Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 HISTORIQUE 2° RIC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 16:05

Bonjour,

je me permets de vous adresser une synthèse sur l'historique du 2° RIC.

Bien sur, je suis preneur de toute information complémentaire pour améliorer ce texte qui est loin d'être parfait.


HISTORIQUE DU 2° RIC

Le 2° RIC est une unité de la 4°DIC. C’est une unité d’active composée des unités suivantes :


  • 2° RIC de Brest ;
  • 16° RTS de Montauban ;
  • 24° RTS de Perpignan ;
  • 12° RAC et 212° RALC ;
  • 74° GRDI.


L’encadrement en est :


  • Régiment : DE NEGREVAL ;
  • I/2° RIC : ?
  • II/2° RIC : chef de
    bataillon BLOIN ;
  • III/2° RIC : ?


L’effectif théorique est le suivant :


  • 3076 hommes dont 81 officiers, 342 sous-officiers, 317 caporaux, 2359 soldats ;
  • 48 mitrailleuses, 113 FM, 9 mortiers de 60, 8 mortiers de 81, 12 canons de 25 AC, 146 lance grenades VB ;
  • 287 chevaux, 140 bicyclettes, 42 motos ;
  • 9 chenillettes UE, 6 véhicules de liaison, 39 camionnettes, 5 camions ;
  • 105 voiturettes, 12 avant-trains, 73 voitures hippomobiles.


La drôle de guerre

En août et septembre 1939, la 4° DIC est engagée dans la région de la Warndt (Moselle : Forbach).

De la mi-novembre au début février, la division a pour mission d’occuper la 2° ligne du secteur d’ERSTEIN (environ 20 km au Sud de Strasbourg) donc dans le secteur de la 5° armée.

Ensuite, la 4° DIC était en arrière du front, dans le cadre des réserves du 2° Groupe d’Armées (3°, 4° et 5° armées).

Le front de la Somme

Début juin, la situation des armées françaises est désespérée. Elles sont seules à poursuivre le combat. Les Hollandais ont capitulé le 15 mai et les Belges le 28. Dunkerque est tombée le 4 juin avec le rembarquement de la majeure partie des troupes anglaises.

L’armée française a perdu l’équivalent d’environ 30 divisions, dont les plus modernes. De plus, une dizaine d’unités doivent être totalement refondues suite aux précédents combats.

Le commandement français tente de créer un nouveau front sur les rives sud de la Somme et de l'Aisne à partir du 15 mai. Le front est constitué par des unités provenant des réserves, retirées des armées tenant la ligne Maginot ou reconstituées tant bien que mal devant l’urgence.

Du 19 mai au 2 juin

La 4° DIC participe donc à la défense de la Somme. Le 19 mai, elle est en cours de débarquement au sud de la Somme (Remiencourt). Elle est couverte au nord par le 74° GRDI.

Jusqu’au 22 mai, la division est en approche sur la Somme.
Elle y est positionnée à partir du 23 mai.

Elle est une unité du 10° CA avec la 16° DI, puis la 24° DI qui rejoindra ultérieurement. Ce corps d’armée est sous les ordres de la 10° armée, nouvellement constituée pour tenir le front de la Somme.

La 4° DIC couvre à elle seule un front de près de 20 kilomètres, soutenue à l'Est par la 7° DINA (1° CA – 7° armée) , à l'Ouest en direction d'Abbeville par la 5° DIC. Cinq divisions d'infanterie métropolitaine (16° et 24° DI à l'Ouest, 19°, 29°, 47° DI à l'Est) et une autre division coloniale (7° DIC à l'Ouest) viennent compléter ce dispositif.

A partir du 30 mai, la 7° DIC, positionnée devant Amiens, sur la gauche de la 4° DIC, est relevée par la 16° DI. C’est le 89° RI de cette division qui jouxte la 4° DIC et plus particulièrement le 2° RIC.

A partir du 20 mai, Amiens est la cible de bombardements aériens menés par la Luftwaffe. Le 26 mai, les Allemands attaquent la ville avec en particulier des 7°, 9° et 10° Panzer divisionen.

3 juin 1940

Le 89° RI doit occuper Cagny et Longueau dans la nuit. Le I/2° RIC tiendra la Somme depuis le cimetière de Glisy en liaison avec le 89° RI jusqu’à Blangy inclus (1° compagnie). Le poste de commandement du bataillon est au sud de la route Amiens – Villers-Bretonneux.

Le III/2° RIC maintiendra la 10° compagnie à Boves, et portera la 11° compagnie à l’Est du bois de Gentelle. La 9° compagnie occupe Fouencamp (2 sections), la ferme du Paraclet (1 section) et Cottenchy (1 section). Le poste de commandement du bataillon est à Fouencamp.

Les relèves prévues sont effectuées dans les nuits du 1° au 2 juin et du 2 au 3 juin.

4 juin 1940

L’ennemi attaque en force les positions du 89° RI, dont le poste de commandement au Chalet reste en liaison avec celui du 2° RIC toute la journée. L’artillerie du sous-secteur du 2° RIC effectue de nombreux tirs au profit du 89° R.I. L’attaque ennemie progresse, mais éprouve de sérieuses résistances à Saint Fuscien et à Sains.

La liaison étant rompue en fin de journée avec le 89° RI, le lieutenant LEMORDANT effectue, avec son groupe franc, une patrouille pour reprendre contact.

5 juin 1940

Les troupes allemandes soient sont parvenus à entrer dans Amiens. Ce jour, l'artillerie française bombarde les faubourgs d'Amiens.

Le commandement français renforce les positions avec la 24° DI qui vient s’intercaler entre la 16° DI et la 4° DIC. C’est le 78° RI de la 24° DI qui doit prendre contact avec le 2° RIC.

La 16 ° DI doit reculer et découvre la gauche du 2° RIC qui est encore en contact avec le 89° R.I. Le 2° RIC doit aussi relever le 24° RTS au niveau de Blangy. Le S/Lieutenant VASSEUR, de la 1° compagnie s’y porte avec sa section.

Ils sont attaqués le soir et le S/Lieutenant VASSEUR est blessé ainsi que 2 hommes de sa section, puis se replient à l’Est de Blangy où doit se faire la liaison avec le 24° RTS.

Le 2° RIC reçoit l’ordre de recueillir et de ravitailler les éléments résiduels du 89° RI qui sont coupés de leur division.

Des chars ennemis se présentent devant Cottenchy. Le commandant du 89° RI, avec ses éléments régimentaires et la 9° compagnie du 2° RIC, assure la défense de la Noye au niveau de Paraclet-Cottenchy. La Noye est une rivière traversant le nord de l'Oise et le sud de la Somme. Elle coule Nord-Nord-Est avant de se jeter dans l'Avre à Boves.

Le III/2° RIC se porte aussi à Boves, dont il assure la défense face à l’ouest et au nord, en prenant sous ses ordres un bataillon du 89° RI, qui tient Longueau.

Le I/2° RIC est toujours positionné à Glisy où des infiltrations ennemies sont signalées au cimetière.

6 juin 1940

La ferme au nord-ouest de Blangy est occupée par un élément de la 1° compagnie, qui signale des infiltrations ennemies dans l’après-midi.

Dans la nuit du 6 au 7 juin, le régiment reçoit l’ordre de se replier au sud de la route Ailly-Moreuil. Le II/2° R.I.C. doit assurer la protection du repli en occupant la Noye du pont se trouvant au nord de Fouencamp jusqu’à Remiencourt, et en faisant sauter les ponts une fois le mouvement terminé.

7 juin 1940

A partir de ce jour, le 2° RIC va subir un recul jusqu’à l’Oise pendant lequel ses forces vont inexorablement s’amenuiser devant la pression allemande.

Le 2° RIC va assumer la protection du recul en retardant l'avance ennemie, ou en se portant au secours d'unités amies, puis sera au tour du 24° RTS d'assurer le repli, à pied de la 4° DIC. La progression s'effectue à travers champs, par unités constituées, par groupes, sous-groupes, ou colonnes hétéroclites. Les routes quant à elles sont encombrées de toutes sortes de véhicules, de convois hippomobiles de cinq divisions, ainsi que de nombreux civils en fuite.

C'est une mission d'arrière garde et de sacrifice, qui mènera le régiment des bords de la Somme à ceux de l'Oise.

La première étape est Ailly-sur-Noye à environ 18 km au Sud d’Amiens.

Les mouvements du I/2° RIC, du III/2° RIC et des éléments du 89° R.I. s’effectuent sans incidents sous la protection du II/2° RIC.

I/2° RIC

Le I/2° RIC se rassemble au bois d’Ailly, en liaison à gauche avec le 78° RI à Ailly-sur-Noye. A sa droite, occupation de la Briqueterie en liaison avec le III/2° RIC. La 2° compagnie est à Louvrechy.

En cours de journée, le I/2° RIC a la 1° compagnie au Nord de Bigny , la 2° compagnie et le poste de commandement du bataillon à la Carrière de Corcelle, et la 3° compagnie à La Faloise. Cette localité jouxte le Nord du département de l’Oise.


II/2° RIC

Il couvre le repli du régiment mais la 5° compagnie est accroché, vers 8 heures au Sud-Est de Louvrechy. Le lieutenant ROBERT, blessé, est évacué par le 24° RTS.

A la fin de la matinée, le II/2° RIC est entièrement aux prises avec l’ennemi. Vers 14 heures, le commandant BLOIN rend compte par T.S.F. que le cercle se resserre autour de Remiencourt. Le S/Lieutenant FETIS, de la 7° compagnie, est tué. Une partie de la 5° compagnie atteint Rouvrel, occupé par le 74° GRDI. Une section est faite prisonnière au bois de Manhoutlin. Vers 18 heures, le 74° GRDI abandonne Rouvrel, enlevant ainsi toute possibilité aux éléments de Remiencourt de se replier. Néanmoins, deux sections de la 5° compagnie rejoignent Louvrechy, où se trouve le poste de commandement du régiment.


III/2° RIC

Il occupe Merville au Bois avec les 9°, 10° compagnies et le poste de commandement du bataillon.


Autres unités

Le Lieutenant LEBAUDY, de la CRE est blessé par un éclat d’obus à Merville au Bois. La division demande d’occuper le cours de la Noye, de Ailly jusqu’à La Falloise, face à l’Ouest, en liaison avec le 78° RI. Le 24° RTS occupe Merville au Bois. Le poste de commandement du régiment est à Chirmont.

Le capitaine ABALLAIN arrive au régiment et prend le commandement des éléments restants du II/2° RIC qui ont rejoint Chirmont, encadrés par les lieutenants VANDENSCHRICK de la 5° compagnie et DUBOIS de la CA 2.

8 juin 1940

Ce jour, la 4° DIC est menacée d’encerclement à cause du recul des unités voisines qui ont décroché au sud.

Au matin, la liaison est rétablie avec le 78° RI.

A 11 heures, le commandement de la division prescrit de faire occuper Paillard, pour éviter un débordement par le sud. Deux sections de la 2° compagnie et 1 section de mitrailleuses de la CA 1 sont envoyées sur ce point qui est occupé par l’ennemi avant leur arrivée. A 14 heures, le commandant de la CHR rend compte que l’état-major du 10° CA signale la présence de l’ennemi à Breteuil et sa progression vers le Sud-Est.

A 16 heures, le Lt-Colonel ROUSSEAU va en liaison à la division.

A 17 heures, le 78° RI quitte la Noye et se replie dans le bois de la Faye. Revenant de l’état-major de la division vers 20 heures, le Lt-Colonel ROUSSEAU trouve le chemin barré par l’ennemi à l’entrée sud d’Esclainvillers. Il parvient à rejoindre Chirmont vers 22 heures, avec l’ordre de replier le régiment sur Quinquempoix (I/2° RIC) et Brunvillers (III/2° RIC et poste de commandement). Le mouvement commence aussitôt. L’ennemi a évacué Esclainvillers, mais occupe les environs. Le mouvement s’effectue sans difficulté jusqu’au sud de Coulemelle. Seule, la 2° compagnie, qui voulant éviter Esclainvillers, s’est heurtée à des forces ennemies et a disparu.

9 juin 1940

C'est ainsi que le 9 juin, les débris des 24°, 16° RTS et du 2° RIC et d'autres formations n'appartenant pas à la division (10° RTM, 610° Pionniers, 78° RI) sont encerclés dans le secteur compris entre Angivillers et Erquinvillers (Oise). Les hommes sont à bout de force après 15 jours de combats incessants, et une difficile retraite à pied depuis la Somme. A 21h00 le commandant du 2° RIC, réunit tous les officiers des formations présentes dans le secteur et ordonne de forcer le passage vers le sud. Tout le matériel est détruit, les archives brûlées. Les bataillons doivent se fractionner en groupes de 30 à 50 hommes, avec pour chaque groupe un officier et un sous-officier. A 22 heures, les départs s'effectuent dans l'ordre suivant 2° RIC, 16° RTS, 24° RTS et éléments divers.

Après Coulemelle, la seule route disponible est barrée par des convois d’artillerie lourde. Au petit jour, quelques voitures et motos réussissent à se frayer un passage et peuvent arriver au bois de la Merlière, où se trouvent le 16° RTS et des pionniers. Une partie des éléments de la compagnie de commandement et de la CRE atteint Brunvillers où elle ne tarde pas à être en contact avec l’ennemi. Le chef de bataillon REZEAU, chef de la compagnie de commandement, assume le commandement du poste de commandement régimentaire à Brunvillers.

L’artillerie ennemie se montre très active sur la croupe du cimetière et les lisières sud de Sains. Le commandement de la 4° DIC demande aux 2° RIC et le 24° RTS de rejoindre Le Plessier sur St Just. Les reconnaissances des éclaireurs motos indiquent que Crèvecoeur, Maignelay et Ravenel sont libres. Le colonel commandant le 16° RTS décide de profiter de l’occupation de Brunvillers par le 2° RIC pour faire écouler tout ce qui est possible par la route de Maignelay. Le mouvement commence aussitôt sous les feux de l’artillerie ennemie à la sortie de Sains.

Vers 14 heures, il ne reste à Sains que les éléments régimentaires du 2° RIC. L’ordre leur est donné de se porte par Maignelay et Ravenel sur Le Plessier sur Saint Just. Il en est de même pour les éléments se trouvant à Brunvillers.

Le mouvement des éléments régimentaires s’effectue jusqu’à Ravenel où ils sont englobés dans la colonne du 24° RTS qui rejoint Angivillers. Le débouché du Plessier est interdit par l’ennemi. A l’arrivée à Angivillers, vers 15 heures, le 24° RTS trouve le débouché de ce village également interdit vers le sud, l’est et l’ouest. Le I/2° RIC n’est plus en contact avec le régiment. Vers 19 heures, Angivillers commence à être bombardé et mitraillé. Il y a dans le village une grosse partie du 24° RTS, des éléments du 16° RTS et de nombreuses autres unités. D’accord avec le colonel commandant le 24° RTS, le 2° RIC décide d’attendre la nuit pour traverser les lignes allemandes à l’Est d’Angivillers, le gros du 24° RTS agira ensuite en fonction des résultats.

Angivillers se trouve à 20 km de l’Oise.

Le départ des éléments du 2° RIC s’effectue à 23 heures (une centaine d’hommes environ dont quelques isolés d’autres unités). Le lieutenant HARDOIN de la CA 3 est tué par éclat d’obus vers 19 h. Le médecin-chef du 2° RIC a de nombreux blessés à soigner. Les voitures demeurent à Angivillers. Le mouvement en direction du sud s’effectue à pied sans grande difficulté au travers des postes allemands même s’il faut noter une grande activité de fusées sur environ 10 km de profondeur.

Le III/2° RIC qui avait pu se décrocher vers 22 heures de Brunvillers tombe dans une forte troupe ennemie au passage de la voie ferrée Maignelay-Saint-Just. Le I/2° RIC qui s’était rassemblé dans le bois de la Morlière et n’avait pu en déboucher pour atteindre Quincampoix se trouve le soir du 9 juin encerclé dans le bois. Un certain nombre d’éléments aux ordres des Capitaines DARCY, Le GUEVEL, FEYLER, essaient de passer au travers. Les Capitaines DARCY et Le GUEVEL sont capturés.

10 juin 1940

Ce jour, les unités restantes parviendront à rejoindre l’Oise et le 10° CA.

Vers 3 heures, la colonne arrive à Mainbeville qui est seulement à 10 km de l’Oise. Mais l’ennemi occupe la partie Est et se dirige vers le Sud-Est. Le jour qui se lève et le terrain découvert ne permettent plus de continuer le mouvement. La colonne s’installe dans des boqueteaux au Nord de Mainbeville. A partir de 5 à 6 heures et jusqu’au soir, les troupes allemandes commencent a défiler vers le Sud à une dizaine de mètres de l’entrée du bois. Ces troupes n’ont pas l’air de se couvrir comme des éléments de premier échelon. Vers 19 heures, un soldat allemand d’une unité arrêtée sur le bas côté du chemin, pénètre dans le bois et tombe sur un de nos hommes et la colonne est faite prisonnière. Les troupes allemandes qui s’apprêtaient à cantonner dans le village, manifestent de la surprise de rencontrer un détachement français.

Des groupes isolés parviendront à rejoindre l’Oise pour rejoindre le 10° CA positionné sur la rive gauche de la rivière, au nord de Paris. En particulier la section de commandement de la 10° compagnie.


Epilogue

A ce jour, on peut considérer que la 4° DIC, suite aux combats précédent, ne présente plus de valeur combattante.

De la 4° DIC, il ne restait que la valeur d'un bataillon d'infanterie : 200 hommes du 2° RIC, 300 hommes du 16° RTS, 90 hommes du 24° RTS, le II/12° RAC, la 16è batterie du V/212°è RAC, le VI/212° RAC, ainsi que les 90% du 74° GRDI.

Suite à l’offensive allemande et la percée sur la Somme, le 10° CA est détaché de la 10° armée. Les unités sous son commandement sont transférées au 1° CA. Avec le nouveau 25° CA, est constituée une nouvelle armée dite de « Paris » sous les ordres du général HERINGS. Cette armée doit tenir le front de l’Oise au Nord de Paris (25° CA) et la Seine plus à l’Ouest (10° CA).

Le 12 juin, la 4° DIC est sous les ordres du 1°CA (7° armée). Malgré son état, ses éléments dont le 2° RIC furent maintenus en ligne au nord de Paris, puis sur Ris-Orangis, Malesherbes, et enfin La Loire en amont de Brioude.

Le 15 juin, passage de la Seine et le 16 passage de la Loire.

Le 19, franchissement du Cher.

L’effondrement du 2° RIC, comme de nombreuses autres unités, en quelques jours, montrent l’âpreté des combats sur la Somme. Ces combats n’ont fait que retarder brièvement l’avancée des armées allemandes en France. D’un effectif initial d’environ 3000 hommes, les pertes ont été supérieures à 90% en l’espace d’un mois.

Après ces combats, 150 survivants reforment le régiment au sein de l’armée d’armistice le 1er septembre 1940, à Perpignan.


Cordialement.
R SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5395
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 17:02

RSCHERER a écrit:
Bonjour,

je me permets de vous adresser une synthèse sur l'historique du 2° RIC.


Bonjour Rscherer,

Quelque chose m'échappe dans votre démarche... Embarassed

Vous faites votre synthèse à partir de quelles sources, exactement ?

Merci pour vos précisions Very Happy

Cordialement,

Thierry Moné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 18:07

Bonjour,

c'est vrai, j'ai oublié de citer les sources.
Malheureusement, cela fait 20 ans que je m’intéresse à l'armée française en 39-40 et depuis j'ai accumulé beaucoup d'informations éparses dont j'ai fait de courtes synthèses pour m'en sortir.

Néanmoins, pour le 2° RIC, j'ai trouvé des extraits sur des sites dédiés au 2° RIMA et aux troupes de marines. Pour le reste, en vrac : combats pour Amiens (recherches sur internet), historiques des RTS (16° et 24°), pour les ordres de batailles des armées et corps d'armée, ce sont mes données vérifiées sur des sites comme ATF40 et compilées à partir de dizaines de livres et de revues.

Pour ma part, je ne pense pas qu'il existe d’historique "officiel" de cette unité. Comme je m’intéresse aux "oubliés", je me suis permis ce petit exercice.

D'autre part, j'estime qu'une information n'est valable que si elle est partagée car dans ce cas elle peut être améliorée.

C'est pour cela que je me suis inscrit sur ce site.

Cordialement

R SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5395
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 18:15

Re-bonjour, Very Happy

Merci beaucoup pour vos précisions, c'est clair à présent !

Cordialement,

Thierry Moné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5395
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 18:29

Suite...

A titre indicatif et à toutes fins utiles, voici ce que contient le Carton du 2e RIC au Service historique de la Défense (SHD).

2e Régiment d’Infanterie Coloniale. Carton 34 1067 :

- 1. Historique .................................. 1622 - 1930
- 2. Historique du régiment. 12 juillet 1919 - 22 décembre 1934
- 3. Procès verbaux de dissolution ........... 31 décembre 1935, 1er janvier 1936
- 4. J.M.O. ...................... 26 août 1939 - 10 juin 1940
- 5. Rapports d’officiers ......... septembre 1939 - juin 1940
- 6. Etat d’encadrement, liste nominative d’officiers, états de mutations .... novembre 1939, mai 1940
- 7. Situation des munitions ............ avril - juin 1940

Cordialement,

Thierry Moné

'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 20:02

Re bonjour,

je vous remercie encore de votre intervention.

Cordialement

R SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4949
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Mar 12 Mar 2013 - 21:01

Bonsoir

merci de nous faire partager votre travail.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
mouragues
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 215
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Lun 25 Mar 2013 - 0:50

L'effectif présent au 10 juin après le passage In extremis de l'Oise au niveau de Beaumont s'élève à

200 hommes pour le 2 RIC
260 hommes pour le 16 RTS
40 hommes pour le 24 RTS

Ces chiffres sont à nuancer d'autres soldats rejoindront les jours suivants ou retrouveront la division éléments épars du GSD du Train du GRD qui auront récupéré plusieurs soldats perdus.

Un colonne de camion rejoindra Perpignan directement tout comme la majeure partie du GRD à Tarbes

il sera formé deux bataillons
l'un africains avec les restes des 16 et 24e RTS le 623 Pionniers sénégalais
l'autre européen avec le demi escadron du GRD, les tringlots devenus biffins, des soldats du dépôt 179 et les coloniaux du 2 RIC

Sources carton 34N1095
voir aussi ceux de du CHETOM de Fréjus

et aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mouragues
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 215
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Lun 25 Mar 2013 - 0:52

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mouragues
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 215
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Lun 25 Mar 2013 - 0:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mouragues
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 215
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Lun 25 Mar 2013 - 1:01

le 2e RIC sera reformé avec le 21e RIC comme régiment de l"armée d'armistice"

le 2e à Perpignan le 21e à Toulon et Fréjus. Pour ce qui est du 2e en novembre une de ses compagnie sera intégrée à un bataillon de marche à destination de la Syrie en 1941. Ce bataillon n'arrivera jamais. Intercepté aux large de Lattaquié un des navires d'accompagnement le Chevalier Paul coulé le convoi des transports de troupes rebrousse chemin vers son point de départ Salonique. Les français faute d'intendance seront pris en compte et payés pendant près de deux mois par l'armée allemande avant d'être rapatriés en août 1941. La 4e cie du 2 RIC ne regagenra pas Perpignan elle intègrera le 21 RIC avant que ses hommes ne soient envoyés pour la plupart au RICM en Algére.

amicalement
Jef

Le second livre n'est pas trouvable en magasin ... me contacter le cas échéant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mouragues
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 215
Localisation : Perpignan
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Sam 6 Avr 2013 - 0:33

1940 Après la dissolution du 24e RTS arrivée du 2e RIC de l'armée d'armistice à Perpignan.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude Girod
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 2286
Age : 65
Localisation : Jura
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Sam 6 Avr 2013 - 3:19

Bonjour à tous !
C'est quoi "la portion centrale" du 2ème RIC ? ... Merci !
Cordialement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Capu Rossu
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 768
Age : 68
Localisation : Martigues
Date d'inscription : 09/10/2011

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Sam 6 Avr 2013 - 8:59

Bonjour,

Quand un régiment est caserné sur plusieurs sites, soit dans la même ville soit dans plusieurs, la partie du régiment qui comprend l'état-major est appelée "portion centrale".

@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude Girod
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 2286
Age : 65
Localisation : Jura
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: HISTORIQUE 2° RIC   Sam 6 Avr 2013 - 9:25

Merci Alain pour cette réponse rapide ! ... Appellation un peu étrange tout de même ! ...
Cordialement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HISTORIQUE 2° RIC
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Letavia - reconstitution historique des Bretons fin Ve
» Trouver un fait historique à partir de 3 indices
» historique de l'orthodontie
» Historique de la formation des témoins de Jéhovah
» Du sang sur Rome: roman policier historique captivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Infanterie :: Coloniaux-
Sauter vers: