Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
artilleur240
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 18/10/2012

MessageSujet: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Jeu 18 Oct 2012 - 20:35

Bonsoir

Merci de m'accorder votre attention.

Je ne sais pas grand chose sur ce dépot d'artillerie à Orléans.

c'est le lieu de rassemblement de recrues arrivées le 9/6/1940 (classe 40/1).

Selon le JMO (fraction du DA5 services administratifs du 16/06 au 06/08/1940),

ces nouvelles recrues se replie à pied dès le 14 juin à destination de charenton du cher ou les allemands seront avant eux. Le 26 Juin cette colonne à pied est à AZERABLES (creuse).

Quel a été son itinéraire après Ardon et Chaumont sur Tharonne ???

A Orleans quel était le lieu de stationnement de ce dépot ??

Qu'est-ce qu'un dépot d'artillerie ??

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1906
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Ven 19 Oct 2012 - 17:55

Bonjour

le Depôt de Guerre d'Artillerie ou de toute autre arme est une unité d'instruction de la zone l'Intérieur de taille régimentaire voire plus qui succède aux Centres de Mobilisation du temps de paix en septembre 1939

un Depôt d'Artillerie s'articule en batteries d'instruction de jeunes recrues et en batteries de passage,

le Depôt d'Artillerie n° 5, quelques 2200 hommes début 1940, était au quartier Châtillon

Salutations

Loïc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
artilleur240
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 18/10/2012

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Ven 19 Oct 2012 - 21:48

MERCI beaucoup LOIC

Je vais maintenant pouvoir essayer de trouver des photos de cette caserne.

Il me reste à espérer une réponse à la 3ème question....son itinéraire, un témoignage serait un miracle!!

Pour complément d'info:

-une batterie ( n°105) à destination de coetquidan, 400 jeunes / Cne LACROZE (ils deviendront "les évadés de Porcaro") sous-officiers: Mal des logis: LIGER Marcel, MAGNANT Marcel, AUBRY, LOUIS, GIROUX, QUENOLLE, BOITTIER, COULON.

le reste:

--EM

-PHR=> ( ? ) Hors rang

- 101 ème 102è 103è 104è 106è et 108ème

au total 7 compagnies...7x 120 H ?? + la HR = 8x120H ??

OU trouver des infos sur la colonne à pied ?

J'ai des infos sur la batterie qui arrive à Coetquidam, mais les autres ?

Pour complément voici une liste d'officiers:

Chef d'escadron:Cdt le DA5: CERTAIN

Lt BADINIER trésorier du dépot , Lt CALLU, Lt BOIRARD,

Cne CHAUVEAU

cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc Lilian
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 1906
Localisation : Riom AUVERGNE & Bourbonnais
Date d'inscription : 26/08/2006

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Sam 20 Oct 2012 - 4:16

bonjour

on retrouve une partie des éléments avec l'Etat-Major repliés à Gramat (Lot), le PHR c'est pour Peloton Hors Rang

le Depôt est aussi mentionné au titre de la liste des unités combattantes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RSCHERER
Commandant
Commandant
avatar

Nombre de messages : 641
Age : 54
Localisation : PERPIGNAN (NEFIACH)
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Ven 9 Juin 2017 - 17:01

Bonjour à tous,

je reviens sur ce sujet.

Sans pouvoir répondre aux interrogations d'artilleur240, j'ai des éléments concernant cette unité de dépôt (formation de recrues).

Les informations présentées ci-après proviennent de lectures diverses concernant la ville d'Orléans au mis de juin 1940.

Voici donc quelques informations sur le dépôt d'artillerie n°5.


Rapport d'activité du Groupe d'intervention du Dépôt d'artillerie n° 5, du 12 avril au 16 juin 1940
 
Auteur : René CHAUVE
 
Le brigadier René Chauve a été mobilisé le 2 septembre 1939 à Vincennes au 232e R.A.D. (Régiment d'artillerie divisionnaire), pour la courte campagne qui permit d'entrer de 10 km en territoire allemand afin de soulager la défense polonaise. Mais le repli fut rapidement ordonné sur des positions préparées à l'avance.
 
 
J'ai été envoyé comme brigadier instructeur au C.O.A. de Bourges, le 10 avril 1940, puis le 12 avril à Orléans, au Dépôt d'artillerie n° 5, pour procéder à l'instruction des "récupérés".
 
Missions de patrouilles et de circulation.
 
A l'approche des allemands, quand Orléans fut incluse dans la zone des armées, il a été formé une section de défense de circulation et de reconnaissance au nord de la Loire, sous le commandement du lieutenant Marchand (1), dont le P.C. était installé dans l'école de l'avenue Dauphine, à proximité des ponts dont il devait préparer la destruction.
 
Au cours de ces semaines-là, nous avons patrouillé par Cercottes, Chevilly, jusqu'à Artenay et par Saran, Gidy, Huêtre, Sougy jusqu'à Poupry.
 
Chef de section d'artillerie.
 
Après avoir suivi quelques heures d'entraînement aux Groues, bien que brigadier, je fus nommé chef de section, avec mission de défendre chaque pont avec un fusil-mitrailleur et un canon de 90, d'un vieux modèle avec frein à corde, calé sur des briques (2). Notre nouveau cantonnement était la caserne Saint-Charles, avec une infirmerie rue de la Brèche.
 
Pendant quatre jours, du jeudi 13 au dimanche 16 après-midi, nous avons assuré la circulation devenue impossible et le transport des blessés provoqués par les bombardements et mitraillages des avions. Ce sont bien des avions allemands qui mitraillaient en piqué, avec des hurlements de sirène. Ils bombardaient la ville et les ponts sans les atteindre. J'ai vu Orléans brûler pendant plusieurs jours. Journées terribles, où nous subissions  constamment ordres et contrordres.
 
Au Pont Royal, un de mes hommes (Gallico Raymond) a été tué au cantonnement qui nous servait de poste de garde, à l'angle de la rue de la Bascule.
 
Au pont Joffre, deux hommes ont été tués (Gottardini Charles et Marastoni Adolphe) (3), n'ayant dû moi-même avoir la vie sauve qu'au fait d'être parti chercher de l'eau à la Tuilerie, qui se trouvait alors à l'emplacement des établissements Sandoz.
 
Quand faire sauter les ponts?
 
Les ponts devaient sauter dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 juin. Cette nuit-là, au pont Joffre, un officier français, révolver au poing, voulait nous empêcher de faire sauter l'ouvrage, afin de donner le temps à sa troupe de le franchir. Nous avions reçu l'ordre de laisser passer les premières voitures allemandes et de les détruire ensuite au fusil-mitrailleur
 
C'est le dimanche 16, vers 14 h30 (4), que le Pont Royal a sauté à l'arrivée d'une voiture blindée allemande. Les éléments allemands arrivaient du pont de Vierzon qui n'avait pas sauté, car un officier allemand (5) avait réussi à couper les cordons de mise à feu.
 
Vers 15 h00, l’ordre a été donné d'allumer la mise à feu au pont Joffre, malgré l'encombrement du pont par plusieurs centaines de réfugiés et de soldats. Les éléments allemands arrivaient et mitraillaient par rafales.
 
L'ordre a été ensuite donné aux hommes de partir, puisqu'ils ne pouvaient plus rien faire d'utile.
 
La retraite et l'exode.
 
J'ai alors pris la route vers La Ferté-Saint-Aubin, au long de laquelle nous avons été mitraillés par des avions italiens, aux cocardes vertes et jaunes, qui surgissaient du sud.
 
Je me suis retrouvé à Châteauroux, déclarée "ville ouverte", où j'ai déposé mes armes (un mousqueton et un révolver à barillet). Puis j'ai continué jusqu'à Agen, où on nous regroupait afin de poursuivre les opérations en Algérie.
 
Après l'armistice, j'ai été démobilisé et j'ai gagné, par mes propres moyens, la Drôme où ma famille s'était réfugiée.
 
Notes explicatives
 
(1) Il s'agit bien du lieutenant du génie Albert Marchand, que tous les témoins désignent comme l'officier chargé de la mise à feu des ponts Royal et Joffre.
 
(2) Probablement une pièce de 90 du type de Bange 1877.
 
(3) C'est la consonance italienne de ces noms qui a pu faire croire au commandant Tuffrau qu'il s'agissait d'étrangers. M. Chauve assure que ces "récupérés", de conditions aisées, s'exprimaient parfaitement en français.
 
(4) Le brigadier Chauve avance d'1h30. Nous verrons plus loin, par le témoignage indubitable du sergent Villette, qu'il était en fait 16h00. quand le pont Royal a sauté. L'heure de destruction du pont Joffre se trouve décalée d'autant.
 
(5) Le sous-lieutenant Meder.
 
Source : Bulletin de la société archéologique et historique de l’orléanais (n°93, juillet 1991).
Cordialement
Rémy SCHERER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabi1
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 527
Age : 32
Localisation : Marne
Date d'inscription : 05/11/2008

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Ven 9 Juin 2017 - 18:25

Salut.
Merci pour ces infos.

Très intéressante cette considération d'une attaque aérienne italienne au motif qu'ils venaient du sud et portaient des "cocardes vertes et jaunes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pontus
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 43
Localisation : Port au Prince (Haiti)
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940   Mar 13 Juin 2017 - 4:16

Bonjour,

Je vois dans que dans la liste des unités combattantes d'artillerie figure une compagnie de marche du DA n05 sous les ordres du Lieutenant Morel du 15 au 21 juin avec bonification "Ile de France". Est-ce une coquille ?

Pontus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DA n°5 d'Orléans, 9 au 14 juin 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Orléans, 1er et 2 juin 2012 : Forum des Enseignants Innovants et de l'Innovation Educative
» 2e salon orléanais de la maquette et de la figurine
» BAUGÉ (Louis) - Colonel - Orléans LOIRET
» Le traitement très humain des TZR d'Orléans-Tours...
» La Nouvelle-Orléans vidée face à l'ouragan Katrina !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Artillerie :: Service (parcs, BOA...), centres de mobilisation et dépôts-
Sauter vers: