Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raoul d'Aubervilliers
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/12/2013

MessageSujet: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 0:59

En 1939, André Jean Pfeiffer se présente à la gendarmerie d'Asfeld dans les Ardennes pour son engagement. Le 3 mars 1939 à peine âgé de 21  ans,  il est enregistré comme engagé volontaire pour 3 ans dans l'Armée d'Afrique à l'Intendance Militaire de Mézières. Il part du port de Marseille pour le Maroc le 18 mars. Le 21 mars, il arrive dans la région du grand Casablanca où il rejoint le camp de la province de Médiouna pour être incorporé dans la 11ème Compagnie du 1er Régiment de Zouaves.

Fin septembre 1939, après la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne, André embarque à Oran avec son régiment pour la métropole.
Il arrive à Marseille le 2 octobre et  le 1er Régiment de Zouaves rejoint le camp d’Avord dans le Cher.
Le 1er Régiment de Zouaves fait partie de la 82ème Division d'Afrique.
A la fin du mois d’octobre, André cantonne à Maubeuge.



Il y a à peine quatre mois que la « drôle de guerre » a commencé !
Pour André, l’année démarre bien… !
C’est ce qu’il dit dans une lettre qu’il envoie à sa mère en date du 8 janvier 1940. A l’occasion d’une virée à Valencienne avec son copain Dédé, il s’offre même une « bringue à tout casser » !



Le 7 avril 1940, le 1er Régiment de Zouaves fait route vers Lunéville.
Quelques jours avant, il écrit à sa mère : il donnerait beaucoup pour être de retour à la maison et la permission lui tarde de venir… Il a hâte de retrouver toute « la petite famille de pitres » et de voir trotter sa petite sœur Odette, la petite dernière, née après son départ…



Le 18 avril, le Régiment s'installe aux avant-postes dans le Groupement de Cadenbronn dans la commune de Forbach en Mozelle. Il y restera jusqu'au 18 mai.
Le 10 mai 1940, c’est l’offensive allemande !
Le 12 mai, André rejoint le front de Lorraine et cantonne à Sarreguemines avec sa Compagnie.
Au cours de cette période, particulièrement lors de l'attaque ennemie du 12 mai, le Régiment subit de lourdes pertes.
Cette fois la guerre a bien commencé !
Le 17 mai, le Groupement de Cadenbronn voit sa limite Ouest portée à Farsehwilier-Theding dans le même canton.
Le 22 mai, le régiment est retiré du Front lors du regroupement de la Division dans la région Nord de Dieuze (le 23 mai) dans l'arrondissement de Château-Salins. Aux alentours du 27, le Régiment fait mouvement vers Sainte-Menehould et Somme-Suippes dans la Marne.



Le 5 du mois juin, le Régiment est transporté pour organisation défensive de « la coupure de Vesle, Canal de l'Aisne ». Le 10 juin, il reçoit l'ordre de se porter au Sud-Ouest de Reims (P.C. À Sermiers) gagne Reims puis Rilly-la-Montagne le lendemain.
Le 11 juin, le 1er Zouaves est violemment attaqué et subit des pertes sévères. Le lendemain, il se replie au Sud de la Marne pour participer à la défense d'Epernay. Les éléments restants passent par le marais Saint-Gond et s'arrêtent à Broussy-le-Grand dans la Marne.
Le repli continue par Normée le 14 juin 1940. Le Régiment ne peut pas s'installer sur les positions fixées.



Le 15 juin, le 1er régiment de Zouaves bat en retraite vers Arcy-sur-Aube, puis Troye... et le 16 juin, après de violents combats, le Régiment est capturé dans le secteur de Méry.
Les unités tentent de se soustraire à la capture. Quelques isolés, en particulier la Compagnie Hors Rang, arrivent à rejoindre Albi.
La plupart des prisonniers sont regroupés au Camp de Mailly et à Troyes du 18 au 21 juin.
Puis, les rescapés du 1er régiment de Zouave anéanti, sont dirigés vers le camp de La Courtine dans la Creuse


André ne fait pas parti de ces rescapés...
Porté disparu à l’âge de 21 ans 1/2, le 14 juin 1940 au lieu-dit Bois d'Emmerich sur la commune de Alsting en Mozelle. il est, comme tant de jeunes gars de son époque, l’un des 65 000 tués lors de la bataille de France ! 





J'ai reconstitué cette histoire à partir des documents provenant du dossier concernant les recherches qu'effectua ma grand-mère concernant la disparition de son fils lors de la bataille de France en 1939-1940. La copie de ce dossier m'a été transmis par le Bureau des archives des victimes des conflits contemporains du Ministère de la défense. Grâce à celui-ci, j'ai pu, en y ajoutant quelques renseignements trouvés sur Internet relatifs au 1er Régiment de Zouaves et quelques lettres d'André Pfeiffer écrites à sa mère, retracer cette histoire.
Les démarches de ma grand-mère pour pouvoir prétendre à l'acte de décès de son fils "mort pour la France", débuteront en janvier 1959. En avril 1961, son acte de décès sera enregistré et en juin de la même année la mention "Mort pour la France" y sera apposée. Mais ma grand-mère n'en sera informé qu'en avril 1963, après avoir écrit au Président de la République Charles de Gaulle, n'ayant plus de nouvelle de l'instruction du dossier depuis deux ans...




NB : les parties du récit en italique proviennent d'information trouvées sur Internet qui m'ont permis de broder sur ce récit. Le reste provient des informations recueillis sur le dossier du Bureau des archives des victimes des conflits contemporains, en l’occurrence, d'un courrier provenant du Ministère des Armées et rédigé par le colonel Cosse-Brissac, Chef du Service Historique de l'Arméee. Les allusions aux courriers qu'André Pfeiffer adresse à sa famille proviennent de ses lettres conservée par ma mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raoul d'Aubervilliers
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/12/2013

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 1:03

Bonjour à tous...

Voici donc un petit récit concernant un parent à mézigue, un oncle que je n'ai pas connu, forcément.
Si vous avez des renseignements sur le 1er Régiment et la 11ème compagnie, cela m’intéresserait beaucoup...

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5393
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 5:39

Bonjour,

Merci pour ce récit très enlevé qui fait "revivre" le Zouave André Jean Pfeiffer au travers du parcours mouvementé de son unité en mai-juin 1940.

Bravo !

Cordialement,

Thierry Moné

PS. Il serait bon de faire figurer "1er Zouaves" dans votre titre, afin de faciliter la recherche ultérieure...  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vince1940
Sergent-chef
Sergent-chef
avatar

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 28/04/2012

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 5:43

Bonjour Raoul,

Je n'ai pas d'infos concernant le 1er zouaves, mais je voulais te remercier de partager avec nous ce récit très émouvant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 7:16

Bonjour et félicitations pour ce récit.

En complément, voici quelques informations sur le 1° Zouaves mais seulement pour juin 1940.



La IV° Armée introduite sur le front de Champagne le 6 Juin 1940 reçoit le même jour le renfort de la 82° Division d' Infanterie d' Afrique. Cette grande unité se compose du 1° Zouaves, du 6° Tirailleurs Algériens, du 4° Tirailleurs Marocain, des 66° et 266° Régiment d' Artillerie d' Afrique et du 82° Groupe de Reconnaissance issu en partie du 2° Spahis, elle est aux ordres du général Armingeat.

Le 1O Juin la Division reçoit pour mission de tenir la Montagne de Reims face au Nord-Ouest, pour couvrir l'Armée sur sa gauche et rechercher la liaison avec la VI Armée dont le repli vers la Marne s' accéléré. Dès midi la reconnaissance trouve Muizon occupé par l' ennemi, et ne rencontre personne vers Bligny , les Zouaves ne peuvent dépasser Sermiers, quant aux Marocains ils sont à Reims et ses abords.
 
Le lendemain, dès 7 heures du matin le 6° R.T.A. est arrêté à Marfaux et Courmas; au centre le 1° R.Z. qui tient Jouy les Reims et Les Mesneux subit comme les Marocains de nombreux assauts , grâce à leurs qualités combatives ils se maintiennent sur leur position jusqu'à la nuit, pour se reporter sur la lisière de la foret de la Montagne de Reims. Toute
la matinée les Algériens attaqués de front le sont progressivement par l' Ouest et le Sud -Ouest; leurs arrières sont menacés par les colonnes allemandes qui glissent vers Damery; malgre l'intervention du Groupe de Reconnaissance qui perd la majeure partie de ses véhicules et moyens de combat, les Tirailleurs sont obligés d'abandonner Marfaux puis Pourcy pour entreprendre une pénible retraite par les bois de Cormoyeux.

Le 12 au matin les Zouaves et les Marocains achèvent de se réorganiser sur la ligne Sermiers-Ludes après les contre-attaques qui leur ont permis de décrocher la veille au soir, toute la journée ils doivent faire face aux infiltrations et se reporter sur la Marne à l'est d' Épernay, en raison de la percée allemande sur l' axe Reims Chalons. En revanche, complètement isolé, le 6° Algériens tente avec ses unités disloquées de reconstituer un dispositif; repoussé de Cormoyeux et Roucy il s'accroche à Hautvillers ou il s'organise face au Nord, à l' Ouest et au Sud et qu'il tient toute la journée; n’ ayant pas été touché par l’ordre de repli . Dans ces combats appuyés par le 266° d' Artillerie, la 13° batterie combat jusqu'à l'épuisement de ses munitions au milieu des Tirailleurs. Pendant que le village d' Hautvillers se défend énergiquement, la 7° compagnie du régiment reprend le contrôle du pont de Cumières « par une invraisemblable charge à la baïonnette, devant laquelle les occupants, glacés d' effroi, reculent ».
 
Ce n’est que dans la nuit que ces villages sont abandonnés par les débris du 6°R.T.A. qui franchissent la MARNE seulement le 13 et se recollent à la Division.
Les pertes en infanterie dans les combats acharnés de la Montagne de Reims, s’ ajoutant à celles que la Division a subies un mois auparavant en Lorraine, atteignent 50%. Le 1°Zouaves n’a plus qu’ une compagnie par bataillon, le 4° R.T.M. a perdu presque tous ses cadres européens, et le 6° R.T.A est tout autant éprouvé. L’ Artillerie est réduite à deux groupes au lieu de cinq .
En raison de l’avance profonde des allemands vers Montmirail, la Division qui devait tenir la Marne de part et d’ autre d’ Épernay reçoit la mission de couvrir le flanc gauche de l’Armée au sud des Marais de Saint-Gond. La 82° Division effectue sa cinquième étape de nuit en cinq jours de combats et, élément par élément réussit à franchir les marais dans la matinée du 14, malgré l’ encombrement indescriptible des routes ou se mélangent et se croisent convois civils et militaires. Complètement découverte sur sa gauche la Division d’ Afrique qui a mission de défendre cette zone sans esprit de recul pour permettre au convois de l’Armée de se diriger vers l’ Aube, prolonge sa mission de couverture jusqu’ au sacrifice.
 Le Groupe de Reconnaissance et le 4° R.T.M. luttent toute la journée,face à l’ Ouest entre Oyes et Mondement; résistant à des attaques très violentes ils interdisent toute progression ennemie en direction de Fère-Champenoise; et ne quittent leurs positions que dans la nuit du 14 au 15 réduits à de très faibles effectifs et gagnent l’Aube d’ Arcis. Le 1° Zouaves, de son coté, tient face au Nord en liaison avec le III/6° R.T.A. entre Broussy le Grand et Broussy le Petit et comme les Marocains à Reuves repousse l’attaque des blindés ennemis dans la matinée. En fin d’après-midi ce qui reste des unités entreprend le repli en direction de l’Aube qui se poursuit jusqu’à la Seine pour les plus chanceuses; de fait la 82° D.I.A. disparaît en tant qu’ unité combattante le 14 Juin au soir.
Un bel hommage est rendu à cette grande unité par le chef d’état-major de la 42° D.I. sa voisine de droite lorsqu'il écrit à propos de la journée du 14/06/1940 : "....encore bien en main, les débris du 6° algériens qui ont réussi à passer la Marne, à la nage le 13 sous le feu des allemands dans la région d'Epernay, après avoir été coupés²du gros de la division. Certain d'entre eux se sont rhabillés en civil et leur accoutrement et leur linge en turban autour de la tête leur donnent l'air de fakir de foire; mais ils collent aux rangs et , en riant du bon tour joué aux boches, montrent un moral magnifique. Un bataillon du 1° Zouaves, le bataillon BEE, dans une forme superbe, mérite une mention spéciale.
A partie égale, que n'eussent pas fait deux divisions telles que la 42° et la 82°. "

Il faut aussi mentionner la 3° Division d' Infanterie Nord Africaine (12° R.Z., 14°,15° R.T.A. , 20°et 220 R.A.N.A ) qui combat à l' Est de Vitry le François à partir du 13 Juin dans le cadre de la II° Armée.



Toutes ces belles unités aussi valeureuses que celles de la première guerre ont sauvé l’honneur et prouvé une fois de plus leurs qualités, reconnues par l'inscription " Montagne de Reims 1940 " sur le drapeau du 1° Régiment de Zouaves.

Cordialement

R SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
didier b
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 64
Localisation : Pays de Gex (Ain)
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 12 Déc 2013 - 17:41

Bonjour à tous,

merci à Raoul pour ces photos très intéressantes, mon père était aussi au 1er RZ en 1940. 
André Pfeiffer,votre oncle, est sur le site "mémoire des hommes"
La caserne du 1er RZ à Casablanca était à l'avenue d'Amade (aujourd'hui Hassan II) Un camps de manoeuvres se trouvait dans la ville de médiouna près de Casa 
Il existe un fil sur le 1er régiment de zouaves sur atf40.
http://atf40.forumculture.net/t2200-historique-du-1er-zouaves-en-1939-1940

Pour Rémy Scherer, merci pour ce récit mais ce texte écrit par Jacques Brissart figure déjà sur atf40:
http://atf40.forumculture.net/t3729-1er-regiment-de-zouaves-fait-prisonnier-a-les-meneux51

Cordialement.

Didier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raoul d'Aubervilliers
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 11/12/2013

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Dim 22 Déc 2013 - 23:41

Merci à vous pour l'intérêt que vous avez porté à ce récit.

Actuellement je suis en fin de démarche pour faire poser une plaque commémorative sur le lieu-dit du bois d'Ermerich à Halsting en Mozelle en l'honneur d'André Pfeiffer et de tous les combattants tombés sur le lieu... et aussi en hommage à ma grand-mère qui a perdu un fils. La commune m'a donné les autorisations. Il ne me reste plus qu'à mettre en oeuvre la réalisation technique, ce qui devrait être fait d'ici le printemps 2014.

Encore merci à vous tous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
didier b
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 64
Localisation : Pays de Gex (Ain)
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Lun 23 Déc 2013 - 18:04

Bonjour Raoul,

mes félicitations pour votre initiative de faire apposer une plaque commémorative en hommage à votre oncle et à ses camarades tués au combat.
Outre André Pfeiffer, vingt autres zouaves tombèrent ce 12 mai 1940, ce qui en fait avec le 11/06/40
les deux journées les plus sanglantes pour le 1er RZ lors de cette campagne de France.
Tenez nous au courant de la date de la pose de cette plaque et précisez nous la localisation exacte, cela intéresse sans doute des membres de ce forum.

Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daffy
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : Agde
Date d'inscription : 28/07/2010

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Jeu 2 Jan 2014 - 18:14

Bonjour et bravo pour votre récit et votre travail de recherche et de devoir de mémoire

Je vous invite a rentrer en relation avec L'union nationale des Zouaves via son secretaire mr flamme il pourront vous aider dans vos démarches et auprès des municipalités et autres pour la cérémonie
Coordonnées ici http://collectifrance40.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=99&Itemid=108
Les zouaves sont une grande famille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
didier b
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 325
Age : 64
Localisation : Pays de Gex (Ain)
Date d'inscription : 03/09/2011

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Mer 14 Oct 2015 - 18:56

Bonjour Raoul,

Cette plaque en hommage à votre oncle a t'elle été posée?

Cordialement.

Didier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ajtrad
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 419
Age : 49
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 10/09/2015

MessageSujet: Re: 1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)   Mer 14 Oct 2015 - 22:10

didier b a écrit:
Bonjour Raoul,

Cette plaque en hommage à votre oncle a t'elle été posée?

Cordialement.

Didier
Oui, je me posais la même question... Je viens de découvrir ce récit émouvant et il serait bon de savoir si ce projet de pose de plaque commémorative a été finalisé. Si c'est le cas, peut-être pouvez-vous partager une photo de cette plaque ?

Cordialement.

Frédéric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
1er zouave : Un gars… un jour… (1er zouaves)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Porte bannière des zouaves pontificaux en 1870
» LACOUR (Louis) Zouave - 2ème Rgt de Zouaves St-Fargeau YONNE
» Les zouaves de la Garde
» SAPEUR DES ZOUAVES DE LA GARDE
» épée d'officier des zouaves Pontificaux 19° s.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Infanterie :: Zouaves-
Sauter vers: