Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mar 17 Déc 2013 - 22:01

J'entame aujourd'hui une série sur la bataille de Flavion du 15 mai 40.


Pour débuter, voici une carte des positions françaises de la 1 DCR, le 15 nmai 40 au matin avant le début des combats.


Les observateurs non avertis pourraient presque penser que la 1 DCR est alors déployée en zone de dispersion à l'arrière du front!
Il n'en est absolument rien! Le matin du 15 mai, le commandant de la 1 DCR est conscient qu'il va se retrouver ou même qu'il se trouve déjà en 1ère ligne et qu'il devra au mieux patienter jusqu'à l'arrivée de son ravitaillement en carburant avant de pouvoir entamer un repli vers l'Ouest ou le Nord pour rejoindre les forces françaises (dont la 9ème Armée qui a entamé son repli vers la position frontière durant la nuit).

Force est de constater que si les 25, 26, 28 BCC occupent des positions assez fortes défensivement (elles dominent l'axe Anthée-Rosée), le 37 BCC est placé bizarremment dans une vallée. Conséquence : le 37 BCC ne peut se défendre efficacement (heureusement, il ne sera pas vraiment attaqué sur ses positions), est difficile à ravitailler (peu de chemins d'accès non exposés et présence de zones humides qui causeront la perte d'un B1bis embourbé), devrait mener un combat dans un autre compartiment de terrain et ne peut battre en retraite vers l'Ouest sans traverser ces mêmes zones boueuses (d'où la retraite de la 3/37 BCC vers Denée en fin d'après-midi).

Enfin l'artillerie de la 1 DCR est pratiquement conservée hors de la zone des combats avec une seule batterie qui tirera en début d'engagement.

Pourquoi la 1 DCR en est-elle arrivée là? Comment va se dérouler sa seule véritable journée de combat? telles seront les questions que je compte aborder et illustrer par la suite.
Nous verrons ainsi que la 2ème grande bataille de chars de l'histoire est assez particulière dans ses préliminaires, son déroulement et sa conclusion.

A suivre


Dernière édition par SiVielSto le Lun 23 Déc 2013 - 10:23, édité 1 fois (Raison : Intégration d'une nouvelle carte)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Lun 23 Déc 2013 - 10:23

Récit du capitaine Beaufre, Ferté-sous-Jouarre, 14 mai 40, 3 Hr du matin a écrit:

Echanges entre les généraux français Georges (Commandant Secteur Nord-Est) et Doumenc (Major Général au Grand-Quartier-Général Armée de Terre) dans la nuit 13/14 mai :

Georges « notre front est enfoncé… il y a eu des défaillances » Il tombe dans un fauteuil et sanglote...

Doumenc « …Allons…, toutes les guerres ont vu des débandades! Venez devant la carte. On va voir ce que nous pouvons faire! Il faut boucher le trou, colmater comme on disait en 1918. Nous avons à notre disposition 3 divisions cuirassées… La 1 DCR est en Belgique en train de débarquer à Charleroi… On va la faire contre-attaquer du Nord au Sud…. »

Dans "Les panzers passent la Meuse", Paul Berben et Bernard Iselin, 1967

Ce passage de Beaufre décrivant l'ambiance lors de la visite de Doumenc à Georges, alors que les mauvaises nouvelles ne font que commencer, me semble une bonne introduction pour expliquer le périple tragique de la 1 DCR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Lun 23 Déc 2013 - 10:47

Une autre carte pour donner la situation générale et les missions respectives des forces présentes.

 Flavion est situé à l'Est de Florennes (cercle rouge).

Citation :
Mission du XV Armeekorps
(tirée de la mission de la 4 Armee)


·         «Rompre la zone fortifiée entre Liège et Houffalize,…, et poussant des troupes rapides sur Dinant et Givet, forcer le passage de la Meuse entre Yvoir et Fumay (exclus), en se couvrant face à Namur. Marcher ensuite par Beaumont et Chimay en Direction de l’ouest. »

·         Le XV AK a l’effort principal de la 4 Armee.

·         Flanc nord de l’effort principal allemand.

Distance à parcourir entre la frontière (environs St-Vith) et la Meuse : 100 à 110 Km

Citation :
Mission de la 9ème Armée

·         Mission de la Cavalerie

o   « La 9ème Armée portera d’emblée ses DLC , renforcées…, sur la Meuse, entre Namur et Givet, éclairant sur la direction de Stavelot et Vielsalm,… Dès que la Meuse sera assez solidement tenue, les DLC de la 9ème Armée seront poussées au plus vite au contact de l’ennemi avec mission d’aider les troupes de couverture belges et de retarder l’avance allemande. »

·         Mission principale

o   Occuper, organiser, défendre la Meuse ( sur la rive!)

o   Liaison avec voisins : Position Fortifiée de Namur (garnison belge), 1ère Armée, 2ème Armée

o   Aile droite de la 9ème Armée : pour majorité en position sur la Meuse française (sauf certaines unités de la 22 DI à Givet)

o   Centre et aile gauche

     Progresser vers la Meuse (50 à 150 Km à parcourir selon les unités)

     Occuper, organiser et défendre la position

·         Arrivée ennemi en force (tentative de franchissement) : pas avant J + 5

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Lun 23 Déc 2013 - 20:36

Voici l'avance allemande le 14 mai en fin de journée (uniquement les divisions au contact ou proches de l'être) :



Et les idées de manoeuvres ou missions respectives pour le 15 mai 40 :

Ordre du XV AK pour le 15 Mai 1940

-L’ennemi est au soir du 14 mai, avec certitude, en repli à partir de la coupure du Flavion. (ceci est l'interprétation allemande des renseignements recueillis. Au contraire des autres jours où le XV AK avait toujours été fort optimiste et avait sous-estimé la résistance française, la vision allemande est cette fois assez juste, sauf pour l'arrivée de la 1 DCR, passée inaperçue pendant son mouvement du 14 mai après-midi au 15 mai pendant la nuit).

-Le XV AK a pour mission de rejeter l’ennemi à l’ouest de l’Eau-d’Heure entre Silenrieux et Cerfontaine, chars en avant. Les objectifs sont entourés sur la carte.

-La 5 PzD gagnera au soir du 14 les hauteurs de part et d’autre de Falaen. Dès que ses unités parvenues à l’ouest de la Meuse seront manœuvrables, elle poursuivra l’ennemi sur front large et s’emparera d’un passage sur l’Eau-d’Heure près de Silenrieux.

-La 7 PzD poursuivra l’ennemi en retraite avec tous ses chars; après s’être emparée de Philippeville, s’assurera le passage de Cerfontaine.

-La limite entre les 5 et 7 PzD est modifiée une nouvelle fois : reportée plus au sud, elle longe dorénavant le nord de la route Anthée, Philippeville.

-Dans le but de favoriser l’effort principal dont est chargé la 7 PzD, le Corps lui donne la priorité absolue pour le passage de ses véhicules sur le pont de Bouvignes (ouvert le 14 mai vers 20 Hr) ainsi que des moyens d'artillerie venant du Corps et ddes appuis aériens.

 

Réaction de la 9ème Armée

-Matinée du 14 mai : ordre de la 9ème Armée aux Corps et Divisions

-Rejeter l’ennemi à la Meuse

-Contre-attaquer partout sinon se battre sur place. Tout recul est interdit
Ordre de la 9ème Armée a écrit:
Ordre No 365/21-1-5 du 14 mai 1940
Des défaillances se sont produites en certains points. La responsabilité en incombe aux cadres. Au moment où se jouent les destinées de la France, aucune faiblesse ne saurait être tolérée. A tous les échelons, les cadres ont le devoir de payer d'exemple et, au besoin, de forcer l'obéissance!
Des sanctions impitoyables s'abattront sur les chefs défaillants.
Cet ordre sera notifié, immédiatement, à tous les échelons.

Une copie de la note manuscrite est exposée au musée de Haut-le-Wastia (Belgique).
-Engagement de la 4 DINA à l’ouest de Dinant et d’une DCR vers Dinant ou Givet.

La 2 DCR sera initialement pressentie mais ne pouvant être dans les délais à proximité de Dinant (le commandement français prouve ici sa méconnaissance totale des exigences logistiques pour déplacer une DCR), une autre DCR sera désignée.

Voir aussi les posts sur la 2 DCR en http://atf40.forumculture.net/t6672-2e-dcr-dysfonctionnement-de-la-chaine-de-commandement

1235 Hr : la 1 DCR reçoit mission de préparer un mouvement depuis Charleroi pour contre-attaquer vers Dinant


Dernière édition par SiVielSto le Mer 25 Déc 2013 - 13:17, édité 1 fois (Raison : ajout d'un lien vers un autre post)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 25 Déc 2013 - 13:55

Pour continuer le développement du sujet, voici une étude du terrain de la zone des combats de Flavion, illustrée de quelques photos actuelles.



Légende :
bleu : cours d'eau - jaune : ligne reliant les points culminants (crêtes et cols) avec sommets en m -blanc sur fond pourpre : localité.

Constatation : le compartiment de terrain où les combats vont se dérouler (20 x 15 km) alterne zones ouvertes et zones fermées (bois et localités) mais offre plusieurs couloirs de progression Est-Ouest pour des unités mécanisées. Aucun cours d'eau majeur dans le secteur. Néanmoins les cours d'eau présents peuvent ralentir ou même arrêter toute progression d'unités mécanisées, par leur cours aux rives abruptes (e.a. le Flavionau Nord d'Anthée) ou par la présence de zones humides dans les fonds de vallée. Les nombreux ponts doivent donc être tenus.
Dans l'hypothèse d'une attaque de la 1 DCR du Nord vers le Sud ou Sud-Est (sa mission initiale), il est fort probable que les chars n'auraient pu franchir l'obstacle du Flavion si les ponts avaient été défendus ou obstrués par les Allemands.
Les lignes de crêtes dominantes courent d'Est en Ouest (favorables aux Allemands) mais il existe des crêtes intermédiaires Nord-Sud, détachées par les affluents. Ces crêtes peuvent offrir de bonnes positions de tir pour arrêter une progression Est-Ouest.
Les vallées et couverts aux abords Est de la côte 300 (butte au Nord du village Flavion = position du 28 BCC) offrent d'excellentes possibilités d'approche à couvert ou de tir, châssis masqué. La côte 300 doit être conquise au final par un assaut en zone assez ouverte. La butte 300 offre de très bonnes vues vers le Sud.
Seule Florennes est une agglomération de taille suffisante pour influencer le combat. Les autres localités sont des villages de petites dimensions.
Le réseau routier compte une route Est-Ouest de bonne qualité, reliant Anthée à Philippeville. L'axe Anthée-Ermeton (Nord-Sud) est aussi assez bon.



Détails "vue vers Flavion" : ceci est le point de vue des chars de 3/28.
Au fond déroule la N97 (axe Anthée-Philippeville) empruntée par la 7PzDiv.

Détails "Bois butte 300" : la photo montre les 2 languettes de bois déjà existantes en 1940 et les positions de la 3/28, telles que les chars du 31 Pz-Regt les voyaient, peu après avoir quitté l'abri du relief et des couverts.



Détails "vue vers Corenne et Anthée" : la reconstitution panoramique atténue le relief!
Nous sommes ici sur la dernière crête en allant de Rosée vers Corenne et Flavion. Cette position a certainement été utilisée par la couverture du flanc Nord de la 7 PzDiv.
Le village de Flavion est invisible dans un creux.


Détails "vue vers Anthée" : le 28 BCC voyait directement le village d'Anthée depuis ses positions et donc le point de "redémarrage" de la 7 PzDiv, le 15 mai au matin.
Les B1bis vont d'ailleurs tirer au 75mm contre les concentrations, causant quelques victimes mais finalement assez peu de dégâts à cette distance, de surcroît contre des unités blindées enpartie.

J'attire l'attention sur le fait qu'il existe un ruisseau et un village du nom de Flavion et qu'il ne faut confondre ni Anthée et Anhée (bord de Meuse/houx) ni Florennes et Floreffe (proche de Namur).


Dernière édition par SiVielSto le Dim 12 Jan 2014 - 22:28, édité 3 fois (Raison : ajouts des détails des prises de vue actuelles)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Dim 12 Jan 2014 - 12:07

Voici la liste au 10 mai des B1 bis du 37 BCC (y compris la Cie d'échelon et les chars du général Bruneau et du Colonel Rabanit) (liste établie après recoupement de plusieurs sources). Toute remarque ou correction est bienvenue.

 BCCCieSectionNom charChefVeh
137Comdt BCC Béarn IICdt de Cissey
2 Comdt 1 Cie GaronneCapt RABERIN
3 11CherLt Grandjean
4 11LoireSlt Quenot
5 11RhôneSlt MARSAIS
6 12AllierLt Dugas
7 12SeineSLt Mathieu
8 12IndreSlt Texier
9 13AinLt Maurette
10 13MeuseSlt Warisse
11 13MarneSLt Jacquier
12 Comdt 2 Cie AdourCapt Gilbert
13 21DakarLt Brocquard
14 21OurcqSLt Bruthiaux
15 21IsèreSLt Adde
16 22SaôneSLt Moine
17 22HéraultSLt HARAUCAMPS
18 22OiseSLt Didot
19 23GuynemerLt Bounaix
20 23GardLt Lelong
21 23VarSLt de Laromignières
22 Comt 3 Cie Poitou IICapt Lehoux
23 31GuépratteLt Chambon
24 31YpresLt Duhouceau
25 31YserSLt Gossin
26 32Nivernais IILt Perrier
27 32SouainSLt Pourtal
28 32Belfort IISLt Dufourcq
29 33Vendée IISLt Baston
30 33Nancy IISLt Lecocq
31 33OuarglaSLt Besnier
32 Cie Ech Verdun IICapt Bruneau
ADC MARICOT
Char Comd 1DCR
33 Cie Ech Bretagne IICLC Martinet
34 Cie Ech EscautCapt David
2nd Char Comdt 1 1/2 Bde Col RABANIT
35 Cie Ech SimounLt Teillac
1er Char Comdt 1 1/2 Bde Col RABANIT
36 Cie Ech Jura IISgt Dussart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Dim 12 Jan 2014 - 12:08

Et la liste du 28 BCC

 BCCCieSectionNom charChefVeh
128 BCCComdt BCC MeknesCdt Pinot
2 Comdt 1 Cie YaoundeCapt Barreau
3 11TamataveLt Cortet
Veh Comd Cie pendant Flavion
4 11TananariveLt Genin
5 11SousseSLt Latapie
6 12MajungaLt Chalmin
7 12BizerteSLt Mallet
8 12BourgueilSLt  Dollo
9 13La Basse TerreLt Villain
10 13AlgerSLt Durieu
11 13PhilippevilleSLt Avenati
12 Comdt 2 Cie MarrakechCapt Bruneau
13 21KonakryLt Dubern
14 21SaïgonSLt Berlhe
15 21ConstantineSLt Blanc
16 22DordogneLt Cousin
17 22PondicherySLt Gilbert ou Guilbert
18 22FezSLt Clergier
19 23Fort de FranceLt Lafforgue
20 23KairouanSLt Vassal
21 23VouvraySLt Masson
22 Comdt 3 Cie TunisCapt Carrac ou Clarac
23 31TombouctouLt Koninck
24 31BrazzavilleSLt Lemaire
25 31DjiboutiLt Gay
26 32QuincyLt Pavillon
27 32NouméaSLt Caigne
28 32St PierreLt Jacomet ou Jacquet
29 33HueLt Arnould
30 33SfaxSLt Rapp
31 33CasablancaSLt Decrette
32 Cie Ech ArmagnacSLt Lorent
33 Cie Ech OranSLt Samplon?
34 Cie Ech BingervilleSLt Samplon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Dim 12 Jan 2014 - 22:27

Création de la 1 DCR

Paradoxalement, alors que l'Infanterie est devenue "maîtresse" des chars de combat français en 1920, la naissance des DCR fut à la fois plus longue et plus tardive que celle des DLM. D'une part, il fallut se détacher progressivement des principes d'emploi des chars issus de la 1ère Guerre et d'autre part, il n'était pas possible de s'appuyer sur une unité existante comme le fit la Cavalerie en transformant par étape certaines de ses divisions en DLM. Les DCR n'eurent pas plus un général à la fois énergique et soutenu par son Arme (à l'instar de Flavigny) , pour imposer leur création rapide.

Dans la lignée du général Estiennes imaginant déjà en 1919 un engagement autonome d'une masse de chars (et du général Doumenc en 1927), les idées de De Gaulle, diffusées à partir de 1934, sont considérées comme une première tentative pour créer des divisions entièrement motorisées et partiellement blindées.  Bien que relayées par Paul Reynaud en 1935, les conceptions de De Gaulle ne convaincront pas rapidement les décideurs civils ou militaires.

Lors de la séance du 10 juin 36 du CSG, il fut cependant décidé d'étudier la création d'une division à base chars s'inspirant de Doumenc et de De Gaulle. En juillet 1936, l'EMA définit une ébauche de composition et de mission pour la future DCR. Des expérimentations à petites échelles (centrées sur le char B) sont tenues en 1937. L'expérimentation de niveau division est reportée à 1938 puis annulée.  Un Groupement d'instruction des chars est installé à Nancy au début 1938 pour étudier l'emploi des DCR. En novembre 1938, il n'y a encore que deux bataillons équipés de chars B. C'est seulement en septembre 1939 que sont créées les 1e et 2e brigades cuirassées, la première étant commandée par le colonel Rabanit avec le 37 BCC (encore sur chars B1, passage sur B1bis entamé en septembre 39 et achevé le 2 mai 40), le 28 BCC (sur B1 bis) et le 5e BCP.
La 1 DCR est seulement mise sur pied le 16 janvier 1940 en Champagne (Châlons, Suippes, Souain, Mourmelon), sous le commandement du général Bruneau. Elle put s'y constituer pendant 3 mois sans pouvoir faire d'exercice de niveau division avant début avril.

Composition de la 1 DCR
Je donnerai d'abord le tableau comparatif théorique des moyens des DLM, DLC et DCR publié dans Histoire de Guerre N° 21, Les unités cuirassées françaises en 1940, Genèse, Organisation, Emploi par Rémi Fontbonne.

La différence maintes fois signalée entre DLM et DCR est ainsi évidente. Une DCR est avant tout une masse de chars avec quelques appuis. Seule, ses missions doivent quasiment se limiter aux missions dévolues aux chars de l'infanterie, avec un effet de puissance dû au nombre de chars et à la présence de deux BCC sur B1 bis.

En réalité, le 10 mai 40, la 1 DCR n'a pas tous les moyens de ce tableau : elle doit être complétée par six chars de la 3 DCR (voir le fil : http://atf40.forumculture.net/t208-b1bis-verses-a-la-1ere-dcr-le-10-mai) pour atteindre les effectifs prévus ou compenser les chars indisponibles pour raisons mécaniques. Le BCP n'a pas ses AMR. Le peloton motocycliste n'existerait pas mais une des compagnies serait "motocyclistes". L'escadrille d'observation (G.A.O. 581, non organique) ne rejoindra jamais. Le régiment d'artillerie compte 2 groupes de 105 mm à 3 batteries (soit un total de 24 pièces) et une Batterie Divisionnaire  Antichars s'est ajoutée avec 12 huit canons AC de 47 mm, élément peu en rapport avec les missions des DCR. Le détail de la 1 DCR et de ses sous-unités se trouve sur ATF40.


Dernière édition par SiVielSto le Jeu 16 Jan 2014 - 20:22, édité 1 fois (Raison : corrections partielles de certains chiffres suite à des remarques)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5657
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Lun 13 Jan 2014 - 7:36

Bonjour,

Il n'y a pas de compagnie motocycliste dans les BCPortés. Ca fait partie des erreurs qui circulent sur la composition des BCP.

Dans le tableau tiré d'HdG, il y a quelques autres erreurs :
Les BCC lourds sont théoriquement à 34 chars + 1 à la DCr ou à la DBC, les BCClégers sont à 45 chars (46 avec un char de commandement non perçu).
Le quartier général est composé d'un EM, des commandements des troupes et des services et de troupes de QG.
Les RA des DCR sont soit à 2 groupes de 105 (1e, 2e et 3e), soit à 2 groupes de 75 (4e).
Le détachement de circulation routière appartient à la compagnie auto de QG.
Les BDAC sont à 8 canons.

Pour la DLC : 1 BLMotorisée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
arnaudF931
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 07/08/2010

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Sam 18 Jan 2014 - 22:42

Un très bon boulot

Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mar 11 Fév 2014 - 21:27

Bonsoir,

Suites aux erreurs relevées par dhouliez ci-dessus, j'ai retraivaillé le tableau comparatif des DLC, DLM, DCR (ou DCr) en me limitant dans un 1er temps aux structures des niveaux division, (demi) brigade, régiment, bataillon, groupe d'escadrons, groupe d'artillerie sans comptabiliser les moyens que je tenterai de présenter dans un 2nd temps.




Remarque : Le 10 mai 40, pour la manœuvre à l'Est de la Meuse, les DLC seront renforcées de GRDI et GRCA des divisions et corps concernés
GRDI/GRCA : groupe de reconnaissance de division d'infanterie. de corps d'armée

AC : anti-char

EDAC/BDAC : escadron/batterie divisionnaire antichar

RADLC : régiment d'artillerie de DLC

CA : contre avion

RADLM : régiment d'artillerie de DLM

RATT : régiment d'artillerie à tracteurs tous terrains

TTT : tracté tous terrains

C : court

GED : groupe d'exploitation divisionnaire

GSD : groupe de santé divisionnaire

ERD : escadron de réparation divisionnaire

GAO : groupe aérien d'observation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 19 Fév 2014 - 17:04

J'ai placé un 1er post sur la doctrine d'emploi des chars de combats et des DCr sur http://atf40.forumculture.net/t7287p15-doctrine-d-emploi-des-unites-blindees#60906
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 20 Aoû 2014 - 22:19

Point de vue du champ de bataille de Flavion depuis la 1ère crête au Nord du ruisseau du Flavion en venant d'Anthée (position très probablement utilisée par la 7. PzDiv pour observer, se déployer et s'infiltrer dans Flavion). Plus de photos sur la page facebook du Musée du Souvenir d'Haut-le-Wastia dans l'album sur la bataille de Flavion (étude de terrain en https://www.facebook.com/media/set/?set=a.953916944625603.1073741846.234351566582148&type=3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Jeu 21 Aoû 2014 - 21:16

Suite à une remarque d'un forumeur attentif (merci), j'apporte une correction à mon post du 11 février 2014 et au tableau comparatif entre DLC, DLM et DCR. 
La BDAC de la DCR appartient bien au RATTT (et non au RADLC).
Voici la version corrigée :
 
DLC
DLM
DCR
Comdt Div1 état-major
1 quartier-général
1 état-major
1 quartier-général
1 état-major
1 quartier-général
Brigades1 brigade à cheval
1 brigade légère motorisée
2 brigades légères mécaniques
(en pratique seule la brigade avec les moyens de combats est effectives en mai 40)
2 demi-brigades de chars
Unités à cheval2 régiments à
2 groupes d'escadrons
1 escadron de mitrailleuses et engins
--
Unités sur véhicules   
Découverte & reconnaissance 1 régiment d'automitrailleuses  à
1 groupe d'escadrons de découverte et de motocyclistes
1 groupe d'escadrons de reconnaissance et de combat
 
1 régiment de découverte
 à 2 groupes  d'escadrons de découvertes et de motocyclistes
 
-
Combat 2 régiments de combat à
1 groupe d'escadrons S
1 groupe d'escadrons H
2 BCC type B
 
2 BCC type 35
Dragons et chasseurs portés1 RDP à 2 bataillons1 RDP à 3 bataillons
 
1 bataillon de chasseurs portés
Anti-char1 EDAC (rattaché au RAM)
1 BDAC (rattachée au RADLC)
1 EDAC (rattaché à un régiment de combat))
1 BDAC (rattachée au RADLC)
1 BDAC (rattachée au RATTT)
Artillerie1 RADLC à
2 groupes
1 batterie de 25 CA
1 RADLM à
3 groupes
1 batterie de 25 CA
1 RATTT à
2 groupes
Génie1 compagnie motorisée3 compagnies motorisées
1 équipage de pont
1 compagnie motorisée
Transmissions1 compagnie mixte1 compagnie télégraphique
1 compagnie radio
1 détachements colombophile
1 compagnie mixte
Trains et services1 compagnie hippomobile de QG
1 compagnie auto de QG
1 GED
1 GSD
1 ERD (rattaché au RDP)
2 compagnie auto
1 de QG
1 de transport
1 GED
1 GSD
1 ERD (rattaché à un régiment de combat)
2 compagnies auto
1 de QG
1 de transport
1 GED
1 GSD
Aviation
(non organique)
1 GAO1 GAO1 escadrille de reconnaissance

GRDI/GRCA : groupe de reconnaissance de division d'infanterie. de corps d'armée
AC : anti-char
EDAC/BDAC : escadron/batterie divisionnaire antichar
RADLC : régiment d'artillerie de DLC
CA : contre avion
RADLM : régiment d'artillerie de DLM
RATTT: régiment d'artillerie à tracteurs tous terrains
TTT : tracté tous terrains
C : court
GED : groupe d'exploitation divisionnaire
GSD : groupe de santé divisionnaire
ERD : escadron de réparation divisionnaire
GAO : groupe aérien d'observation 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5657
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Jeu 21 Aoû 2014 - 22:14

Bonsoir,

Merci pour ce travail, qui vient en complément des informations données sur le site à partir de la page OdB.

Quelques corrections de vocabulaire :

- l'état-major fait partie du quartier-général
- le deuxième GE du RAM de DLC est un groupe d'escadrons de combat et de motocyclistes
- les compagnies de sapeurs-mineurs sont des compagnies "portées" et non "motorisées"
- GSD signifie groupe sanitaire divisionnaire

D'autre part, je suppose que ça viendra dans la suite du comparatif, les bataillons du RDP de DLC sont beaucoup plus légers que les bataillons du RDP de DLM.

Cordialement,

DH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Sam 23 Aoû 2014 - 22:13

Merci pour ces remarques. On n'y arrivera.
Pour l'état-major, d'accord avec la remarque au point de vue de la structure d'unité mais il existe une différence qui justifie ma distinction : l'état-major est le commandement de la division, le quartier-général comporte tous les moyens pour que l'état-major puisse fonctionner.

Pour la comparaison chiffrée des 3 types de division, elle n'est pas ma priorité sur ce fil ayant trait à la 1e DCR. Pour l'instant, il avance en coulisse mais il avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mar 26 Mai 2015 - 22:01

Voici un post publié sur la page facebook du Musée du Souvenir de Haut-le-Wastia, relatant mes réflexions sur les pertes allemandes à Flavion https://www.facebook.com/museedusouvenirmai40

Quelles ont été les pertes allemandes en chars à Flavion?
Lors des activités à l'occasion de la commémoration de la bataille de Flavion, les 15 et 16 mai derniers, la question a été posée à de nombreuses reprises. Si l'on se fonde sur les témoignages des équipages de chars français B 1bis, on pourrait penser qu'il y a eu une véritable hécatombe devant chaque char Renault et le chiffre d'une centaine de panzers réduits en ferraille n'est pas rare dans les écrits sur Flavion. Roland Charlier, après des recherches plus objectives, est déjà redescendu à une cinquantaine de chars allemands endommagés (notez la nuance) ou détruits. Du côté des pertes humaines de la 5. PzD pour le 15 mai, les chiffres relevés sont de 10 morts et 52 blessés (il ne semble pas y avoir de remise en question des pertes humaines). Si les photos des B 1bis restés sur le champ de bataille sont nombreuses, les photos de leurs victimes allemandes sont beaucoup plus rares. L'explication donnée (assez plausible) est que les mécaniciens allemands ont rapidement réparé ce qui pouvait l'être et évacués les carcasses irréparables (réserve de pièces détachées ou retour vers le Reich). 
A force d'étudier les forces blindées françaises et allemandes (matériel, tactique, entraînement, expérience du feu en Pologne, conditions d'engagement à Flavion...), j'ai toujours eu de sérieux doutes quant à l'importance de ces pertes en panzers. 100 panzers me semblaient complètement fantaisistes et 50 ne passaient pas non plus. 
Avec 50 véhicules touchés, il y aurait bien plus de morts et de blessés. Sans compter que si l'on applique à Flavion les normes de pertes OTAN utilisées pendant la guerre froide, on devrait arriver à considérer que le PzRegt.31 est totalement inopérationnel en soirée du 15 mai 40 (avec 50 ou 100 panzers détruits sur une dotation initiale de 160 panzers dans ce seul régiment; l'autre régiment de panzers n'intervient pas à Flavion). Il n'en est rien. Le PzRegt.31 est à nouveau engagé le 16 mai.
Par ailleurs, en comparant les livraisons de nouveaux chars pendant la campagne de 40 pour toutes les Panzer-Divisionen, on constate que la 5.PzD n'a pas significativement reçu plus de chars que d'autres divisions.
Enfin, le relevé des pertes en véhicules blindés du 10 au 30 mai 40 de la division (KTB de la division) signale pour le PzRegt.31 10 PzI, 7 Pz II, 7 Pz III et 5 Pz IV seulement (pertes similaires au PzRegt.15). 
Et aujourd'hui en me replongeant dans le KTB, j'ai découvert ce relevé des pertes, daté du 16 mai à 00 hr 45. Il s'agit donc des pertes du 15 mai (jour de la bataille de Flavion). Les panzers détruits le 15 mai sont 3 Pz I, 2 Pz II, 1 Pz III et 1 Pz IV. Des pertes extrêmement basses pour avoir pratiquement supporté seul le combat contre le 26e BCC (H39), le 28e BCC (B 1bis) et une Cie du 37e BCC (B 1bis). Des chiffres cohérents avec les récits de la bataille et de la campagne et s'inscrivant dans les autres pertes relevées.

Extrait de Panzertruppen de Th. L. Jentz



KTB 5.PzDiv



Idem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
BRH
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 970
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mar 26 Mai 2015 - 22:12

En effet, je n'avais jamais cru à ce chiffre d'une centaine de chars détruits ou endommagés. Les études que j'ai lues évoquent 30 à 50 panzers, au grand maximum. Donc, on serait plutôt proche de la trentaine que de la cinquantaine, étant admis que la 7ème PzD  a sans-doute perdu quelques engins (entre 5 et 10 ?).

Le chat est maigre, en comparaison de la destruction de notre 1ère DCR.

En tout cas, merci pour toutes ces précisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.empereurperdu.com/tribunehistoire/ En ligne
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 27 Mai 2015 - 9:41

J'ai également des archives de la 7.PzDiv et du XV AK.
Je vais également chercher de ce côté.
Selon Roland Charlier, de très faibles pertes du côté de Rommel (qui d'ailleurs n'attache dans ses écrits aucune attention à cet "incident sur son flanc").
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 16 Nov 2016 - 21:10

Lisant le nouveau livre de Jean-Robert Gorce sur la 1re DCR, j'ai eu l'attention particulièrement attirée sur la création et l'entraînement de la division.
Je savais déjà qu'elle n'avait eu que très peu de temps pour se mettre en condition mais en réalité, elle a eu 2 jours d'exercice au niveau division! Autrement dit rien en comparaison des unités de panzers qu'elle devra affronter. 
On en viendrait presque à se demander si un engagement des BCC séparément n'aurait pas été plus rentable en mai 40.
Ajoutons une doctrine ni écrite ni testée en réalité et le très faible résultat obtenu par la division était quasiment écrit d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
Jean-Robert Gorce
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 37
Localisation : Toul
Date d'inscription : 06/10/2016

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 23 Nov 2016 - 19:27

Ce qui est également extraordinaire, c'est le désintérêt flagrant du haut commandement pour ces manœuvres de la 1re DCr (et de la 2e aussi d'ailleurs).
Lors de mes entrevues avec Jacques Bruneau, ce dernier est souvent revenu sur l'aigreur de son père de voir les "généraux parisiens", comme il disait, de ne pas daigner se déplacer pour comprendre de quoi était capable son unité. Ils étaient, selon lui, "obnubilés par la Ire armée".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Mer 23 Nov 2016 - 21:26

En fait, les DCR n'étaient absolument pas prêtes en mai :

  • Pas de doctrine écrite et donc pas de doctrine testée en exercice. Le concept DCR en tant qu'une masse de chars (avec plus de chars engagés simultanément) est plus proche du concept des bataillons de chars lourds allemands de la 2nde moitié de la guerre  que de celui d'une véritable division blindée. Un concept sans avenir au niveau division.
  • Pas d'entraînement tactique, progressif et dans la durée. Pas d'entraînement réaliste non plus car la  1re DCR n'est jamais mise en action dans un exercice de grande ampleur impliquant plusieurs divisions. La DCR est normalement engagée en priorité avec une DIM ou une DLM.
  • Entraînement technique des équipages insuffisant pour certains aspects : nouveau 37 mm des H39, canon 75 mm des B1 bis (lui-même de conception dépassée et finalement quasi inutile). cela doit être ajouté aux défauts du B1bis connus (complexité/fragilité mécanique, faible autonomie, tourelle monoplace, absence d'interphone) et ceux moins soulignés comme la mauvaise conception des optiques.
  • Pas d'entraînement prolongé en conditions de guerre aux mouvements de la division et au travail de planification : séquence reconnaissance et ordres mal maîtrisée, ravitaillement en opération mal maîtrisé.
  • Des transmissions techniquement et conceptuellement défaillantes rendant la division impossible à commander. Le rapport du Lt TEILLAC de la 1re demi-brigade ne me convainc absolument pas : 58 messages en 16 Hr, cela fait moins de 4 messages par heures, autrement dit rien du tout à ce niveau d'unité.
  • Enfin un désintérêt ou du moins une méconnaissance totale de l'utilisation d'une DCR par la majorité des officiers généraux français.

La création des DCR en 1940 venait 4 à 5 ans trop tard sauf si le front avait pu se stabiliser et la France avoir du temps pour les porter à un niveau raisonnable, voire réviser son concept d'emploi des chars.

Enfin la carrière du général Bruneau et sa campagne de 1940 donnent l'image d'un technicien des chars qui aimait ses hommes au lieu de celle d'un vrai tacticien de terrain apte à mener sa division au combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 842
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Ven 25 Nov 2016 - 11:45

Fils d'un ancien de la 2ème DCr je confirme , par le souvenir des propos de mon père, ce manque d'entrainement dans tous les domaines et de très sérieux déficits dans la formation de base par exemple des tireurs FM qui savaient parfaitement démonter et remonter leur arme dans l'obscurité mais qui n'avaient jamais tiré un chargeur, même dans un stand ! énormes difficultés pour trouver de bons pointeurs antichars sur cibles mouvantes ! La bonne volonté était souvent là mais le manque de maîtrise des techniques les plus élémentaires était effarante... et les hommes avaient passé 8 mois sous les armes !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SiVielSto
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 740
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 11/09/2013

MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   Sam 17 Déc 2016 - 17:30

Roland Charlier dans son récit des prémices de la bataille de Flavion ("La région de Florennes au début de la Seconde Guerre mondiale 1940-1941, 2010) et Jean-Robert Gorce dans son historique de la 1re DCR relèvent la question du choix par le général Corap le 14 mai 40 pm d'orienter la 1re DCR vers le 11eCA au lieu de la mettre à disposition du 2eCA en meilleure posture que son voisin de droite.
Aucun ne cite de raisons plausibles à ce choix en contradiction avec le souhait du commandant de la 1re DCR, le général Bruneau, exprimé dans cette conversation avec Corap rapportée dans les 2 ouvrages : 

Bruneau : "Mon général, voilà la situation. je viens d'un endroit où ce n'est pas brillant (le 11eCA). Là où je suis, cela va beaucoup mieux et nous y aurions certainement un meilleur rendement que plus au sud."
Corap :"Non Bruneau, contre-attaquez, dès ce soir, avec tout ce que vous pourrez au bénéfice du général Martin. C'est un ordre formel".

Quelles causes trouver à cette décision très stricte de Corap, contredisant son subordonné récent, pourtant considéré comme un spécialiste des chars?

Tout d'abord, il faut relativiser la bonne tenue du 2eCA le 14 mai pm. Si effectivement, il est moins bousculé à cette heure que son voisin du sud, la mécanique de la défaite est déjà bien amorcée. Sa seule division initiale (5eDIM) a quasiment perdu 4 à 5 bataillons sur 9 pour son infanterie. Ses positions du sud, Molignée-Haut-le-Wastia, sont percées par la 5.PzDiv et les réserves pour se rétablir sont quasi inexistantes. Au nord, son dernier régiment intact (8eRI) est assailli par 2 divisions allemandes qui réussissent également à franchir la Meuse, l'obligeant à entamer un retrait vers l'ouest. Seule la présence de la 4eDLC, déjà bien usée à ce moment après 5 jours d'opérations ininterrompues, donne encore un peu de solidité au front du 2eCA.
Plus au sud, la situation du 11eCA est, quant à elle, effectivement catastrophique : ni sa 18e DI assaillie par les 5ePzDiv et 7ePzDiv, menacée en flanc par la 32.ID, ni sa 22e DI largement repoussée par la même 32.ID ne peuvent encore espérer se rétablir malgré l'appui de la 1re DLC. La montée au front précipitée, bien que trop tardive, de la 4e DINA semble déjà totalement insuffisante pour endiguer l'assaut allemand.

Bref, Corap pressent certainement qu'il n'a que peu de chance d'encore arrêter le XV Armee-Korps et ses panzers, avec le 11eCA, même renforcé de la 4e DINA. Quant à colmater ou contre-attaquer pour retourner la situation... probablement n'en voit-il plus la possibilité sans l'intervention immédiate de la 1e DCR, là où la bataille est en train de se perdre et où sa seule autre réserve, la 4e DINA arrive à pied d'oeuvre. Cette utilisation d'une DCR n'est d'ailleurs pas totalement exclue par la doctrine française, encore bien expérimentale en matière de DCR, il est vrai.

Revenons maintenant à l'idée de Bruneau, soutenu par le commandant du 2eCA, le général Bouffet (mais quel général refuserait une DCR en 1940?...). En théorie, Bruneau a raison. Le 2eCA peut lui offrir une base de départ plus stable, lui permettant de partir en contre-attaque dans de bien meilleures conditions, voire avec un appui des unités du 2eCA (assez faible malgré tout).

Un facteur n'est cependant jamais cité par les chefs français de l'époque ou les historiens d'aujourd'hui, le facteur TERRAIN.
Pour mieux comprendre, voici une carte du champ de bataille de 1940 (le fond de carte est la carte allemande au 1/50000 produite en 1941 sur base de la carte belge).


En bleu et rouge les positions des unités françaises et allemandes. Les flèches venant du nord indiquent les axes par lesquels les 4 BCC et le BCP de la 1re DCR sont arrivés sur le champ de bataille.
En bleu foncé les cours d'eau. Aucun n'est un obstacle majeur sauf la Meuse.
Surlignées en vert clair les zones infranchissable à une DCR (ou quasi) à cause des falaises, très fortes pentes, versants boisés, absence de pont et de chemin...
Surlignées en jaune quelques zones humides (où certains B1 bis se perdront d'ailleurs)
En vert foncé les zones boisées tout aussi inappropriées à un assaut de chars.
Constat : attaquer avec une DCR du nord vers le sud ou même le sud-est partant du secteur du 2e CA est voué à l'échec. Quelques fantassins avec des mines, des mitrailleuses et des canons antichars suffiraient amplement à stopper toute DCR sur les obstacles.
Ceux-ci sont d'ailleurs une des raisons de la lenteur relative des 1eres avancées des 2 Panzer-Divisionen : il leur était indispensable de conquérir crêtes et points de passages avant de déboucher dans des compartiments plus ouverts orientés est-ouest.

Corap avait-il mieux analysé le terrain que ses subordonnés? Probablement pas, mais Bruneau (à sa décharge, arrivant dans le secteur en catastrophe) et Bouffet, en action dans la région depuis plusieurs jours, auraient dû relever ce facteur capital.

La seule option restante, mais elle n'entrait pas dans le cadre stricte du colmatage à la française, était de se stabiliser sur les positions du 2e CA, d'ailleurs favorisées par le terrain, d'ouvrir la porte et de contre-attaquer selon un axe nord-est sud-ouest, le 16 ou le 17 mai dans le dos du XV Armee-Korps de Hoth.

Aurait-ce encore été jouable? Les nerfs français auraient-ils tenu? Quelle aurait-été la résistance des divisions d'infanterie allemandes sur le flanc nord? Autant de questions dont nous n'aurons jamais la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.museedusouvenirmai40.be/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Flavion-Denée, Récit d'une destruction annoncée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le parfait manuel de destruction de soeur Emmanuelle
» KFC et la destruction de la fôret amazonienne - Signez!
» la blonde : une arme de destruction massive !
» Le Plan Maçonnique pour la destruction de la Sainte Messe en 33 points
» LE FLUOR ET LA DESTRUCTION DE L'ESPRIT HUMAIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les plans, opérations et combats de 1919 à 1940 :: Campagne de France :: Mai 1940 :: Attaque sur la Meuse-
Sauter vers: