Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
vincent lahousse
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 352
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Ven 8 Oct 2010 - 22:59

Bonsoir,

La semaine finie, voici un petit complement de réponse à mon enigme sur les barrages de mines anti chars :

Voici les informations disponibles sur les mines anti-chars dans l'aide mémoire pour les travaux d'état-majors de 1937 :

Effectif et tonnage de matériel nécessaire pour l'execution d'un barrage de un kilomètre de développement en 8 heures
NATURE
de
l'Engin Antichar
MATERIEL
en Tonnes
Personnel
Nécessaire
Observation
obus de 75 en quiconce :
sur 1 rang (ecart 0,85m)20 tonnes (1200 obus)60 hommes (a)(a) sur la base de 4 hommes pouvant mettre en place 10 obus en une heure
sur 2 rangs (ecart 1,10m)30 tonnes (1800 obus) 90 hommes (a)
Mine allongés
pour une ligne20 tonnes (b)25 hommes (b)(b) suivant le terrain (chiffre arrondis)
Piquets Spéciaux
A tige métallique pour une ligne 15 tonnes (b)20 hommes(b)
A tige en bois sur 2 lignes 20 tonnes (b)90 hommes(b)

Entre 1937 et 1940, de nouveaux matériels sont-il apparus dans l'arsenal de l'ATF?
Quelqu'un aurait-il des photos d'une mine allongée ou d'un piquet spécial?
Quelqu'un aurait-il des photos sur la mise en applications de ces différents styles de barrage?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 271
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Barrage de mines anti-chars    Mer 20 Oct 2010 - 1:03

Bonjour,

En complément d'informations.

Le sujet des barrages antichars est un sujet fort intéressant .Dans le cadre des généralités , il faut rappeler les 2 types de barrage ou d'obstacles réglementaires. (1)

1/ Les obstacles passifs dont il existe 3 types : piquet en béton armée enfoncé dans une gaine de béton , piquet en béton sur semelle en béton armé et pyramides métallique.

2/ Les obstacles actifs réalisés a partir des piquets et mines antichars ( piquets ollivier, mines à charge allongée dite lourde , mines légère d'infanterie et mines dites de cavalerie

(1) source: Notice secrète sur les obstacle antichars – STG – 1934.

Bien entendu, les barrages et obstacles antichars ont évolués en fonction de l'étude et de mise en service de nouveaux matériels de destruction

D'après la notice de 1934 , les barrages actifs antichars étaient envisagés à partir :

- De la mine légère de cavalerie : il s'agit d'une boite métallique à 2 compartiments renfermant d'un coté 2 pétards de cavalerie de 135 gr amorcée et de l'autre, relié par cordon bickford, un système de mise à feu constitué par une poudre chloratée et une ampoule d'acide. Ces mines se placent jointives sur le sol et il faut 30 mines pour faire un barrage de route de 10m. Un tel dispositif ne semble pas avoir été usité.

- De la mine à charge allongée dite « lourde » : il s’agit d’une boite rectangulaire en tôle métallique renfermant 1,5kg d’explosif. La boite est couverte par un couvercle mobile autour d’une charnière et maintenu sur l’embase par 2 écrous à oreille. La mine à charge allongée s’emploie alors par couple. Les couples de mines sont espacés de 0,80m . Un barrage d’un km de front sur un rang de mines nécessite 1180 mines. La probabilité d’arrêter un char est de 60% sur un rang de mines et de 85% pour 2 rangs de mines.

- De piquets Ollivier : Il s’agit d’une charge explosive contenu dans un cône métallique (3,5kg d’explosif) surmonté d’un allumeur à rupture et d’une tige de manœuvre dont il existe une version bois et métallique pour des emplois différents. La tige de manœuvre en bois est utilisée sur un ou deux rangs dans les réseaux de fils de fer, celle métallique est destinée a être utilisée en plein champs et quand la nature du terrain se prête au camouflage des tiges (culture, haie, buisson, clôtures, etc..).
En fait, le piquet Ollivier s’utilise avec des obus réformes de 75 (peu usité) 90 et surtout de 120. L’emploi du piquet Ollivier se fait sur un rang espacé de 1,75 m à l’axe ou sur 2 rangs en quinconce. Un barrage d’un km de front sur un rang de piquets nécessite 570 piquets Ollivier.

LA MINE A CHARGE ALLONGEE DITE "LOURDE"




LE PIQUET OLLIVIER


Concernant le piquet Ollivier une notice de 1939 (2), fait uniquement état de l’utilisation de l’obus de 120 Mle 1914 en acier et l’existence de plusieurs retards de l’allumeur à rupture. Pour les barrages constitués en dehors des réseaux de fil de fer un espacement de 1,75m est maintenu alors que pour les barrages à l’intérieur des réseaux l’espacement entre piquets est porté à 2,10m.
(2) source . Notice – Technique sommaire sur le piquet antichars –STG -1939





Enfin, une note de 10/1939, précise l’emploi des mines pour les barrages antichars en introduisant en sus, la mine antichars légère d’infanterie dont il existe un Mle en acier et un Mle en aluminium
Cette dernière est constituée d’une boite métallique rectangulaire, elle contient 3,1 kg d’explosif et comporte 2 allumeurs couverts par un capot coulissant.
La constitution des barrages est redéfinie, inchangé pour l’utilisation du piquet Ollivier monté sur des obus, les mines à charge allongée et antichars légères d’infanterie sont désormais employées respectivement par groupe de 5 et de 6. Bien entendu le déclenchement d’une mine d’un groupe entraîne par sympathie l'explosion de l’ensemble du groupe.

LA MINE ANTICHARS LEGERE D'INFANTERIE






Bien cordialement
Eric

Nota; Pour les inconditionnels et amateurs du matériel français de 1940, je viens d'interroger O. BELLEC , auteur des ouvrages "1940 - Le soldat français" dans la collection Histoire & Collection, qui me confirme que le sujet des mines est présenté dans le tome 2 ! Voilà de quoi être encore impatient !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claude Girod
Général de Brigade
Général de Brigade
avatar

Nombre de messages : 2286
Age : 65
Localisation : Jura
Date d'inscription : 20/06/2010

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 20 Oct 2010 - 4:03

Bonjour,

Et merci pour ces informations très détaillées, précises, et techniques !

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 271
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Sam 20 Nov 2010 - 8:42

Bonjour ,

En complément pour les intéressés la coupe de l'allumeur à rupture du piquet Ollivier.



Bien cordialement
Eric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Sam 20 Nov 2010 - 19:47

Il serait intéressant de connaitre les dispositifs allemands destinés a détecter/éliminer les mines françaises , mais peut être pas dans ce fil ( plutôt section allemande ) .

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 271
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Dim 21 Nov 2010 - 10:32

Bonjour ,

La contre mesure se complique un peu, d'autant plus que dans ce fil les mines françaises antipersonnels n'ont pas été abordées. Cependant si l'on veut traiter les moyens allemands de relevage des mines utilisés en 1940. Il faut retenir (à ma connaissance):

- Le "Minensuchstab (Sucheisen n A.39) soit la sonde détectrice de mine M.S.39. Nota: le fait qu'il s'agisse d'un nouveau Mle laisse présager un modèle antérieur que je ne retrouve pas dans la documentation.

Ensuite, il existe dans la documentation bien des détecteurs (Minensuchgerat) dont le "Berlin 40 B" mais j'ignore totalement la date de son apparition. Citons pour mémoire, bien que cela dépasse le cadre de l'ATF40, les Mles développés :

- le "Tempelhof 41"
- le "Wien 41"
- le "Frankfurt 42"
- le "Pram"
- le "Wiesbaden"

Bien cordialement
Eric

Nota : @ Alain: voilà une base de discussion, si elle doit être poursuivie, je laisse le soin de déplacer ce fil dans la section appropriée.



Dernière édition par Eric Klamerek le Lun 22 Nov 2010 - 7:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 825
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Dim 21 Nov 2010 - 14:25

Malheureusement la production de mines fut ridiculement basse et la distribution dans les unités fort peu importante pour ne pas dire quasi inexistante contrairement à la situation dans l'armée allemande.Une proportion non négligeable des pertes françaises lors de l'opération de la Sarre était due aux mines allemandes....Les mines étaient simples et peu coûteuses à fabriquer c'est une carence de plus.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Klamerek
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 271
Age : 58
Localisation : Moselle
Date d'inscription : 19/04/2008

MessageSujet: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Dim 21 Nov 2010 - 20:38

Bonjour,

Il n'y a pas eu de déficit de construction de mines pour l'ATF 40, notamment pour les mles antichar. Il faut rappeler que chaque régiment dispose d'une attribution de 700 mines et un GRDI de 420.
Si on compare les Mles en présence , on note pour l'armée française :
- la mine antichar à charge allongée Mle 1935
- la mine antichar légère dont il existe 2 version acier et alu , eux mêmes déclinées avec 2 types d'allumeurs (variation de la pression de déclenchement soit Mle 35 et Mle 36
- le piquet Ollivier qui permet les montages polyvalents sur toute nature d'obus ( rôle antichar et antipersonnel)
- puis la mine bondissante antipersonnel Mle 1939 (dont il existe 2 types d'allumeur : l'allumeur SMEG Mle 39 et l'allumeur à traction 39)

Pour l'armée allemande:
- la mine antichar Mle 1929 ( Tellermine 29 - T.Mi.29)
- la mine antichar Mle 1935 + (Version S (acier) à confirmer ) T.Mi.35
- la mine bondissante Mle 1935 ( S- Minen -S.Mi 35)

Je passe volontairement sous silence les mles de circonstance de chaque belligérant.

D'un point de vue technique sans entrer dans le détail de construction de chacune, ni de leur allumeur respectif. On peut affirmer, que la fabrication était beaucoup plus complexe et onéreuse pour les matériels allemands.
Le seul point en défaveur de l'ATF , c'est peut être la sortie plus tardive du mle de mine antipersonnel mais cette dernière était prête, fabriquée et distribuée fin 1939 ( contre 1935 pour les allemands). Pour cette fameuse bondissante Mle 1939, notons l'innovation de l'utilisation d'un corps d'obus de mortier de 60 mm. Cette performance reconnue et copiée a donné naissance à la mine US M2.......

Non, la problématique des mines tant dans la technicité, la variété des mles, la fabrication et la distribution n'est pas caution à carence pour l'ATF, loin de là.....

Cordialement
Eric

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
takata
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant


Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Lun 22 Nov 2010 - 20:38

Bonjour à tous,

Juste une remarque à ce sujet:
Eric Klamerek a écrit:

Il n'y a pas eu de déficit de construction de mines pour l'ATF 40, notamment pour les mles antichar. Il faut rappeler que chaque régiment dispose d'une attribution de 700 mines et un GRDI de 420.
[...]
Non, la problématique des mines tant dans la technicité, la variété des mles, la fabrication et la distribution n'est pas caution à carence pour l'ATF, loin de là.....

Je ne suis pas aussi sûr qu'Éric que le problème des mines de l'ATF se posait véritablement sous cet angle (technique) mais plutôt du point de vue de l'analyse des priorités (réflexion et allocation des moyens nécessaires). C'est un fait assez connu que les dotations en mines étaient largement insuffisantes lors de l'entrée en guerre et que ce problème n'avait pas véritablement été réglé avant le début des opérations de mai-juin. C'est d'autant plus curieux que le style de guerre auquel s'attendait le commandement aurait certainement nécessité de gros moyens dans ce secteur afin d'économiser les effectifs et renforcer sérieusement la défense antichar et antipersonnel.

En fait, si l'on en croit Gamelin, la réelle situation des dotations en mines pour l'ATF était "un véritable désastre" dans lequel, évidemment, il n'y était absolument pour rien : Gamelin, Servir, tome 1, Paris (Plon) 1946. p. 185-186 :
Citation :
Mines.
Ici, nous nous trouvons en face d'une carence des services chargés de la fabrication vraiment inexpliquable, étant donné qu'il ne s'agissait pas de matériels compliqués et qu'on n'a pas manqué d'explosifs. La fourniture des mines relevait en temps de paix de la direction du Génie et en temps de guerre du ministère de l'Armement. Malgré les incessantes récriminations du commandement, les réalisations sont toujours demeurées nettement au-dessous des besoins et des rendements annoncés. C'est ainsi que nous ne disposions au début de la campagne, en dehors des mines du type fixe (piquets Olivier et projectiles amorcés), répartis d'avance entre les secteurs, que de 45.000 mines portatives, avec une production mensuelle initiale envisagée à 60.000. Or, cette production ne fut atteinte qu'en décembre. Il y eut une baisse en janvier et février et la reprise ne commença qu'en mars. Enfin, c'est seulement en avril que l'on atteignit le chiffre de 100.000.

Au 1er mai, le nombre des mines fabriquées était de 515.000. C'est peu si l'on se rend compte qu'un simple barrage linéaire exige au moins un millier de mines par kilomètre. Ce fut en tout cas insuffisant dès que se développa la guerre de mouvement. Il serait intéressant de savoir quels furent les barrages de mines réalisés pour la défense de la Meuse, au point où l'ennemi fit brèche dans notre dispositif.

Je n'ai jamais pu éclaircir les causes de ces graves déficits, au sujet desquels j'ai pu écrire qu'il s'agissait d'une véritable faillite.

Effectivement, 515.000 mines en mai 1940, ça ne fait en tout un barrage linéaire de 515 km pour un front de 680 à 750 km selon le cas de variante belge... et un simple barrage sans aucune profondeur de 700 m par régiment pour un front de plusieurs kilomètres, ce qui consomme déjà plus de la moitié des réserves totales pour permettre la seule dotation des RI et GRDI, et qui s'ajoute à une production déficiente.

A ma connaissance, les Allemands disposaient d'au moins un million et demi de T-Minen et S-Minen en septembre 1939 (contre 45.000 en tout pour l'ATF) avec une production de plusieurs centaines de milliers par mois pour chacun des deux modèles (plus de 26 millions produites), alors qu'ils n'avaient pas l'intention d'attendre l'ennemi l'arme au pied.

Mais si l'on va plus loin, il est aussi flagrant que la question des mines n'avait pas retenu l'attention du GQG comme elle aurait certainement dû... en temps utile. J'en veux pour preuve ce qui s'est passé dans la Sarre et la désagréable surprise qu'elles ont causée avec un manque flagrant de moyens/solutions pour les traiter (l'Armée française n'avait pas vraiment prévu d'unités équivalentes à celles des Allemands pour pénétrer les secteurs défensifs minés). Ceci explique cela, car en théorie, on y avait certainement pensé tout ça en détail mais, en pratique, on n'avait rien fait et, au bilan, les troupes étaient plutôt mal instruites pour y faire face.

S~
Olivier

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4949
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Lun 22 Nov 2010 - 23:10

Bonsoir

au moment de l'entrée en campagne la réalisation des dotations initiales des unités est en cours et se fait avec lenteur.
D'après les prévisions, les fabrications de guerre doivent atteindre rapidement une cadance mensuelle de 100 00, puis de 500 000.
En fait, de novembre à avril, soir en 6 mois, les livraisons se montent à 302 000 soit 50 000 par mois (tableau ci-dessous).

Du 1er mai au 7 juin, soit en 38 jours, elles montent à 203 700, c'est à dire, 5 200 par jour.
Au total, du 1er novembre au 7 juin, les envois aux armées ont été de 505 000 mines.

Il n'y a pas de chiffres pour les mois de septembre et octobre, les envois, d'ailleurs très faibles, faits directement sur ordres des services du Ministère de l'Armement échappent au contrôle du G.Q.G.

Après le 7 juin ce même conrôle ne s'exerce plus efficacement; d'ailleurs, les ateliers de chargement menacés par l'avance ennemie (atelier de St Florentin dans l'Yonne en particulier) cessent bientôt de travailler et commence leur repliement.



Informations provenant d'un document de l'EMAT/4ème Bureau du 03-07-1946.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
takata
Sous-Lieutenant
Sous-Lieutenant


Nombre de messages : 338
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mar 23 Nov 2010 - 1:30

Pour illustrer ce que Gamelin pensait au sujet de la Meuse et des mines, voici un extrait en anglais de “The Breaking Point, Sedan and the Fall of France, 1940,” by Robert Allan Doughty, Archon Books, 1990. posté sur Axis History Forum par WSchneck le 28 juillet 2006 :

Citation :
Page 3: “The only area of the army in which France had a distinct deficiency was in her woefully small number of antitank mines.”

Pages 119-120 (in reference to the 55th Division):
“The division also suffered from a lack of mines. Apparently the Second Army had no more than 16,000 mines for its entire area. It directed that 7,000 of these be given to the cavalry for use in Belgium and another 7,000 be placed on the right bank of the Meuse. This left only 2,000 mines for use in the position of resistance.

“According to an inventory dated 23 April 1940, the Xth Corps headquarters had only 1,972 antitank mines. Of these mines, 472 were given to its cavalry squadron and 1,500 to the fortified houses for use on the Belgian side of the Meuse. Out of a theoretical allocation of 6,722 mines, the 55th Division received only 422 antitank mines. By the time the meager numbers were allocated to battalions, they received virtually no mines. For example, the 2/331st Infantry, which was in the Bellevue, put in a minefield in its sector near Frénois, but it had only 19 mines. Since most of the tanks of the 1st Panzer Division crossed through this area on 13-14 May, even the smallest increase in numbers may have made an important difference.

“Though French military leaders planned on issuing mines to the cavalry forces entering Belgium, they did not pay significant attention to the question of antitank mines, particularly to the employment of antitank mines in the main battle area. Despite numerous analyses of antitank operations, they placed the greatest emphasis on antitank weapons and on the use of natural obstacles (such as rivers) to the front of French units, rather than on the use of antitank mines. Little or no thought was apparently given to using mines in the main battle area or to laying mines in front of an enemy penetration. This myopia caused the French to overlook an inexpensive weapon that could have yielded important results in May 1940.”

En substance, ça dit que la 2e Armée n'avait que 16.000 mines antichar dont 7.000 furent données à la cavalerie pour son action en Belgique et 7.000 autres furent posées sur la rive droite (on imagine alors la densité du barrage sur le front de toute l'Armée !) - restait 2.000 pour utilisation dans la position de résistance. La 55e DI n'avait perçu que 422 mines sur une dotation théorique de 6.722 ce qui fait que le 2e bon du 331e RI ne disposait que de 19 mines pour dresser un barrage dans le secteur de Frénois... qui fut traversé par toute la 1e PzD les 13 et 14 mai.

S~
Olivier
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mar 23 Nov 2010 - 19:44

Ayant lu de nombreuses informations des GU Françaises, il apparaît fréquent que les mines aient été , a première lecture , mal distribuées .
En fait , il n'en est rien , on a distribué en respectant un ordre de priorité , a savoir les unités d'actives motorisées, puis d'active a pied , puis de reserve A , puis de reserve B .
Je conforte ainsi Takata dans son analyse , les mines n'ont pas forcement été distribuées aux unités qui , mais pouvait on l'imaginer , en auraient le plus besoin ...
Ce que je viens de dire ci-dessus est valable pour tous les matériels dits "modernes" , ce qui explique qu'au déficit de mines sur certaines divisions de série B , s'ajoutait le déficit de canons antichars ( y compris les 75 en cours de remplacement par des 47 ) , les rendant totalement incapables d’arrêter la moindre attaque blindée , et je ne parle même pas des canons de 25 mm , dont les régiments les plus mal loti ont perçu ... quelques canons de 37 en lieu et place .
Ceci dit , on sait que des mesures d'exceptions furent prises , afin de rallier a l'organisation de certaines divisions de série B des batteries antichar autonomes , qui furent parfois intégrées dans l'organisation de la division elle même .

Alain



Revenir en haut Aller en bas
Bernrd Dodne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Dim 20 Fév 2011 - 23:15

Bonsoir

Une question à propos de la mine antichar légère d'infanterie Mle 35:
Il est dit plus haut qu'il existe deux modèles, en acier et en alu.
J'ai eu en main deux modèles, tous deux en acier, dont l'aspect général correspond parfaitement aux photos présentées plus haut, mais de dimensions différentes, du moins en ce qui concerne la partie supérieure couvercle ou plateau de pression:

La plus grande: 28,2 cm x 15,9 cm
la plus petite: 25,1 cm x 14,7 cm
Je n'ai aucune idée des dimensions du 'socle actif' de ces 'couvercles', qui étaient absents.

Quelle peut être la raison qui a conduit à fabriquer des couvercles ou plateaux de pression de deux dimensions différentes. Tous deux en acier.

D'autre part, pour la petite histoire de l'utilisation de ce type de mines:
le 10 juin 40, pendant sa retraite en Normandie, le 53ème BCA avait reçu mission de tenir le village de Biville la Baignarde, pour couvrir le passage de la 40ème DIAlp vers St-Valéry, alors que la 5ème PzD cherchait à lui couper la route. Le capitaine Parisot, commandant la 1ère Compagnie arrivée sur place, a pu arrêter un camion du Génie chargé de mines et les faire disposer en urgence sur la voie principale d'accès et aux alentours, en avant de son dispositif. Ce qui a obligé les Allemands, après une reconnaissance offensive infructueuse, à monter une longue opération d'encerclement en débordant largement le village. Les combats ont duré de 13 heures à 21 heures. La 40ème a pu passer, vers son destin.

Bonsoir, et merci d'avance si quelqu'un détient l'information recherchée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clausewitz
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 504
Age : 71
Localisation : Nord/PdC
Date d'inscription : 10/11/2009

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mar 22 Fév 2011 - 9:18

Bonjour

Ce n'est pas tant la densité de mines que l'immagination sur la façon de les placer

Le manque chroniques de mines sur certains terrains d'opérations, a fait que l'on posait un mélange de mines et de boites de conserve, ce qui piégeait également les démineurs

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 50
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mar 22 Fév 2011 - 9:48

Bonjour,

Une petite remarque, bien que son infanterie soit entièrement composée de DBCh, la 40e DI n'est pas une division de type "montagne", donc alpine. Elle est classifiée comme "division d'infanterie de nouvelle formation renforcée en DCA". Elle fut mise sur pied avec des unités d'infanterie provenant des 1re et 2e DLCh les 30 et 31 mai 1940.

Cordialement
Eric Denis

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/
Bernrd Dodne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 23 Fév 2011 - 12:10

Merci pour toutes ces informations, que j'essaierai de compléter par la suite.
Mais tout cela ne me dit rien au sujet des deux dimensions différentes de la mine antichar modèle 35, ou du moins de son couvercle.
Dans les manuels consultés, je ne trouve que des données chiffrées correspondant au socle de cette mine (longueur et largeur hors-tout), mais rien sur le couvercle (plateau de pression) et aucune allusion à deux types différents.
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 50
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 23 Fév 2011 - 12:33

Bonjour,

Il existe bien deux modèles de mine antichar et anti véhicule. Vous pouvez voir la photo de chacune d'elle dans le message d'EK (légère et lourde). Je profiite d'ailleurs de ce message pour féliciter une fois de plus EK pour ses explications très documentées.

La première dite légère, se caractérise par un couvercle rectangulaire. La seconde, dite lourde possède un couvercle rectangulaire mais bisoté vers le haut (le coté forme donc un trapèze). Vous pouvez donc identifier les couvercles que vous possédez. Il est également possible que des différences existent si plusieurs fabricants ont produit ce genre d'engin.

A noter que l'avantage d'un couvercle en aluminium ne s'oxyde pas.

Les données métriques ne fournissent pas les dimensions des couvercles. En revanche, la mine lourde (25x41) est plus grande que l'autre (22x32,5), son poids est plus important et sa charge d'explosif également. Notons également que selon mes sources, ces mesures diffèrent légèrement de celles fournies par EK, ce qui pourrait indiquer plusieurs fabricants ou encore plusieurs versions de cette mine.

Le déclenchement des deux modèles de mine nécessite une pression de 150 kg.

Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 50
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 23 Fév 2011 - 13:04

Après d'autres recherches sur ce sujet, je propose quelques dessins permettant de visualiser ces éléments :





Notons que sur ce dessin, la mine est munie d'une réhausse de couvercle destinée à permettre un meilleur enfouissement de l'engin. Cette modification fut la conséquence de la nécessité de poser cette mine de façon émergente (minimum 6cm selon la note technique), rendant sa détection visuelle assez facile en terrain dénudés. Dans les autres situations, il est bien sur possible de recouvrir le plateau de feuilles ou d'une plaque d'herbe.

Comme vous pouvez le constater, cet engin est une mine modèle 36, ce qui pourrait également expliquer des différences avec le modèle 35.



Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/
Bernrd Dodne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 23 Fév 2011 - 14:26

Quel merci!
Encore un type méconnu! et des réponses immédiates. Je note, j'imprime et je classe.
Mais qui ne répond encore pas à ma question: mon point d'interrogation concerne deux couvercles de mines Mle 35, strictement identiques dans leur dessin et conception, mais différents dans leurs dimensions: l'un est grand, l'autre petit, et ils s'emboitent parfaitement l'un dans l'autre. Mines légères Mle 35 non modifiées, et non pas la mine lourde que je désespère de trouver.
Les données en cm montrées plus haut correspondent au socle (à la base) de cette mine, et non à son couvercle, pour lequel je n'ai pas encore trouvé la moindre indication.

Ces deux couvercles, sous mes yeux actuellement, ont été achetés sur un site de vente bien connu, présentés comme "boites", et retrouvées sur une plage de la Mer du Nord, dixit le vendeur. Epaves restaurées en ce qui concerne leur aspect.

Je dispose momentanément d'une épave de socle (dûment ouverte et vidée) dont les dimensions sont celles indiquées: 22 cm x 32,5 cm. Le grand couvercle s'y adapte sans problème, par contre le plus petit ne s'y adapte PAS, loin s'en faut.
Pour l'instant, je me satisfais de l'explication donnée d'au moins deux fabricants différents pour cette mine légère d'infanterie Mle 35, chacun ayant une base et un couvercle propres.

Je dois partir rapidement et n'aurai pas le temps avant plusieurs jours de faire et mettre en ligne des photos de ces objets. Je le ferai aussi vite que possible, ce qui permettra de juger sur pièces.

Encore merci pour vos efforts.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 4928
Age : 50
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mer 23 Fév 2011 - 15:00

Bonjour,

Pour les dimensions différentes des deux couvercles, je ne peux que proposer des hypothèses pour l'instant.

Cordialement
Eric Denis

_________________
Cordialement
Eric Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/
Bernrd Dodne
Lieutenant
Lieutenant
avatar

Nombre de messages : 424
Date d'inscription : 08/10/2009

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Sam 26 Fév 2011 - 16:09

Bonsoir
Les illustrations promises :
Encore une fois, je n’arrive pas à ressortir les images stockées, à peine capable d’en fournir l’adresse. J’ai beau me soigner, j’en souffre et j’en rougis moralement.

Photo 1 : les deux couvercles côte à côte : on remarque bien les différences en largeur et longueur :
- pour la plus grande: 28,2 cm x 15,9 cm
- pour la plus petite: 25,1 cm x 14,7 cm
Par contre, la hauteur (ou profondeur) est la même pour les deux types.

http://i20.servimg.com/u/f20/15/80/51/42/2_couv10.jpg


Photo 2 : le ‘grand modèle’ s’adapte parfaitement au socle de dimensions 22 x 32,5 :
http://i20.servimg.com/u/f20/15/80/51/42/grand_10.jpg



Photo 3 : le ‘petit modèle’ ne s’adapte pas du tout à ce même socle, pourtant le seul auquel il est fait référence dans la documentation disponible.
http://i20.servimg.com/u/f20/15/80/51/42/petit_10.jpg


Autres précisions :
- Ces deux types de couvercle sont en acier.
- Selon le vendeur, ils auraient été trouvés (ensemble ??) sur une plage de la Mer du Nord. Ils auraient donc pu y être utilisés par l’occupant pour la constitution du Mur de l’Atlantique. Y aurait-il eu, sous l’Occupation, une reprise de fabrication sous un format plus petit ????

Avec toutes mes excuses pour vous obliger à faire le travail dont je ne suis pas capable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dhouliez
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5526
Date d'inscription : 21/11/2006

MessageSujet: Re: Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)   Mar 1 Mar 2011 - 18:34

Voici les photos :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Barrage de mines anti-chars (Matériel du génie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La grande messe du matériel astro
» Le matériel du parfait reconstitueur
» Matériel de bijouterie ?
» CUIR pour la fabrication de matériel pour la reconstitution
» Vente de matériel HOBO.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les matériels de l'armée de terre de 1919 à 1940 :: Matériels divers-
Sauter vers: