Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 L'artillerie française en 1940

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Stéphane Ferrard
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 1052
Date d'inscription : 08/06/2007

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Dim 4 Mai 2008 - 19:36

Bonsoir,

Merci Guy pour toutes ces précisions sur l’ALVF. Celles-ci correspondent au programme d’équipements pour la rupture du système fortifié allemand vers 1942.

Pour la fabrication du 240 mm TAZ Mle 29 S, avez-vous d’autres informations ?

Idem pour les matériels à TLP, le problème de basculement des obus sur leur trajectoire avait-il été résolu (gros problème du 340/224) ?

Une autre question : auriez-vous des info sur le 370 mm de Tarbes (ATS) qui devait être monté sur affût chenillé AMX. J’ai les plans succincts du tracteur et, si vous ne les avez déjà, je les tiens à votre disposition.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Lun 5 Mai 2008 - 15:44

Bonjour,

Concernant le projet d'armement de l'A.L.V.F., voilà un point encore incomplet de sa réalisation en juin 1940:
-les 240 Mle 1929 S étaient en construction, achèvement prévu en 1941.
-la mise au point du rayage des tubes était achevée en utilisant les 2 tubes disponibles de 240mm Mle 1918, "prototype" des 240mm "Japon" et Mle 1929 S.Le tube N° 1 primitivement rayé à 5° 30 avait été chemisé à 7°, ce dernier essayé à Saint-Pierre-Quiberon en février 1940 donnait toute satisfaction (33 obus Mle 36-1 tirés de 42000 à 50600m) .Le tube N° 2 rayé à 6° devait armer l'affût Mle 1918 renvoyé à Bourges afin de permettre en juin 1940 la mobilisation de ce matériel avec le personnel de la 9° batterie du 372° R.A.L.V.F.
Ce profil de rayures à 7° devait être adapté aux 11 canons de 305/220mm Skoda en cours de réalisation au Creusot (portée 55000m prévue) à partir des pièces de l'ex-cuirassé autrichien "Prinz Eugen" cédé après 1920.
-la remise en état du canon de 340/224mm TLP de 150 calibres était en cours.Le tube fut démonté au début de juin 1940 à Saint-Pierre-Quiberon avec l'aide d'un monteur de Schneider et envoyé au Creusot pour chemisage en 220mm.Je n'ai pas encore trouvé les caractéristiques des rayures de cette bouche à feu ni de précision sur les obus prévus!
-je n'ai rien trouvé sur le 370mm de Tarbes!
Cordialement, Guy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gerald
Caporal-chef
Caporal-chef


Nombre de messages : 68
Age : 44
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Lun 5 Mai 2008 - 16:39

Et la portee des materiels disponible en 39 quelle etait elle ?
Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Lun 5 Mai 2008 - 19:13

Bonsoir,

Portée des matériels A.L.V.F. les plus performants en 1939:

-240mm Mle 1918: 52700m avec obus FATO Mle 1928.

-340mm Mle 1912 Berceau affût Saint-Chamond: 43600m avec obus FATO Mle 1932.

-340mm Mle 1912 Glissement affût Schneider: 37200m avec obus Mle 1931.

-305mm Mle 1906 et 1906-10 Schneider: 31200m avec obus FATO Mle 1917.

Cordialement, Guy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m1k2d3
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Mer 18 Juin 2008 - 12:50

Bonjour,

Nouveau sur ce forum, j'ai une question à propos d'une photo de matériel ALVF.
La photo est visible ici :
http://www.lrpresse.be/trains/viewtopic.php?t=19959&start=15&sid=541e8d993eb23eb39f84ff2d77661d4b

source "German railroad guns in action", squadron signal 1976.

La légende de l'ouvrage précise seulement le type des matériels que l'on peut voir (34 cm M12, 32 cm M74 et 32 cm Schneider) mais
rien sur la date ni le lieu (apparemment en France), pourriez-vous éclairer ma lanterne ?
merci d'avance

ps : je ne dispose pas des ouvrages sur l'ALVF du Colonel Guy François
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Mer 18 Juin 2008 - 19:30

Bonsoir,

La légende de cette photo est erronée, on distingue de la gauche vers la droite:
-Un 340m Mle 1912 sur affût à glissement Schneider.
-Un 240mm Mle 1893-96M "Colonies" sur affût tous-azimuts Saint-Chamond.
-Un 370mm Mle 1875-79 sur affût à glissement Schneider.
La voie ferrée est électrifiée, celle-ci n'existe majoritairement que sur le réseau Sud-Ouest en 1940.La photo est probablement prise en gare d'Issoudun, proche du grand parc de Neuvy-Pailloux où étaient stockés les matériels non mobilisés et où étaient formées les nouvelles unités d'A.L.V.F.
J'ai longtemps pensé que cette photo datait de juin 1940, mais la présence du 240mm "Colonies" dont aucun ne fut capturé avant l'armistice me fait penser que la photo est un peu plus tardive, été ou automne 1940, lorsque l'Allemagne fit concentrer les matériels d'A.L.V.F. français dans la Ruhr, à proximité des usines Krupp.
Cordialement, G.François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
m1k2d3
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Mer 18 Juin 2008 - 20:47

ALVF a écrit:
Bonsoir,

La légende de cette photo est erronée, on distingue de la gauche vers la droite:
-Un 340m Mle 1912 sur affût à glissement Schneider.
-Un 240mm Mle 1893-96M "Colonies" sur affût tous-azimuts Saint-Chamond.
-Un 370mm Mle 1875-79 sur affût à glissement Schneider.
La voie ferrée est électrifiée, celle-ci n'existe majoritairement que sur le réseau Sud-Ouest en 1940.La photo est probablement prise en gare d'Issoudun, proche du grand parc de Neuvy-Pailloux où étaient stockés les matériels non mobilisés et où étaient formées les nouvelles unités d'A.L.V.F.
J'ai longtemps pensé que cette photo datait de juin 1940, mais la présence du 240mm "Colonies" dont aucun ne fut capturé avant l'armistice me fait penser que la photo est un peu plus tardive, été ou automne 1940, lorsque l'Allemagne fit concentrer les matériels d'A.L.V.F. français dans la Ruhr, à proximité des usines Krupp.
Cordialement, G.François.
Merci pour la célérité et la précision de la réponse.
J'ai cherché sur Delcampe une cpa de la gare d'Issoudun qui semble avoir la même disposition de bâtiments
que sur la photo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manuferey
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 338
Localisation : USA
Date d'inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Sam 16 Avr 2011 - 16:01

Voici quelques éléments (source : ebay.de) pour étailler l’identification de Guy François de la gare d’Issoudun à l’été 1940 :



1) Inscription allemande au dos de cette photo « Issodun [sic] » 29 juin 1940:







2) On retrouve sur cette photo ce même canon reconnaissable au carreau sombre dans un carré blanc ainsi que le 340m Mle 1912 sur affût à glissement Schneider au fond à gauche et le tube du 370mm Mle 1875-79 sur affût à glissement Schneider au 1er plan à gauche :









Emmanuel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Lun 16 Déc 2013 - 18:36

ALVF a écrit:
Bonsoir,

Portée des matériels A.L.V.F. les plus performants en 1939:

-240mm Mle 1918: 52700m avec obus FATO Mle 1928.

-340mm Mle 1912 Berceau affût Saint-Chamond: 43600m avec obus FATO Mle 1932.

Bonsoir ALVF,

Pourriez-vous nous en dire plus au sujet des performances que vous évoquez ci-dessus, i.e. dans chacun des deux cas :

a) élévation de la pièce

b) vitesse initiale du projectile

c) masse du projectile

d) longueur de la fausse ogive

L'ouvrage dans lequel j'espérais trouver des réponses (Les Canons de la Victoire 1914-1918, Tome 2, par le Général Guy François) est malheureusement épuisé de longue date chez l'éditeur, et les informations glanées ici et là sur Internet sont à la fois incomplètes et peu fiables (voire contradictoires).

Un grand merci d'avance pour les éléments d'informations que vous seriez en mesure d'apporter sur ce sujet.

Cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: L'artillerie française en 1940   Jeu 26 Déc 2013 - 15:20

Bonjour,

Je découvre un peu tardivement la question de Matthieu et je joins les renseignements demandés:

-340 mm modèle 1912 sur affût à berceau:

Obus FATO modèle 1932:
-portée : 43.600 m (jusqu'à 44.400 m aux essais à Saint-Pierre-Quiberon).
-pointage vertical: 41°.
-V°: 930 m/s.
-Poids: 432 kg.
-longueur de la Fausse Ogive: 735 mm.

-240 mm modèle 1918:

Obus FATO modèle 1928:
-portée: 52.700 m (jusqu'à 59.000 m aux essais à Saint-Pierre-Quiberon).
-pointage vertical: 50°.
-V°: 1.050 m/s (jusqu'à 1.100 m/s aux essais).
-Poids: 187 kg.
-longueur de la Fausse Ogive: 370 mm.

Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Sam 4 Jan 2014 - 21:45

ALVF a écrit:
Bonjour,

Je découvre un peu tardivement la question de Matthieu et je joins les renseignements demandés:

-340 mm modèle 1912 sur affût à berceau:

Obus FATO modèle 1932:
-portée : 43.600 m (jusqu'à 44.400 m aux essais à Saint-Pierre-Quiberon).
-pointage vertical: 41°.
-V°: 930 m/s.
-Poids: 432 kg.
-longueur de la Fausse Ogive: 735 mm.

-240 mm modèle 1918:

Obus FATO modèle 1928:
-portée: 52.700 m (jusqu'à 59.000 m aux essais à Saint-Pierre-Quiberon).
-pointage vertical: 50°.
-V°: 1.050 m/s (jusqu'à 1.100 m/s aux essais).
-Poids: 187 kg.
-longueur de la Fausse Ogive: 370 mm.

Cordialement,
Guy François.

Cher ALVF,

Un très grand merci (un peu tardif) pour votre réponse très détaillée.

Deux constats au sujet des données que vous indiquez :

1) Je n'avais pas réalisé à quel point le canon de 240mm Modèle 1918 était une arme puissante. Ses 103 MJ à la bouche le placent en effet dans les mêmes eau que le canon de 280mm SK L/45 qui armait les Nassau et Von Der Tann. Cette puissance n'était-elle pas obtenue au détriment de la durée de vie des tubes ?

2) En ce qui concerne les projectiles, je m'attendais à une aérodynamique plus "travaillée", ce qui ne semble pas être le cas d'après la longueur des fausses ogives. J'en profite pour vous demander si vous savez où il est possible de se procurer des schémas (avec dimensions) des principaux obus utilisés par l'ALVF ?

Encore merci et très bonne année 2014.

Cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: L'artillerie française en 1940   Dim 5 Jan 2014 - 8:46

Bonjour,

Il ne faut pas uniquement se référer à la longueur de la fausse ogive des obus français postérieurs à 1925 pour déterminer leur coefficient balistique.
En effet, la fausse ogive de l'obus de 240 mm modèle 1928 est courte car le profil du corps de l'obus est déjà lui-même très fortement ogivé.
Il existe un atlas des obus utilisés par l'ALVF datant de 1919, il décrit tous les obus en service, à l'essai ou à l'étude à cette date.C'est un document de très grand format, proche du in-plano.
Les schémas des obus modernes postérieurs à 1920 pour pièces en service ou destinés aux matériels TLP figurent dans les rapports d'essais avec, le cas échéant, l'évolution de leurs tracés.Ces documents sont à rechercher aux Archives de l'Artillerie (SHD Vincennes) ou du CAA (Châtellerault).
Il y a probablement un atlas de tous les obus ALVF existants en 1940 mais je ne l'ai jamais vu!
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Dim 5 Jan 2014 - 14:07

ALVF a écrit:
Bonjour,

Il ne faut pas uniquement se référer à la longueur de la fausse ogive des obus français postérieurs à 1925 pour déterminer leur coefficient balistique.
En effet, la fausse ogive de l'obus de 240 mm modèle 1928 est courte car le profil du corps de l'obus est déjà lui-même très fortement ogivé.
Il existe un atlas des obus utilisés par l'ALVF datant de 1919, il décrit tous les obus en service, à l'essai ou à l'étude à cette date.C'est un document de très grand format, proche du in-plano.
Les schémas des obus modernes postérieurs à 1920 pour pièces en service ou destinés aux matériels TLP figurent dans les rapports d'essais avec, le cas échéant, l'évolution de leurs tracés.Ces documents sont à rechercher aux Archives de l'Artillerie (SHD Vincennes) ou du CAA (Châtellerault).
Il y a probablement un atlas de tous les obus ALVF existants en 1940 mais je ne l'ai jamais vu!
Cordialement,
Guy François.

Cher ALVF,

Merci à nouveau pour ces précisions concernant les fausses ogives des obus postérieurs à 1925.

Après quelques calculs sommaires, j'avais en effet initialement tablé sur une longueur d'environ 9 calibres (pour un rayon d'environ 10 calibres) en ce qui concerne la coiffe balistique de l'obus FATO de 240mm Modèle 1928, d'où mon étonnement face aux chiffres que vous indiquiez. Je serais au demeurant ravi que vous puissiez me confirmer si ces estimations sommaires font sens lorsque l'on considère l'ensemble de la partie ogivée de l'obus FATO de 240mm Modèle 1928.

J'ai prévu de me rendre prochainement à Vincennes pour y faire des recherches. Aussi essaierai-je d'en profiter pour tirer partie des indications que vous m'avez aimablement fournies au sujet des obus postérieurs à 1920.

Cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: L'artillerie française en 1940   Dim 5 Jan 2014 - 15:52

Bonjour,

Je suis un peu étonné par vos calculs.
La longueur totale de l'obus de 240 mm modèle 1928 est de 5 calibres.
Cette longueur est déjà très respectable.En ce qui concerne les obus à très longue portée, en 1918, l'obus de 21-cm tiré par les "Paris Kanonen" n'avait qu'une longueur de 4,5 calibres mais il a existé un obus de 38-cm de 5,4 calibres de longueur, utilisé dans les 38-cm SKL/45.Il s'agit dans ce dernier cas d'un obus léger au profil très particulier.
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Erratum   Dim 5 Jan 2014 - 18:19

ALVF a écrit:
Bonjour,

Je suis un peu étonné par vos calculs.
La longueur totale de l'obus de 240 mm modèle 1928 est de 5 calibres.
Cette longueur est déjà très respectable.En ce qui concerne les obus à très longue portée, en 1918, l'obus de 21-cm tiré par les "Paris Kanonen" n'avait qu'une longueur de 4,5 calibres mais il a existé un obus de 38-cm de 5,4 calibres de longueur, utilisé dans les 38-cm SKL/45.Il s'agit dans ce dernier cas d'un obus léger au profil très particulier.
Cordialement,
Guy François.

Bonsoir ALVF,

J'ai omis de me relire avant d'envoyer le message précédent, ce qui en rend le contenu peu intelligible en l'état.

La première phrase de mon message précédent aurait dû être formulée de la façon suivante :

"Après quelques calculs sommaires, j'avais en effet initialement tablé sur un rayon d'ogive d'environ 9 à 10 calibres (soit une longueur d'ogive comprise entre 700 et 750 mm) en ce qui concerne l'obus FATO de 240mm Modèle 1928, d'où mon étonnement face aux chiffres que vous indiquiez."

D'après les schémas en ma possession, les obus de 4,1 et 5,4 calibres tirés par le canon de 380mm SK L/45 avaient tous deux un rayon d'ogive d'environ 10 calibres (soit une longueur de coiffe balistique d'environ 1.120 mm).   

Sincèrement désolé pour la confusion.

Cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 276
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Dim 5 Jan 2014 - 19:10

Bonjour,

Ci-joint tracés de projectile de 240 et 340 mm à coiffe balistique, cependant je ne suis pas certain qu'il s'agisse des obus Mle 1928 & Mle 1932 présentés d'autant plus que le 340 mm possède une coiffe balistique de 510 mm seulement. Mais si cela peut aider ....

Bien cordialement 

Eric



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Dim 5 Jan 2014 - 20:31

Eric Klamerek a écrit:
Bonjour,

Ci-joint tracés de projectile de 240 et 340 mm à coiffe balistique, cependant je ne suis pas certain qu'il s'agisse des obus Mle 1928 & Mle 1932 présentés d'autant plus que le 340 mm possède une coiffe balistique de 510 mm seulement. Mais si cela peut aider ....

Bien cordialement 

Eric




Bonsoir Eric Klamerek,

Je doute en effet comme vous qu'il s'agisse des Mles 1928 (240mm) et 1932 (340mm), puisque ni les dénominations, ni les caractéristiques (masse du projectile, longueur du projectile / longueur de la fausse ogive) ne "collent" avec les informations fournies par ALVF.

Néanmoins, en partant des tracés que vous avez très aimablement postés, je me suis permis de faire une approximation de la géométrie des Mles 1928 (240mm) et 1932 (340mm), en ajustant dans les deux cas la longueur de l'ogive : pour obtenir un projectile de 5 calibres dans le cas du 240mm (au lieu des 4,2 calibres du tracé) et une fausse coiffe balistique de 735 mm dans le cas du 340mm (au lieu des 510 mm du tracé).

En appliquant ensuite les paramètres fournis par ALVF (Vo, Mp et QE) dans son message du 26/12/2013, j'obtiens les portées suivants :

240mm : 52.190 mètres (@ Vo = 1.050 m/s / Mp = 187 kg / QE = 50°)
340mm : 42.960 mètres (@ Vo = 930 m/s / Mp = 432 kg / QE = 41°)

Qui sont très proches de celles indiquées par ALVF (respectivement 52.700 mètres et 43.600 mètres).

Evidemment, cela ressemble un peu à du "bricolage", mais malgré tout les résultats me paraissent assez satisfaisants car proches de la réalité.

Un grand merci donc pour votre aide. De plus, je suis toujours très friand du type de tracés que vous avez aimablement postés, et qui me semblent faire cruellement défaut dans la plupart des ouvrages consacrés à l'artillerie.

Puis-je donc vous demander, - sans indiscrétion j'espère -, quelle est la source de ces deux tracés ?

Bien cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 276
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Lun 6 Jan 2014 - 6:56

Bonjour à tous , bonjour Matthieu,

Je suis content que cela puisse effectivement faire avancer la réflexion. Concernant la documentation que je possède, elle est issue de compilation de plusieurs années faite tant sur la toile et à travers de notices officielles ou non, de documentations diverses voire réglementaires ou de manuels de déminage et de desobusage français ou étrangers. Il m'est donc difficile de garantir une exhaustivité et une exactitude sur les dénominations d'où une certaine prudence sur le sujet.
Je n'ai malheureusement pas de sources précises pour ces deux tracés.

Bien cordialement

Eric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: L'artillerie française en 1940   Mar 7 Jan 2014 - 11:55

Bonjour,

Les schémas d'obus joints par Eric décrivent des projectiles conçus et utilisés à la fin de la Grande Guerre, ils sont d'ailleurs toujours en dotation en 1940.
Les obus des années 1920 et 1930 sont beaucoup plus élaborés et ont bénéficié des études concernant l'expérience de la Grande Guerre (y compris, bien sûr, l'étude des réalisations allemandes) et encore plus des enseignements des essais balistiques entrepris lors du programme des Pièces à Très Longue Portée (T.L.P).
Les caractéristiques des principaux obus testés lors du programme T.L.P:
-224 mm modèle 1927-Longueur L/5,3- Fausse Ogive: 560 mm.
-224 mm modèle 1929-Longueur L/5- Fausse Ogive: 523 mm.
-224 mm modèle 1931-Longueur L/5-Fausse Ogive: 530 mm.
A noter que l'obus de 224 mm modèle 1929 a réalisé le record absolu de portée en France avec 127.800 m le 21 novembre 1929 à Saint-Pierre-Quiberon avec projectile tombé dans la Baie d'Audierne!
Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Ven 17 Jan 2014 - 23:02

ALVF a écrit:
Bonjour,

Les schémas d'obus joints par Eric décrivent des projectiles conçus et utilisés à la fin de la Grande Guerre, ils sont d'ailleurs toujours en dotation en 1940.
Les obus des années 1920 et 1930 sont beaucoup plus élaborés et ont bénéficié des études concernant l'expérience de la Grande Guerre (y compris, bien sûr, l'étude des réalisations allemandes) et encore plus des enseignements des essais balistiques entrepris lors du programme des Pièces à Très Longue Portée (T.L.P).
Les caractéristiques des principaux obus testés lors du programme T.L.P:
-224 mm modèle 1927-Longueur L/5,3- Fausse Ogive: 560 mm.
-224 mm modèle 1929-Longueur L/5- Fausse Ogive: 523 mm.
-224 mm modèle 1931-Longueur L/5-Fausse Ogive: 530 mm.
A noter que l'obus de 224 mm modèle 1929 a réalisé le record absolu de portée en France avec 127.800 m le 21 novembre 1929 à Saint-Pierre-Quiberon avec projectile tombé dans la Baie d'Audierne!
Cordialement,
Guy François.

Cher ALVF,

Je vous remercie beaucoup pour ces précisions supplémentaires.

En partant des données que vous m'avez communiquées, ainsi que des schémas joints par Eric Klamerek, je pense être parvenu à reconstituer de façon satisfaisante (à mon niveau bien sûr) les principaux éléments de balistique extérieure du canon de 240mm (que je ne connaissais que très peu).

En particulier, l'écart entre la portée que vous indiquez (52.700 m @ 1.050 m/s @ QE = 50°) et celle que je reconstitue à partir ce calculs assez sommaires (52.190 m @ 1.050 m/s @ QE = 50°) me semble satisfaisant pour une première approche.

Aussi aimerais-je à présent explorer sommairement l'aspect balistique intérieure du canon de 240mm Modèle 1918, ce qui nécessite a minima la connaissance des 3 paramètres suivants :

a) volume de la chambre de tir
b) masse totale de la (ou des) gargousse(s)
c) pression de la chambre de tir

Sans abuser de votre temps et de votre gentillesse, connaitriez-vous les valeurs types des paramètres ci-dessous (b et c idéalement pour un projectile de 187 kg et une Vo égale à 1.050 m/s) ?

D'avance merci pour tout éclairage supplémentaire que vous seriez susceptible d'apporter sur ce sujet.

Bien cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALVF
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: L'artillerie française en 1940   Dim 19 Jan 2014 - 17:30

Bonsoir,

Voilà donc des renseignements qui ne se trouvent pas sous les sabots d'un cheval!

J'ai sélectionné les essais de 1930 qui fixent à peu près définitivement les conditions d'emploi du matériel de 240 mm modèle 1918 équipé de la bouche à feu n° 2:
-volume de chargement: 140 dmc.

-obus: 187 kg, charge: 111 kg de SD 19, V°:1.050 m/s, P: 3.935 kg, portée: 52.700 m.

-obus: 187 kg, charge: 114 kg de SD 19, V°: 1.100 m/s, P: 4.270 kg, portée: 59.360 m.

Cordialement,
Guy François.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Jeu 23 Jan 2014 - 20:00

ALVF a écrit:
Bonsoir,

Voilà donc des renseignements qui ne se trouvent pas sous les sabots d'un cheval!

J'ai sélectionné les essais de 1930 qui fixent à peu près définitivement les conditions d'emploi du matériel de 240 mm modèle 1918 équipé de la bouche à feu n° 2:
-volume de chargement: 140 dmc.

-obus: 187 kg, charge: 111 kg de SD 19, V°:1.050 m/s, P: 3.935 kg, portée: 52.700 m.

-obus: 187 kg, charge: 114 kg de SD 19, V°: 1.100 m/s, P: 4.270 kg, portée: 59.360 m.

Cordialement,
Guy François.

Cher ALVF,

Un grand merci à nouveau pour ces éléments de réponse (qui vont bien au-delà de mes attentes !).

Je vais donc pouvoir me pencher (sans doute ce WE) sur la balistique interne du canon de 240mm Modèle 1918 (domaine dans lequel je suis malheureusement beaucoup plus à la peine qu'avec la balistique externe).

J'imagine que, compte tenu des paramètres de pression, de Vo et de la poudre utilisée, la durée de vie du tube n'excédait sans doute pas 300 coups (EFC) ?

Bien cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Ven 4 Avr 2014 - 21:33

Bonjour à tous,

Au risque de rester quelque peu hors sujet, voici quelques images du canon japonais de 240mm Type 90 glânées ici et là :

Sur le site japonais ameblo.jp tout d'abord :











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Ven 4 Avr 2014 - 21:56

D'autres images provenant du site japonais iori.uji-masa.com (modélisme) :







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MattR
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/12/2013

MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   Ven 4 Avr 2014 - 22:41

Ensuite, j'ai finalement pu consulter les pages de l'excellent ouvrage du Général François consacré à l'ALVF 1919-39 traitant du matériel de 240mm Modèle 1918.

Aussi aimerais-je profiter de la présence de l'auteur sur ce site pour lui poser quelques questions supplémentaires au sujet de ce matériel remarquable :

1) Essais de 1930 / pièce n°2 (cf message ci-dessus)

La balistique intérieure montre une excellente cohérence entre la masse du projectile, la vitesse initiale, la pression et la longueur du tube.

Par un calcul sommaire, on obtient en effet :

Pour Vo = 1.050 m/s et M = 187 kg => P = 3.893 kg (vs 3.935 kg)

Pour Vo = 1.100 m/s et M = 187 kg => P = 4.260 kg (vs 4.270 kg)

2) Essais de 1927 / pièce n°1 (pression)

A partir du même calcul sommaire réalisé ci-dessus, on devrait obtenir les pressions suivantes :

Pour Vo = 1.100 m/s et M = 160 kg => P = 3.650 kg

Pour Vo = 1.200 m/s et M = 160 kg => P = 4.340 kg

Or, pour Vo = 1.200 m/s, la valeur indiquée dans l'ouvrage est P = 4.000 kg.

Aussi aurais-je aimé savoir si cette valeur de P = 4.000 kg est une approximation donnée à titre purement indicatif et si les pressions effectivement relevées aux essais sont proches des valeurs estimées ci-dessus.

Si l'information est aisément disponible, il serait également intéressant de connaître la masse des charges et le type de poudre utilisées pour les essais de 1927.

3) Essais de 1927 / pièce n°1 (balistique externe)

A Vo constante, la portée obtenue lors des essais de 1927 est moindre que celle obtenue lors des essais de 1930, ce qui relève un coefficient balistique moins favorable pour les obus utilisés en 1927.

Sur la base de quelques calculs sommaires, il semble que ce coefficient balistique moins favorable soit lié à la combinaison d'une moindre densité de section (due à la masse inférieure) et d'un indice de forme moins favorable (i.e. projectile moins aérodynamique).

La différence entre les obus utilisés lors des essais de 1927 (issu des travaux ALVF de 1919 ?) et l'obus FATO M1928 se limite-t-elle simplement à la longueur de la fausse ogive ou bien s'agit-il d'obus radicalement différents dans leur géométrie d'ensemble ?

4) Différences entre les pièces n°1 et N°2

Votre ouvrage indique que ces deux pièces étaient différents par des dispositions intérieures, et j'aurais aimé savoir plus précisément quelle était la nature de ces différences. Par exemple :

a) quelle était la pression en service normal de chacune des deux pièces ?

b) quel était le volume de la chambre de tir de chacune des deux pièces ?

c) quel était le pas de rayure de chacune des deux pièces ?

5) Spécificités du matériel japonais Type 90

La plupart des sites (japonais) consacrés au Type 90 mentionnent l'utilisation d'un obus de 165 kg (comme indiqué dans votre ouvrage) et une vitesse initiale de 1.050 m/s.

Si cette valeur de Vo est exacte, cela placerait a priori le Type 90 dans la même plage de performances que celle de la bouche à feu n°1.

Cependant, il est également possible que les performances du Type 90 soient liées à des règles d'utilisation plus restrictives (en matière de pression en service normal), à l'utilisation d'un poudre différente de celle utilisée par l'ALVF, etc...

Les archives existantes permettent-elles de déterminer la "filiation" du Type 90 (e.g. bouche à feu n°1 vs bouche à feu n°2) et de confirmer la vitesse initiale de 1.050 m/s ?

Pour conclure, j'ai bien conscience que cela fait beaucoup de questions, mais comme indiqué dans l'ouvrage, ce matériel me semble en tous points remarquable, et j'ai le sentiment qu'il représente en fait le nec plus ultra de ce qui pouvait se faire en matière d'ALVF à l'aube de la seconde guerre mondiale, toutes nations confondues.

Aussi ai-je du mal à réfréner mon engouement et ma curiosité pour ce matériel que je n'ai découvert que très récemment.

Je vous remercie par avance pour tout éclairage que vous serez en mesure de m'apporter.

Bien cordialement.

Matthieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'artillerie française en 1940   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'artillerie française en 1940
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Artillerie Française
» Initiation à la vie politique Française Option B
» [Autorité héraldique] [BELGIQUE] Communauté française de Belgique : du nouveau !
» Petit débat sur la nécessité d'inscrire la gastronomie française au patrimonie mondial de l'UNESCO
» [En ligne] Armorial de la noblesse française (XVII-XIX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Artillerie-
Sauter vers: