Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

  51e RI - organigramme du 51e RI

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mer 22 Juin 2016 - 18:41

Bonsoir,

Non je ne l'ai jamais publié, le voici, il ne me manque que quelques noms :

Organigramme 51e RI au 15 mai 1940:

EM
Commandant du RI : Colonel Guy
Chef d'EM : Commandant Descoutures
Capitaine adjoint : Capitaine Menetrier
Officier des détails et porte drapeau : Lt Henon
Officier des renseignements : Lt Jourdain
Médecin chef : Capitaine Hufnagel
Infirmier chef : Adj-chef Debrie

Cie de commandement
Commandant de Cie : Lt Baudet
Transmissions : Lt Serre
Pionniers : Lt Thouret
Peloton moto : Lt Delouvrier

CHR
Commandant de Cie : Lt Vagniez
Ravitaillement : Ss-Lt Verge
Approvisionnement : Ss-Lt Thierry
Atelier auto : Lt Rousselot
Musique : Lt Challan
Pharmacien : Lt Simon
Dentiste : Lt Moulin, adjoint Asp. Deblère

CRME
Commandant de Cie : Lt Rolland,
Section de commandement : Adj Bellart
Chef de section mitrailleuses Lt Desrieux et Lt Jacquemin
Chef de section mitrailleuses de 20 : Lt Delisle
Chef de section AC : Ss-Lt Petin
Chef de section mortiers de 81 : Ss-Lt Peyrot


1er Bataillon :

EM
Chef de bataillon : Commandant Thomas
Capitaine adjoint : capitaine Nieutin (cumule sa fonction avec celle de Cdt de la CAB1)
Officier adjoint : Lt Diot
Médecin : Lt Ferrie et Ss-Lt Delon
Section de commandement : Adj-chef Trocnet

1e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Martin,
Section de commandement : Adj Flament,
Chefs de section FV : Lt Vandaele, Lt Leroy, Ss Lt Maugey, Adj-chef Jumel

2e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Turlain,
Section de commandement : ?,
Chefs de section FV : Lt Duee, Ss Lt Bruault, Adj-chef Miseroux, ?

3e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Bouteille,
Section de commandement : Adj Moity,
Chefs de section FV : Lt Vincent (Marc), Lt Vincent (André), Adj-chef Bonnaventure, sergent-chef Debacrer

CAB 1
Commandant de Cie : Capitaine Nieutin
Section de commandement : Adj-chef Pattinier
Chefs de section mitrailleuses : Lt Buntzly, Ss-Lt Bottet, Adj-chef Moinet
Chef de section Engins : Adj-chef Depoix


2e bataillon :

EM
Chef de bataillon : Commandant Ronsin
Capitaine adjoint : Capitaine Papillon (cumule la fonction avec le commandement de la 6e Cie),
Officier adjoint :  Lt Thery
Médecin : Médecin auxiliaire Roville
Section de commandement : Adj-chef Pellissier

5e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Martineau,
Section de commandement : Adj Rose,
Chefs de section FV : Lt Chaminadas, Lt Bujacourt, Ss Lt Robbe, Adj-chef Spielers

6e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Papillon,
Section de commandement : Adj Ducrocq,
Chefs de section FV : Lt Delaporte, Adj Devaux, Adj Pocholle, Aspirant Froissard

7e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Huon de Kermadec,
Section de commandement : ?,
Chefs de section FV : Lt Aubry, Ss-Lt Melin, Adj-chef Bouchaire, ?

CAB2 :
Commandant de Cie : Capitaine Dufrey,
Section de commandement : Adj-chef Villain,
Chefs de section mitrailleuses : Ss Lt Barbas, Adj-chef Jost, Adj Dubreuil,
Chef de section engins : Lt Gagnage


3e bataillon :

EM :
Chef de bataillon : Commandant Daudre,
Section de commandement Adj/chef Fabre (Ss/Lt le 14 mai)
Capitaine d'EM : Capitaine Blanchard
Off adjoint : Lt Poisson
Médecin : Lt Poulain

9e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Bravelet,
Section de commandement : Adj Vasseur,
Chefs de section FV : Lt Leroy, Ss Lt Bourboulon, Ss Lt Lavergne, Adj Maillard

10e Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Nartel,
Section de commandement : Adj chef Legros,
Chefs de section FV : Ss Lt de Lauseret, Lt Brevier, Adj chef Largemain (puis sergent chef Thomas), sergent chef Duhamel

11 Cie :
Commandant de Cie : Capitaine Saby,
Section de commandement : ?,
Chefs de section FV : Ss Lt Postel, Sergent chef Beaucher, Adj chef Petit, Lt Delchambre

CAB3 :
Commandant de Cie : Capitaine Monborgne,
Section de commandement : ?
Chefs de section mitrailleuses : Ss Lt Vaquette, Ss Lt Garangeat, Sergent chef Volckrick, Adj Chef Carpentier
Chef de section engins : Adj chef Carpentier


CDAC :
Commandant de Cie : Capitaine Seminel,
Officier adjoint (véhicules) : Lt Horen
Chefs de section : Aspirant Leclerc, Adj-chef Leloire, Adj-chef Louis, sergent-chef Bigeard


13e CDP :
Commandant de Cie : Capitaine Billet
Section de commandement : Adj Margage
Médecin : Ss-Lt Lecointe
Chefs de section : Lt Verdier, Lt Carpentier

Edit : correction de deux erreurs
Edit 2 : Réintégration du 3e bataillon pour plus de simplicité

_________________
Cordialement
Eric Denis


Dernière édition par Eric Denis le Jeu 23 Juin 2016 - 12:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
RitterJack
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Lot
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mer 22 Juin 2016 - 19:07

Merci pour tout ça !

Julien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
schmol80
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2013

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mer 22 Juin 2016 - 20:44

Merci  beaucoup pour cet organigramme  cheers

L'officier adjoint CDAC : Lieutenant Bernard HOREN d'Abbeville auteur de "Une bataille oubliée STONNE-LE MONT DIEU-TANNAY"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mer 22 Juin 2016 - 23:13

Bonsoir,

Si vous pouvez compléter les quelques noms manquants n'hésitez pas!

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
schmol80
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2013

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mer 22 Juin 2016 - 23:50

Justement B. HOREN rend hommage dans son ouvrage à 3 officiers abbevillois comme lui de la 3ème DIM tués à STONNE. Un d'entre eux le Lieutenant Philippe PELISSIER tué le 25 Mai au Mont-Dieu appartenait au 51 mais n'apparait pas dans ton organigramme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Jeu 23 Juin 2016 - 0:16

Exact, j'ai un Ss-Lt Pelissier porté disparu le 25 appartenant à la CAB2, mais il n'est pas dans la liste des cadres principaux cités dans l'organigramme. Il devait occuper un autre poste que ceux cités.

Merci pour cette piste.

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
schmol80
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2013

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Ven 24 Juin 2016 - 7:03

Papillon avait reçu une première citation sur la campagne 39/45 à l'Ordre du 51e RI du 21/1/1940 :

"Le 6/1/40 s'est porté spontanément avec une poignée d'hommes en soutien d'un groupe franc sérieusement engagé. par son tir ajusté a fait taire une arme automatique ennemie. A haté le repli de l'adversaire et a permis au groupe franc de regagner nos lignes en ramenant tout le monde."

Je suppose que c'est au cours de cette période proche de Forbach où la 3ème DIM fut envoyé de Décembre 39 à Fin Janvier 40 :

En face de la 3e DIM, se trouve la 258. Infanterie-Division (Generalleutnant Walther Wollmann) et ses Inf. Rgt. 458., 478. et 479. Pour les deux camps, l’hiver est très vif, la température descend parfois à moins trente degrés. Les deux adversaires organisent des patrouilles et lancent des coups de main sur les positions adverses. Les premiers accrochages sérieux ont lieu dans la nuit du 8 au 9 décembre, puis celle du 11 au 12, date à laquelle la 3e DIM enregistre son premier tué, le sous-lieutenant Chevalier. A l'origine des deux actions, les Allemands enregistrent des pertes plus lourdes que les Français.  Pour lancer ses coups de mains sur les positions ennemies, la 3e DIM met sur pied des groupes francs, composés d'hommes en provenance de l’infanterie et du groupe de reconnaissance. Les actions françaises sont efficaces, et peu à peu, les patrouilles ennemies se raréfient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
schmol80
1re classe
1re classe


Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 21/12/2013

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Ven 24 Juin 2016 - 7:17



Voici un autre officier de la 51e RI : Le Sous-Lieutenant Pierre CARPENTIER à la 13ème Cie de Pionniers.

A son grand désespoir, il n'a pas combattu à STONNE. Au printemps 40 il est envoyé comme instructeur dans un centre de réserviste à ROQUEMAURE dans le Gard.

Il avait passé Noël 39 avec B. HOREN, le capitaine BILLET et le lieutenant VERDIER à Laning...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RitterJack
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Lot
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 31 Juil 2016 - 23:06

Bonsoir,

j'ai quelques questions suite à l'organigramme donné par Eric Denis. Mes questions se basent par rapport à ce PDF.

1) vous parlez de : Infirmier chef : Adj-chef Debrie. Je ne vois pas ce poste dans l'EM sur le PDF

2) pour la Cie de commandement , CHR et CRME, vous dites que tous les cmd sont Lieutenant, il ne devrait pas être Capitaine comme sur le PDF ?

3) pour la CRME, vous parlez de section de mitrailleuses, mitrailleuse 20 et mortier que je vois pas sur le PDF

4) à quoi correspond CDAC et 13e CDP sur ce PDF ?

Plein de question, mais peut être le PDF n'est-il pas à jour ?

merci d'éclairer ma lanterne Smile

Julien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Lun 1 Aoû 2016 - 1:01

Bonsoir,

Une première réponse serait de dire que les données proposées par Didier, sont issues de sources définissant la constitution théorique d'une unité. Celles que je propose proviennent des archives du 51e RI à une date précise. Il peut donc y avoir des différences entre la théorie et la pratique, et en particulier au niveau des grades.

Ensuite, le travail de fond proposé par Didier, reste sans conteste la meilleure définition existante à ma connaissance des unités de l'ATF40, si, et seulement si, la version proposée sur le site est la dernière mise à jour, puisque dans bien des cas, les versions qui y sont visibles ne sont pas les dernières ayant été effectuées par Didier. De nombreuse mises à jour n'ont jamais été faites sur le site et Didier n'a jamais cessé de les améliorer.

A titre d'exemple, certaines données peuvent être définies à partir des TEG (tableaux d'effectifs de guerre). Ces documents sont datés et font bien souvent l'objet de modifications ultérieures. Il est donc logique que les PDF proposés par Didier puissent être modifiés lors de la découverte d'une modification encore inconnue à l'époque de la réalisation du document.

Ensuite, la mise en pratique en unité d'une modification d'un TEG peut prendre du temps, voir même, dans certains cas, ne jamais être effective. Il existe donc de multiples raisons de constater des différences entre théorie et pratique.

Enfin, la présence d'une CDAC ou d'une 13e CP n'existe en général qu'au sein d'un seul régiment d'une division. En outre, certaines division ne possèdent que l'une des deux, d'autres aucune. Ces unités sont divisionnaires et rattachées pour des questions pratiques à des RI. Un grand nombre de RI n'en possédant pas, elles ne peuvent être considérées comme théoriquement constitutives d'un RI. En conséquence, les CDAC, par exemple, ont fait l'objet d'un OdB spécifique de la part de Didier.

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
RitterJack
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Lot
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Lun 1 Aoû 2016 - 10:40

Merci Eric pour ces explications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5919
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Mar 2 Aoû 2016 - 21:46

Bonsoir,

Ce que dit Eric est effectivement important : entre un OdB théorique et un OdB d'une unité donnée et à un moment donné, il y a parfois des différences importantes.

Notamment, les grades indiqués sont respectés dans la mesure des possibilités. Les emplois de commandant de compagnie sont en principe des emplois de capitaine, mais il arrive qu'ils soient tenus par des lieutenants.

Pour le reste, en plus des précisions déjà apportées par Eric :

CRME : le pdf en ligne est celui du RI type nord-est, alors que le 51e RI est un régiment type nord-est motorisé. L'une des principales différences dans l'organisation consiste en l'existence d'une Compagnie régimentaire de mitrailleuses et engins d'accompagnement, qui est constituée en adjoignant à la CRE du RI type NE la section de mitrailleuse à vocation de DCA de chaque CA de bataillon. L'une de ces sections est équipée de mitrailleuses de 20 mm Oerlikon.

Infirmier-chef : ce n'est effectivement pas un emploi répertorié à ma connaissance.

Cordialement,

DH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RitterJack
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Lot
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 7 Aoû 2016 - 19:19

Bonjour,

existe t'il ce PDF pour les RI NE type motorisé ?
y'a t'il une différence entre une CP normale et CP motorisée ?

merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RitterJack
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 388
Age : 27
Localisation : Lot
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Lun 8 Aoû 2016 - 20:54

Bonsoir,

voici le ficher Excel de l'organigramme donné par Eric: https://drive.google.com/file/d/0ByUqxXwYQJTfZG5DU2xBY2JvN3M/view?usp=sharing

Si vous avez des remarques, de nouveaux nom ou plus de détails sur les noms présents je suis preneur !

Julien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allouchery
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 15/06/2018

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Ven 15 Juin 2018 - 22:51

Bonjour à vous,
Je me permets d'intervenir sur votre Forum parce que mon père a combattu dans le 51 e régiment 1ère compagnie. Il a eu la croix de guerre avec étoile d'argent pour les combats du Mont Dieu. J'ai découvert ça en retrouvant son livret militaire il y a 3 ou 4 ans. Depuis je suis allé 2 fois à Stonne et j'ai lu tout ce que j'ai pu trouver sur le sujet. Il ne nous en avait jamais parlé. Son frère Henri était aussi dans le 51 e RI. Votre forum m'a interpellé parce que mon oncle Henri a évoqué cette histoire de clocher. Il a dit avoir chercher son frère et ses camarades lui ont "il est en haut d'un clocher, ça chauffe pour eux, tu ne peux pas le rejoindre" ou quelque chose comme ça. Si je ne me trompe pas, la 1 ère compagnie était près du hameau du Vivier vers le 23 mai. 
Avez-vous d'autres éléments sur ces combats ?
Je ne sais pas dans quelle compagnie était mon Oncle. Où peut-on trouver l'info ?

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RHONBUC
Sergent-chef
Sergent-chef


Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 9:00

Bonjour Eric,
Excusez mon ignorance, mais pouvez-vous me dire ce qu'est la CAB3 ?
Merci,
Rhonbuc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5919
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 9:58

Bonjour,

C'est une appellation courante pour CA3 : Compagnie d'Accompagnement du 3e bataillon.

Cordialement,

DH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RHONBUC
Sergent-chef
Sergent-chef


Nombre de messages : 161
Date d'inscription : 17/08/2010

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 12:20

OK, merci pour cette explication.
Salutations,
Rhonbuc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 13:07

Bonjour,

Allouchery a écrit:
Avez-vous d'autres éléments sur ces combats ?

Voici ce que j'ai écrit sur les combats du 23 mai il y a quelques années, basé sur l'exploitation des archives françaises et allemandes. Je ne mentionne ici que la situation générale et le secteur est de l'attaque, le secteur ouest ne concernant pas le 51e RI :

"Secteur de Stonne - 23 mai – 02h15

Les Français, prévenus de l’offensive, vont le faire savoir. A partir de 02h15, le front s’embrase littéralement dans un vacarme assourdissant. Toute l’artillerie française du secteur ouvre le feu sur les positions supposées de concentration allemandes. Pendant trois quarts d’heure, des centaines d’obus s’abattent de l’autre côté des lignes. Puis les pièces se taisent et le silence revient, pour quelques minutes seulement, car à 03h00, les 144 canons allemands rassemblés pour l’occasion commencent à déverser 5.600 tonnes d’obus sur les positions françaises. C’est un véritable déluge de feu et d’acier, reflétant l’ampleur de l’offensive déclenchée sur tout le secteur du front. Les soldats de la 3e DIM se terrent dans leurs abris, ils savent qu’après ce préambule, les mortiers prendront le relais, puis viendront les vagues de l’infanterie. Les effets d’un tel bombardement sont dévastateurs, comme en témoigne le téléphoniste Desperrier du PC du I/67e RI, installé dans un ravin à la sortie nord-est des Grandes Armoises :

« Il semblait que les Allemands avaient un axe de tir fixe, qu’ils allongeaient mètre par mètre, progressivement et systématiquement. Nous avons entendu arriver les bordées d’obus, d’abord loin, puis de plus en plus près. Nous les avons ressenties par les vibrations du sol ; puis c’est arrivé sur nous, dans le trou, puis dans les arbres, faisant « fusant », ce qui explique à mon avis, les jambes atteintes de beaucoup d’entre nous car nous étions tous blottis quand la décharge est arrivée. Enfin le tir s’est éloigné de la même manière systématique qu’avant. Combien de temps ce tir a-t-il duré ? Je suis incapable de le dire. Sur notre PC, quelques minutes à peine, sinon, serrés tous comme nous l’étions, nous aurions tous été déchiquetés. Mais il est un point que je peux affirmer : après la giclée qui nous a tous anéantis, il n’est plus tombé un seul obus sur le PC jusqu’à mon départ vers 11h. »

Les quelques survivants essayent, souvent en vain, de sauver leurs camarades. Ils pratiquent des garrots avec du fil téléphonique et partent au poste de secours pour prévenir les médecins. Sur les 25 hommes présents au PC lors du bombardement, 16 sont morts ou mortellement touchés, 2 sont portés disparus, et 3 sont gravement blessés. Le PC du I/67e RI a cessé d’exister. Mais personne ne vient à l’aide des survivants, malgré les appels au secours. Pourtant, le commandant Pigalle, en dépit d’une méchante blessure, est lui aussi parti au poste de secours du bataillon situé sous le pont des Armoises pour donner l’alerte, mais le médecin est débordé et tous les infirmiers sont partis chercher d’autres blessés. Toujours dans son ravin, le téléphoniste Desperrier distingue le bruit d’une chenillette s’approchant. Il parvient à se hisser sur le bord de la route et à se faire remarquer par l’un des soldats du véhicule. Il est pris à son bord, mais, comble de malchance, la chenillette sort de la route dans les virages serrés descendant vers les Grandes Armoise et s’immobilise définitivement dans le fossé. Heureusement, un fantassin récupère le blessé, l’installe dans une brouette et l’emporte au poste de secours régimentaire situé au bois de Faye. Le téléphoniste s’en sort vivant, mais il est mutilé à 90%.

L’IR 64 taillé en pièce
Mais comme nous allons le voir, les Allemands aussi souffrent de la bataille, car l’artillerie française continue ses tirs. Elle jouera un rôle majeur dans l’arrêt des troupes de la Wehrmacht dans sa tentative d’encerclement de la 3e DIM. Ses pièces tireront souvent à vue sur l’ennemi, parfois distant de quelques centaines de mètres, et sans infanterie pour la soutenir. Les régiments d’artillerie français déploieront leurs armes automatiques et assumeront eux-mêmes leur propre défense dans bon nombre de cas, et sous les tirs des pièces ennemies renseignées par le « mouchard ». Pourtant, au 242e RA, ordre est donné de saboter les canons après avoir usé les munitions, mais les commandants de batterie refusent de l’exécuter, préservant ainsi des armes indispensables à la défense du secteur.

Par exemple dès le début de la matinée, l’IR 64 est grandement perturbé par le bombardement français, comme l’indique le journal de marche de la 16. Infanterie-Division (les heures précisées sont à l’heure allemande) :

« Peu avant 07h00 le feu de l’artillerie française touche notre base de départ. Quelques minutes après, la 2e Cie du I/64 IR avait des pertes. A la 4e Cie, l’Hauptmann et 8 hommes sont mis hors de combat. A la 3e Cie, l’Unterfeldwebel Schreie et Stohlen sont touchés. L’Hauptmann Philippi de la 1e Cie n’apprend l’heure de l’attaque qu’à 07h00 et le III/64 IR seulement à 08h30. En quittant ses positions de départ, le I/64 IR reçoit des tirs de flanc en provenance de la forêt du Mont Dieu et deux autres commandants de Cie sont touchés. Sous l’effet du feu, les Cies rejoignent leurs bases de départ et ne repartiront qu’à 10h00. Tous les officiers du I/64 seront tués ou blessés dans la journée. »

L’IR 64 a été taillé en pièce, il ne reste en tout et pour tout que 48 hommes valides au I/64 IR. L’ensemble du bataillon est regroupé sous les ordres des Oberleutnant Weysen et Radu. Puis le régiment fait enfin mouvement, traverse Stonne, non défendu, et progresse jusqu’à la côte 299 où il s’installe défensivement vers 15h00. L’unité est incapable d’aller plus loin. Heureusement pour elle, le I/67e RI, comme nous l’avons vu, n’a plus de commandement. Les hommes, sans ordres ont reculé sur le Gros Boul. Il ne reste qu’une pièce de 25 antichar de la CDAC sur la côte 299. Le chef de pièce, le caporal Germain se rend compte de sa solitude et se voit contraint de saborder son canon car sa Renault UE à été détruite par les obus allemands. Puis il se replie sous un feu nourri en provenance des lisières du Bois du Mont Dieu en provenance d’hommes de l’IR 32 comme nous le verrons plus loin.

L’attaque de l’IR 79
Pour l’IR 79, l’engagement se déroule mieux. La zone d’attaque du régiment se trouve à cheval sur les positions de défense de la 3e DIM (à l’Ouest) et de la 6e DIC (à l’Est). A 05h00 le tir d’artillerie allemand s’allonge et s’en prend à la ferme des Cendrières (67e RI) et au Mont Damion (5e RICMS). L’unité avance à l’heure prévue. Son premier bataillon attaque directement la ferme des Cendrières, défendue par la 7e Cie du II/67e RI. Les Français y luttent à 120 contre un bon millier. Dès le début de l’action les lieutenants Bes de Berc Crambes, les officiers commandant l’unité, sont tués. Les combats durent trois heures puis la position est submergée vers 09h00. L’unité française est décimée et seuls quinze survivants déposent les armes. L’un des défenseurs, Gérard Flavigny, est le neveu du général commandant le XXIe CA, son corps ne sera jamais retrouvé, tout comme celui du lieutenant Bes de Berc, tous deux probablement déchiquetés par les tirs d’artillerie. Un témoignage de ces combats est cité dans l’ouvrage de Claude Gounelle « Sedan 1940 » (Presses de la cité, 1980) :

« Les lieutenants Pierre Bes de Berc et Cambres gisent au milieu des blessés et des mourants, une trentaine d’hommes continuent de tirer dans les ruines. Après un terrible bombardement et une fusillade d’une violence inouïe, l’attaque a débouché à quelques centaines de mètres des derniers défenseurs, aveuglés par les obus fumigènes et décimés par les bombes. Réfugiés dans les greniers de la ferme en flamme, les caporaux Elmosino et Samiray, les soldats Rucquoi, Leroy, Equalard et Dangreville se trouvent attaqués par derrière ; tirant à bout portant contre les assaillants, ils se dégagent difficilement. Elmosino saute dans un trou où il retrouve les soldats Kirsh et Bloquet qui, assaillis de tous cotés, tirent avec l’énergie du désespoir. Elmosino place son FM sur le rebord de la tranchée et réussit à repousser l’assaut des Allemands. Ses hommes, qui continuaient à se défendre à l’abri du dépôt de munitions, doivent de nouveau retraiter lorsqu’il est incendié et se trouvent sans cartouches. « Nous étions à ce moment complètement cernés », se souvient Elmosino. Et lorsqu’il voit ramper vers lui un Allemand qui lui crie de se rendre et les ennemis déboucher de toute part, Elmosino fait cesser le combat devenu impossible. »

Le I/79 IR poursuit ensuite son attaque en direction du Mont du Cygne et s’enfonce dans le bois de Franclieu défendu par le I/5e RICMS, les combats font rage et engendrent une fois de plus de nombreuses pertes, mais la position, initialement écrasée sous le tir de l’artillerie allemande ne peut tenir bien longtemps. Les Allemands, forts de leurs expériences douloureuses des batailles précédentes sur le secteur, parviennent à s’emparer du bois vers 11h00.

Pendant que le I/79 IR s’en prend aux Cendrières, le III/79 IR attaque entre Stonne et cette ferme. Il passe à droite du Mont Damion défendu par le II/67e RI. Malgré les tirs de l’unité française, le bataillon allemand progresse et ne rencontre que peu de résistance. Il atteint finalement la Berlière avant de s’en retirer et de s’installer défensivement à 1 km au nord-ouest de la commune. Le secteur de Stonne est alors entièrement entre les mains allemandes, car les hommes du II/67e RI, redoutant un encerclement, sont contraints d’abandonner le Mont Damion et de se replier vers le Sud. De plus, comme nous l’avons vu, les éléments restant du I/67e RI se sont également repliés sur le Gros Boul, avant de continuer leur mouvement vers la limite nord des Grandes Armoises.

Une arrivée inopinée de renforts français
La situation d’ensemble est très sérieuse, car mis à part le bois du Mont Dieu, les troupes françaises subissent de fortes pertes et sont contraintes au recul par l’ampleur de l’offensive allemande. Heureusement, la 3e DIM reçoit en renforts la 1e brigade de spahis (colonel Jouffrault) composée du 6e régiment de spahis algériens et 4e régiment de spahis marocains. Ces Nord-africains sont de redoutables combattants, bien encadrés et entraînés. Les deux régiments ont reçu l’ordre de constituer une seconde ligne de défense derrière celles de la 3e DIM. Le 6e RSA doit s’installer entre le bois Uchon et la limite sud du bois de Fay, et le 4e RSM doit se porter vers la Berlière. Mais en cours de route, ce dernier est détourné de son objectif et réorienté vers Oches par le général Carles (6e DIC) car ses unités ont également subi une offensive d’ampleur dans la région de Sommauthe. D’autre part, des chars de la 3e DCR sont également mis à la disposition du général Bertin Boussu. Ils vont participer à plusieurs contre-attaques.

Le II/79 IR initialement gardé en réserve à la Besace, est lancé en avant, sous les ordres du commandant du régiment, afin de maintenir les communications entre ses deux autres bataillons. Lorsqu’il prend cette décision, l’Oberst Wagner se trouve à la ferme des Cendrières, après la prise de la position, et ce qu’il voit ne peut que l’inciter à la prudence. Certes, la position a été conquise, mais la résistance française est visiblement toujours acharnée. Vers 13h00 l’officier accompagné du bataillon de réserve pénètre dans bois de Franclieu et sur le Mont Damion. Les hommes progressent vers le Sud, essuyant régulièrement des tirs français. Vers 15h00, le groupe atteint le mont du Cygne par l’Est de la hauteur où il retrouve le I/79 IR en pleine action offensive contre les spahis du 6e RSA retranchés sur les hauteurs.

Vers 18h00, l’offensive de l’IR 79 va être arrêtée définitivement par une contre attaque du 42e BCC sur la zone de la Berlière. Deux Cies de H39 (le 2e du lieutenant Lannefranque et la 3e du capitaine de la Hitte) contournent le village et attaquent les Allemands débouchant de la forêt. Surpris et subissant rapidement de sérieuses pertes, ces derniers reculent, tel qu’en témoigne un soldat de la 2e Cie du I/79 IR :

«  Après un court arrêt des combats, notre bataillon fut à nouveau engagé et ce à travers le Mont du Cygne, en direction de Oches. Notre compagnie avança d’abord rapidement. Cependant, la résistance ennemie devenait de plus en plus active. Nous étions arrivés à l’orée de la forêt et nous bondîmes en avant, en rangs serrés, vers le terrain plat et découvert. Un tir rasant nous accueillit. Des chars ennemis prirent notre flanc gauche sous leur feu. De droite, nous parvenait également un feu violent. Complètement à découvert, nous gisions sur la prairie, cible facile pour l’ennemi. Le tir de droite diminua d’intensité : le groupe Bonnemann avait nettoyé la hauteur de ce côté-là. Mais à gauche, où se tenait le groupe Dörnburg, le feu devenait de plus en plus intense. Là tombèrent ceux du groupe Dörnburg, sauf le chef de groupe. Les autres essuyèrent aussi des pertes particulièrement lourdes. Sur cette prairie devant Oches furent tués 15 hommes et 20 camarades furent blessés. C’est la prudence du commandant de compagnie, l’Oberleutnant Gerlach, qui permit d’éviter la perte totale de la compagnie. Avec beaucoup d’adresse, il dégagea les sections du combat. Les sous-officiers Jeurink, Haberland et Knittel restèrent, avec leurs hommes, les derniers au contact de l’ennemi. Puis ils décrochèrent à leur tour et se replièrent avec la compagnie sur la hauteur de la Berlière. Là la compagnie s’enterra. »

Les chars français ne peuvent se maintenir sur leur position d’attaque, car ils sont sans soutien d’infanterie et pris à partie par l’artillerie ennemie. Ils se retirent et déplorent la perte d’un sous-officier tué et deux autres blessés. Quatre engins ont également été abandonnés, car ils se sont enlisés.

Suite à cette action, Wagner, toujours sans nouvelle de son 3e bataillon, décide d’arrêter les opérations en cours et s’installe défensivement sur les positions atteintes. Dans la soirée, les communications seront rétablies avec l’unité disparue. Depuis le début du jour, le régiment a donc progressé de 4 km dans les défenses françaises. C’est une belle victoire tactique, mais elle a coûté fort cher aux assaillants. Dans ce secteur, le front, établi sur la ligne les Grandes Armoises, la Berlière, bois de Pierremont se stabilise.

Le secteur Ouest
Les lisières nord du bois du Mont Dieu sont défendues par quatre bataillons français. A l’ouest de la route nationale menant à Tanay, se trouvent d’abord le I/91e RI puis le III/91e RI, et à l’est de cet axe les I et II/51e RI respectivement au sud du Vivier et entre le Vivier et la nationale. L’assaut de la position va être mené par deux bataillons de la 24. Infanterie-Division, les II et III/31 IR dont la mission consiste à fixer les troupes françaises. Les deux bataillons allemands partent à l’attaque du bois par le Nord et sont repoussés sans même pouvoir entamer la ligne de résistance, mais sur cet axe, ils ne bénéficient d’aucune supériorité numérique, et leur action est d’autant plus courageuse. Ils recommenceront plus tard, après une préparation d’artillerie, sans plus de résultat. Reprenons le témoignage du lieutenant Aubry, témoin d’un comportement bien curieux des Allemands. Il commence son récit pendant le bombardement initial :

«  La terre tremble, des arbres s’abattent un peu partout. La fumée des explosions se mélange à la brume matinale et, dans cette ambiance grise et diffuse, le paysage prend un aspect fantasmagorique. Un obus de gros calibre, 155 sans doute, tombe à moins de 4 m de moi, avec un bruit sourd. Par chance, il n’explose pas, mais il semble me défier avec haine. L’infanterie allemande a adopté une autre tactique que le 17 : un seul groupe d’une vingtaine d’hommes est visible dans notre champ de vision. Il progresse vers nous par bonds individuels en utilisant le terrain et profite de ce que nous sommes neutralisés, dans nos trous, par les explosions incessantes d’obus. Cependant, quand ils atteignent le fossé de la route D324, à environ 200 m en avant de nous, malgré les obus, nous ouvrons le feu au fusil. Je recommande d’effectuer un « tir à tuer », précis, sans gaspillage de munitions. Personnellement, je suis frappé par le comportement d’un des leurs, qui me semble être officier : dissimulé dans le fossé, il sort la tête à intervalles réguliers, pour observer le terrain. Il commet l’erreur fatale de réapparaitre toujours au même endroit. A sa troisième apparition, je tire. Il s’effondre et on ne le verra plus. Naturellement, les Allemands tirent également sur nous, au fusil et à l’arme automatique et Gouteux Adrien, chargeur du 3e groupe est tué d’une balle dans la tête. Deux hommes sont légèrement blessés par éclats d’obus. En fin d’après midi, un grand diable d’Allemand, jailli je ne sais d’où, parcourt le terrain en agitant un grand drapeau de la croix rouge. Je donne l’ordre de cesser le feu. Et on assiste à un spectacle étonnant : les combattants se relèvent, comme à la fin d’un exercice sur un terrain de manœuvre mettent leurs armes en bandoulière et évacuent leurs morts et leurs blessés, (environ une demi-douzaine) dans des toiles de tente. Ce comportement est-il bien conforme à la Convention de Genève, qui ne protège que le personnel médical et les blessés et non les combattants transformés pour les besoins de la cause en brancardiers sur le champ de bataille ? Nous hésitons, mais, finalement, nous les laissons regagner leurs lignes sans tirer. »

La progression de l’IR 32
Dans le secteur, l’attaque la plus dangereuse va être lancée par deux bataillons de l’IR 32 (24. Infanterie-Division) sur les positions du III/51e RI tenant le bois de la Grande Côte. Les deux bataillons allemands ont été mis à la disposition de la 16. Infanterie-Division par le 6. Armee-Korps en fonction du désastre subit par l’IR 64. L’objectif est de percer les lignes françaises, puis de progresser par la Grange au Mont en bordant la lisière sud du bois du Mont Dieu et finalement joindre les troupes allemandes attaquant à travers le canal des Ardennes. Cette attaque est donc très importante pour la Wehrmacht, puisqu’elle doit aboutir à l’encerclement des forces françaises défendant le bois du Mont Dieu. En cas de réussite, la 3e DIM serait privée d’une moitié de ses effectifs et d’une position de défense restée jusqu’alors inexpugnable.

L’action doit débuter à 13h00, mais le feu nourri de l’artillerie française cloue les hommes de l’IR 32 jusqu’à 15h00. Puis ils s’élancent de leurs bases de départ, dans le bois de la Grande Côte, et progressent vers le Sud, dans la forêt. Ils passent à quelques centaines de mètres de la 10e Cie du III/51e RI défendant la clairière au Nord de la Grange au Mont. Le Français les aperçoivent et ouvrent le feu, accompagnés dans leurs tirs par les hommes de la 9e Cie se trouvant un peu plus au Nord de la 10e. Mais les Allemands, relativement abrités par les arbres et le relief pentu de la zone, continuent d’avancer. Ils atteignent vers 19h00 la route reliant la Grange au Mont aux Grandes Armoises. Cette progression est particulièrement dangereuse pour les Français, car non seulement l’encerclement se dessine, mais en plus les Allemand ne se trouvent plus qu’à 300 mètres du PC du 51e RI et à moins d’un kilomètre de celui du 67e.  Mais la nuit commence à tomber. Les Allemands les plus en pointe font partie de la première compagnie du I/32 IR, sous les ordres de l’Oberfeldwebel Starck. A la tête d’une trentaine de fantassins, le sous-officier continue son avance et débouche sur les Grandes Armoises par l’ouest du village. Il compte progresser jusqu’au bois de Fay.

Mais dans le bois de Fay, et particulièrement à sa lisière nord, les effectifs français sont bien supérieurs aux Allemands. Il y a, à ce moment, le III/67e RI renforcé par une section de la CDAC et les troupes restantes des I et II/67e RI en plus de ceux du II/91e RI. Repéré, le groupe de Starck est accueilli par un feu violent. Se rendant compte de l’impossibilité d’atteindre son premier objectif, le sous-officier reprend sa progression en changeant de cap et avance vers l’Ouest et la lisière du bois du Mont Dieu. Mais il tombe sur le PC du 67e RI installé à côté de celui de la CDAC du régiment d’infanterie. Les Français sont en alerte à cause de la fusillade qui vient d’avoir lieu. Il s’en suit un échange de tir, mais, maintenant que la nuit est tombée, il est impossible de distinguer quoi que ce soit et il n’y a de perte ni d’un côté ni de l’autre.

Bien conscient d’être au beau milieu de l’ennemi, les 30 Allemands commencent à paniquer. Starck décide donc de repartir d’où il vient et fait sonner le clairon pour regrouper ses hommes. Comme il en témoignera après la guerre :

«  C’est la seule fois pendant tout le conflit où j’ai du avoir recours au clairon ! »

Dans le camp français la surprise est de taille. Nul ne pensait voir arriver l’ennemi aussi près des PC régimentaires. Les 30 hommes de Starck avec un peu plus de détermination auraient bien pu capturer les PC des 51e et 67e RI presque sans défenses et totalement déstabiliser les deux régiments français. Mais la progression Allemande est donc finalement repoussée.
"

D'autre part et à cette même date, des permissionnaires du 51e RI sont regroupés et forment une Cie de marche,  placée sous les ordres du lieutenant Rousselot. Cela peut être une piste expliquant ceci :

Allouchery a écrit:
Il a dit avoir chercher son frère et ses camarades lui ont "il est en haut d'un clocher, ça chauffe pour eux, tu ne peux pas le rejoindre

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
Allouchery
Fusilier voltigeur
Fusilier voltigeur


Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 15/06/2018

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 21:49

Bonsoir Monsieur Denis et merci pour ces informations,
Mon père était de la classe 37 et son frère Henri sans doute de la classe 36 puisqu'il avait 1 an de plus. Je sais que mon père était dans la 1ère compagnie par les lettres qu'il écrivait à sa famille et que j'ai récupérées. Par contre je ne sais pas dans quelle compagnie était Henri. Est-il possible de retrouver cette information et où ? 
Très cordialement
Hervé Allouchery
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5277
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   Dim 17 Juin 2018 - 22:27

Bonsoir Monsieur Allouchery,

Si vous avez déjà récupéré tous les documents disponibles auprès des administrations françaises et si votre oncle n'était pas officier, ce sera surement fort difficile.

Avez vous des photos ou tout autre document pouvant nous aider à approfondir la question (lieux, dates, etc...) ?

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 51e RI - organigramme du 51e RI   

Revenir en haut Aller en bas
 
51e RI - organigramme du 51e RI
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Organigramme
» Création d'organigramme
» Organigramme
» Organigramme des Maîtres du Monde !
» organigramme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les unités de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Infanterie :: Par N° de RI-
Sauter vers: