Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

  71e RI puis RIA juin 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thierry22
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 02/11/2012

MessageSujet: 71e RI puis RIA juin 1940   Ven 2 Nov 2012 - 11:21

Bonjour à tous,
je recherche des renseignements voir des ou une photos,sur mon grand-père le Sergent-chef georges Allaire,71e RI puis affecté à la 27e DI Alpine, RIA,tué à l'ennemi le 08-06-1940,dans la commune d'Acy dans l'Aisne.
je ne connais pratiquement rien de lui.
J'aimerais trouver une trace photographique de lui et pourquoi pas de son groupe,
ça m'aiderai énormement.
Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 11:55

Bonjour

votre Grand-Père appartenait à la section de mitrailleuses du 2ème Bataillon du 71ème RI. Il fut tué alors qu'il était détaché en soutien de la 6ème Compagnie du 2ème Bataillon.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 15:27

Bonjour

ne sachant pas si vous connaissez déjà le déroulement de cette matinée du 08 juin je vous la livre ci-dessous :

- Matinée du 08 juin :

* pour le 1er Bataillon du 71ème RI -

Vers 04h30 au moment où les 1ère et 2ème Compagnie se préparent à reprendre leur progression, la ligne de feu s'anime, quelques mitraillettes entrent en action, des bombes lumineuses sont lancées par l'ennemi, et les deux compagnies doivent s'aplatir au sol; de violentes rafales d'armes automatiques sont échangées, puis le calme revient.

A 6h30 une violente attaque se déclenche sur les deux compagnies qui, après une résistance acharnée, doivent céder du terrain. Elles s'opposent avec une telle énergie à la progression de l'ennemi que celui-ci doit s'arrêter bientôt, déconcerté, désuni.
Bien que terriblement secouées, ces deux compagnies ne se tiennent pas pour battues. Le Capitaine BOURDON en prend le commandement et prépare la riposte.

A 7h15, d'accord avec le Lieutenant MOREL, qui commandait la 2ème Compagnie, le Capitaine BOURDON donne le signal de la contre-attaque. Il était convenu que pour indiquer l'heure H, les deux commandants de compagnie s'élanceraient à 25 mètres en avant de la ligne de feu et que leurs officiers feraient comme eux. A l'heure H, tous les officiers ont bondi littéralement sur l'ennemi, entraînant leurs unités à leur suite.
C'est la ruée !
En un clin d'oeil, les bâtiments de la sucrerie de Billy sont reconquis, au fusil, à la grenade. Un à un, les Allemands sortent des bâtiments. La prise est de : une quarantaine de prisonniers, une mitrailleuse lourde, plusieurs mitraillettes et un abondant matériel individuel.
L'ennemi laisse, en outre, des morts et des blessés sur le terrain.
Les prisonniers ne sont malheureusement pas tous conduits au PC du régiment en raison de son éloignement de la ligne de feu et de la nécessité dans laquelle se trouve le Capitaine BOURDON de se battre avec le plus d'hommes possible.
Ce n'est d'ailleurs pas l'échelon de feu qui doit escorter des prisonniers. Et le 1er bataillon ne disposait d'aucune réserve. Il avait été engagé en entier par le 12ème Etranger.
Ce fait d'armes est, hélas attristé par la mort du Lieutenant MOREL, l'intrépide commandant de la 2ème Compagnie, blessé grièvement en se portant à l'assaut d'une mitrailleuse lourde allemande. Il expire dans les bras du Capitaine BOURDON.

A 8h30, l'ennemi qui dispose d'effectifs important, prononce une nouvelle attaque et reprend sa progression, menaçant ainsi d'encerclement les 1er et 2ème Compagnie.
Le Sergent-Chef PILON, qui commande la section de mitrailleuses chargée de couvrir le flanc droit des compagnies, ne peut que ralentir, par ses feux, cette manoeuvre de débordement.
Petit à petit le feu de l'ennemi se fait plus violent, plus précis, sur le plateau d'Acy et les bâtiments de la sucrerie, les wagons, derrière lesquels sont installées les armes automatiques deviennent intenables.
Les 1er et 2ème Compagnie, pressées et débordées, doivent à nouveau céder du terrain, puis se replier en direction de Billy.
Aucun blessé n'est laissé aux mains de l'ennemi.
Informé vers 8h30 de la situation de ces deux compagnies, qui ont leur droite en l'air, le colonel donne l'ordre au commandant du 2ème Bataillon du 71ème RI d'envoyer une compagnie de voltigeurs entre les 1er et 3ème bataillons pour s'opposer à la progression de l'ennemi et former détachement de liaison. Malheureusement cet ordre ne peut être exécuté, le 2ème bataillon a déjà orienté ses trois compagnies de FV sur la Croix d'Acy.
A la gauche du 1er Bataillon, la 3ème Compagnie est intriguée, pendant la nuit, par des bruits de marteaux et de maillets provenant des rives de l'Aisne. Il semble même au Capitaine BOLLOCH que des éléments ennemis passent sur un pont, vers 5 heures du matin.
Il en rend compte, et le Capitaine MAZE, commandant la CAB 1; fait tirer un groupe de mortiers (80 obus) sur la zone suspecte.
Un groupe de mitrailleuses, prélevé sur la section réservée, est en même temps chargé de protéger la gauche de la 3ème Compagnie. Il est mis en batterie face à la tuilerie, située à 1 km ouest de Venizel. Cette tuilerie est devenue un point suspect.

Vers 9h30, on signale au colonel que trois avions français viennent de survoler le plateau d'Acy, en rase-mottes, attaquant les troupes ennemies à la mitrailleuse. Ce sont les seuls appareils français qui, en cette journée, se montrent dans cette région.
Après avoir délogé les 1ère et 2ème compagnies du plateau d'Acy, et rassemblé des forces importantes au sud de l'Aisne, l'ennemi entreprend une action de force sur Billy.

Vers 10h15, des avions de bombardement font leur apparition au-dessus du village et commencent leur pilonnage. A la même heure, des mitrailleuses lourdes ouvrent le feu sur les lisières du village. Pas une rue n'échappe au bombardement, pas une maison n'est épargnée.
C'est alors que, se glissant le long des haies, et s'infiltrant dans les jardins, les colonnes ennemies pénètrent dans le village. La lutte est acharnée. Le 1er bataillon doit se replier de maison à maison. Au cours de cette résistance, les mitrailleuses et les mortiers de la CAB 1 tirent sans arrêt sur les assaillants et souvent à un débit accéléré.
S'il y a des pertes du côté de l'ennemi, il y en a aussi dans nos rangs. Le Sous-Lieutenant BLIVET, qui commandait la section d'engins du 1er Bataillon, est tué près de ses pièces.
C'est à ce moment-là que le Commandant BOLLET rend compte au colonel de la gravité de sa situation et signale que s'il n'est pas renforcé et ravitaillé en munitions, il se verra obligé de décrocher.
Le colonel qui ne dispose plus d'aucune réserve, ne peut ni renforcer le 1er bataillon, ni communiquer avec le commandant BOLLET : la route de Septmonts à Billy vient d'être interceptée par l'ennemi. Les motocyclistes et cyclistes lancés en direction de Billy doivent faire demi-tour. Dès qu'ils dépassent la section MICHEL, en position sur cette route, ils se trouvent nez à nez avec des forces ennemies importantes.
Quand le 1er Bataillon rompt le combat, il est 11h30. Le commandant du bataillon ne peut plus faire parvenir de nouveaux comptes rendus au colonel.
A la même heure (11h30) le repli de nos troupes a été général dans le sous-secteur de Soissons.
Le Commandant ROUX, du 12ème Etranger, s'est replié en même temps que le Commandant BOLLET.

* pour le 3ème Bataillon du 71ème RI -

Le 7 juin soir, dès que le commandant du 3ème Bataillon a pu assurer la mise en place de sa sûreté immédiate, il a préparé sa manoeuvre du lendemain :

a) la 9ème Compagnie du Capitaine THOMAS renforcée d'une section de mitrailleuses viendra, avant le jour, prolonger la 10ème Compagnie à gauche, où elle tendre la main au 1er Bataillon.

b) le 10ème Compagnie du Capitaine FREMONT, renforcée également d'une section de mitrailleuses, se resserrera sur sa droite à l'arrivée de la 9ème Compagnie.

c) dès la pointe du jour, ces deux compagnies se porteront en avant près de la route d'Acy de façon à pouvoir agir par leurs feux sur les dépressions situées à l'ouest d'Acy.

d) la 11ème Compagnie sera réservée et se portera de part et d'autre du carrefour des routes Septmonts - Billy-sur-Aisne, Soissons - Croix-d'Acy, en vue de couvrir le thalweg de Septmonts et de pouvoir épauler, le cas échéant, l'une ou l'autre des compagnies de 1er échelon.

e) deux sections de la CAB 3 et les engins du bataillon seront également réservés dans le thalweg orienté vers Septmonts.

Ce dispositif est réalisé avant 4 heures du matin.

Vers 4h30, l'ennemi qui, à la faveur des hautes cultures, s'est rapproché des compagnies de premier échelon, passe à l'attaque.
Il s'agit d'une action générale affectant tout le front du régiment, car c'est également vers 4h30 que les 1ère et 2ème Compagnies subissent les premiers assauts de l'ennemi.
Cette action d'ensemble; menée en direction du sud-ouest, prend aussitôt une grande violence.
Les 9ème et 10ème Compagnies, qui constituent le premier échelon du bataillon, font face à l'attaque avec crânerie et exécutent des feux nourris de mitrailleuses et de FM dans les blés où se dissimule l'adversaire.
Mais bientôt les éléments ennemis débordent la défense et leur tir devient meurtrier.
Le Capitaine FREMONT est blessé et le Lieutenant TURPIN est tué. Un peu plus tard, le Capitaine THOMAS est également blessé; de nombreux gradés et soldats sont tués et blessés.
L'ennemi a réussi à progresser, d'une part, entre les 1er et 3ème bataillons, d'autre part, entre les 9ème et 10ème Compagnies.

A 6h00, il atteint la Croix-d'Acy. La 10ème Compagnie est rejetée sur le chemin de terre situé à 200 mètres au sud du carrefour.
Le Commandant LE PREVOST rend compte de ces événements et donne l'ordre :

a) au Capitaine THOMAS de la 9ème Compagnie de s'accrocher à la route d'Acy pour interdire à l'ennemi le franchissement de la crête qui la longe;

b) au Lieutenant FOLINAIS, commandant la 11ème Compagnie, de défendre à outrance l'accès de la route Billy - Septmonts.

En rampant, le chef de bataillon se porte en bordure de cette route pour stimuler la résistance.

A 8h00, l'ennemi accentue encore sa pression sur le plateau d'Acy. Les sections de mitrailleuses et le groupe de mortiers du 3ème bataillon arrêtent momentanément cette progression.
Pendant ce temps, l'adjudant-chef MICHEL, du carrefour où il a été placé la veille, résiste avec une rare énergie aux assauts répétés de l'ennemi.

Vers 8h30, l'assaillant pousse des réserves sur le plateau d'Acy et sur les pentes sud-ouest de l'Orme-de-Billy. Devant la 10ème Compagnie, l'action paraît se ralentir un moment. En revanche les tirs de harcèlement de l'artillerie ennemie deviennent plus intenses dans toute la zone d'action du bataillon.

Vers 9h30, le Commandant LE PREVOST décide de contre-attaquer. Il constitue, à cet effet, un groupement temporaire avec les sections MARCEL DEVOS et BOISBAULT sous le commandement du Lieutenant MARCEL.
Ces sections commencent leur mouvement à 10h00, appuyées par les feux de la section MICHEL et les mitrailleuses du Lieutenant DE LORGERIL. Ce groupement parvient à remonter le thalweg nord de Septmonts et à repousser l'ennemi au-delà de la route Soissons - Croix-d'Acy.

A 11h00, une dernière attaque ennemie est à nouveau repoussée par le feu des FM et des mitrailleuses du bataillon.
De son côté, l'Adjudant JEZEQUEL fait tirer ses mortiers de 81, à vue directe, sur les petites colonnes ennemies qui descendent les pentes de l'Orme-de-Billy.

* pour le 2ème Bataillon du 71ème RI -

Arrivé dans la deuxième partie de la nuit au château d'Ecuiry (sud-est de Septmonts), le 2ème Bataillon est soumis à des tirs de harcèlement qui lui causent des pertes.
Placé en réserve de régiment, il est tout d'abord informé de la contre-attaque, que doit exécuter la 7ème demi-brigade de chasseurs sur le mont de Soissons, puis il reçoit l'ordre, vers 8h30, d'avoir à envoyer une compagnie de FV et une section de mitrailleuses entre les 1er et 3ème bataillons.
Cet ordre ne peut être exécuté en raison des dispositions que le chef de bataillon a déjà prises et réalisées pour reprendre la Croix-d'Acy.
En effet, le colonel avait envoyé le commandant BACQUERIE vers le Commandant MARTIN avec un ordre lui enjoignant de contre-attaquer ce carrefour de routes.
C'est ainsi qu'à la guerre, et en période de crise, les événements commandent.
Sans plus attendre, le Commandant MARTIN a donc porté son bataillon en direction de la Croix-d'Acy, les 5ème et 6ème Compagnies en premier échelon (la 6ème à droite), la 7ème en deuxième échelon, et à droite, pour couvrir le flanc droit du bataillon.
Sachant que le temps presse et que les artilleurs se replient sur de nouveaux emplacements de batterie, le Commandant MARTIN se porte résolument à la contre-attaque avec ses seuls moyens, appuyant sa progression avec ses mitrailleuses et ses engins. Il est persuadé que toute hésitation, tout arrêt dans sa marche, peuvent compromettre le succès de l'opération et lui causer de grandes pertes.
Il a bien mis la main sur trois chars de combat, qui, le matin vers 7h30, erraient sur le plateau d'Ecuiry, mais ceux-ci ne peuvent être utilisées pour la contre-attaque. Il ne leur reste que très peu d'essence.
En débouchant de la cote 151, les compagnies de tête du bataillon (5ème et 6ème) sont immédiatement soumises à des rafales d'armes automatiques provenant du hangar de la Croix-d'Acy et des champs de blé situés d'un côté et de l'autre du carrefour.
On redouble de précautions et l'approche se continue : des mitrailleuses exécutent des tirs de neutralisation sur la Croix-d'Acy.
Progressant avec décision et habileté, la section de l'adjudant-chef GLOAGUEN de la 6ème Compagnie peut finalement aborder le hangar et sauter sur un groupe d'Allemands : elle en capture une douzaine. Malheureusement, ce chef de section est blessé mortellement à la tête.
A partir de cet instant, la progression devient lente et difficile, le bataillon tout entier est soumis à des tirs violents de mitrailleuses lourdes partant des lisières sud et sud-ouest d'Acy.
A la 6ème Compagnie, que commande le Lieutenant PRUAL, les Sous-Lieutenants VINCENT et Guillou sont blessés, le Sergent-Chef COSMAO est tué, puis l'Adjudant Dalmar et le Sergent-Chef Allaire, de la section de mitrailleuses mise à la disposition de cette compagnie, sont tués.
A la 5ème Compagnie, qui progresse à gauche et à hauteur de la 6ème Compagnie, les pertes sont également sévères; les Lieutenant BIDET et GOURGAUD sont tués ainsi qu'un grand nombre d'hommes; Le Sous-Lieutenant RHIN est grièvement blessé. Seul, parmi les officiers de la 5ème Compagnie, le commandant de la compagnie, le Lieutenant CALME, est épargné par les balles.
A la CAB 2, le sous-Lieutenant HEE, commandant la section de mitrailleuses mise à la disposition de la 5ème Compagnie, tombe également mortellement blessé.
Voilà ce qu'il en coûte aux unités du 71ème RI, dans cette matinée du 8, de se battre sans chars, sans appui d'artillerie et sans aviation !
A la suite de cette contre-attaque audacieuse, la Croix-d'Acy est reprise et l'ennemi repoussé sur une profondeur de 500 mètres.

A 8h45, le PC du bataillon MARTIN est installé au carrefour de la Croix-d'Acy et la liaison recherchée à l'est avec la 7ème demi-brigade de chasseurs.
Pour se couvrir à l'est, le commandant du 2ème Bataillon doit engager une partie de la compagnie réservée, la 7ème Compagnie, que commande le Lieutenant HAMEL.

Vers 10h30 de petites colonnes ennemies se dirigeant d'est en ouest sont prises à partie par le mortier de 60 de la 7ème Compagnie, puis par le groupe des mortiers de la CAB 2 et les mitrailleuses du bataillon.

Le 2ème Bataillon a eu ainsi sa petite revanche. Il a reçu des coups, il est normal qu'il en donne.
Peu après l'exécution de ces tirs, un engin blindé, portant à l'avant un grand disque rouge, débouche sur la route d'Acy en direction du carrefour. Le Commandant MARTIN appelle les trois chars recueillis le matin, mais lorsque ceux-ci se présentent, l'engin ennemi a disparu. Les chars, qui n'ont presque plus d'essence, sont alors libérés. il convient de dire que ces trois chars furent utilisés dans la matinée par le Capitaine DAGORN, commandant la CAB 2, pour couvrir la gauche du bataillon dont la liaison avec le 3ème Bataillon avait été un moment précaire.

Vers 11h00, une nouvelle pression ennemie s'exerce avec force sur la Croix-d'Acy : le carrefour est violemment bombardé et il en résulte d'autres pertes pour le bataillon.
Pour éviter un écrasement inutile des éléments en position à la Croix-d'Acy, le chef de bataillon décide de replier sa ligne de feu un peu en arrière. Il installe son PC au carrefour des chemins situé 150 mètre sud-ouest de la Croix-d'Acy.
Aussitôt après ce repli, la chenillette du bataillon que conduit l'Adjudant-Chef MORIN, chargé du ravitaillement en munitions, fonce à toute allure sur la Croix-d'Acy et provoque la fuite de l'ennemi qui abandonne à son tour ce point si disputé. Il a pris la chenillette pour un char. Il a les nerfs tendus, lui aussi, l'assaillant !
Dix minutes environ après ce curieux incident, un tir massif de l'artillerie ennemie s'abat sur le carrefour, mais heureusement le 2ème bataillon n'est plus là pour servir de cible.

* PC du RI à Septmonts -

Pendant que se déroulent ces combats opiniâtres, le PC du régiment prend, lui aussi, ses dispositions pour faire face à l'ennemi en terrain libre.
La cave qui avait abrité une partie du personnel pendant la nuit, est évacuée, une table est dressée sur la place du village comme bureau et les secrétaires sont poussés, l'arme à la main, aux lisières nord et nord-est de Septmonts, où les rejoignent les pionniers et quelques éclaireurs motocyclistes.
Le Capitaine BRISSE, commandant la compagnie de commandement, le Lieutenant GLOTIN, chef de la section de Pionniers, et le Capitaine BOUGUION, commandant la CRE, se sont réparti les missions.
Au cours de la matinée, une douzaine de prisonniers faits par le 1er Bataillon sont amenés au PC RI, puis dirigés sur le PC de la DI.
Il est une fraction du régiment dont il n'a pas été question et qui n'a pas chômé, c'est la section motocycliste. Elle fut chargée des liaisons en général et de la police du champ de bataille.

voici une carte du lieu :



(Récit du lieutenant-Colonel BEGUIER en date de 1953)

Vue Google Earth :



Cordialement

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 17:00

Bonjour

voici un complément sur le monument comémoratif du 71ème RIA :





Le monument du 71ème RIA :

(extraits d'une brochure rédigée par M. le Chanoine COBEE, à l'occasion de l'inauguration du monument du 71ème RIA le 6 juin 1948).

Nous sommes heureux de donner quelques extraits de la brochure écrite par M. le Chanoine COBEE, Curé d'Acy, relatant les événements qui se déroulèrent dans les communes du Soissonnais, après les combats de juin 1940 où fut engagée la 27ème Division Alpine comprenant : le ème RIA, la 7ème Demi-brigade de Chasseurs Alpins (11ème, 15ème et 28ème Bataillons de Chasseurs Alpins), le 159ème RIA, le 20ème GRDI et le 58ème RAD.

Quand le 10 juin 1940, à Rocourt, le 71ème RIA écartelé se replia sur l'arrière, il laissait sur le champ de bataille, outre de nombreux blessés, 8 officiers, 32 sous-offficiers, 8 caporaux-chefs, 9 caporaux et 138 soldats.
Abandonnés par l'ennemi, ou hâtivement ensevelis par lui, sur le lieu de leur mort, les cadavres des héros furent pieusement ensevelis par lui, sur le lieu de leur mort, les cadavres des héros furent pieusement reconnus et inhumés par les soins des premiers habitants revenus, en juillet, d'évacuation, sur l'initiative et sous la surveillance de M. Victor Ferté, adjoint au Maire d'Acy. Plus tard, sur l'indication des autorités occupantes, à la suite de démarches entreprises par le Capitaine BOURDON, du 71ème RIA, auprès de ces même autorités, on groupa les corps dans les cimetières communaux.
Dès l'année suivante, le 8 juin 1941, l'anniversaire des combats fut solennellement célébré dans les églises et aux cimetières de Septmonts, de Billy et d'Acy. Une foule nombreuse de parents, d'anciens chefs, de camarades de combat des morts, accoururent pour saluer leurs dépouilles fraternellement regroupées.
Chaque,année à la même date, pendant sept ans, une cérémonie du souvenir pieusement organisée, ramenait sur les tombes soigneusement,entretenues et fleuries par les habitants des villages, des parents, des camarades, des délégations, entourés par le Clergé, les municipalités, les enfants et une partie de la population de ces troislocalités soissonnaises. Acy fut le centre de ces manifestations. C'est sur son territoire que la bataille s'était surtout livrée et c'est dans son cimetière que reposaient le plus grand nombre des morts du régiment.

Le Monuments :

A plusieurs reprises pendant ces sept ans, la question de l'érection d'un monument commémoratif de cette bataille avait été agitée.
En 1947, la décision fut prise. Les plans proposés furent agréés par les Autorités compétentes. et l'on se mit au travail.
L'exécution du monument avait été confiée à deux artistes connus qui avaient fait leurs preuves; on s'était arrêté à l'idée d'une Croix de fer émergeant d'un tertre de granit, sur laquelle s'appuierait agenouillée une mère éplorée. C'est M. Henri Charlier un des maîtres de la statuaire religieuse moderne qui, dans la pierre dure, tailla une émouvante image, symbolisant les mères de France qui offrent à Dieu et à la Patrie le corps ensanglanté du fils de leur chair; M. Richard Desvallières, fils du grand peintre George Desvallières, dressa sur le socle reposant sur cette terre, rougie par le sang, une croix de fer forgé, haute de 4m50.
La place du monument s'imposait d'elle-même : au carrefour de la route de Soissons à la Fère-en-Tardenois et du chemin d'Acy à Hartennes.
A 2 kilomètres au sud du village d'Acy, à l'Intersection des territoires d'Acy, de Rosières, d'Ambrief, s'élève une croix dite "Croix d'Acy". Le hangar où elle s'appuie fut le poste de commandement du 2ème Bataillon du 71ème RIA, et le centre de gravité des combats de la 27ème Division Alpine; c'est à cent mètres de ce lieu, sur le bord de la grand'route, que s'élève le monument commémoratif dont l'inauguration fut fixée au dimanche 8 juin 1948. L'amicale des anciens du 71ème RIA avait covié à cette cérémonie les familles des disparus, les vétérans du régiment, les autorités administratives, religieuses, municipales, ainsi que la population du voisinage. Tous répondirent à son appel.
La journée commença par des services religieux dans les églises d'Acy, de Septmonts et de Billy. Les délégations qui y assistaient, allèrent ensuite porter des couronnes aux monuments élevés à la mémoire des morts de la guerre 14-18 ainsi que dans les différents cimetières de ces communes et dans celui de Rozières, où les attendaient les familles et les anciens camarades des Morts du 71ème RIA. Une délégation spéciale s'en fut sur la route de Fère, territoire de Serches, porter une gerbe au monument érigé l'année dernière à pareille date, à la mémoire des Chasseurs Alpins, dont lesunités faisaient division avec le 71ème RIA et qui tombèrent glorieusement dans la même bataille des 7 et 8 juin 1940. Cette gerbe fut dépossée par le Commandant d'Anselme, père du Caporal-Chef d'Anselme, du 15ème BCA, tombé en ce lieu au Champ d'Honneur.
D'autre part, une délégation des Anciens Combattants du 28ème BCA, venue de Lyon avec son fanion, avait eu la délicate pensée de se joindre aux différentes cérémonies de cette journée. elle déposait à son tour une couronne au pied du monument du 71ème RIA témoignant ainsi de ses sentiments de fraternité d'armes.
A 15h00, la cérémonie religieuse de l'après-midi commence.
A cent mètres du monument commémoratif, à la Croix d'Acy, le hangar autour duquel se déroula une phase principales de la bataille du 8 juin a été aménagé pour la circonstance, décoré de fleurs et de feuillages; un autel a été dressé, adossé à la paroi.
Une foule immense venue de Soissons et des villages voisins s'est jointe aux familles des Morts, aux Anciens du 71ème RIA, aux Anciens Combattants de la région.
Au premier rang de l'assistance, se tient M. Vaugon, sous-préfet de Soissons, représentant M. le préfet de l'Aisne et M. le préfet des Côtes-du-Nord.
Mgr. Douillard, évêque de Soissons, préside la cérémonie.
La messe est célébrée par M. l'Abbé Menez, ex-sergent à la 6ème Compagnie.
A l'Evangile, c'est M. l'Abbé Morin, lui aussi ex-sergent à la 6ème Compagnie, qui s'adresse à l'assistance. Avec des mots qui allaient au coeur, d'une voix puissante, il fait revivre mieux que les phases du combat, l'âme de ceux qui luttaient, de ceux qui tombaient, de ceux qui mouraient en ces jours héroïques; et il rappelle que, blessé l'un des premiers, il put cependant se pencher sur le premier mourant, le petit soldat Cariou, et lui ouvrir le ciel.
La Messe terminée on se regroupe devant le monument pour la bénédiction et l'inauguration officielle.

et un lien :

http://www.acy-02.fr/IMG/pdf/1948_Cobee.pdf

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 17:14

Bonjour

Ordre de bataille du 2ème Bataillon du 71ème RIA au 15 mai 1940 :

- Etat Major du Bataillon :

Commandant Martin, commandant le bataillon,
Capitaine Chauvet, adjudant-major,
Sous-Lieutenant Maron, officier adjoint,
Médecin-Lieutenant Quentel, médecin du bataillon

- 5ème Compgnie :

Lieutenant Calme,
Lieutenant Bidet,
Sous-Lieutenant Gourgaud,
Sous-Lieutenant Rhin

- 6ème Compgnie :

Lieutenant Prual,
Sous-Lieutenant Vincent,
Sous-Lieutenant guillou

- 7ème Compgnie :

Lieutenant Hamel,
Lieutenant Brossard,
Sous-Lieutenant Lamarque

- CAB 2 :

Capitaine Dagorn,
Lieutenant Touchard,
Sous-Lieutenant Héé


Cordialement

PS pour les Admin : peut-être renommer le post par "071e RIA – matinée du 8juin 1940"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
Capu Rossu
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 764
Age : 68
Localisation : Martigues
Date d'inscription : 09/10/2011

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 19:13

Bonsoir,

Un détail me turlupine.
Dans le suivi du post et sur la plaque du monument apparemment, vous parlez du 71ème RI rebaptisée 71ème RIA.
Si fin avril 1940, le 71ème RI remplace le 140ème RIA dans la composition de la 27ème DI, je ne comprends pas le pourquoi du changement d'appellation.
Je viens de consulter le tome II des GUF édité par le SHAT et chaque fois que ce régiment est cité dans les pages consacrées à 27ème DI, le 71ème est considéré comme un RI et non un RIA.

@+
Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 3 Nov 2012 - 20:46

Capu Rossu a écrit:
Bonsoir,

Un détail me turlupine.
Dans le suivi du post et sur la plaque du monument apparemment, vous parlez du 71ème RI rebaptisée 71ème RIA.
Si fin avril 1940, le 71ème RI remplace le 140ème RIA dans la composition de la 27ème DI, je ne comprends pas le pourquoi du changement d'appellation.
Je viens de consulter le tome II des GUF édité par le SHAT et chaque fois que ce régiment est cité dans les pages consacrées à 27ème DI, le 71ème est considéré comme un RI et non un RIA.

@+
Alain

Bonsoir

voir ici : http://atf40.forumculture.net/t5552-71e-ri-puis-ria-quizz

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
Barthes
Caporal ADL
Caporal ADL


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 04/01/2014

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 19 Avr 2014 - 11:19



Bonjour
dans un carré militaire prés de chez moi à Toulouse, la tombe d'un des soldtas tués le 8 Juin 1940 à l'age de 22 ans.
René LEYSEN du 71 ème RIA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat02
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 31
Localisation : Aisne, Ciry Salsogne 02220
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Dim 20 Avr 2014 - 15:44

Bonjour

Voici quelques photos prises aujourd'hui du monument commémoratif du 71ème RIA.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mat02
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 31
Localisation : Aisne, Ciry Salsogne 02220
Date d'inscription : 10/02/2014

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Dim 20 Avr 2014 - 15:48

Sur le monument il est écrit 7 officiers et sur le fascicule 8 officiers ou est l'erreur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Sam 11 Avr 2015 - 23:25

Bonsoir à tous
Qui saurait me dire si le I/71e RI avait un groupe franc durant l'hiver 39/40. Dans l'affirmative, qui le commandait ?
Merci ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4879
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Dim 12 Avr 2015 - 19:05

Bonjour Asiate,

les trois bataillon du 71ème RI ont un Groupe Franc;

 - le Groupe Franc du I/71 est commandé par le Sous-Lieutenant Darmuzai ou Darmuzay (?);
 - le Groupe Franc du II/71 est commandé par le Sous-Lieutenant Maron;
 - le Groupe Franc du III/71 est commandé par le Sous-Lieutenant Chmielewski.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Dim 12 Avr 2015 - 21:13

Un grand merci cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
visaval
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 1855
Age : 55
Localisation : colmar ALSACE
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Ven 24 Avr 2015 - 10:46

bonjour,
je viens de voir votre post sur le 71è RI...
il se trouve que mon grand père était au 71è RI
il est mort à 95 ans....
je ne dispose que de son livret militaire il a été fait prisonnier à Dunkerque début juin
Vincent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jidé
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 8
Age : 43
Localisation : rennes
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Jeu 30 Avr 2015 - 20:57

bonsoir,

mon grand père (breton du 22) faisait aussi partie de ce régiment, il a réussi a gagner le sud ; par contre, aucune idée du bataillon et de sa cie
jidé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1969
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Jeu 30 Avr 2015 - 21:26

bonsoir
la 27ème DIA fait en effet partie de ces divisions qui ont réussi à se replier dans le sud, enfin plutôt le Centre, le 71ème RIA sera cantonné un temps à Néris-les-Bains après l'Armistice
par contre il n'a rien à voir avec Dunkerque ce n'est pas du tout son secteur ni le parcours de la Division qui se trouvait en Alsace puis a été portée sur l'Aisne pendant que pour d'autres unités se profilait le repli et l'issue tragique de Dunkerque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jidé
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 8
Age : 43
Localisation : rennes
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Jeu 30 Avr 2015 - 22:35

à mon avis, pour Dunkerque, il s'agit des débris du 271e RI et non d'éléments perdus du 71e RI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1969
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Jeu 30 Avr 2015 - 22:58

en fait non, l'explication est tout autre, il s'agit d'une référence au régiment en 1914-1918...
http://atf40.forumculture.net/t4437-7-et-8-juin-1940-a-acy-aisne-71e-ri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jidé
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 8
Age : 43
Localisation : rennes
Date d'inscription : 16/03/2013

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Ven 1 Mai 2015 - 16:09

ok, donc enrôlé dans un autre régiment en 39/40
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabi1
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 548
Age : 32
Localisation : Marne
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: 71e RI puis RIA juin 1940   Lun 29 Juin 2015 - 17:32

Salut.
le livre d'Henri Victor Brunel "la geste des captifs, marche à l'exil", prix Louis-Paul Miller 1953 retrace le parcours de 1938 à l'été 1940 d'un fier capitaine d'un des 3 BCA du 27eRIA qui combat dans ce secteur.

Ce livre se veut seulement inspiré de faits réels, il est le résultat de la compilation de témoignages, les descriptions sont assez précises pour déduire ces unités, un quart du livre environ se passe avant la capture et décrit le sentiment d'impuissance humiliante qui a régné lors de ces tristes heures. 

La division a beau être d'active et d'élite, elle n'en est pas moins que peu expérimentée (et affrontera des troupes ayant activement participé à la campagne de Pologne) et plus apte aux évolutions sur chemins de montagnes, avec ses mulets, qu'à la manœuvre à découvert à travers des champs.

Très peu soutenue par l'artillerie et l'aviation, elle subit, au moins dans le livre, une attaque aérienne au petit matin de la veille de l'engagement avant son arrivée à Chacrise vers 8h, constitue le baptême du feu pour le bataillon (la 1ère compagnie, la plus touchée, perd une quarantaine d'hommes), l'unité montera vers 18h prendre position en 1ère ligne.

Le lendemain, entre 6et 7h, après la levée du brouillard, passage du mouchard puis pilonnage de l'artillerie allemande, réponse de nos 75, "qui se turent les premiers."
Attaque des alpins vers Le carrefour de croix d'Acy et la ferme du mont de Soissons.
Les allemands sont retranchés dans les fermes et tirent les alpins avec facilité, "nus comme des cibles sombres sur le fond doré des blés murs [...] 80% des effectifs engagés sont perdus".

Léger recul puis ordre de repli dans la foulée, suivi d'une attaque de stukas d'une dizaine de minutes qui occasionne de nombreuses pertes et disperse hommes et mulets, l'artillerie allemande enfonce le clou...

Repli sur l'ourcq, un non obstacle (presque un ruisseau à cet endroit, puisque sa source n'est pas loin...), des AM allemandes viennent " tirer quelques bandes" puis repartent.
Repli sur la Marne, la dispersion de l'unité restera très importante, elle poursuivra son repli vers le sud et effectivement l'officier fini prisonnier à son réveil avant Romilly, aprés avoir tenté de passer la seine autrement que par les voies de communications, via des bourbiers.

Une page comprenant une carte d'époque et un descriptif plus précis par ici : http://www.serches.fr/public/?code=combats-des-7-et-8-juin-1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
dechaulieu
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 12/12/2015

MessageSujet: Groupes francs 71 eme RI   Sam 12 Déc 2015 - 11:32

asiate a écrit:
Un grand merci cheers

Notre père, Roger ANGÉ, était sergent au 71eme RI basé à Dinan (Côtes d'Armor). Il fut membre d'un des groupes francs de ce régiment aux abords de la frontière allemande notamment pendant l'hiver 1939/40 où ces groupes se mesuraient aux avant-postes avec les Stosstruppen allemands.

Décoré de la Croix de guerre, il a une citation à l'ordre de l'Armée pour son comportement sur le plateau d'Acy en Juin 1940. D'après mes souvenirs les termes en étaient: "Sergent Roger ANGÉ, son tireur de FM ayant été tué, s'est emparé de l'arme et, par ses tirs précis, a stoppé l'avance ennemie...". Il disait que sa position se situait près du monument actuel en mémoire des officiers, sous-officiers et soldats tombés ces jours-là sur le plateau d'Acy pour stopper l'avance de l'ennemi.

Je garde le souvenir vif de sa description du retrait du 71eme du plateau : Alors qu'il tirait au FM par rafales, un mortier allemand l'a pris pour cible. Évanoui, il reprend ses esprits pour voir à 40 m de lui les premiers soldats allemands qui lui demandent de se rendre. Malgré les tirs de mitraillettes, il réussit à rejoindre son régiment posté plus loin derrière un mur. Le rebord droit de son casque était déchiré par un éclat de mortier. Une balle avait arraché l'épaulette droite de sa capote tandis qu'une autre avait percé celle-ci entre ses jambes.

Il combattra jusqu'à l'armistice pour être démobilisé à Montluçon en Décembre 1940. Il rejoindra la zone occupée pour reprendre son activité à la SNCF Paris Saint Lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
71e RI puis RIA juin 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les avions italiens sur la Loire en Juin 1940 ?
» Domptail, 20 Juin 1940
» Le samedi 15 juin 1940.
» juin 1940 ,saint valéry en caux 70 e anniversaire
» Juin 1940 : Debacle ou pas ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Infanterie :: Par N° de RI-
Sauter vers: