Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Gravelines_24 mai 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Norodom
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 72
Age : 89
Localisation : Sud-Toulousain
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Gravelines_24 mai 1940   Ven 18 Oct 2013 - 17:54

Bonsoir,
 
Le dimanche 26 mai 2013 à Gravelines, une plaque commémorative a été dévoilée, à la mémoire du drame du "Cochon Noir" le 24 mai 1940.
Cette date se situe au lendemain du 23 mai, date à laquelle von Rudstedt arrêta ses panzers sur l'Aa. Cette date se situe le jour où Hitler confirma cet arrêt.
 
Cette relation de cause à effet aurait pu me conduire à opter pour la continuité de l'un ou l'autre fil qui ont donné lieu sur ce forum, à débats sur le "Haltbefehl" mais je pense qu'il faut se soustraire à la tentation de s'embarquer sur les interminables échanges d'opposition entre  deux thèses
C'est donc, dans le respect de la vocation du présent forum, qu'il faut s'en tenir strictement à des échanges sur la situation militaire. A retenir cependant que dans le sujet proposé il peut y avoir un lien avec les explications militaires du "Haltbefehl"
 
La récit de la bataille de Gravelines ne me semble pas avoir été abordé...
Je crois que les compétences de plusieurs participants à ce forum, peuvent permettre de complémenter l'historique de cette bataille dont j'ai la conviction quelle a été un évènement ralentisseur de la progression allemande vers Dunkerque.
 
J'indique les liens vers les articles de "La Voix du Nord" afin de permettre à chacun de découvrir ou de redécouvrir une présentation digne d'intérêt :
 
http://www.lavoixdunord.fr/region/gravelines-une-commemoration-pour-ne-pas-oublier-jna17b47595n1268274
 
http://www.lavoixdunord.fr/region/gravelines-drame-du-cochon-noir-des-temoins-belges-racontent-ia17b0n1270860
 
http://www.lavoixdunord.fr/region/gravelines-le-cochon-noir-on-ne-dira-plus-on-ne-savait-pas-ia17b47595n1288408
 
En cas de difficultés d'accès, il me sera possible de présenter un document au format word ou pdf
 
Cordialement,
Roger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Ven 18 Oct 2013 - 20:56

Bonsoir,je possède le récit de la bataille telle que décrite dans "la défense de Dunkerque" et par l'intermédiaire de l'association généalogique dont je fais partie,j'ai également le témoignage de civils belges bloqués sur le champ de bataille et trouvant refuge à Grand Fort Philippe...Cette bataille à lieu le 24 mai et les tentatives de franchissement de l'Aa se poursuivent jusqu'au milieu de la nuit devant Gravelines......Toutefois le centre de gravité de l'attaque sera déplacé et le fleuve minuscule mais assez marécageux sera franchi plus en amont vers Watten et St Folquin
LA bataille pour Calais où ont débarqué deux bataillons britanniques et 58 chars est commencée aussi ce jour là et se poursuivra jusqu'au soir du 26.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norodom
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 72
Age : 89
Localisation : Sud-Toulousain
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Ven 18 Oct 2013 - 22:15

Bonsoir Alfred,

Je possède le récit de la bataille telle que décrite dans "la défense de Dunkerque" et par l'intermédiaire de l'association généalogique dont je fais partie,j'ai également le témoignage de civils belges bloqués sur le champ de bataille et trouvant refuge à Grand Fort Philippe...Cette bataille à lieu le 24 mai et les tentatives de franchissement de l'Aa se poursuivent jusqu'au milieu de la nuit devant Gravelines......
 
Il existe plusieurs documentations sur la bataille de Dunkerque....
Lorsque vous parlez de récit de la bataille, s'agit-il de celle, toute particulière de Gravelines ?
C'est sur cette bataille qui a débuté le 24 mai vers 10 heures qu'il serait intéressant de découvrir des détails...
Combien de temps a duré cette bataille ?... à quelle date et à quel moment Gravelines est-elle tombée ?
Personnellement, ce que j'en sais, c'est que Guderian a entrepris au matin du 24 mai, une opération contre Gravelines et Grand Fort-Philippe et que cette attaque a échoué.
Connait-on les circonstances de cet échec ?... les panzers de Guderian ont-ils fait marche-arrière?... Sur ce dernier point, à ma connaissance ce serait le cas, mais je ne suis pas assez documenté sur les circonstances.
 
Reste le drame du "Cochon Noir" et le sort des civils belges qui ont tenté, sans toujours y réussir, de rejoindre Grand Fort-Philippe
 
Toutefois le centre de gravité de l'attaque sera déplacé et le fleuve minuscule mais assez marécageux sera franchi plus en amont vers Watten et St Folquin
 
Vous citez là deux communes à l'écart de Gravelines...
Watten est plus au sud de Gravelines, sur la rive Est de l'Aa.
Watten a dû être pris par l'infanterie allemande vers le 27 ou le 28 mai.
Saint Folquin se situe sur la rive Ouest de l'Aa et à une dizaine de kilomètres au nord de Saint-Omer.

Roger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Sam 19 Oct 2013 - 22:34

J'ai sous les yeux également "Le drame de Dunkerque" écrit par le général Armengaud:voici ce qu'il écrit page 143: " Il est fort heureux que le général Gudérian commandant leXIXème corps blindé ait sur les bras les sièges de Boulogne et de Calais.
Ses pointes motorisées et blindées sont arrivées au contact sur l'Aa le 23 mai au sor.Comme le veut la doctrine de la Blitzkrieg,elles vont passer à l'attaque avec les moyens encore réduits dont elles disposent.Ils paraissent suffisants pour bousculer la fragile barrièrre qui s'étire le long de l'Aa ,constituée à l'aide d'éléments disparates,de renforts à peine arrivés...
Le 24 mai ,premier jour de la bataille de l'Aa,c'est la valeur des combattants qui a sauvé Dunkerque,Français et Anglais,ces derniers ayant un léger dispositif de couverture aussi présent.
Au bord de la mer,le sémaphore de Petit Fort Philippe que commande l'enseigne de vaisseau Vinson est tenu par une petite garnison de 78marins servant une batterie côtière de 95,2 pièces de 75 et 2 mitrailleuses .Sur cet effectif 36 hommes seulement rejoindront la France .Les autres périront.
Le poste est soutenu par une compagnie de soldats anglais qui ont pris position le long du chenal de lAa avec leurs mitrailleuses et bien appuyés par la batterie de 155 long mobile de la marine que commande le capitaine de corvette Hamelin
Le 23 mai au soir,l'ennemi atteint les abords de Grand Fort Philippe,le village est engorgé de réfugiés belges,civils et militaires .et de Français,qui ayant reflué sur Gravelines dont le pont est coupé ont reflué vers le nord espérant y trouver des moyens de passage.Des tirs efficaces de l'artillerie française ont été effectués sur des concentrations de chars.Plusieurs engins ont été endommagés.
Le 24 mai ,l'ennemi attaque avec appui d'artillerie et d'aviation.Ses tentatives renouvelées plusieurs fois dans la journée échouent sous le feu de la défense que vient appuyer une escadrille anglaise.A la nuit,pas un Allemand n'a pu franchir le fleuve.
C'est sur Gravelines formant verrou sur le grand axe de progression de la Route Nationale 40 Calais Dunkerque que s'exercel'effort principal de l'ennemi"
Je reprends dès que possible la suite détaillée sur plusieurs pages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norodom
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 72
Age : 89
Localisation : Sud-Toulousain
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Lun 21 Oct 2013 - 14:48

Bonjour Alfred,
 
Par suite du disfonctionnement de ma ligne ADSL, pendant une trentaine d'heures, je réponds tardivement à votre message.
Je vous remercie pour les détails que vous apportez, lesquels sont une avancée très significative dans l'histoire de la bataille de Gravelines.
 
De mon côté, j'ai reçu plusieurs pages de récit qui révèlent ce que fut cette bataille "Un échec ennemi devant Gravelines".
Merci à Patrick, Yvonnick et Pierre qui ont assuré le relais. (tous se reconnaitront).
Nos deux récits cadrent tout à fait et comme vous le suggérez, il sera bon de prolonger sur les détails...
 
Jusqu'ici, avait été évoqué le drame qui coûta la vie à environ 200 civils pris dans la tourmente des combats. Il importait donc de connaître les circonstances des affrontements.
 
Le côté troublant de cette bataille est qu'elle n'est pas expliquée dans des livres de référence, tels que celui de Frieser dans son chapitre 8 "Le miracle de Dunkerque" ou encore dans celui de Masson dans son "Histoire de l'armée allemande". Jusqu'à nos jours j'en avais découvert quelques éléments en 1967, dans un extrait du récit du général Nehring, chef d'état-major de Guderian.
 
Voici donc un résumé du récit nouvellement en ma possession...
 
Tout commence vers 10 H 30 en cette matinée du 24 mai 1940...
Une colonne blindée allemande se présente au carrefour du "Cochon noir" situé sur la RN 40 venant de Calais. A peine les quatre chars de tête s'engagent sur le pont de l'écluse Vauban qu'ils sont pris sous un feu nourri des armes de la défense. Tous ces quatre chars sont détruits, obligeant le reste de la colonne à glisser vers le sud par la route de Saint-Folquin. La tentative d'aborder l'écluse 63 bis se solde pour les Allemands par la destruction de trois nouveaux chars.
Les fantassins allemends sautent de camions tractés et tentent de s'approcher du rivage de l'Aa. Ils sont cloués au sol par les tirs nourris des défenseurs et leur tentative échoue.
Les combats ne faiblissent pas en intensité et les chars ainsi que les bateries d'artillerie mises en place par les Allemands infigent des pertes en hommes et en matériel aux Alliés.
Plusieurs tentatives de débordement par le sud, échouent face à l'opiniâtreté des défenseurs.
Le lendemain, 26 mai, c'est un calme relatif sur l'ensemble de la zone. Les chars avaient pris la route de Saint-Folquin vers le sud et les affrontements ne semblent plus concerner que des éléments d'infanterie et d'artillerie
 
Au soir du 26 mai les Allemands avaient renoncé à forcer le passage devant Gravelines et dès le lendemain ils avaient franchi l'Aa plus au sud, vraisemblablement au niveau de Watten comme vous l'aviez indiqué.
 
A vous lire...
 
Cordialement,
Roger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Lun 21 Oct 2013 - 21:53

Je reprends le récit du général Armengaud:"Dans le secteur de l'ancienne place forte,il y a quelques éléments anglais disposant de 4 chars.Le noyau de la défense est constitué par le 6/310 de la 272ème demibrigade,le bataillon est constitué de réservistes âgés qui,sous le commandement énergique du commandant Cordier,ancien chasseur à pied,vétéran de la Grande Guerre va se battre avec le brio d'une unité d'active.Il est renforcé par une compagnie du 1/48 et par une fraction nord du18ème GCRA(capitaine Sigogne) qui interdit les deux ponts des sorties ouest de Gravelines.Avec le pont du chemin de fer,situé plus au sud,,les défenseurs de Gravelines doivent garder 3 ponts.
L'ennemi,qui,dès la veille a établi un contact pressant,prononce dans la matinée du 24 mai une violente attaque,préparé par un bombardement intense,appuyée par des chars,tirant au canon d'une rive à l'autre.Plus de 20 chars se présentent devant les deux ponts routiers,favorisant la progression des fusiliers.Du haut des remparts à la Vauban,les fantassins du bataillon Cordier interdisent tout franchissement de l'Aa.Devant les ponts,les cavaliers font aussi bonne besogne.Le canon de 25 du brigadier Salvatge,qui prend en enfilade la route nationale,détruit l'un après l'autre 7 chars allemands.Un huitième est incendié à la grenade par le brigadier chef Crouzet.Les équipages sont ou brûlés dans leurs chars ,soit abattus au FM à la sortie de l'engin.
Cet échec cuisant est vivement ressenti par l'ennemi qui poursuivra avec plus de circonspection les attaques ultérieures sur Gravelines.
Vers la limite gauche du secteur,dans la région du pont de chemin de fer qui est coupé,les feux d'artillerie augmentent d'intensité au cours de l'après midi,in cendiant les maisons du quartier de la gare et rendant intenable la situation des éléments postés au débouché du pont.Ceux ci se replient sur les remparts d'oùu ils poursuivent leur action de feu.A 23 heures,les Allemands n'ont pas débouché aux abords du pont.
Au sud de Gravelines et jusqu'aux abords de Watten.Quatre ponts traversent le cours canalisé de l'Aa,à l'est de St Folquin,à St Nicolas (sud ouest de Bourbourg),à la Bistade( ouest de St Pierre Brouck) et au Ruth(entre Holque et Watten)
Le 18ème GCRA ,dont le front d'action s'étend au sud jusqu'à Holque exclu,a installé des éléments sur trois ponts.Le détachement nord a placé un poste(lieutenant Esquillat)au pont de St Folquin.Le détachement sud ( lieutenant Forcade) est divisé entre le pont de St nicolas (lieutenant Lacroix) et le pont de la Bistade(lieutenant Lambert).
La défense des ponts est renforcée par des auto-canons de DCA du 402ème régiment d'artillerie( 11ème batterie),les pièces du lieutenant Veillet étant réparties entre les ponts de St Folquin et St Nicolas,celles du capitaine Forget entre les ponts de la Bistade et Ruth.Ces volumineux matériels contre avions sont très vulnérables dans les combats terrestres.
L'infanterie de secteur,c'est le 137ème RI(toujours privé de sa compagnie régimentaire d'engins qui n'a pas rejoint),dont le PC est à Loon Plage.En place et au contact,le long de la digue du canal de l'Aa,depuis la veille au soir,les 2ème et 1er bataillons sont répartis sur le front du sud,de Gravelines à Holque exclu,la limite entre les deux quartiers se situant au sud du pont de St Folquin.
Le 3ème bataillon du 137,resté initialement en réserve à Loon Plage,a été enlevé par des camions dans la nuit du 23 au 24 mai par des camions envoyés de Dunkerque,il doit occuper le front de l'Aa dans sa partie sud depuis le débouché du canal de Calais(liaison avec le 1/137,jusqu'aux abords de Watten,et former crochet défensif sur le canal de la Haute Colme,face au sud est ,jusqu'à Looberg inclus.Retardée dans la traversée de Bourbourg par les Anglais qui font des difficultés pour abaisser les ponts levis,cette unité roulera encore au lever du jour lorsque se déclenchera l'attaque générale sur la ligne,n'ayant pas encore effectué la reléve du 1er bataillon au sud de l'embranchement du canal de Calais."

La suite.....pour bientôt....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norodom
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 72
Age : 89
Localisation : Sud-Toulousain
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Mar 22 Oct 2013 - 19:38

Gravelines avait une position stratégique qui convenait bien pour y installer un bon système de défense. L'ensemble de l'agglomération comprend deux hameaux de chaque côté de l'Aa. Grand Fort-Philippe sur la rive Ouest et Petit Fort-Philippe sur la rive Est. Le tout constituait une place forte derrière une ceinture de remparts et de canaux.
 
Avant la bataille qui débuta le 24 mai 1940, environ 150 Anglais du 6ème Green Howards étaient sur place, ainsi qu'un poste chargé du service d'ordre, appartenant à la 2e Cie du 511e Bataillon Régional. A l'aube du 23 mai, un bataillon du 310 ème R.I. prend position pour la défense de Gravelines. L'ensemble placé sous les ordres du commandant Cordier, dispose d'une batterie mobile de 155 de marine.
 
A Petit Fort-Philippe, étaient sur place environ une cinquantaine de sous-officiers et matelots, sous les ordres de l'enseigne de vaisseau Vinson et du maître principas Saliou.
Etait installée une batterie de côte comprenant :
quatre pièces de 95, deux de 75 (en DCA), deux mitrailleuses et deux FM
 
Le dispositif de défense est organisé ainsi :
 
Défense de Petit Fort-Philippe par les Anglais du 6ème Green Howards
Défense de Gravelines par le 6ème bataillon du 310ème R.I réparti en plusieurs points...
_ défense du pont de l'écluse Vauban par la 23e Cie (capitaine Brevert)
_ défense du pont rail (ligne de Calais) par la 21e Cie (lieutenant Millequant)
_ défense sur les remparts est sud-est de la ville par la 22e Cie (capitaine Pradier)
_ défense des routes de la gare et de Bourgbourg par une Cie d'accompagnement (capitaine Chataing) disposant de quatre sections de mitrailleuses et deux canons de 37, comme armes antichars.
_ la batterie de 155 de marine est installée sur le quai de la douane à 250 m au nord du pont Vauban
Dans l'après-midi du 23 mai, le 18ème Groupe de Reconnaissance de Corps d'Armée et le capitaine Sigogne installe un groupe armé d'un canon de 25 pour la défense de l'écluse 63 bis, le reste étant réparti sur cinq kilomètres au sud le long de la rive droite de l'Aa jusqu'au pont de Saint-Floquin (inclus).
 
Dans la soirée le II/137ième RI (commandant Miquel) s'établit sur l'Aa à gauche du VI/310 ,liaison à 500 m au Sud de la gare.
 
Revoir fe fil sur ce forum "18éme GRCA/1° PZ Div"
 
http://atf40.forumculture.net/t1483-18eme-grca-1-pz-div
 
Alfred doit se souvenir...
Son extrait de "La Défense de Dunkerque-1940" par Robert Béthegnies, met en évidence que nous avons les mêmes lectures.

Je regrette de faire ce constat aussi tardivement, car je connais un certain fil sur un forum d'une autre couleur où nous avions l'occasion rêvée d'enrichir la panoplie des raisons militaires.
Car cela saute aux yeux !... la journée du 24 mai 1940 ne se présentait pas pour les blindés allemands comme une promenade tranquille sous un ciel sans nuages !
 
Il faudra revenir sur ce sujet car nous nous sommes fait proprement piéger.. mais en attendant, laissons aux lecteurs du présent fil, qui voudront bien accepter de s'y intéresser, le temps d'une remise en jambes...
 
Roger
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Mar 22 Oct 2013 - 22:15

Bonsoir,
Oui,il me semblait bien avoir déjà procuré des extraits de Robert Béthegnies mais je ne retrouvais plus le fil.Le problème pour les Allemands c'est que d'anciennes fortifications de Vauban incluses dans un périmètre défensif pourvu de quelques moyens et de défenseurs énergiques reste un os dur à broyer....Bouchain prendra 5 jours....

Je cite à nouveau Armengaud : "Passons aux événements de la journée dans chacun des quartiers du 137.
Sur le front du 2/137(Commandant Miquel),l'ennemi attaque de bonne heure en plusieurs points,portant son effort sur le pont de StFolquin où la lutte prend rapidement un caractçre acharné.Les deux auto-canons du 402 DCA détruisent coup sur coup 3 blindés,mais sont elles mêmes mises hors de combat par le tir de gros chars ennemis...Il reste autour du Lieutenant Veillet 7 artilleurs qui continuent le combat avec les cavaliers du 18ème GRCA.Le chef de ces derniers est tué le lieutenant Esquillat est tué.La bataille se développe le long des bergesoù le 2/137 tient bon jusqu'au milieu de l'après midi;brisant toutes les attaques par ses feux et rejetant sur la rive ouest les petites fractions ennemies qui ont pu s'infiltrer en traversant à la nage ou en utilisant des péniches ou d'autres embarcations.
Le bombardement d'artillerie ne cesse pas,les chars embossés sur la rive ouest tirent presque à bout portant sur les sections qui défendent la digue.Les pertes du bataillon sont lourdes,250 hommes environ en 12 heures de combat
En fin d'après midi,le 2ème bataillon se trouve légèrement découvert par le repli des défenseurs du pont de chemin de fer de Gravelines.Sa gauche est menacée vers le pont de St Folquin et par une avance de l'ennemi sur la rive droite,dans le secteur du 1er bataillon.Le commandant Miquel ordonne le décrochage et reporte son PC de St Georges à Craywick.
Plus au sud,le 1:137(commandant Couhé) dont la gauche non encore relevée par le 3ème bataillon s'étend jusqu'à Holque,est distendu sur un front de 10 Km que l'ennemi attaque en plusieurs points.
Les passages de St Nicolas et de la Bistade sont le théâtre de très violents combats.Cavaliers et artilleurs de DCA sont refoulés dans la matinée,après avoir subi de sérieuses pertes.Au 18ème GRCA,le lieutenant Lacroix est tué à St Nicolas.Le lieutenant Lambert est grièvement blessé à La Bistade.
Du pont du Ruth où les artilleurs de DCA se trouvent en situatio excentrique et ,semble-t-il,sans autre soutien qu'un élément britannique,l'on n'a aucune nouvelle.
Le 1/137 étalé sur la digue résiste d'abord victorieusement sur place.Mais pour éviter d'être coupé par l'ennemi qui a mordu en 2 points sur la rive droite,il se retire sur la ligne Bourborg-Cappellebroucke.Violemment attaqué dans l'après midi aux abords sud ouest de Bourbourg,il maintiendra ses positions avec l'aide d'éléments anglais.Le Capitaine Branchereau commandant la 2ème Compagnie est mortellement blessé.
A son PC de Loon Plage ,le lieutenant colonel Menon apprenant le repli des 1er et 2ème bataillons,restant sans nouvelles du 3ème bataillon parti vers le sud,ne disposant ni de réserve ni d'armes antichars estime la situation grave et craint le pire.A 19 heures,en présence de l'état major,il fait brûler le drapeau du régiment.

A très bientôt ...la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SALIOU Pierre
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 500
Age : 63
Localisation : 35
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Mer 23 Oct 2013 - 8:29

Bonjour,

Juste pour regrouper les infos, un fil sur l'anéantissement du VI/310 par Alfred:

http://atf40.forumculture.net/t1186-310e-ri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norodom
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 72
Age : 89
Localisation : Sud-Toulousain
Date d'inscription : 19/07/2012

MessageSujet: Re: Gravelines_24 mai 1940   Mar 29 Oct 2013 - 17:53

Afin de ne pas en rester dans l'inachevé, je fais un retour sur les journées du 22 et 23 mai, qui  permet de comprendre l'objectif du groupe A de von Rundstedt et de sa présence sur la ligne de l'Aa, Watten-Gravelines...

Dans la matinée du 22 mai des blindés venant de Hesdin (sur l'axe Arras > Le Touquet) et passant par Lumbres (environ 10 km au sud-ouest de Saint-Omer) se dirigent vers Saint-Omer.
La défense s'organise autour des localités entre Lumbres et Saint-Omer (Setques-Esquerdes-Wizernes-Blendecques-Arques) ainsi que dans la ville de Saint-Omer.
Wizernes est également attaquée par d'autres blindés venant de Fauquembergues.
Cette défense, qui passe une mauvaise journée exécute cependant une mission retardatrice qui donne le temps aux renforts d'intervenir dès la nuit tombée. la plupart des unités parviennent à se replier et Saint-Omer tient.

Le 23 mai, après de durs combats avec des pertes sévères de part et d'autre, les blindés allemands, qui ont subi d'importants dégâts, remontent le long de l'Aa par Saint-Momelin, Watten, Saint-Folquin et Gravelines.

Alors, pourquoi Gravelines ?... la réponse est simple... parce que cette localité est située sur le grand axe routier Calais-Dunkerque. Parce que des combats ont encore lieu à Calais (qui tombe le 26 mai) et qu'il faut empêcher les éventuels "rescapés" de rejoindre Dunkerque !
En examinant ce parcours des unités blindées il apparait difficile de relever des erreurs grossières, tant tout cela paraissait bien orchestré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Gravelines_24 mai 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forces françaises Outremer en 1940
» Le drame de l'armée française en 1940
» Armement et organisation de l'infanterie française en 1940
» Les avions italiens sur la Loire en Juin 1940 ?
» Il était une fois, en mai 1940, la Belgique...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les plans, opérations et combats de 1919 à 1940 :: Campagne de France :: Mai 1940-
Sauter vers: