Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Le vin, dans les armées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lescure40
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 67
Localisation : Toulouse - Midi-Pyrénées - France
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Le vin, dans les armées   Lun 1 Aoû 2011 - 20:00

Bonjour,

Citation :
Le vin, un symbole de la France et un attribut patriotique du soldat
Citation :
Le vin est associé au repos du guerrier et donne du cœur à l’ouvrage
Deux citations de d'Alban Sumpf dans un texte traitant du soldat de 14.

http://www.histoire-image.org/pleincadre/index.php?c=armee&d=31&i=1020

Je cite maintenant Frédéric Lescure, lieutenant au 27e R.I. (15e D.I.M.) en 1940, pendant la campagne de Belgique :

Citation :
Mercredi 15 mai, 14 heures.- Premier ordre de repli. Le communiqué à dû annoncer, comme je l’ai appris bien plus tard : « Repli sur des positions préparées à l’avance. »
Dans la guerre, à l’échelon de la section on ne sait pas grand-chose de ce qui se passe. Toutefois, ma première impression n’était pas très favorable. Une demi-journée après un ordre du jour flamboyant on recevait l’ordre de reculer !
Ce recul eut lieu en bon ordre en même temps que, pour la première fois, nous étions pris sous le feu de l’artillerie allemande. Mais j’oubliais une chose capitale. Au moment du départ j’avais distribué à chaque homme de mon unité et à moi-même une bonne bouteille de bourgogne rouge prise dans la cave de la ferme. Le vin est une chose absolument capitale en opérations.

Ne trouvez-vous pas ce sujet intéressant ?
Les anecdotes sont nombreuses dans d'autres témoignages de l'époque. Je ne manquerais pas de les "repiquer" pour vous.
Je sens pourtant derrière cela la dureté des combats, la peur au ventre,...

Et si, par hasard, nous avions quelques textes officiels du service de santé, de l'intendance ou du transport, ils éclaireraient ce thème d'un jour nouveau.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Lun 1 Aoû 2011 - 20:26

Il ne faut pas oublier qu'a l’époque , en ce qui concerne le travail agricole au moins , on boit du "vin" toute la journée . Mais n'allons pas imaginer que c'est le même vin qu'aujourd'hui , il s'agit de "piquette" , un vin coupé a l'eau , qui est très apprécié pour ses vertus raffraichissantes . ( On notera que le terme piquette a pris une connotation péjorative de nos jours )
Ainsi ces breuvages ne dépassaient guère 3/4 % et n’étaient pas vraiment une boisson pour se donner du courage , mais plutôt une boisson traditionnelle Française , comme certains s'abreuvent de "Cola" aujourd'hui outre-atlantique .
J'imagine ainsi que le vin servi aux armées est du même genre , et très rarement un vin a 12/13 % .
Ceci , je ne suis pas expert sur cet aspect , et peut être que je me trompe totalement , en tout cas , il est clair que le vin faisait partie des approvisionnements de la troupe .

Alain

Revenir en haut Aller en bas
Nicolas Aubin
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 233
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mar 2 Aoû 2011 - 12:40

Bonjour,

Crémieux Brilhac dans ouvrage sur "les Français de l'an 40" consacre un chapitre remarquable sur cette question du vin aux armées qui était un véritable enjeu national étant donné les volumes engagés. A lire absolument car ce n'était pas qu'une question de moral, il y avait des enjeux économiques et un gros lobbying mené par les viticulteurs auprès de leurs députés. Certains chiffres donnaient le vertige et confirment la supposition d'Alain car dans le cas d'un vin à 12°, toute l'armée aurait été composée d'alcooliques.

Je n'ai pas le bouquin à disposition et cela fait plusieurs années que je l'ai lu mais dans mon souvenir la question était abordé sous l'angle des courriers reçus par les politiques, des circulaires envoyées par les différents ministère aux armées et des rapports portant sur le moral des troupes.

Cordialement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lescure40
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 67
Localisation : Toulouse - Midi-Pyrénées - France
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mar 2 Aoû 2011 - 13:19

Bonjour,

Merci pour le rappel sur Crémieux Brilhac. Ce doit être dans le tome 2 "ouvriers et soldats".

Citation :
il y avait des enjeux économiques et un gros lobbying mené par les viticulteurs auprès de leurs députés

Citation :
Il est en effet revenu au député de l’Hérault, Édouard Barthe, questeur de la gauche et représentant du lobby pinardier d’avoir publiquement abordé le sujet. Soucieux de l’intérêt de ses électeurs et du bon moral des armées, Barthe mène campagne en faveur du vin et propose d’augmenter les rations des soldats (1 litre au lieu de 50 cl par jour). Barthe dénonce la lenteur de l’acheminement des wagons-citernes de vin, sa mauvaise qualité, et il s’attaque vigoureusement aux rumeurs concernant la présence de bromure dans le vin.

Source : La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Par Bernard H. Lefèvre sur le site arkheia-revue

http://www.arkheia-revue.org/La-legende-du-bromure-durant-la,296.html?artsuite=0#gros_titre

Certe le vin distribué devait être de faible degrès, 9,5° probablement. Mais il n'y a pas que celui distribué qui m'intéresse. Il y a celui "récupéré" sur le trajet entre la ligne KW et Lille. Surtout quand l'intendance fit défaut.


Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Patrick
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 314
Localisation : Exilé à Lodelinsart - Belgique
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mar 2 Aoû 2011 - 13:25

Bonjour Gérard,

Sans oublier qu'ils ont sûrement goûté au rhum de leurs collègues anglais :



Patrick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://meslivres.blog4ever.com/blog/index-161425.html
Jean-Francois Althaus
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 273
Localisation : Zone des Opérations Aériennes sud - PC SF Mulhouse puis 105e DIF - détaché à S675 SF Altkirch
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 3 Aoû 2011 - 9:32

bonjour,

Le lieutenant MEGNIN Robert au 159 RAP dans le secteur fortifié d'Altkirch, il est toujours parmi nous, nous a rapporté que durant l'hiver 39/40 il a fallu couper le vin gelé à la hâche!

Le ravitaillement en vin a fait aussi l'objet d'un sujet dans les actualités militaires françaises.

J'ai un livre (édition Lavauzelle d'époque de l'imprimerie Nationale 1938) qui donne l'approvisionnement quotidien par homme de troupe, sous-officier, officier en quantité de vin et de tabac.
je recherche tout cela et je complète mon message.


Dernière édition par Jean-Francois Althaus le Jeu 4 Aoû 2011 - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude Girod
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 2286
Age : 65
Localisation : Jura
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 3 Aoû 2011 - 13:45

Certes l'hiver 39/40 a été particulièrement rigoureux ... mais de là à couper le vin à la hache ... Devait pas être trop élevé en degrés ... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 3 Aoû 2011 - 15:41

Un vin classique gele entre -5 et -8 degres d'apres ce que j'ai pu lire .

Il ne faudra donc que de -2 a -5 degres pour une piquette ...



Alain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 3 Aoû 2011 - 19:18

L'"Arendt" édition 1940 ( aide mémoire de l'officier de réserve d'infanterie de 1940 , rédigé par le L-Col Arendt ) précise les quantités suivantes en rations quotidiennes : 50 cl de vin , aussi bien en ration forte que normale .
Je précise que les vivres de réserve contiennent aussi 1/16e de litre d'eau de vie par jour et par homme .

A titre anecdotique , tant qu'a faire dans le "nocif" on citera aussi les 20 cigarettes en ration .

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Bernrd Dodne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 3 Aoû 2011 - 23:02

Bonsoir

Jean-Francois Althaus a écrit:
bonjour, Le lieutenant MEGNIN Robert au 159 RAP dans le secteur fortifié d'Altkirch, il est toujours parmi nous, nous a rapporté que durant l'hiver 39/40 il a fallu couper le vin gelé à la hâche!

A ce sujet, mon père (42ème BCP, Alsace puis Sarre) me parlait également de vin découpé à la hache. Le cas ne doit pas être rare, et renforce l'idée d'un vin à relativement faible titre en alcool.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Francois Althaus
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 273
Localisation : Zone des Opérations Aériennes sud - PC SF Mulhouse puis 105e DIF - détaché à S675 SF Altkirch
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 4 Aoû 2011 - 16:16

Ce fil sur le vin est une bonne occasion de parler de l'approvisionnement du soldat.
Il n'y a pas que les armes et les munitions qui comptent. Mais aussi la nourriture et le confort du combattant.
Voici ce que j'ai trouvé dans mon livre sur l'approvisionnement datée 1938.

A noter la remarque sur le vin : si le soldat n'a pas perçu sa ration journalière il ne pourra pas prétendre à la récupérer. Elle est définitivement perdue. Image n°3, renvoi n°3 dans le texte.













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bunkerhill
Sergent ADL
Sergent ADL


Nombre de messages : 100
Age : 44
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/11/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Ven 5 Aoû 2011 - 18:10

Il ne faut pas oublier, qu'à l'époque on ne disposait pas des moyens actuels de purifier l'eau et encore moins de pouvoir la conserver potable.

Le vin, le bière et le cidre faisaient partie de la ration quotidienne avec le café/thé (distribué par la roulante avant les marches), mais comme écrit plus haut coupé à l'eau afin de baisser l'alcool.

Mais l'alcoolisme était monnaie plus courante à l'époque que de nos jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larroque
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 4
Age : 68
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 29/07/2011

MessageSujet: vin   Sam 6 Aoû 2011 - 9:25

Bonjour,

J'avoue n'avoir aucune information sur le vin durant la guerre de 40, mais comme le premier intervenant mentionnait la guerre de 14, je me permets de vous indiquer les dossiers d'histoire du Sénat qui traite succinctement de cette question.

http://www.senat.fr/evenement/archives/D48/vin.html

Bonne journée

Martine Larroque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Francois Althaus
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 273
Localisation : Zone des Opérations Aériennes sud - PC SF Mulhouse puis 105e DIF - détaché à S675 SF Altkirch
Date d'inscription : 06/09/2006

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Lun 8 Aoû 2011 - 0:34

bonsoir ,

En prenant le temps de lire mon livre j'ai trouvé les degrés exigés pour les vins.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude Girod
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 2286
Age : 65
Localisation : Jura
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Lun 8 Aoû 2011 - 7:52

Au minimum 8° pour les vins de pays et 9,5° pour les vins coupés ...

Merci pour ces précisions ...

Le titre en alcool s'est bien élevé depuis ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clausewitz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 504
Age : 71
Localisation : Nord/PdC
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Sam 13 Aoû 2011 - 13:39

Là , on se chatouille pour se faire rire



Les soldats savaient parfaitement qu’il y allait avoir une offensive, car il y avait fourniture de « gnôle »



« Le Grand Cirque » je cite pour une fois, nous sommes montés dans nos avions dans un état pas très frais, plus loin, nous avions à notre disposition toutes sortes d’alcool fourniture d’amphétamines, cocaïne, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lescure40
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 67
Localisation : Toulouse - Midi-Pyrénées - France
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Mer 17 Aoû 2011 - 14:46

Bonjour à tous,

Trés instructifs les documents de Jean-François et le site su sénat que je connaissais déjà.
Bien sûr c'est la période 40 qui nous intéresse avant tout.

Citation :
« Le Grand Cirque » je cite pour une fois, nous sommes montés dans nos avions dans un état pas très frais, plus loin, nous avions à notre disposition toutes sortes d’alcool fourniture d’amphétamines, cocaïne, etc.
Clauzewitz voudrait-il nous faire penser que le vin fait partie des produits "dopants" pour le combattant ?
Au même titre que les amphétamines des pilotes (en Angleterre pour Clostermann) ou la benzédrine des paras (plus tard en Crête) ?
A 8,5° ça n'était pas gagné.


Je prend quelques sous thèmes dans l'ordre chronologique :

I - La drôle de guerre : Le vin et l'attente
Oui ont livre du vin pendant cette période



Le vin est alors lié au désoeuvrement et à l'attente, on l'associe à une trés mauvaise image de la troupe.

Citation :
Point de sport ni de jeu, aucun exercice physique, mais du vin à volonté. Tous les jours, c’étaient 2,5 millions de litres que l’on distribuait aux troupes : de l’alcool pour une nation d’alcooliques en armes…
(Weber, 1994)

Citation :
Le pourrissement moral des troupes françaises pendant la drôle de guerre: Goutard, page 134-135. En dehors de quelques troupes d’élite (corps francs faisant le coup de feu sur la ligne Maginot et en Alsace) on ne peut que déplorer durant cette période une grande passivité du commandement, avec des troupes quasiment livrées à elles-mêmes, à l’alcool et au théâtre aux armées. On va jusqu’à installer des salles de déséthylisation dans les gares !
http://astrosurf.com/astrocdf67/dossier_divers/Les%20causes%20de%20la%20d%E9faite%20de%201940.pdf

Comme si les troupes ne souffraient pas du froid en hivers 39 et restaient inactives





Quand à l'automne 39 ou au printemps 40, les soldats se transforment en manaoeuvres, le vin circule ni plus ni moins que sur tout chantier du bâtiment à la même époque.



II - 10 mai 1940 : L’entrée en Belgique - Le vin fait partie des cadeaux de bienvenue.

Là le vin c'est la joie, la fête.



Citation :
On remplissait leur bidon de vin » (Fontanet, 1941). 7e batterie du 22e R.A.C. de la 5e D.I.N.A. « ces Wallons désireux de prouver à ceux qui venaient les protéger combien ils étaient touchés par leur sacrifice


Il n’y avait pas que du vin, gâteaux, chocolat, cigarettes faisaient aussi parti des présents. Les populations belges remerciaient les puissances garantes de leur soutient.

Le vin sera présent maintenant du 10 mai 1940 jusqu'à l'armistice... Je vous réserve quelques trouvailles.

Gérard


Dernière édition par Lescure40 le Ven 26 Aoû 2011 - 8:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Lun 22 Aoû 2011 - 20:50

Clausewitz a écrit:

Les soldats savaient parfaitement qu’il y allait avoir une offensive, car il y avait fourniture de « gnôle »

Ainsi que nous l'avons déterminé , l'eau de vie faisait partie des dotations de réserve en 1940 dans chaque unité .

Alain
Revenir en haut Aller en bas
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 25 Aoû 2011 - 1:50

Bonsoir tout le monde, bonsoir Gérard,
Effectivement ce thème est très intéressant, et lève beaucoup de questions quant à la Campagne de France. D’un côté l’effet de l’alcool qui rend courageux, et de l’autre une « cause » si souvent citée de la défaite.

L’alcool a de tout temps partagé la vie du soldat, il rend plus fort, coupe la faim, réchauffe le cœur et donne du courage, comme vous le soulignez. Pour les poilus, le vin ne manquait jamais contrairement à la nourriture. Les années 40, l’arrivée de substituts chimique (drogues) passent le pas, jusqu’au Vietnam avec le LSD.


A l’époque, les fabricants de vin étaient puissants et le vin, comme le souligne Alain, était omniprésent sur les tables campagnardes. N’oublions pas que nous sommes en France, l’Allemagne a sa bière.


Après le vin et la fuite collent à la peau des soldats de 40, seules justifications à la débâcle, à qui la faute ? En effet, un exemple simple pourrait justifier cette pensée, mais laisse à réfléchir. Le Lieutenant Gonthier du 3ème Btl du 147 RIF, explique dans ses rapports aux archives de Vincennes (Carton du 147), que ses hommes après les heures, repartent en vélo chez eux, et les autres vont se saouler dans un bar en ville. Ils se battent et font du raffut. Il prévient son EM, qui ne fera rien pour donner plus d’autorité à ses officiers. Bien au contraire, une circulaire sur la Ligne Maginot demandera aux Officiers de desserrer les cravates.
Ce qui n’encourage pas les hommes à bien se tenir.

Autre exemple :
Dans les derniers moments de l’exode du 10 Mai, aucune ration n’est livrée, les commerçants font leurs valises, et autorisent les
soldats à vider leurs réserves, afin que cela ne tombent pas entre les mains ennemies. Le Goulet Turpin de Donchery sera vidé, les caisses jetées sur le perron


(cf Poho
de JMY « Le Corridor des Panzers » Heimdal).

Des actes identiques pour des raisons identiques se voient à Dom le Mesnil, Donchery, Sedan, etc….
Le 13 Mai, le pont saute, la brasserie est coupée de la ville, et les rations toujours absentes…. Un soldat part chercher des bouteilles à la brasserie et est tué devant son bloc durant l’assaut, en revenant. Les hommes tiendront face à la rue principale, deux hommes sur quatre seront tués pour ce bloc.
Tout simplement pour dire que l’alcool, cause si souvent dénoncée de la débâcle, peut paraitre d’un certain point de vue contestable. Je pense que nous pouvons aujourd’hui dépasser ce discours, et pointer une nouvelle fois des « défaillances » de l’EM.


Bonne soirée
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 25 Aoû 2011 - 19:20

bonsoir,

N'oubliez pas que la victoire de la Marne outre le 75, eut son arme secrète, le champagne dont les troupes allemandes se gobergèrent sous le chaud soleil d'août/septembre 1914. "Ca leur a coupé les pattes" dixit ma grand mère qui vécu pleinement cette période. Pour la gnôle, mon grand père tombé devant Douaumont en mars 1916 écrivait fin 1915: "Aujourd'hui, double ration de gnôle, avec l'artillerie qui tire depuis hier sans discontinuer, c'est sûr on va aller à la riflette." Pour le pinard en 1940, son abus fut lié à l'ennui, l'inactivité, et la tradition française dans le monde ouvrier voulait que l'on vidât sa "chopine" au moins à chaque repas. Ceci, sans compter le "p'tit blanc" ou le rhum avec le caoua du matin. Toute une époque, mais la nôtre?

Cordialement

SF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lescure40
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 67
Localisation : Toulouse - Midi-Pyrénées - France
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 25 Aoû 2011 - 21:15

Bonsoir,

Je vois que le sujet n'intéresse pas que moi.
Mon intention toutefois n'est pas de débattre sur les conséquences, heureuses ou malheureuses, de la consommation d'alcool. Elle est encore moins d'entrer dans une polémique. Je reste dans l'idée que pour mieux s'imprégnier de cette période, de l'état d'esprit de cette armée, pour faire corps avec les combattants de mai 1940, le voyage dans le temps ne pouvant être que virtuel, il faut aussi s'imprégner de vin (par le texte bien sûr). Et partager ainsi le quotidien de nos braves pères.

Il y a donc la "drôle de guerre", l'entrée en Belgique du 10 mai 1940 et il y aussi :

III - Les trouvailles du popotier : le début de la débrouillardise, mais en gardant la "classe"

Ah oui, les popotiers!
Il y en a de plusieurs sortes. Ce sont en général des officiers ou des sous-officiers choisis par leurs coreligionnaires. Ils ont la lourde tâche, en ces temps de disette de pourvoir à l’alimentation des E.M. de bataillons, régiments ou services. Leurs clients sont très exigeants. Il leur faut trouver du vin et des spiritueux. Les officiers, fines gueules, ne se contentent pas de la piquette troupière.
12e B.L.M., Le lieutenant De Bois-Juzan , popotier du général de brigade Gastey est questionné par celui-ci :
- l’alcool est-il un ennemi ?
- Oui, mon général.
- Un cuirassier n’a pas peur de l’ennemi.

Et l’on « buvait sec » à la popote. On buvait des « flacons choisis » surtout quand celle-ci avait des invités de marques : divisionnaires, brigadiers, colonels . Une « réserve Montmédy » par exemple.
Les cuistots, ou ceux qui en faisaient office, cuisinaient. Les visiteurs de la popote de l’escadron antichars de la 12e B.L.M. étaient invités, le 15 mai du côté de Vaux-en-Dieux, à lamper un « coquin de vin blanc justement découvert derrière les fagots ».


Illustration de jacques Montlaur. Evocation de la popote pour André Soubiran, médecin à l'escadron de char du 3e R.A.M.

Gérard

Merci sébastien pour la photo et cet autre aspect que je n'avais pas relevé (ça sera dans le chapitre : encore un que les "boches " n'auront pas)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 25 Aoû 2011 - 22:54

Bonsoir tout le monde, bonsoir Gérard,

L'alcool ennemi, j'adore!

Une petite chose sur Mâcon ; Distribution gratuite de vin chaud.


3 janvier 1940


Mâcon est la première ville de province où l'on distribue
du vin chaud aux soldats permissionnaires. Cette distribution, assurée
par de charmantes et dévouées mâconnaises membres de la Croix Rouge, a
lieu en gare de Mâcon, lors de l'arrêt des deux trains journaliers. On
distribue ainsi quelque 900 quarts de vin chaud par jour.
Sources Gueulatis d'Hurigny

Bonne soirée
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
Lescure40
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 102
Age : 67
Localisation : Toulouse - Midi-Pyrénées - France
Date d'inscription : 13/08/2008

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Jeu 25 Aoû 2011 - 23:35

Re,

La réponse du brigadier Gastey à de bois-Juzan me rappelle la tirade de César (Pagnol) sur la composition du pastis et les dégâts sur le foie (comment des plantes qui n'ont jamais vu un foie peuvent - elles être son ennemi ?).

Quand aux distributions de vin chaud à Mâcon, elles montrent que le troupier n'a vraiment pas de chance, le vin le poursuit "malgré lui".

Allez santé !


(Journal de guerre n°14 6 janvier 1940)

Gérard

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Ven 26 Aoû 2011 - 0:26

Re, et santé

Une petite chanson trouvée sur un site intéressant, et qui traite du thème ;


Ode au pinard


Salut, Pinard, vrai sang d'la Terre :

Tu réchauff' et tu rafraîchis,

Grand Élixir du militaire !
Plus ça va, et plus j'réfléchis

Qu'si tu n'existait pas, en somme,
Il aurait fallu t'inventer :
"Ya pus d'pinard, ya pus d'bonhommes !"
C'est l'nouveau cri d'l'humanité...
T'es à la fois plaisir et r'mède,
Et quand t'es là, on s'sent veinard ;
Tu nous consol' et tu nous aides :


Salut, Pinard !


Salut ! Pinard de l'intendance,

Qu'as d'trop peu ou goût de rien,

sauf les jours où t'aurais tendance

A puer l'phénol ou bien l'purin.

Y'a même des fois qu'tu sens l'pétrole,

T'es trouble, t'es louche et t'es vaseux,

Tu vaux pas mieux qu'ta sœur la gnole.

C'est sûr comme un et un font deux,

Qu'les riz-pain-sel y vous mélangent
Avec l'eau d'une mare à canards ;

Mais qu'y fair', la soif vous démange


Salut, Pinard !


Salut, Pinard de contrebande

Qu'ein gâs mariolle et dégourdi,

Ben qu'd'ici la distanc' séy' grande
Vient d'rapporter d'chez l'mercanti :
T'as tell'ment battu la campagne

Et barratté dans les bidons,
Qu'ça t'rend mousseux comm'du champagne...
Comm'ça, ceuss là qu'ont d'l'illusion
Pourront s'figurer qu'îs gueul'tonnent
Avec des truff' et du homard...

(Quand on rêv', pus rin n'vous étonne)...


Salut, Pinard !


Salut ! Pinard, pur jus des treilles,

Dont un permissionnair' parfois

Nous rapporte une ou deux bouteilles
C'est tout l'pays qui vit en toi.
Dès qu'on a bu les premièr' gouttes.

Chacun r'trouve en soi son pat'lin,

La p'tit maison et la grand'route,

La douc' promise en coiffe de lin.

L'un revoit les p'tits, l'aut' la vieille mère

Qui tremblait le jour du départ
Et l'on s'sent chaud sous les paupières.


Salut, Pinard !


Salut, Pinard de la Victoire
Qu'on nous promet d'puis si longtemps !

Quand ça s'ra-t-il qu'on pourra t'boire ?
Ah, jour de Dieu, c'qu'on s'rait contents !

Il faudra bien qu'ell' s'accomplisse
La grand' Revanch' de la Justice :
L'jour où l'on clouera Guillaum'Deux
Avec Joseph, dans la meim' bière,
Les alliés boéront à pleins quarts
Ni eau, ni thé, ni cidr', ni bière :


Ren qu'du Pinard !

Marc Leclerc (1915)

Bonne soirée
Sébastien

Sources :

Amancio Tenaguillo y Cortázar, "Le vin sur la scène de l'histoire 3 :
14/18 - Le "Père Pinard" ou le vin des Poilus", in "Le vin social et
politique", Cepdivin.org, mars 2005, [En ligne] http://www.cepdivin.org/articles/tenaguillo04.html (Page consultée le vendredi 26 août 2011).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
Clausewitz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 504
Age : 71
Localisation : Nord/PdC
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: Le vin, dans les armées   Ven 26 Aoû 2011 - 8:06

Bonjour

Les bonnes habitudes ne se perdent pas

Je rentre dans la maison du capitaine à 8heure du matin

Bonjour mon capitaine

Bonjour pascal

Un p'tit café colonial

Oui, merci mon capitaine

Assieds-toi ma femme va te servir

Horreur, je me retrouve avec devant moi un Grand verre de vin rouge dans un verre à bière

A 8 heure, que c'est difficile à passer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le vin, dans les armées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Bouddhisme dans l'armée britanique
» Reconversion et années de services dans l'armée
» Et se reconvertir dans l'armée ?
» Les grades dans l’armée de Napoléon
» Des russes dans l'armée japonaise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: L'armée de terre française de 1919 à 1940 :: Vie militaire-
Sauter vers: