, le plus puissant obusier utilisé par l'armée française. C'est à l'origine une bouche à feu de la Marine de 340 mm Modèle 1887 qui fut raccourcie et réalésée. Douze exemplaires sont mobilisés en 1940. (12-119)
La majorité des pièces de l’ALVF est héritée de la grande guerre. Néanmoins, des réalisations en sont postérieures.
Les deux tubes de 240 mm TAZ modèle 1918 ont été forgés en 1919 et seulement et achevés dans les années 1920. L'affût a été mis au concours en 1919 c'est la version proposée par Saint-Chamond qui a été retenue. L'affût n'a été achevé qu'en 1926 et a été mis en recette en 1927. Ce matériel constitue l'aboutissement des recherches françaises dans le domaine de l'ALVF. Deux autres matériels améliorés étaient en construction chez Schneider sous l'appellation "240 mm modèle 1929" dont l'achèvement était prévu en 1941.
De même, les 274 mm modèle 1917 n'ont été achevés que dans les années 1920 et le premier tube date de 1919. Les 340 mm modèle 1912 à glissement, les 305 mm modèles 1893-96 M, 1906 et 1906-10 n'ont été achevés qu'entre 1919 et 1924.
Les unités de l’ALVF au 1° avril 1940
L’artillerie française compte cinq régiments d’ALVF dont un de servitude (construction et entretien des voies), les batteries de repérage, le parc d'ALVF et le parc annexe.
 
L’ALVF est une composante de la Réserve Générale d’Artillerie. C’est la 1° subdivision et elle commandée par le général Maurin Joseph.
Le 370° RALVF
Cette unité est dite « de servitude » pour la construction et l’entretien des voies ferrées spécifiques à ce type de matériel.
 
Le 371° RALVF
 
Cette unité est aussi dénommée 371° Régiment d’obusiers.

  • I° groupe : 1°, 2° et 3° batteries de 2 x 400 Modèle 1915  (ex V/372° et 3° batterie créée en mai 1940). (0-6)
  • II° groupe : 4°, 5° et 6° batteries de 2 x 400 Modèle 1915 (ex VI/372°). (6-12)
  • III° groupe : 7° et 8° batteries de 2 x 370 Modèle 1915, 9° batterie de 3 x 370 Modèle 1915 et 10° batterie de 4 x 293 Modèle 1914 (7°, 8° et 9° batteries créées en mai 1940). (11-23)


Le 372° RALVF


·         I° groupe : 1° batterie 2x 340 Modèle 1912 à glissement et 2° batterie 2x 340 Modèle 1912 à berceau. (4-27)
·         II° groupe : 4° batterie 4 x 320 Modèle 1917 à glissement, 5° batterie 3 x 305 Modèle 1906 à glissement et 6° batterie 2 x 340 Modèle 1893 à glissement. (9-36)
·         III° groupe : 7°et 8° batteries 2 x 340 Modèle 1912 à berceau et 9° batterie 1x 240 Modèle 1918 TAZ (unité créée en mai 1940). (5-41)
·         IV°groupe : 10° et 11° batteries de 4x 274 Modèle 1917 à glissement. (8-49)
·         111° Batterie d'instruction au Groupe d'instruction Motorisé n° 13.
Le 373° RALVF
 
Cette unité est dotée exclusivement de canons à glissement.
 
·         I° groupe : 1° et 2° batteries de 2x 340 Modèle 1912 à glissement. (4-53)
·         II°groupe : 4°et 5° batteries de 4x 274 Modèle 1917 à glissement. (8-61)
·         III°groupe : 7°et 8° batteries de 4 x 320 Modèle 1870-30 à glissement. (8-69)
·         IV° groupe : 10° batterie de 4 x 320 Modèle 1917 à glissement et 11° batterie de 3 x 305 Modèle 1906/-10 à glissement. (7-76)

Le 374° RALVF

Cette unité est dotée exclusivement de canons TAZ.
·         I°groupe : 1° et 2° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93.  (6-82)
·         II° groupe : 4° et 5° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93. (6-88)
·         III° groupe : 7° et 8° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93. (6-94)
·         IV° groupe : 10° et 11° batteries de 4 x 240 Modèle 1893-96 M 8-120 et 12° batterie de 4 x 164 Modèle 1893-96 M (ex I/317°). (12-106)
·         V° groupe : 13° batterie de 3 x 240 Modèle 1884 et 14° Batterie de 4 x 240 Modèle 1917 (ex II/371°). (7-113)
·         VI° groupe : 16° et 17° batteries de 3 x 194 Modèle 1870-93 (ex III/371°). (6-119)

Prochainement, j'éditerai une nouvelle version avec le positionnement de ces unités. Le recensement est en cours.



Bonne lecture et je suis toujours preneur de toute information.


Cordialement


Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Mar 4 Fév 2014 - 17:19

Bonjour,

L'organisation de l'ALVF est désormais correcte, il convient toutefois de préciser que cette organisation est celle valable à compter du 1er avril 1940.
En effet, l'organisation en vigueur à la date de déclaration de guerre de 1939 est différente, notamment en ce qui concerne les 372e et 374e RALVF.
La présentation des matériels comprend encore des erreurs:
-le 19 cm modèle 70-93 n'est pas un canon de navire, il s'agit d'une pièce de côte (d'origine marine) mais jamais montée sur un navire.La tourelle "n'est pas posée directement sur un affût ferroviaire" comme l'affirme un "site" particulièrement mal informé.Le montage provient d'un affût de côte de modèle ancien (modèle 1886 PC) adapté au tube de 19 cm modèle 70-93.La longueur du tube n'est pas de 30 calibres mais de 28,5.
-le 240 "Colonies" est un 240 modèle 1893-96 M "Colonies", il s'agit d'une pièce de côte construite pour le Ministère des Colonies et non pas un modèle 1893-96.
-la mention du 305 modèle 1893-96 dans le paragraphe consacré au 305 modèle 1906 et modèle 1906-10 ne se justifie pas.
-les matériels ALVF équipés de canons de 370 modèle 1875-79 sur affût à glissement n'ont jamais existé qu'à quatre exemplaires et non pas six.
Enfin, il serait souhaitable d'appeler "artillerie de côte" ce que vous dénommez "artillerie côtière".J'ai vu avec plaisir qu'un site qui n'a longtemps employé que cette expression incorrecte a rectifié le tir à l'instigation d'ailleurs de participants inscrits également à notre Forum ATF-40.
Il a fallu au moins 10 ans d'efforts à François Vauvillier (et à quelques autres "pionniers") pour faire cesser la stupide appellation de "char Renault FT-17" pour faire adopter celle de "char léger Renault FT".Nous réussirons bien à faire de même avec "Artillerie de Côte".
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuferey
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 334
Localisation : USA
Date d'inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Mer 5 Fév 2014 - 0:28

ALVF a écrit:
Enfin, il serait souhaitable d'appeler "artillerie de côte" ce que vous dénommez "artillerie côtière".J'ai vu avec plaisir qu'un site qui n'a longtemps employé que cette expression incorrecte a rectifié le tir à l'instigation d'ailleurs de participants inscrits également à notre Forum ATF-40.
Il a fallu au moins 10 ans d'efforts à François Vauvillier (et à quelques autres "pionniers") pour faire cesser la stupide appellation de "char Renault FT-17" pour faire adopter celle de "char léger Renault FT".Nous réussirons bien à faire de même avec "Artillerie de Côte".
Cordialement,
Guy François.

C'est aussi la lutte pour revenir à l’appellation correcte du “3,7 cm PaK” au lieu du “37 mm (ou 3,7 cm plus récemment) Pak 35/36 (ou Pak 36)” que l’on trouve aussi souvent que le FT-17 dans les livres et sur Internet.  Rolling Eyes 
Emmanuel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1972
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Mer 5 Fév 2014 - 1:02

bonsoir

au titre de la bibliographie qui pourrait intéresser les lecteurs de ce fil il y'a eu un article récent, malheureusement le thème du magazine étant plutôt axé sur l'armée allemande dans ce numéro et en couverture je suis passé à côté
http://www.ligne-front.com/ldf41.php
Titans d'acier - L’emploi de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (ALVF) Française en 1940
En 1918, l’Artillerie française termine la Grande Guerre avec un parc de 309 pièces d’artillerie lourde sur voie ferrée, qui constituent les deux tiers des canons à grande puissance en service, sans compter environ une centaine d’autres pièces gardées en réserve par le ministère de l’Armement. Au cours des vingt années suivantes, la conception du rôle et de l’emploi de cette composante nouvelle de l’Artillerie va connaître différents développements en fonction de l’évolution des menaces.
L’artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF) française fait toujours rêver les passionnés, ce qui est le cas de cet article sur son engagement en 1940 illustré de photos époustouflantes issues des archives de vétérans et accompagné d’un petit tableau de synthèse des quatre régiments engagés.

sur les positionnements quelques indications géographiques des batteries en Haute Alsace et sur les Alpes déjà postées dans le forum, au cas où elles seraient d'utilité pour la suite :
http://atf40.forumculture.net/t3283-alvf-et-maginot-dans-le-sud-alsace
http://atf40.forumculture.net/t533-utilisation-de-l-alvf


deux mots sur les unités mentionnées évoluant dans le sillage de l'ALVF
parmi les unités d'Ouvriers d'Artillerie les deux unités de Parc d'ALVF
le Parc d'ALVF dont sa 400ème Compagnie d'Ouvriers de Parc mis sur pied par le dépôt du 8ème BOA au camp de Mailly, prés de 600 hommes
le Parc Annexe d'ALVF dont sa 410ème Compagnie d'Ouvriers de Parc mis sur pied par le dépôt du 6ème BOA à Saint Eulien, environ 300 hommes
 à Neuvy-Pailhoux ne semble subsister qu'une centaine d'hommes du Parc Annexe

Quant au 370ème RALVF dit des services il s'articule en
un Etat-Major et une Batterie Hors-Rang 
Ier Groupe d'Exploitation de voie normale (1ère 2ème 3ème batterie)
IIème Groupe de Construction de voie normale (10ème 11ème 12ème 13ème batterie)
IIIème Groupe de travailleurs et d'engins mécaniques (21ème 22ème 23ème batterie)

Par contre il doit y'avoir un malentendu pour les 24 Batteries de Repérage issues du 6ème Groupe Autonome d'Artillerie, celles-ci ne font pas partie de l'ALVF à mon sens
il s'agit d'une autre branche de l'Artillerie, qu'elles soient classées dans la même 1ère Subdivision de la Réserve Générale d'Artillerie ne détermine pas leur appartenance à l'ALVF (les Sections de Caterpillars sont bien avec les Batteries Antichars dans une autre Subdivision)



Salutations
Loïc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le gone
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 128
Age : 47
Localisation : Rhone Alpes
Date d'inscription : 29/03/2010

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Mer 5 Fév 2014 - 13:29

Bonjour à tous,

Sur une autre page du forum ( http://atf40.forumculture.net/t533-utilisation-de-l-alvf), il est indiqué que l'ALVF à la disposition de l'Armée des Alpes comprend plusieurs batteries du 374ème RALVF dont :

"la 14° Batterie du 374° R.A.L.V.F., comme la 8° Batterie repliée du N.E. le 18 juin et dirigée vers Valence, les 3 pièces de 194 mm n'ont pas effectué de tir".

J'avais déja lu cette information dans une autre source (livre).

Or, la 14ème Bie dispose en principe de canons de 240 et non de 194 TAZ. J'avais noté cela dans d'autres sources bibliographiques et cela est confirmé dans le récent post de cette page validé par notre brillant ALVF.

S'agirait-il alors en réalité de la 16 ou 17ème batterie qui, chacune, possédaient des 194 TAZ ?

Je vous remercie d'avance pour vos réponses éclairées.

Eric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Mer 5 Fév 2014 - 14:49

Bonjour,

Les batteries présentes dans la vallée du Rhône à la date de l'armistice et ayant participé à d'autres actions en mai et juin 1940 sont les suivantes:

-la 5e batterie du 374e RALVF avec 3 canons de 194 mm modèle 70-93 entre Romans et Valence effectue encore des tirs le 24 juin 1940 contre les allemands.

-la 8e batterie du 374e RALVF avec 3 canons de 194 mm modèle 70-93 en position à Portes-les-Valence n'a pas l'occasion de tirer.

-la 14e batterie du 374e RALVF avec 4 canons de 240 mm modèle 1917 en batterie à Saint-Péray le 24 juin 1940 sur la rive droite du Rhône après avoir été récupérée à Alès après son repli depuis la région est du bassin parisien.

Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Jeu 6 Fév 2014 - 7:30

Bonjour,

en préambule, je me permets de remercier tous les participants qui ont permis de faire évoluer ce fil.

En complément, je vous pire de trouver ci-dessous un essai sur la localisation des unités ALVF.





UNITERattachementLOCALISATION
I/371° RALVF  
II/371° RALVF  
III/371° RALVF  
I/372° RALVF3° arméeSF de Boulay
II/372° RALVF3° arméeSF de Thionville
7° bat/III/372° RALVFArmée des AlpesPont de Claix
IV372° RALVF  
I/373° RALVF5° arméeSF de Haguenau
II/373° RALVF  
III/373° RALVF8° arméeSD d’Altkirch 
IV/373° RALVF8° arméeColmar
I/374° RALVF3° armée42° CAF
II/374° RALVFArmée des Alpes 
III/374° RALVF  
IV/374° RALVF  
V/374° RALVF  
VI/374° RALVF  
Ce tableau est en cous d'élaboration et il me manque certaines données que je n'ai pas pu encore valider.

Toute information complémentaire sera la bienvenue.

Merci d'avance, cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le gone
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 128
Age : 47
Localisation : Rhone Alpes
Date d'inscription : 29/03/2010

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Jeu 6 Fév 2014 - 17:07

merci Guy François pour votre réponse. Il s'agit donc bien de la 14ème Bie avec des canons de 240 mm.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 724
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Mer 19 Fév 2014 - 17:15

Rémy,

La photo ci-dessous est en vente actuellement comme photo d'une pièce française. S'agit-il bien d'un 340 mm?


Etait-il encore aligné en 1940?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 390
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: ALVF   Mer 19 Fév 2014 - 23:17

Bonsoir,

Il s'agit bien d'un canon de 340 mm modèle 1912 sur affût à berceau Saint-Chamond (désigné en abrégé "340 B").
Les six pièces construites sont en service en 1940, la pièce "Mireille" a reçu ce nom en 1917 avec sa sœur de batterie "Marie-Madeleine".
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: ALVF : essai de synthèse   Sam 19 Avr 2014 - 8:02

Bonjour à tous,

je me permets un nouveau message avec quelques compléments.

A priori, avant la mobilisation, seuls les I/372° RALVF et I/373° RALVF sont présents car composés d’éléments d’active. Les autres unités sont créées à la mobilisation par les centres mobilisateurs d’artillerie CMA 26 (Châlons sur Marne) et CMA 209 (Châteauroux).

En 1918, il existait 6 régiments d'ALVF : 70°, 74°, 75°, 76°, 77° et 78° RALGP (dénommés régiments d'artllerie lourde à grande portée). Les 71° et 73° RALGP n'avaient pas de matériels d'ALVF. Le 72° devait être créé fin 1918 avec des 220L Schneider modèle 1917.
En 1919, tous les matériels d'ALVF ont été regroupés au sein du 152° RAP. après la dissolution des 6 régiments formés pendant la guerre.


Merci de me corriger en cas d'erreur.

Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ALVF : essai de synthèse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Télérupteurs : essai de synthèse d'une discussion et sondage
» essai NGC6960 ST8300C
» Méthodologie de la synthèse
» Essai?
» Galop d'essai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Artillerie :: ALVF-
Sauter vers: