Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Uchronie - Le sort du Commandant-Teste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clausmaster
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 550
Age : 33
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Uchronie - Le sort du Commandant-Teste   Lun 28 Nov 2011 - 10:27

Comme pour le Béarn j'ai sévis

http://forummarine.forumactif.com/t4890-france-transport-d-hydravions-commandant-teste?highlight=Teste

Et pour la bonne bouche, voici le sort du Commandant Teste dans mon uchronie :

Citation :




En août 1939, il embarqua six Loire 130 d'observation et huit Latécoère Laté 298 de torpillage et quitte Toulon pour Oran. Il resta dans les eaux nord-africaines jusqu'en décembre 1939 quand il regagna Toulon pour débarquer ses hydravions avant de reprendre ses missions de transport d'avions.


Après une période d'entretien à flot du 7 au 27 janvier 1940, le transport d'hydravions sort pour essais du 28 janvier au 2 février avant remise en condition du 3 au 12 février. Il charge des appareils neufs à destination des Antilles, quittant ainsi Toulon le 15 février 1940.

Il fait escale à Casablanca du 19 au 23 février avant de traverser l'Atlantique et d'arriver à Fort de France le 2 mars 1940. Il débarque ses avions et le matériel embarqué pour les forces armées françaises déployées aux Antilles avant de quitter Fort de France le 12 mars, de faire escale à Casablanca du 19 au 23 mars avant de rentrer à Toulon le 27 mars 1940.

Le Commandant Teste est échoué le 4 avril 1940 dans le bassin n°1 du Missiessy pour un grand carénage. Au bassin jusqu'au 8 août, le transport d'hydravion voit sa coque grattée, sablée et repeinte, ses hélices changées, ses chaudières retubées, ses turbines inspectées et réparées. Deux des quatre catapultes sont débarquées et l'armement modifié avec le débarquement de deux canons de 100mm. Les locaux-vie sont refondus.

Remis à flot le 8 août donc, il subit un mois de travaux à quai soit jusqu'au 10 septembre 1940 quand il est armé pour essais, essais à la mer effectués du 11 au 15 septembre avant remise en condition du 17 au 22 septembre 1940.

Il effectue une mission de transport d'avions à destination du Levant, quittant Toulon le 25 septembre, faisant escale à Bizerte du 28 au 30 septembre avant d'arriver à Beyrouth le 3 octobre où il débarque son chargement. Il quitte le Liban le 6 octobre pour rentrer à Toulon le 11 octobre 1940.

Il enchaine par une mission de transport d'avions à destination de l'AOF, quittant Toulon le 17 octobre, faisant escale à Casablanca du 21 au 23 octobre avant de gagner Dakar où il arrive le 27 octobre. Les avions sont déchargés en caisse et l'équipage du Commandant Teste participe au remontage ce qui explique que le navire ne quitte le Sénégal que le 10 novembre, relâche à Casablanca du 14 au 16 novembre avant de rentrer à Toulon le 19 novembre 1940.

Les besoins en transport se raréfiant, le Commandant Teste est mis en position de complément le 4 décembre 1940 et mouillé au Brégaillon.

Le Commandant Teste est réarmé le 14 septembre 1941 pour reprendre ses missions de transport d'avion. En bon état matériel, il sort pour essais du 15 au 18 septembre avant de préparer une mission qui doit le conduite en Indochine.

Il quitte Toulon le 24 septembre, fait escale à Casablanca du 28 au 30 septembre, à Fort de France du 5 au 8 octobre, à Panama du 11 au 13 octobre, franchissant le canal de Panama le 14 octobre, se retrouvant dans le Pacifique le lendemain 15 octobre. Il fait à nouveau escale à Hawaï du 22 au 24 octobre puis à Manille du 28 au 30 octobre, arrivant à Saïgon le 5 novembre où il décharge ses avions.

Reprennant la mer le 8 novembre, il fait à nouveau escale à Manille du 14 au 16 novembre, à Hawaï du 22 au 24 novembre, franchit le canal de Panama le 1er décembre, est à Fort de France du 6 au 9 décembre, à Casablanca du 15 au 17 décembre avant de rentrer à Toulon le 20 décembre 1941.

Après une période d'entretien à flot du 21 décembre au 12 janvier, le Commandant Teste sort pour essais du 13 au 17 janvier avant remise en condition du 18 au 27 janvier. Il reprend alors sa mission de transport d'aviation.



Il effectue une nouvelle rotation en direction du Levant, quittant Toulon le 5 février, se ravitaillant à Bizerte le 9 avant de cingler en direction de Beyrouth où il arrive le 13 février 1942. Il débarque ses avions ainsi que du matériel pour les bases françaises de la région (projecteurs, émetteurs radios, pièces légères de DCA, tracteurs d'aérodrome........) avant de reprendre la mer le 17 février, direction Toulon qu'il rallie le 25 février après une escale de ravitaillement à Bizerte le 21.

Le 4 mars, le Commandant Teste quitte Toulon pour l'Océan Indien. Il fait escale à Bizerte le 8 mars, à Alexandrie le 12, franchit le canal de Suez le 13 et arrive à Djibouti le 17 mars.

Après avoir déchargé une partie de sa cargaison, il reprend la mer direction Diego Suarez où il arrive le 26 mars après une semaine de navigation.

Ses avions et sa logistique déchargée, il reprend la mer le 28 mars, se ravitaille à Djibouti le 3 avril, franchit le canal de Suez le 7, se ravitaille à Bizerte le 11 avant de rentrer à Toulon le 15 avril 1942.

Le 21 avril 1942, le transport d'hydravions commandant Teste quitte Toulon direction les Antilles pour un nouveau transport d'avions. Il fait escale à Casablanca du 26 au 30 avril avant de traverser l'Atlantique et d'arriver à Fort de France le 7 mai. Son chargement déchargé, il reprend la mer, traverse l'Atlantique dans l'autre sens, se ravitaille à Casablanca le 17 mai pour rentrer à Toulon le 22 mai.

Après une période d'indisponibilité pour entretien du 23 mai au 15 juillet 1942 (avec passage au bassin du 25 mai au 5 juillet), le Commandant Teste sort pour essais du 16 au 19 juillet avant remise en condition du 20 au 30 juillet 1942.

Le transport d'avions quitte Toulon le 4 août direction la Guyane pour mettre sur place une petite force aérienne dite de souveraineté. Il embarque ainsi douze Morane-Saulnier MS-410 destinés à assurer la défense de la Guyane française et en caisses, huit bombardiers Bloch MB-210, dépassés en Europe mais qui peuvent encore faire l'affaire là-bas.

Le Commandant Teste fait escale à Casablanca du 8 au 10 août, à Dakar du 11 au 14 août pour résoudre un problème technique avant de gagner le port de Cayenne le 21 août. Les avions sont débarqués, remontés et testés.

Il repart le 1er septembre, traverse l'Atlantique en direction Dakar où il arrive le 9 septembre. Il reprend la mer le 11 septembre, se ravitaille à Casablanca le 15 septembre avant de rentrer à Toulon le 20 septembre 1942.

Le 27 septembre 1942, le Commandant Teste appareille de Toulon, fait escale à Bizerte du 1er au 4 octobre avant d'arriver à Beyrouth le 9 octobre. Le matériel et les avions débarqués, il reprend la mer 14 octobre, se ravitaille à Bizerte le 18 octobre avant de rentrer à Toulon le 22 octobre.

Le 26 octobre, le Commandant Teste quitte Toulon, fait escale à Casablanca du 2 au 5 novembre avant d'arriver à Fort de France le 12 novembre. Il repart le 18 novembre, se ravitaille à Casablanca le 23 novembre et rentre à Toulon le 27 novembre 1942.

Le Commandant Teste est mis en réserve le 28 novembre 1942 et mouillé au Brégaillon. Il semble admis à l'époque que le navire finira comme ponton à l'instar du Béarn.

L'aménagement d'une grande base en Indochine à Cam Ranh nécessite d'importants moyens d'entretien. La menace japonaise étant plus que crédible, on rechigne à construire d'importantes installations à terre, installations vulnérables.
D'où l'idée d'aménager un navire-atelier. La construction d'un navire neuf étant jugée trop lente, on décide de convertir un navire existant. Le choix se porte sur l'ancien transport d'hydravions alors mouillé au Bregaillon.

Le Commandant Teste est mis au bassin à Toulon le 27 avril 1943 et modifié, des travaux qui l'immobilise jusqu'au 5 décembre 1943 avec le débarquement des catapultes, d'une grande partie de l'armement (six canons de 100mm conservés et embarquement de huit canons Hotchkiss modèlé 1939-40 de 25mm), le maintien des grues mais le réaménagement des structures internes.

Il entame ses essais à la mer le 20 décembre sous un nouveau nom, Albert Caquot, un grand ingénieur français, libérant son nom d'origine pour un nouveau porte-avions ce qui rendait justice à Paul Teste, convaincu de la supériorité de l'avion sur l'hydravion.

Les essais à la mer ont lieu du 20 au 31 décembre avant un nouveau passage au bassin du 1er au 15 janvier 1944. Il effectue des essais complémentaires du 16 au 27 janvier avant de préparer son long voyage jusqu'en Indochine.

Le 4 février 1944, il appareille pour l'Indochine en compagnie du ravitailleur d'hydravions Sans Souci avec à son bord vingt-quatre hydravions de chasse Dewoitine HD780. Il franchit le détroit de Gibraltar le 9 février, traverse l'Atlantique et fait escale à Fort de France du 16 au 18 février 1944.

Reprennant la mer, il franchit le canal de Panama le 24 février et traverse le Pacifique, arrivant à Papeete le 8 mars 1944. Douze hydravions sont remontés sur place pour former la seule unité de chasse défendant l'île.

L'Albert Caquot et le Sans Souci appareillent le 15 mars 1944 direction l'Indochine où ils arrivent le 25 mars 1944, débarquant les derniers HD780 qui sont remontés et testés, formant la protection aérienne de la base, soutenus par le Sans Souci.

Le nouveau navire-atelier est lui amarré au fond de la baie. Il va ainsi assurer le soutien technique des navires des FNFEO. Les petites unités vont ainsi s'amarrer à couple pour des travaux à flot alors que les plus grosses unités comme le croiseur lourd Duquesne ou le croiseur léger Duguay-Trouin sont généralement entretenues à leur poste d'amarrage, les équipes du navire-atelier se déplaçant.

Si dans les premiers mois, le navire-atelier va encore naviguer entre les différents ports indochinois, il s'enkyste peu à peu à son poste d'amarrage où il est la pièce maitresse d'un complexe d'entretien avec des bâtiments en dur, le navire se révélant au final trop petit pour accueillir tous les moyens nécessaires1.

La dernière sortie à la mer de l'Albert Caquot à ainsi lieu du 8 au 14 septembre 1946 quand il effectue une rotation entre Cam Ranh et Haïphong où une base avancée à été installée pour surveiller la base japonaise installée à Haïnan. Si au départ sur cette base sont déployés des navires de surface, rapidement seules des unités de type «poussière navale» et des sous-marins y seront stationnés.

Rentré à Cam Ranh le 15 septembre 1946, l'Albert Caquot est amarré à son poste habituel et désarmé le 22 septembre 1946, étant reclassé comme ponton devenant le Centre d'Entretien et de Soutien Albert Caquot.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALAIN
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel
avatar

Nombre de messages : 850
Localisation : menton
Date d'inscription : 23/09/2011

MessageSujet: Re: Uchronie - Le sort du Commandant-Teste   Lun 28 Nov 2011 - 10:59

Bonjour,

Le seconde vie de ce navire est originale, curieuse idée de le renommer Albert Caquot, le nom de cet ingénieur qui a conçu le bassin de construction du Jean Bart n'a à ma connaissance jamais été donné à un navire, ce serait une première.

Paradoxalement la fin de votre navire se rapproche de celle du Commandant Teste, puisqu'il a fini comme navire dépot, puis ponton dans l'arsenal de Toulon ou sa silhouette si particulière se reconnaissait même de loin jusque dans les années 1960, il a fini a Brégaillon comme beaucoup de navires de cette époque, une photo le montre attendant son tour pour étre démoli en même temps que le croiseur lourd Tourville en 1963.

Cordialement

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clausmaster
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 550
Age : 33
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Uchronie - Le sort du Commandant-Teste   Lun 28 Nov 2011 - 11:23

En fait je l'ai rebaptisé car le porte-avions succédant aux Joffre et remplaçant le Béarn, je l'ai baptisé Commandant Teste (après avoir envisagé Galieni, Lyautey et France) pour rendre justice à Paul Teste convaincu de la supériorité de l'avion sur l'hydravion. Sans sa mort prématurée, il aurait pu devenir l'équivalent d'un William Moffet alias "l'amiral de l'air" et qui fit tant pour l'aéronavale américaine.

Le nom d'Albert Caquot me semblait tout trouvé pour un navire-atelier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc M.
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 432
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: Uchronie - Le sort du Commandant-Teste   Lun 28 Nov 2011 - 13:28

Il me semble que le navire est trop récent (et trop utile) pour être déclassé si rapidement ... (je n'ai pas les détails de l'uchronie).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clausmaster
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 550
Age : 33
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Le sort du Commandant-Teste   Lun 28 Nov 2011 - 14:14

Loïc M. a écrit:
Il me semble que le navire est trop récent (et trop utile) pour être déclassé si rapidement ... (je n'ai pas les détails de l'uchronie).

Disons que vu que la marine nationale va mettre en oeuvre en 1948 cinq porte-avions, je me suis dit qu'un transport d'hydravions est moins utile, le Commandant Teste comme je l'ai écrit dans l'extrait posté sert essentiellement de transport d'avions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Uchronie - Le sort du Commandant-Teste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ado croate sort du coma en parlant allemand
» Le refuge canin de La Teste
» teste de personnalité du dalai lama
» La guérisson de celui qui est victime d'un sort
» aller je sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: La période 1919 - 1940 de nos jours :: Uchronies :: Et si l'attaque allemande n'avait pas eu lieu en mai 40...-
Sauter vers: