Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Détachement d'armée des Pyrénées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 2 Avr 2013 - 16:38

Bonjour, en réponse à un ancien message (Idées générales / L'armée francaise de 1914 à 1939 / Toussaint) comprenant plusieurs questions dont une sur le DAP, je me permets d’en créer un nouveau spécifique à cette organisation que je me suis permis de placer dans cette rubrique.
Les mesures de sécurité sur la frontière pyrénéenne (plan E) se déroulent selon les 3 phases suivantes :


L’ALERTE

Les commandants des 16°, 17° et 18° régions militaires conservent leurs responsabilités sur leurs territoires. La surveillance de la frontière est à la charge de la gendarmerie nationale avec les brigades de gendarmerie frontière pouvant être renforcées par les brigades de gendarmerie départementales et des éléments de la garde républicaine.

De plus le 52° bataillon de mitrailleurs indochinois doit se déployer dans les Pyrénées-Orientales et le 42° bataillon de mitrailleurs malgaches en pays basque.


LA COUVERTURE


Le commandement de la frontière est de la responsabilité d’un général. La couverture a été mise en place le 26 août 1939 avec la nomination du Général Moynard.

Les unités concernées sont : les 10 bataillons de chasseurs pyrénéens, 8 bataillons d’infanterie, deux compagnies régionales du train et 3 compagnies d’autocars. Sont aussi mobilisés les 16° et 17° bataillons de douaniers.

De plus, sont prévus en réserve : les 31° et 67° divisions d’infanterie, 4 groupes de 75 et 5 groupes de 155C. Ces unités d’artillerie sont issues des 65°, 66°, 67°, 265°, 267° et 268° régiments d’artillerie.


LA MOBILISATION GÉNÉRALE

Le DAP doit être renforcé par les 32°, 35° et 36° divisions d’infanterie. Les 2 bataillons de mitrailleurs sont transformés en demi-brigades avec 2 bataillons.

Néanmoins, devant la détente des relations franco-espagnoles, les mesures de sécurité n’ont pas dépassé le niveau de la sécurité renforcée des régions frontalières. Ainsi, le commandement territorial a été conservé par les régions militaires et on peut considérer que le détachement d’armée des Pyrénées n’a jamais été actif. Le Général Moyrand a été replacé en réserve le 24 octobre 1939, date de la dissolution administrative du DAP.

Les unités prévues ont rapidement été transférées vers d’autres secteurs :

31° DI aux Alpes le 1° septembre 1939

36° DI au front Nord-Est le 6 septembre

32° DI au front Nord-Est le 13 septembre

35° DI au front Nord-Est le 15 septembre

67° DI : est restée dans la région de Toulouse pour entraînement et transfert dans les Alpes au 15 octobre.

42° DBMIC au front Nord-Est le 15 octobre

52° DBMIC au front Nord-Est le 20 octobre, remplacée par le 8° bataillon de chasseurs pyrénéens.


Pendant ce temps, les unités d’artillerie ont rejoint leur division d’affectation ou ont été mise en réserve générale.

Les bataillons d'infanterie prévus sont devenus à la mobilisation générale les 21° bataillons d’instruction, ont été progressivement retirés jusqu’à la mi-octobre. Ils sont retournés dans leurs dépôts ou ont servi à la garde des camps de réfugiés républicains espagnols.

Fin octobre, les seules unités « militaires » étaient donc les chasseurs pyrénéens. Mais ces unités ont aussi été retirées selon le calendrier suivant :

5° Demi-Brigade de chasseurs (9° et 10° bataillons) le 13 novembre au front Nord-Est (104° DIF)

2° Demi-Brigade de chasseurs (3° et 4° bataillons) le 15 novembre au front Nord-Est (SF Jura)

1° Demi-Brigade (1°, 2° et 6° bataillons) au front Nord-Est (Jura)

4° Demi-Brigade (5°, 7° et 8° bataillons) au front des Alpes


Il reste sur les Pyrénées les 163°, 173° et 182° régiments régionaux (garde des centrales hydro-électriques) ainsi que les bataillons de douaniers fin novembre 1939.


En résumé, le DAP n’a existé qu’administrativement et non effectivement en raison de la non-bélligérance du nouveau pouvoir espagnol.
Cordialement
Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 764
Age : 68
Localisation : Martigues
Date d'inscription : 09/10/2011

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 2 Avr 2013 - 18:38

Bonsoir,

Petite rectification : selon les GUF du SHAT, la 67ème DI ne va pas sur le front des Alpes mais sur celui d'Alsace : départ de Toulouse le 15/10 - débarquement à Belfort le 18 en réserve de la 8ème Armée.

@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1940
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 2 Avr 2013 - 19:11

bonjour
Citation :
Il reste sur les Pyrénées les 163°, 173° et 182° régiments régionaux (garde des centrales hydro-électriques) ainsi que les bataillons de douaniers fin novembre 1939
je crois que la 4ème DBCPy reste sur les Pyrénées jusqu'en février mars 1940
en outre subsistent dans votre departement le IVe Bataillon de Defense du Littoral du 281ème RI et quelques autres troupes comme la batterie navale de Port-Vendres Collioure et la compagnie de mitrailleuses de 13.2mm, en faisant abstraction de la Gendarmerie et des Dépôts de Guerre des 3 régions militaires concernées

de même il doit s'agir des régiments régionaux "frontaliers" couvrant les Pyrénées d'ouest en est
donc 182ème (Hautes & Basses Pyrénées) 171ème (Haute-Garonne & Ariège : le 173ème étant dans le Lot-et-Garonne) 164ème RR des Pyrénées Orientales dissous réduit à un Bataillon de 400 hommes du 163ème RR comme indiqué

Salutations
Loïc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 2 Avr 2013 - 21:47

Bonjour,

je vous remercie de vos commentaires et précisions qui permettent de compléter efficacement ce message.

Encore merci de vos interventions, cordialement Very Happy

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 764
Age : 68
Localisation : Martigues
Date d'inscription : 09/10/2011

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 2 Avr 2013 - 22:02

Bonsoir,

Citation :
quelques autres troupes comme la batterie navale de Port-Vendres Collioure

Le front de mer de Port Vendres comprenait quatre batteries armées par la Marine :

- Oullestreil : III x 95 mm G
- Fort Bear : IV 105 mm
- Redoute Mailly : II x 75 mm G + II x 95 mm G
- Mauresque : II x 75 mm G

@+
Alain

PS : je peux donner quelques précisions complémentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1940
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mer 3 Avr 2013 - 5:56

C'est bien possible Alain et je vous crois sur parole car je ne suis qu'un "terrien" Very Happy,

par contre là où la Terre rencontre la Marine de façon inattendue c'est cette 2ème compagnie de mitrailleuses de 13,2mm de Port Vendres qui semble avoir connu une curieuse odyssée du Roussillon au Maroc en passant par la Bretagne :

en relisant L'évasion du Jean-Bart l'autre fois le terrien que je suis a bien relevé qu'il était question au beau milieu de tout cet environnement naval Breton de
trois douzaines de territoriaux (venus de la région de) de Perpignan depuis mars 1940 (de la) 2ème compagnie de FTA de la XVIème Région ce qui ne manque de surprendre de les trouver là
ces hommes de la defense aérienne seront embarqués avec l'équipage sur le fameux navire soustrait aux allemands à Saint Nazaire et ont ainsi participé à cette "épopée"

http://atf40.forumculture.net/t3786-l-evasion-de-saint-nazaire-du-cuirasse-jean-bart
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 3 Déc 2013 - 18:17

Bonjour,

suite à la mise en ligne de ce résumé sur le Détachement d'Armée des Pyrénées, grâce aux observations pertinentes reçues et à quelques nouveaux éléments, je me permets de vous adresser une nouvelle version de ce texte :



DETACHEMENT D’ARMEE DES PYRENEES
 
 
Dans le cadre de la mobilisation fin août 1939, le Grand Quartier Général a prévu des dispositions pour couvrir la frontière franco-espagnole. Ce plan de mobilisation et de concentration « E » est entré en vigueur en janvier 1938. Il est exécuté partiellement au moment des accords de Munich et complètement en août septembre 1939. Il prévoit face à l’Espagne une « expectative vigilante ».
 
Les mesures de sécurité sur la frontière pyrénéenne (plan E) se déroulent selon les 3 phases suivantes :
 
L’ALERTE
Les commandants des 16°, 17° et 18° régions militaires conservent leurs responsabilités sur leurs territoires. La surveillance de la frontière est à la charge de la gendarmerie nationale avec les brigades de gendarmerie frontière pouvant être renforcées par les brigades de gendarmerie départementales et des éléments de la garde républicaine.
 
De plus le 52° bataillon de mitrailleurs indochinois doit se déployer dans les Pyrénées-Orientales et le 42° bataillon de mitrailleurs malgaches en pays basque.
 
LA COUVERTURE
 
Le commandement de la frontière est de la responsabilité d’un général. La couverture a été mise en place le 26 août 1939 avec la nomination du Général Moynard.
 
Les unités concernées sont : les 10 bataillons de chasseurs pyrénéens, 8 bataillons d’infanterie, deux compagnies régionales du train et 3 compagnies d’autocars.
 
De plus, sont prévus en réserve : les 31° et 67° divisions d’infanterie, 4 groupes de 75 et 5 groupes de 155C. Ces unités d’artillerie sont issues des 65°, 66°, 67°, 265°, 267° et 268° régiments d’artillerie.
 
Sont aussi mobilisés les 16° et 17° bataillons de douaniers.
 
LA MOBILISATION GENERALE
 
Le DAP doit être renforcé par les 32°, 35° et 36° divisions d’infanterie. Les 2 bataillons de mitrailleurs sont transformés en demi-brigades avec 2 bataillons.
 
Néanmoins, devant la détente des relations franco-espagnoles, les mesures de sécurité n’ont pas dépassé le niveau de la sécurité renforcée des régions frontalières. Ainsi, le commandement territorial a été conservé par les régions militaires et on peut considérer que le détachement d’armée des Pyrénées n’a jamais été actif. Le Général Moyrand a été replacé en réserve le 24 octobre 1939, date de la dissolution administrative du DAP.
 
Les unités prévues ont rapidement été transférées vers d’autres secteurs :

  • 31° DI aux Alpes le 1° septembre 1939
  • 36° DI au front Nord-Est le 6 septembre
  • 32° DI au front Nord-Est le 13 septembre
  • 35° DI au front Nord-Est le 15 septembre
  • 67° DI : est restée dans la région de Toulouse pour entraînement et transfert en Alsace (8° armée) au 15 octobre.
  • 42° DBMIC au front Nord-Est le 15 octobre
  • 52° DBMIC au front Nord-Est le 20 octobre, remplacée par le 8° bataillon de chasseurs pyrénéens.
Pendant ce temps, les unités d’artillerie ont rejoint leur division d’affectation ou ont été mise en réserve générale.
 
Les bataillons de disponibles sont devenus à la mobilisation générale les 21° bataillons d’instruction, ont été progressivement retirés jusqu’à la mi-octobre. Ils sont retournés dans leurs dépôts ou ont servi à la garde des camps de réfugiés républicains espagnols.
 
Fin octobre, les seules unités « militaires » étaient donc les chasseurs pyrénéens. Mais ces unités ont aussi été retirées selon le calendrier suivant :

  • 5° Demi-brigade de chasseurs (9° et 10° bataillons) : le 13 novembre au front Nord-Est (104° DIF)
  • 2° Demi-brigade de chasseurs (3° et 4° bataillons) : le 15 novembre au front Nord-Est (SF Jura)
  • 1° Demi-brigade de chasseurs (1°, 2° et 6° bataillons) : le 4 décembre au front Nord-Est (Jura)
  • 4° Demi-brigade de chasseurs (5°, 7° et 8° bataillons) : les 7 et 8 mars au front des Alpes (15° CA)
 
A la fin novembre 1939, il reste sur les Pyrénées :


    • Le 164° Régiment Régional (Pyrénées Orientales) avec initialement 7 bataillons dont 6 pour la garde des camps de réfugiés républicains espagnols ;
    • Le 171° Régiment Régional (Haute-Garonne et Ariège) avec 5 bataillons ;
    • Le 182° Régiment Régional (Hautes Pyrénées) avec 8 bataillons dont 4 pour la garde des camps de réfugiés républicains espagnols ;
    • Le 183° Régiment Régional (Basses Pyrénées).
 
Les Régiments Régionaux avaient aussi pour fonction la garde des centrales hydro-électriques). La frontière était aussi surveillée par les 16° (Perpignan) et 17° (Bayonne) bataillons de douaniers.
 
A partir de l’automne 1939, ces régiments furent réduits suite à la démobilisation des hommes les plus âgés. Le nombre de bataillons et de compagnies par régiments diminuât en conséquence. Pour les 2 départements des  Hautes Pyrénées et des Basses Pyrénées, ne subsiste au printemps que le 182° RR réduit à 13 compagnies épaulé par le 17° bataillon de douaniers. Le 164° RR est dissous et il ne reste dans les Pyrénées-Orientales que le 163° RR, originaire de l’Aude, réduit à un seul bataillon de 400 hommes. Le 171° RR reste pour la Haute-Garonne et l’Ariège.

Il faut noter que les troupes en dépôt ou en formation dans les 3 régions militaires (16°, 17° et 18° RM)  peuvent être à tout moment impliquées pour la défense des Pyrénées.
Par exemple, le 15° BATS (Bataillon Autonome de Tirailleurs Sénégalais) en formation à Pamiers au printemps 1940.
Dans ce cadre, il faut noter à Perpignan le dépôt d’infanterie coloniale n°169 et le camp de Rivesaltes. Ce dernier a servi à la mobilisation et à l’entraînement des tirailleurs sénégalais durant le printemps 1940 (63°,64°, 66° et 67° bataillons de tirailleurs sénégalais).
Pour la défense du littoral au niveau de Port-Vendres / Collioure (Pyrénées-Orientales), il existe le IV/281° RI et une compagnie de mitrailleuses (13.2 mm) basée à Port-Vendres.
 
Pour le front de mer, il était déployé à Port-Vendres (Pyrénées-orientales) quatre batteries armées par la Marine :

  • Oullestreil : III x 95 mm G
  • Fort Bear : IV x 105 mm
  • Redoute Mailly : II x 75 mm G + II x 95 mm G
  • Mauresque : II x 75 mm G

D’ autre part, était basé à Perpignan le 24° RTS. En temps de guerre, ce régiment a permis la mise sur pied d’un régiment de réserve, le 44° RIC dont le dépôt est à Cabestany (commune proche de Perpignan). Ce régiment est composé en partie de cadres et d'engagés longue durée du 24° RTS, d'appelés de rappelés, ou de réservistes métropolitains. En avril 1940 les renforts venus de l'AOF remplaceront une partie des "vieux réservistes", le 44° RIC deviendra le 44° RICMS (Régiment d'Infanterie Coloniale Mixte sénégalais). Quelques semaines avant la mise sur pied de guerre du régiment, le II/24° RTS est envoyé avec d'autres éléments en renfort des troupes stationnées en Syrie, pour former le bataillon de marche d'infanterie coloniale du Levant qui prendra en octobre l'appellation de 24° RMIC.
 
Le 27 août 1939, le IV/21° RIC détaché dans les Pyrénées Orientales au dispositif de surveillance de la frontière espagnole et à la garde des camps de réfugiés, devient le II/24° RTS. Ce même jour, la 24° RTS est envoyé sur le front d'Alsace (4° DIC) et le 44° RICMS rejoint la 5° DIC dans la Meuse,
 
En résumé, le DAP n’a existé qu’administrativement et non effectivement en raison de la non-bélligérance du nouveau pouvoir espagnol.
 
Sources :
 

  • Revue historique des armées : Les chasseurs pyrénéens, Yves Barjaud (n°4/1985)
  • Site des troupes de marine pour l’infanterie coloniale
  • http://www.axishistory.com
  • Historique des bataillons de douaniers : Philippe Poisson
  • Guerre 1939-1945, les grandes unités françaises, historiques succincts : Service Historique de l’Armée de Terre
  • Défense des Frontières : Général Tournoux (1960)

Bonne lecture et je suis toujours preneur de nouvelles informations sur ce sujet.

Cordialement

Rémy SCHERER
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre Mercadal
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 203
Age : 70
Localisation : Tourcoing
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Jeu 5 Déc 2013 - 15:43

Bonjour.
Je lis que:
"En résumé, le DAP n’a existé qu’administrativement et non effectivement en raison de la non-bélligérance du nouveau pouvoir espagnol."
Du point de vue du droit international, l'Espagne a déclaré être neutre le 5 septembre 1939; elle a déclaré sa non-bélligérance le 12 juin 1940 ( probablement influencée par l'Italie )
Au revoir.
P.Mercadal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 10 Déc 2013 - 9:29

Bonjour,

je vous remercie pour ces précisions concernant le positionnement de l'Espagne dans le second conflit mondial.

A titre indicatif, je recherche aussi des compléments d'informations sur le dispositif naval mis en place par la France et l'Angleterre face à l'Espagne.

Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 764
Age : 68
Localisation : Martigues
Date d'inscription : 09/10/2011

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Mar 10 Déc 2013 - 9:51

Bonjour

Côté Méditerranée :
La Marine Française avait stationné un patrouilleur auxiliaire à Tanger pour garantir le statut de zone internationale contesté par lEspagne.
Des forces navales basées à Oran et Casablanca assuraient la surveillance du détroit de Gibraltar. Cette surveillance était surtout destinée à contrer d'éventuelles initiatives allemandes ou italiennes.

Côté Atlantique
La Marine Française surveillait la côte nord-ouest de l'Espagne. Surveillance destinée à intercepter les navires marchands allemands, un trentaine de mémoire, qui s'y étaient réfugiés à la déclaration de guerre et qui tenteraient de profiter des longues nuits d'hiver pour appareiller vers l'Allemagne en contournant la Grande Bretagne. Cette surveillance avit aussi pour but d'intercepter d'éventuels u.boots qui auraient pu se ravitailler auprès de ces navires.

A part la présence du stationnaire à Tnager, zone internationale, rien contre l'Espagne donc.

@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Jeu 12 Déc 2013 - 7:20

Bonjour,

je vous remercie de votre message qui complète ce texte sur le Détachement d'Armée des Pyrénées. En effet, j'ai des lacunes sur la Marine.

Cordialement, Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BWilson
Caporal ADL
Caporal ADL


Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Lun 17 Juil 2017 - 11:48

Bonjour,

Le Détachement d'Armée des Pyrénées, a-t-il été subordonné à TOSE de septembre 1939 à juin 1940?


Cordialement,


BW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1940
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Lun 17 Juil 2017 - 16:38

bonjour

non tout simplement parce que le «Détachement d'Armée des Pyrénées» est en fait même resté lettre morte, un Général a bien été désigné, les 3 Secteurs le composant ont bien été formés ainsi que des unités qui lui étaient destinées positionnées dans ces Secteurs mais sa mise sur pied aboutissant à un Commandement concret n'a pas été menée à son terme

un documentaliste du SHAT Charles Chapon dans l'article de la Revue Historique des Armées qui a servi à ce fil détaille les raisons de cette existence restée théorique qui sont à rechercher dans l'application de réglementations et autres textes législatifs


Salutations
Loïc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BWilson
Caporal ADL
Caporal ADL


Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Lun 17 Juil 2017 - 17:33

Bonjour Monsieur Lilian,



Merci pour l'article intéressant. J'ai remarqué que les années 1970 était une période dans laquelle la RHA avait beaucoup d'articles intéressants (à mon avis).

Donc, si les trois secteurs étaient sous le commandement des régions, les régions étaient-elles sous le commandement du GQG (ou TOSE) ?


Je souhaite comprendre les échelons de commandement pour les trois secteurs.


Cordialement,


BW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5331
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Lun 17 Juil 2017 - 19:00

Bonsoir,

La zone de l'intérieur, par opposition à la zone des armées, ne dépend pas du GQG. Elle dépend du ministre par l'intermédiaire de l'Etat-major de l'armée (EMA)

Cordialement,

DH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
BWilson
Caporal ADL
Caporal ADL


Nombre de messages : 57
Date d'inscription : 01/07/2017

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Lun 17 Juil 2017 - 20:23

Merci pour la clarification, Monsieur Houliez.

Cordialement,

BW
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 651
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Détachement d'armée des Pyrénées   Sam 22 Juil 2017 - 7:43

Bonjour à tous,

en complément à ce sujet, voici l'emplacement des unités de chasseurs pyrénéens :

16° Région Militaire (secteur Aude, Pyrénées Orientales) :

1° Demi-Brigade : Port-Vendres

1° bataillon : Port-Vendres

2° bataillon : L'Ecluse

2° Demi-Brigade : Mont-Louis

3° bataillon : Saillagousse

4° bataillon : Mont-Louis


17° Région Militaire (secteur Garonne) :

3° Demi-Brigade : Saint Girons

5° bataillon : Ax-les-Thermes (Ariège)

6° bataillon : Saint Beat (Haute Garonne)


18° Région Militaire (secteur Adour) :

4° Demi-Brigade : Pau

7° bataillon : Bagnères-de-Bigorre (Hautes Pyrénées)

8° bataillon : Oloron (Basses Pyrénées)

5° Demi-brigade : Ustaritz

9° bataillon : Irissary (Basses Pyrénées)

10° bataillon : Ustaritz (Basses Pyrénées)
 
Nota : au 20 novembre 1939, dissolution de la 3° demi-brigade avec affectation du 5° bataillon à la 4° demi-brigade et du 6° bataillon à la 1° demi-brigade.

Cordialement

Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Détachement d'armée des Pyrénées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PELECIER Claude Joseph Colonel
» Uniformes de l'Armée Espagnole
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» La Grande Armée en quelques chiffres
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Grandes unités :: Armées et groupes d'armées-
Sauter vers: