Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Lun 12 Nov 2007 - 16:12

Ces deux navires sont à peu près contemporains: les navires français ont été construits pour contrer les cuirassés de poche (Deutschland, Lutzow, Graf Spee) et les navires allemands ont été d'abord prévus comme la prochaine étape du réarmement naval, puis en partie en réponse aux navires français.

Le Scharnhorst est plus long, un peu moins large, et un peu plus lourd: près de 39.000 tonnes à pleine charge contre 35.500 pour le navire français.

L'Allemand est également plus rapide, lui donnant le choix d'accepter ou de refuser le combat: 31.5 noeuds (quand ça marche) contre 28-29.

Côté armement, le navire français tire un obus plus lourd, de 330m contre 280mm sur le navire allemand, tiré cependant par un excellent canon (le Glorious, coulé par les Scharnhorst et Gneisenau au large de la Norvège, a été touché une première fois à plus de 23.000m donc on est proche du record.

Les obus allemands ont une trajectoire relativement plus courbe, donc plus favorable pour éviter le blindage, en revanche les obus français sont nettement plus lourds: 560 kg contre 330.

Le navire allemand a un blindage plus important (en quantité) et plus robuste à courte portée (ceinture principale). Le navire français a un blindage de conception plus moderne, "tout ou rien" comme sur les Richelieu ou les nouveaux cuirassés américains. Le Scharnhorst était blindé à 350 sur une bande relativement étroite de sa coque, juste au-dessus de la flottaison avec 170mm en-dessous de la flottaison et 45mm sur le haut de la coque plus des ponts et parois légèrement blindés à l'intérieur, contre 241mm "à tous les étages" sur le navire français, et plus rien derrière.


Voici des liens vers les caractéristiques des armements de ces deux navires:
http://www.navweaps.com/Weapons/WNGER_11-545_skc34.htm
http://www.navweaps.com/Weapons/WNFR_13-50_m1931.htm

Je note que l'armement du Strasbourg et du Dunkerque était de l'ingéniérie à la française, c'est à dire très compliqué et qui ne marchait pas toujours bien. A longue portée, l'armement des Scharnhorst et Gneisenau était probablement meilleur mais de toutes façons à ces distances il faut beaucoup de chance pour toucher sa cible. Aucun des deux navires n'était particulièrement à l'aise par grosse mer, et les deux avaient un armement peu fiable.

Au final, je dirais que l'issue d'une rencontre entre Scharnhorst et Gneisenau d'une part et Strasbourg et Dunkerque d'autre part dépendrait de la chance (qui touche l'autre le premier), de la qualité de l'équipage (aucune info là-dessus) et des conditions tactiques: combien d'autres navires dans l'escadre, qui peut manoeuvrer, y a-t-il des avions, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mer 23 Juil 2008 - 10:22

Bien plus que l armement,c est la conduite de tir qui est primordial en combat naval.
D apres ce que j ai lu,les cuirasses allemands etaient equipes de telemetres optique stereoscopique plus precis que les navires allies(optique par coincidence).
Voir la bataille avec le Bismark entre le hood et le prince of wales .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agrignon
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mer 23 Juil 2008 - 11:19

Bonjour à tous,

Je suis étonné du tonnage du STRASBOURG : 35 500 T , de mémoire j'aurais dit 22400 T!
Je suis également étonné du calibre du SCHARNHORST un si gros navire pour un petit canon ?
Pour moi ces deux navires ne boxent pas dans la même catégorie?
Comme je suis en vacances je n'ai aucune doc avec moi a part un accès très limité au WEB.

Armel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fred85
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 43
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 22/07/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mer 23 Juil 2008 - 22:41

Ces 2 croiseurs utilisent des tourelles du même type que les cuirassés de poche des restes de respect du traité de Versailles ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Jeu 24 Juil 2008 - 3:30

La fin du Sharnhorst au large de la Norvege en 1943.

http://francois.delboca.free.fr/fsscha.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Ven 25 Juil 2008 - 10:50

Bonjour Armel,

agrignon a écrit:
Je suis étonné du tonnage du STRASBOURG : 35 500 T , de mémoire j'aurais dit 22400 T!

Ce sont des tonnages à pleine charge, mais je ne peux pas donner la source parce que je suis moi aussi sans accès à ma doc pour le moment. Si on prend le tonnage à vide pour le Strasbourg, soit en effet dans les 23.000 tonnes, alors il faut en faire autant pour le Scharnhorst qui passera à 27.000 tonnes ou quelque chose de ce genre. Attention: ce chiffre est entièrement de mémoire donc à ne prendre que comme un ordre de grandeur.

agrignon a écrit:
Je suis également étonné du calibre du SCHARNHORST un si gros navire por un petit canon ?

A la réponse de naga, j'ajouterai que le 280mm était un calibre bien connu de la marine allemande. Ils avaient des canons très performants à ce calibre. Les tourelles sont la partie la plus difficile à construire sur un cuirassé, et développer des canons de gros calibre prend du temps. L'Allemagne n'avait pas produit de "gros canons" depuis 20 ans quand elle a commencé à réarmer, donc il n'y avait rien de plus gros qui soit disponible au moment du lancement du Scharnhorst.

Il y a eu un projet de refonte des Scharnhorst pour leur faire porter du 8 x 380 (quatre tourelles doubles, au lieu des quatre triples de 280) mais ça ne s'est pas fait.

agrignon a écrit:
Pour moi ces deux navires ne boxent pas dans la même catégorie?

En fait, si: les Scharnhorst étaient la réponse allemande aux Strasbourg, comme ces derniers avaient été la réponse française aux cuirassés de poche. Ils étaient donc plus gros, mais finalement pas tellement plus puissants quand on regarde les caractéristiques.

Donc pour moi des facteurs comme l'entraînement de l'équipage et les conditions tactiques, plus la chance, seraient probablement déterminants puisque les caractéristiques "dures" étaient si proches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
naga
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/07/2008

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Ven 25 Juil 2008 - 11:27

Ces 2 navires sont classes dans la categorie Croiseur de bataille c est a dire moins blinde mais plus rapide qu un cuirasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Ven 25 Juil 2008 - 11:52

Ces navires sont comptés comme des croiseurs de bataille par les anglo-saxons parce qu'ils étaient relativement moins puissants mais plus rapides que les cuirassés britanniques ou américains de l'époque.

La France comptait le Dunkerque et le Strasbourg comme des navires de ligne comparables aux autres (ils n'étaient pas moins puissants que les Bretagne), et en Allemagne les Scharnhorst & Gneisenau étaient des "Schlachtschiffen" donc des cuirassés.

Soit dit en passant, un croiseur de bataille est un navire qui a le tonnage d'un cuirassé mais qui sacrifie soit de la protection (chez les britannique) soit de l'armement (version allemande) à la vitesse. Voir les croiseurs de bataille allemands de la 1ère GM: ils sont très bien protégés, mais moins bien armés que les "vrais" cuirassés.

Evidemment, la génération des cuirassés rapides (Bismarck, King George V, Littorio, Richelieu, South Dakota etc) qui était en construction en 1940 allait rendre la distinction obsolète puisque les nouveaux navires étaient à la fois rapides, puissants et bien protégés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
agrignon
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 270
Date d'inscription : 21/11/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Dim 27 Juil 2008 - 11:34

Bonjour Louis,

Je suis en train de lire HISTOIRE DE L'ARMEE ALLEMANDE PENDANT LA 2e GM : Le Scharnhorst y est bien qualifié de SUPER STRASBOURG!
Je mange mon chapeau!

Armel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Dim 3 Aoû 2008 - 17:15

Laisse-m'en un peu: j'ai bien écrit que le Scharnhorst avait 4 tourelles (au lieu de 3 dans la réalité) !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
takata
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant


Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mar 5 Aoû 2008 - 6:45

Salut à tous,

Louis a écrit:
Ce sont des tonnages à pleine charge, mais je ne peux pas donner la source parce que je suis moi aussi sans accès à ma doc pour le moment. Si on prend le tonnage à vide pour le Strasbourg, soit en effet dans les 23.000 tonnes, alors il faut en faire autant pour le Scharnhorst qui passera à 27.000 tonnes ou quelque chose de ce genre. Attention: ce chiffre est entièrement de mémoire donc à ne prendre que comme un ordre de grandeur.

Le chiffre du déplacement Washington officiel pour la classe Dunkerque/Strasbourg est de 26.500 tonnes "standard" et celui de la classe Scharnhorst/Gneisenau... seulement de 26.000 tonnes !

Maintenant, on pourrait discuter assez longuement sur le thème car il existe différents cas pour calculer le déplacement d'un navire de guerre et l'on peut se demander si les chiffres publiés à droite et à gauche sont ceux des plans ou ceux du navire réellement construit ?

Tout d'abord, il y a :
1. le déplacement "standard" ou "Washington" ;
2. le déplacement "normal" ou "de construction" ;
3. le déplacement "à pleine charge" ;
4. le déplacement "lège"...

avec aussi :
a) des tonnes "métriques" de 1.000 kg ;
b) des tons "impériales" de 1.016 kg ;

1. Le déplacement "standard" est la mesure officielle définie par le traité de Washington pour la période d'après 1922. Le déplacement est mesuré pour un navire totalement armé pour le combat (équipage, munitions, ravitaillement y compris l'eau pour l'équipage) à l'exception des combustibles et autres liquides de chauffe. La raison de cette exception est que les puissances qui ont à prévoir une très grande autonomie pour leurs navires (USA & UK) seraient pénalisées si ces combustibles étaient comptabilisés dans la limite du déplacement autorisé pour telle ou telle classe définie par son déplacement maximum et son calibre.

Le devis de masse d'un navire est le paramètre critique, fonction de la vitesse envisagée, car il détermine la répartition du budget "poids" entre les principaux postes que sont la coque, la propulsion, la protection et l'armement.

2. Avant la convention de Washington, on donnait le déplacement "normal", la valeur calculée lors de la construction pour la ligne d'eau mesurée à la flottaison qui, en France, s'appelle "la 10 H" (dixième ligne horizontale du plan de coque), pour un navire complètement chargé avec 50% de ses combustibles aux conditions opérationnelles moyennes. C'est aussi sur cette ligne d'eau que sont calculées les vitesses optimales et tout l'équilibrage du navire.

3. Il y a une limite d'enfoncement mesurée à la ligne de flottaison qu'il vaut mieux ne pas dépasser sans altérer la tenue à la mer et inversement, il est dangereux que le navire soit trop léger. Cette ligne donne alors la limite de déplacement à pleine charge. Un navire partant pour une très longue croisière de guerre sera donc chargé à bloc au départ et compensera ensuite sa consommation en combustible pendant la seconde partie de son voyage avec de l'eau.

4. Le déplacement "lège" concerne surtout la construction navale car il s'entend pour le navire livré avec uniquement ses équipements fixes (machineries, appareils de navigation, armement, blindage, etc.). Cela donne, par exemple, une idée du rapport prix/tonne lège. Mais il ne faut pas oublier qu'il peut y avoir de sérieuses modifications durant la carrière d'un navire de guerre après carrénages et refontes successives.

Pour finir, ces mesures peuvent être données plus ou moins explicitement :
- à différentes périodes de la carrière d'un navire
- avec l'unité a) ou b) selon les sources.

A noter qu'il ne faut pas confondre le "déplacement" => mesure de la masse en tonnes, utilisée pour les navires de guerre, avec le "tonnage" => mesure du volume en tonneaux de jauge, pour les navires à vocation commerciale.


Pour illustrer, voici un exemple de la répartition des masses :

----------------
Scharnhorst (1943)
----------------
- coque : 8.316 t
- blindage : 14.245 t
- propulsion : 3.794 t
- artillerie : 3.935 t
- lance-torpille : 8 t
- catapulte : 90 t
- équipements : 298 t
----------------
dépl. lège : 30.686 t
----------------
- munitions : 1.196 t
- consommable : 111 t
- vivres : 151 t
- eau potable : 117 t
- eau lavage : 140 t
- équipage : 201 t
----------------
dépl. standard : 32.604 t (+ 1.916)
----------------
- eau distillée : 285 t
- fuel-oil : 2.407 t
- gasoil : 72 t
- lubrifiants : 25 t
- essence avion : 13 t
----------------
dépl. normal : 35.404 t (+ 2.802)
----------------
- eau distillée : 286 t
- fuel-oil : 2.424 t
- gasoil : 72 t
- lubrifiants : 25 t
- essence avion : 13 t
- réserve eau-douce : 217 t
----------------
dépl. charge : 38.441 t (+ 3.037)
----------------
source :
Gerhard Koop & Klaus-Peter Schmolke,
"Die Schlachtschiffe der Scharnhorst-Klasse".


En 1943, il est porté à 39.643 t en surcharge. En 1935, les données sont en gros inférieures de 1.000 tonnes à celles-ci avec un déplacement standard de 31.552 t et un déplacement en pleine charge de 37.225 t. Or, lors de sa construction, il était annoncé officiellement à 26.000 t et finir à plus de 31.500 à la sortie. En 1942, l'intelligence de l'US-Navy le donnera pour seulement 28.000 tonnes.


Ensuite,quelques remarques
Pour la comparaison Scharnhorst/Dunkerque, en ce qui concerne le déplacement, je trouve à partir des données du Conway 1922-1946 pour le Dunkerque (D) et celles du dessus pour le Scharnhorst (S) :

dépl. standard
- D: 26.500 t
- S: 32.600 t (+ 6.100)

dépl. normal
- D: 30.750 t
- S: 35.400 t (+ 4.650)

dépl. charge
- D: 35.500 t
- S: 38.450 t (+ 2.950)

Il y a visiblement une erreur dans ces chiffres. Ceux du Scharnhorst dans le Conway ne me semblent pas coller non plus :
- standard : 34.841 t
- pleine charge : 38,900 t

Or, la capacité des cuves (bunkerage) est donnée à 6.200 t et selon la table au dessus, on voit qu'en additionnant tous les liquides on obtient 6.097 t (dont les 257 t pour l'équipage qui sont compris normalement dans le déplacement "standard"). Quant à celles du Dunkerque, elles sont de 6.500 t ce qui est très comparable.

A partir de là, il est possible d'estimer le déplacement standard si la valeur à pleine charge est correcte :
=> dépl. charge - bunkerage + 250 = dépl. standard
S: 38.450 - 6.200 + 250 = 32.500 standard
D: 35.500 - 6.500 + 250 = 29.250 standard

Pour le Dunkerque, il est dit que le projet initial visait 26.500 t standard-33.000 t en charge (la différence représente exactement les 6.500 t des cuves) et, au final, arriver à 35.500 t en charge, soit 2.500 t de plus. Comme on n'a pas augmenté la capacité des cuves pour autant, c'est donc que le déplacement "standard" du Dunkerque avait dépassé les 29.000 tonnes en service.

Puis, pour le Scharnhorst en 1940, on peut certainement y retrancher les 1.000 tonnes des valeurs de 1943 qui sont dues à l'augmentation de la DCA et on obtiendrait alors :

dépl. standard estimé en 1940 (0 bunkerage)
- D: 29.250 t
- S: 31.500 t (+ 2.250)

dépl. normal estimé en 1940 (50% bunkerage)
- D: 32.375 t
- S: 35.500 t (+ 2.125)

dépl. charge estimé en 1940 (100% bunkerage)
- D: 35.500 t
- S: 37.500 t (+ 2.000)


Au sujet de la vitesse :
- Pour le Dunkerque, les essais ont donné 31,06 nds durant deux heures à 135.585 shp et 30,75 nds durant huit heures à 114.050 shp avec des résultats similaires pour le Strasbourg ; les deux étaient prévus pour 29.5 nds à 112.500 shp ce qui était certainement possible.

- Pour le Scharnhorst, les essais ont donné un maximum de 31,65 nds avec 160.050 shp et un maximum de 30,7 nds avec 154.000 shp pour le Gneisenau. Les deux étaient prévus pour 31 nds à 125.000 shp ce qui me semble difficile d'après les essais.


Au sujet de l'artillerie des Scharnhorst :
- Au départ, le projet visait un navire corsaire d'environ 20.000 tonnes, soit un Deutschland plus rapide mais toujours armé de 280 mm pour surclasser tous les croiseurs anglais en patrouille et non pas comme un "croiseurs de bataille" de la première guerre pour affronter les escadres anglaises.

Puis Adolf a voulu aussi qu'il soit "incoulable" en cas de mauvaise rencontre avec un navire de ligne, d'où la protection largement supérieure au calibre porté. Au bout du compte, vu la taille du navire à laquelle on allait aboutir, on s'est rendu compte que c'était bâtard et qu'il valait mieux y mettre de plus gros canons. Cependant, les 280 étaient disponibles alors que les 380 ne l'étaient pas avant plusieurs années. Donc, l'idée était de les ré-armer par la suite après la mise au point des gros canons. Le Gneisenau était en cours de ré-armement avec du 380 en 1943 avant que le projet ne soit abandonné et toute son artillerie débarquée.


S~
Olivier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Guy Rathé
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 454
Localisation : Repentigny (Québec)
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mar 5 Aoû 2008 - 16:55

Très intéressante analyse, Olivier.
Et présentation lumineuse. sunny

Merci,
Jean-Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Jeu 21 Aoû 2008 - 20:22

Tout à fait Thierry, un bien beau message comme on aimerait en voir plus souvent ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Jeu 21 Aoû 2008 - 22:39

C'est la ou je me dis que j'ai encore des tonnes ( washington ? ) a lire avant de maitriser le sujet de la marine ...
Merci bien olivier .
Revenir en haut Aller en bas
ruby765
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/03/2011

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mer 30 Mar 2011 - 9:33

bonjour , si je peux me permettre une reflexion , je pense que ces deux batiments sont très proches et qu ' au final c' est le commandement, l ' equipage et surtout la chance qui aurait pu faire la difference .

mais peu importe le tonnage du bateau , ce qui fera pencher la balance d' un bord ou de l ' autre , lors d' un combat , c' est la presence d' avions ou non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SALIOU Pierre
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 500
Age : 64
Localisation : 35
Date d'inscription : 30/08/2008

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Ven 1 Avr 2011 - 4:40

ruby765 a écrit:
bonjour , si je peux me permettre une reflexion , je pense que ces deux batiments sont très proches et qu ' au final c' est le commandement, l ' equipage et surtout la chance qui aurait pu faire la difference .

mais peu importe le tonnage du bateau , ce qui fera pencher la balance d' un bord ou de l ' autre , lors d' un combat , c' est la presence d' avions ou non !

IL y a eu des combats navals en 40, avez-vous des exemples précis où le facteur chance fut déterminant ??

La remarque sur la suprématie aérienne en combat naval ne vaut pas encore pour 1940, et ce quelquesoit les marines, il faudra attendre un peu et les combats dans le Pacifique. L'Atlantique Nord est peu propice à l'usage des PA, rares en 40.

Pour relativiser tout ça: les corsaires allemands, des cargos armés (Kormoran,...) ont, chacun, un palmarès supérieur à ceux des Sharnhorst et Gneisseau réuni
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis Capdeboscq
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1335
Localisation : Paris
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Dim 4 Sep 2011 - 21:31

SALIOU Pierre a écrit:
IL y a eu des combats navals en 40, avez-vous des exemples précis où le facteur chance fut déterminant ??

Si ma mémoire est bonne, le tir de cuirassé qui a touché sa cible à la plus grande distance de toute la guerre a été tiré par le Warspite contre une escadre italienne fin 1940. 26,000 yards, quelque chose comme ça.

Sinon, le Glorious qui est tombé sur les Scharnhorst et Gneisenau: clairement un coup de chance ou de malchance, selon l'optique. Les deux bâtiments allemands s'étaient frottés au Renown quelques jours plus tôt, et s'étaient échappés sans grand mal. Avec un peu de malchance, un 380mm qui arrivait au bon endroit pour en ralentir un des deux et l'escadre aurait probablement fait front. L'issue probable de ce combat aurait été la fin du Renown, avec au moins un des deux (voire les deux) navires allemands suffisamment endommagé(s) pour être rattrapé(s) et coulé(s) par l'escadre britannique qui suivait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Guegan
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 105
Age : 48
Localisation : Charlotte- Caroline du Nord
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   Mer 28 Sep 2011 - 22:28

SALIOU Pierre a écrit:


La remarque sur la suprématie aérienne en combat naval ne vaut pas encore pour 1940, et ce quelquesoit les marines, il faudra attendre un peu et les combats dans le Pacifique. L'Atlantique Nord est peu propice à l'usage des PA, rares en 40.

Rares certes mais l'exemple de la bataille de Tarente donnera des idées aux japonnais qui mettront les moyens dans leur attaque un an plus tard en voyant les résultats de 21 torpilleurs anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.campaigns-france.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les navires de bataille: Scharnhorst contre Strasbourg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BAUDIN François-André, Contre Amiral
» Lettre type contre le cirque Gruss à Strasbourg
» "La bataille la plus dure pour l'homme est celle contre le péché," - la Divine Sagesse !
» Campagne de 1870-71 : Guerre contre la Prusse
» Livre: La Bataille Finale du Démon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: La Marine Nationale française de 1919 à 1940 :: MNF40 :: Les combats-
Sauter vers: