Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pierre Bascou
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 139
Age : 53
Localisation : bourg en bresse
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 27 Mai 2013 - 14:06

je cherche à comprendre pourquoi si la France produit de bons bombardiers comme les AMIOT 354 ou le LéO 451, nous avons acheté des DB7 aux américains ou envisagés des B 25 ?

Je comprends que dans l'attente de la mise en service, il faut faire la jonction entre les nouveaux modèles et les actuels.
On parle d'inspiration française ou tout du moins de commande pour les Libérators , les P38 lightning , voire les vultee Vengeance ou des P51 A et d'autres bombardiers moyens...
Je conçois que nos usines ne produisait pas en nombre et que le circuit pour un avion bon de guerre mis en service était complexe; pourtant dans bien des cas le problème c'était, je pense, la motorisation....

Mon post ne se veut pas polémique ni dériver vers le front populaire ou la faillite des généraux etc...

j'essaie, sans dériver vers une uchronie, de comprendre à quoi aurait pu ressembler l'armée de l'air vers novembre 1940 avant les offensives Gamelin ou WEYGAND de 1941 si une offensive était prévue...

Un simple achat de moteurs aurait t il pu améliorer nos cellules?
un échange contre notre H 39 en tant que char universel allié étant mis dans la balance avec les britanniques pour obtenir des licences de moteur par exemple?

Peut t on m'apporter des précisions sur l'emploi réservé aux Liberator et P 38 ?par la commission d'achat?

l'Etat major avait t il une doctrine d'emploi ou l'objectif était de faire nombre?

Merci par avance
Cordialement

Pierre BASCOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clausmaster
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 538
Age : 33
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 27 Mai 2013 - 14:38

Les commandes passées à l'étranger (Etats-Unis mais également Pays Bas et Italie oui oui) ont été passées car l'industrie française devait digérer les nationalisations et passer définitivement du stade artisanal au stade industriel.

Pour une idée de l'armée de l'air en 1941, je ne peux que vous recommander le livre "L'aviation française 1939-1942" de Dominique Breffort"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierre Bascou
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 139
Age : 53
Localisation : bourg en bresse
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 27 Mai 2013 - 14:59

merci pour ce début d'info.

Bien Cordialement

Pierre BASCOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catalina
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 332
Age : 44
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 27 Mai 2013 - 15:10

Bonjour,

En matière aéronautique il faut distinguer plusieurs périodes. les commandes d'avant-guerre sont avant tout liée aux retards qualitatifs et quantitatifs par rapport aux programmes de réarmement aérien, plus particulièrement le plan V de mars 1938. C'est également une manière de faire pression sur les avionneurs français pour les pousser à moderniser, à produire plus, plus vite. La production attendue est de 330 avions par mois, hors cette cadence ne sera atteinte qu'en octobre 1939 (340), avant cela les appareils français sortent d'usine au compte-goutte (moins de 100 par mois jusqu'en avril 1939, 432 pour toute l'année 1938 -pour l'essentiel issus de plans plus anciens-).

Pour remédier à ces retards Guy La Chambre passe commande aux Etats-Unis, mais s'engage également dans une coopération technique avec la Grande-Bretagne (moteurs Bristol Hercules et Rolls Royce Merlin). Deux mesures qui sont mal perçues par les avionneurs français. Au fur et à mesure que la guerre approche le besoin en appareils américains devient de plus en plus criant, l'industrie nationale peinant toujours à rattraper son retard.

Après l'ouverture des hostilités le besoin de faire nombre devient vital. Le Consolidated 32 (B-24) est commandé comme bombardier de nuit, une catégorie dans laquelle les équivalents français n'en sont encore qu'au stade de la conception (MB-162 Bn5, premier vol: 1er juin 1940...) alors que le remplacement des Farman devient une nécessité. Le Lockheed 322 (P-38) montre à son apparition des performances très supérieur à tout ce que propose les avionneurs français, la commande de cet appareil est conjointe avec les britanniques. Les Vultee V-72 (Vengeance) sont envisagés tardivement (les français n'auront pas le temps d'en commander avant l'armistice), il faut y voir l'influence de l'effet "Stuka" lors de l'offensive allemande. Le Curtiss H-86 (P-46) rentre lui dans le cadre de la poursuite de commandes à l'industrie américaine, donc toujours en complément d'une capacité de production française insuffisante.

Selon moi les moteurs ne sont qu'un aspect du problème. Certes l'Hispano Suiza est moins puissant que le Merlin ou le V-1710, mais les appareils français sont plus légers et ont une meilleure aérodynamique que leurs contemporains anglo-saxons. Les Klimov soviétiques sont des copies améliorées du moteur français et cela n'a pas empêché les avions Yakovlev de se montrer efficaces...

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierre Bascou
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 139
Age : 53
Localisation : bourg en bresse
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 27 Mai 2013 - 15:20

Merci,
je commence à me forger mon opinion sur cette question.
l'aviation soviétique ne m'étant pas familière à la différence de ses blindés je ne savais pas que les Klimov étaient d'inspiration française.
Merci en peu de mot d'avoir répondu à mon interrogation.

Cordialement

Pierre BASCOU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catalina
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 332
Age : 44
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Mer 29 Mai 2013 - 11:46

Concernant les moteurs, et plus particulièrement l'Hispano, j'ajouterai qu'un rapport du NACA (National Advisory Committee for Aeronautics) américain daté du 12 août 1940 montre que le compresseur Planiol-Szydlowski S39-H3 (montés sur les 12Y-45 et 49, et prévu sur le 12Y-51) était supérieur aux compresseurs à deux vitesses britanniques. Rolls Royce s'est d'ailleurs intéressé au moteur français en 1938 pour remédier aux problèmes rencontrés dans le développement de son Merlin. Quand au compresseur à double étage qui fera le succès du Merlin à haute altitude, il s'agit d'une licence Farman achetée par Rolls Royce également en 1938... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pierre Bascou
Sergent de carrière
Sergent de carrière


Nombre de messages : 139
Age : 53
Localisation : bourg en bresse
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Mer 29 Mai 2013 - 18:22

Rien de nouveau sur le soleil....
Merci pour toutes ces informations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
whiffer
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 06/07/2015

MessageSujet: Re: Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus   Lun 13 Juil 2015 - 20:05

Very interesting topic, certainly a lot of good info under the sun for me! Any further details on this theme would be great!

Regarding the L-322 (P-38) and it's performances, my understanding is that the export version ordered by France was lacking turbochargers because they were "secret", hence the performace was lower. I have read a figure of 570km/h maximum speed for the Lightning MK1 which would be similar to the french order, i think they are actually the same. That speed would be average for 1940, let alone 1941. In facts as known the british found the Lightning MK1 unsuitable for combat use. Probably it would have difficulty fighting the Bf-109E, let alone being able to oppose Bf-109F or the FW-190. It would still probably be much  superior to Potez-671 or even Bf-110 models, and very useful in the fighter-bomber role.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une vision de notre armée de l'air en fin de 1940 selon les achats prévus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une vision de notre univers
» Le 3e secret de Fatima selon Jean Paul II
» La foi du centurion romain
» La Croix Qabalistique selon l'OHGD
» 0000: Témoignage d'un pilote actif d'une armée de l'air Européene

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: L'armée de l'air française de 1919 à 1940 :: AAF40 :: Les avions-
Sauter vers: