Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 la 5e colonne ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
vincent lahousse
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 352
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Mar 28 Déc 2010 - 15:52

Le Deuxième Bureau était le bureau militaire charge des renseignements.

son commandant était le Colonel RIVET (installé au 2 bis, avenue de Tourville avant guerre).

je ne peux que conseiller ce site pour plus d'informations : http://www.aassdn.org/xldd11432.htm

par contre, ce site de recense pas de poste d'activité à Reims. Mais chaque poste disposé d'antennes au prés du front. alors ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Mar 28 Déc 2010 - 20:04

Bonsoir M. Lahousse,

Oui effectivement, j'ai deux bureaux sur le secteur, celui de Reims, bien entendu, et celui de Charleville, mais je n'ai rien pour Charleville non plus....

Je vais voir le site,

Merci encore,
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
vincent lahousse
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 352
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Mer 29 Déc 2010 - 12:01

A contrario,

les grandes unités disposaient, théoriquement, d'une "section" 2ème bureau dans leur structure de commandement. On peut supposer que les locaux de Reims abritait la section 2ème bureau d'une grande unité ou un "centre de diffusion" des informations à destination des unités combattantes voisines.

Reims a abrité (en dehors de la ville) successivement les états majors suivants :
- 21e CA avant la bagarre
- 23e CA pour la phase de stabilisation sur la Somme.

PS : beaucoup d'hypothèses pour trop de peu de faits Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Ven 31 Déc 2010 - 16:51

Bonjour,


Source Michel Baudier

Voici un document concernant un "mur" commémoratif sur la Grossdeutschland, et on peut y voir apparaître le régiment de la Brandenburg....
Ce qui confirme bien que la IRGD était en parallèle de la Brandenburg?
Von Courbière et Garski, deux lieutenants Allemands, qui sont passés à Sedan, sont bien tous deux de la Brandenburg, l'opération Niwi pour l'un et Von Courbière Barbarossa.

Je continue,
A bientôt
Séb
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
Budd
Sergent ADL
Sergent ADL
avatar

Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 05/11/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 1 Jan 2011 - 13:31

Ce thème est abordé dans l’ouvrage de René-Charles PLANCKE « La Seine-et-Marne 1939-1945 – Tome 1 – De l’avant guerre à l’occupation allemande », Editions AMATTEIS, 1984, pages 120 à 123.

Voici le texte et les reproductions d'affiches tels qu'ils figurent dans le livre.


La Cinquième Colonne


On a beaucoup parlé de la Cinquième Colonne...
En voici des exemples :
En BELGIQUE, 11 mai 1940 « Dans la nuit, une somptueuse voiture s’était arrêtée à LAVOIR (3éme escadron du 29éme Dragons) : un officier belge en était descendu, avait réuni tous les officiers belges s’y trouvant et leur avait donné l’ordre verbal suivant : par ordre du Major-Général commandant la place de LIEGE, repli immédiat sur NAMUR de toute l’armée». Cet ordre, exécuté avec précipitation surtout par l’artillerie, allait encore renforcer la pagaille sur les routes. Nous n’avançons qu’avec peine, les chefs de chars sont à pied, un bâton à la main pour faire ranger les chevaux des convois d’artillerie belges dont les conducteurs dorment et qui circulent en tous sens au milieu de la foule compacte des réfugiés. L’aviation allemande nous survole ; de nombreuses fusées éclairantes et quelques bombes produisent des paniques indescriptibles ; des voitures entières versent dans les fossés et sur la route avec tout leur chargement. En passant à HERON, nous trouvons le Capitaine ROLLAND (du 29ème Dragons) encore tout frémissant : le bel officier d’état-major belge lui a donné, à lui aussi, l’ordre de repli sur NAMUR. Comme il lui demandait ses papiers, celui-ci a sauté en voiture et a disparu dans la foule accompagné des neufs coups de pistolet automatique du capitaine qui l’a manqué» (rapport du Capitaine DE WARREN du 29ème Dragons).
Mon grand-père m’avait raconté un fait aussi significatif: « Cela se passait au début du mois de juin 1940, après l’offensive allemande. A BRIE-COMTE-ROBERT, cantonnait un régiment de tirailleurs sénégalais et je logeais, dans la chambre d’amis, un capitaine commandant de compagnie. Un beau matin, alors que je me trouvais à la porte de la maison, je fus poliment interpellé par un officier français qui circulait à pied. Il me demanda quel était le régiment qui cantonnait dans la commune et quel était son colonel. Sans méfiance, je répondis à ses questions. Il me remercia fort courtoisement, salua et s’éloigna. A ce moment là, le doute me saisit : qui était cet officier, pourquoi ne s’était-il pas adressé directement à la gendarmerie ou mieux à des militaires ? A la réflexion, sa tenue me sembla bizarre, surtout son képi qui n’était pas de « la coloniale ».
Et si c’était un espion ? J’aurais dû me saisir de l’individu et appeler à la rescousse le boucher, le père BOUILLIN qui en face travaillait à son étal. Et ç’aurait bien été le diable si, à nous deux, nous n’avions pas pu le conduire à la brigade de gendarmerie toute proche.

Perplexe et ennuyé, je sortis ma voiture, une C6 CITROËN, et allais Place des Fêtes où je savais trouver le Capitaine qui habitait à la maison. Rapidement, je lui contais mon histoire et à lui aussi cet officier inconnu et curieux, parut suspect. Il donna un ordre et un sous-officier accompagné de trois tirailleurs en armes s’approcha. Le Capitaine me demanda si je reconnaîtrais mon interlocuteur. Sur ma réponse affirmative, il me demanda de bien vouloir patrouiller avec ma voiture dans BRIE, en compagnie de ses subordonnés qui reçurent l’ordre de s’emparer d’un officier que je leur désignerai.
Les trois noirs s’installèrent à l’arrière de la C6, le fusil entre les genoux tandis que le sous-officier prenait place à mes côtés. En vain, nous parcourûmes toutes les rues de la commune, l’«espion » demeura introuvable.

Le soir même ou le lendemain, à Radio-Stuttgart, le traître FERDONNET annonça que le Nème régiment de Tirailleurs Sénégalais, commandé par le Colonel X devait partir le lendemain pour COMPIEGNE, de BRIE-COMTE-ROBERT où il était cantonné. Effectivement, le jour suivant l’émission, arriva un ordre et les tirailleurs partirent pour COMPIEGNE.
Plus tard, nous avons appris, non sans émotion, que presque tout son effectif avait péri en tentant de s’opposer à la ruée allemande sur l’OISE.
Quant à mon « espion », si c’en était un, je n’en ai plus jamais entendu parler ! ».

Dans le SEINE-ET-MARNAIS du 1er juin 1940, l’Union des syndicats ouvriers de SEINE-ET-MARNE lance un appel aux travailleurs du département :
« Contre la 5eme colonne.
Les nouvelles méthodes qui viennent d’apparaître dans la conduite de la guerre, nous créent des devoirs nouveaux.
Les recruteurs de la « 5eme colonne » chercheraient vainement pour le
inqualifiable besogne, des éléments parmi les travailleurs français de ce département. Pour cela, l’Union des syndicats est bien convaincue mais les cruelles leçons de NORVEGE, de HOLLANDE et même de BELGIQUE ne doivent pas être perdues.
Les parachutistes ne sont pas une invention de journalistes en mal de copie.
Répondez donc, camarades qui le pouvez, à l’appel des pouvoirs publics constituant « les gardes territoriales ».
Inscrivez-vous à votre organisation syndicale qui vous mettra en rapport avec ces formations.
Et, s’il le faut, prenez vous-même les initiatives nécessaires d’accord avec les autorités locales.
Pour l’union des syndicats
Le Secrétaire Général
A. GAYTE. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melun77.com
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 1 Jan 2011 - 14:13

Les témoignages sur la 5e colonne, souvent troublants, sont légions. Ceux sur les avions italiens bombardant la Loire sont aussi extrêmement abondants et émanent souvent de témoins incontestablement dignes de foi. Pourtant, il est prouvé que cette histoire d'avions italiens relève définitivement du fantasme. Dès lors, sur l'affaire de la 5e colonne, on est sortira que si un jour des archives inédites venaient à refaire surface...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 1 Jan 2011 - 21:09

Bonsoir,
Merci Budd se sont des pistes sympathiques, je ne connaissais pas.... cheers
C'est très comique aussi cette histoire d'avions Italiens.... On a vu mitrailler et bombarder les colonnes de réfugiés. J'ai un témoin Italien, qui mordicus a vu ses confrères le mitrailler sur la route du Chesne!!!
Il faut savoir aussi que la Brandenburg disposait de troupes à moto, et d'unités d'aviations, dont des Fieseler et des H123.
Des Italiens, définitivement non, mais de l'intox à la cocarde me semble plus tangible, qu'une hallucination collective....
Allez au boulot, 2011 réservera peut être encore des surprises scratch
Bonne soirée
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 1 Jan 2011 - 21:15

J'ai lu un bouquin récemment sur une unité régionale qui identifiait tous les bombardements par des avions italiens . On sait d'ou vient la méprise .
Il n'y eu bien sur aucun avion italien sur la France avant son entrée en guerre , c'est prouvé , certifié etc .

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Mercadal
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 70
Localisation : Tourcoing
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 3 Jan 2011 - 10:10

Bonjour.
L'expression venant d'Espagne, voici la définition qu'en donnent les Espagnols.
Elle est sensiblement différente, car relativement restrictive, de certains points de vue exprimés plus haut.
Le mot " colonne " vient du fait que les rebelles soulevés contre la République espagnole mènent, comme beaucoup d'entre-eux l'ont pratiquée au Maroc, une forme de guerre coloniale basée sur l'emploi de colonnes mobiles, également pratiquée par l'armée française, sans idée de front continu.
Le texte est en castillan :
http://es.wikipedia.org/wiki/Quinta_columna
Au revoir.
Pierre Mercadal
[


Dernière édition par Pierre Mercadal le Lun 3 Jan 2011 - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 3 Jan 2011 - 12:59

Bonjour M. Mercadel,

Oui effectivement, je ne pense pas que les faits d'Espagne aient quelque chose à voir avec la France et la Belgique en 1940.... Je ne vois pas bien d'où vient cette "rumeur" à part le fait que "l'intox" et la suspicion soient omniprésents....
Pour le livre M. Adam, quel est son titre ça m'intéresse?....

A bientôt
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 3 Jan 2011 - 13:59

Tout cela est fort exact .Il y a de plus quelques lignes sur ce sujet dans "Mein Kampf" il me semble .Hitler préconise de semer le désordre chez l'ennemi par tous les moyens..... Il ne fait ,au demeurant,selon moi que reprendre ce qui s'est fait dans les deux premiers mois de guerre en 1914, des raids d'"éclaireurs" en automobiles rapides pillant ,rançonnant ,s'attaquant aux administrations des impôts,banques,diamantaires et bijoutiers,disparaissant avec leur butin...c'est ainsi qu'un bijoutier du centre de la ville proche de chez moi fut tué .L'occupation allemande ne se produisit que 15 jours plus tard...Il ne faut pas,à mon avis négliger cette force d'impulsion capable de "moderniser" le passé que l'on retrouve chez Hitler.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 0:08

Bonsoir à tous,

Après quelques échanges en Allemagne, on va dire que ça s'éclaircit un peu....
A première vue à l'époque, il n'y avait qu'une seule section de Brandenburg.

Ils ont été employé en Hollande et en Belgique entre le 10 et le 14 Mai. Donc pas le temps d'être "réutilisés" pour Sedan. Par contre pour Reims vers fin juin, c'est une autre histoire... Et les gradés de l'époque de la Brandenburg n'ont jamais parlé d'opération à Sedan.

Ensuite, Niwi est une mission aéroportée, et est nullement Brandenbourgeoise... Donc le comportement des hommes sur le terrain est plus en liaison avec des coups d'éclat individuel. Par contre, il n'est pas exclu, que Gudérian n'ai pas utilisé l'IRGD pour faire des missions commandos. (d'ailleurs sur Sedan, il passe en premier, change de PzD et attaque Bulson et Stonne)

Infiltration de troupe dans la nuit du 12 au 13 dans la presqu'île de Glaire, dépôts d'hommes et de matériels sur Stonne et Bulson....

Pour le livre de Wofl Durian ( l'expédition vol de matériel Français pour passer la frontière...) les Allemands voient encore une fois un coup de génie des hommes sur le terrain. Ce qui démontre le "professionnalisme" des soldats de l'IRGD. Un régiment qui je le rappelle était surentrainé à tous les cas de figure.

On peut donc dire que la psychose de la cinquième colonne n'existe pas pour Sedan, il faut plutôt penser à l'Abwher (pour les opérations d'infiltrations et de renseignements) et a des commandos de la Grossdeutschland.

Qu'en pensez vous?

A bientôt
Sébastien


Dernière édition par 147RIF le Sam 8 Jan 2011 - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
François Delpla
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 553
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 10:09

Bonjour et bonne année à tous

Je ne pense pas pour ma part que la France ait été du tout assaillie par une "cinquième colonne"; en revanche, Hitler a joué du fantasme, pour augmenter l'impression d'impuissance et le désir d'armistice.

Puis, quand tout est consommé ou presque, il dément la chose avec vigueur, dans son interview de la mi-juin au journaliste américain Karl von Wiegand : il importe alors de rassurer les Etats-Unis en leur soulignant qu'ils ne sont pas infiltrés et que rien de souterrain ne se prépare contre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Moné
Général d'Armée
Général d'Armée


Nombre de messages : 5393
Date d'inscription : 05/04/2009

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 16:00

Bonjour Sébastien, Very Happy

Puisque vous nous demandez notre avis sur votre "conclusion partielle", j"aurais tendance pour ma part à vous dire "back to square one !" et à vous renvoyer à ce que je vous avais écrit tout au début de votre recherche sur la 5e colonne et sur l'intervention des hommes de la Brandeburg (sur le fil de IRGD ou en MP)...

En résumé, oui toute opération d'envergure comporte des phases dites "préliminaires" qui consistent à déclencher des actions offensives à grande valeur ajoutée, principalement au profit de l'effort principal (Schwerpunkt), mais également au profit d'une manoeuvre de "déception" visant à faire croire à l'adversaire que l"axe d'effort se situe ailleurs qu'à l'endroit où il sera effectivement appliqué ; c'est l'exemple assez récent du débarquement d'un MEU (Marine Expeditionary Unit) lors de la Guerre du Golfe à un endroit qui n'était pas du tout le point d'application de l'effort principal.

Pour en revenir à 1940, l'opération Niwi est l'exemple type de la partie des forces consentie par le commandement de l'opération, au niveau opératif (niveau du théâtre d'opérations, sous le niveau stratégique et au-dessus du niveau tactique) pour préparer et donc assurer le succès de l'axe d'effort. Les moyens ont été pris sur une unité de la Force (niveau opératif), en l'occurrence l'IRGD, pour réaliser une opération préliminaire (aérotransportée avec des Fieseler-Storch) pour tenir les points clés du terrain en attendant le raliement du gros de la Force. Cette disposition est relativement classique et sera illustrée par les actions aéroportées de nombreuses opérations ultérieures : l'armada de Fi 156 aux très faibles capacités d'emport, nécessitant de multiples rotations, sera remplacée par des aérolargages (parachutistes) et par l'utilisation de planeurs (Crête, D-day, a bridge too far, etc.). Dans tous les cas, il s'agit, pour simplifier, de s'emparer d'une tête de pont et de la tenir durant un temps le plus limité possible en attendant que la Force principale rejoigne et prenne le combat à son compte. Plus ce délai est long (programmation ou incidents de parcours), plus les troupes de l'action préliminaire encaissent des pertes et plus elles risquent d'être tout simplement anéanties ! A noter également, que plus on "tombe" sur l'objectif ou à proximité immédiate de l'objectif, plus on a de chance de s'en emparer et donc de remplir la mission (les aérolargages effectués trop loin de l'objectif au prétexte de la discrétion ont souvent débouché sur un échec au niveau du "facteur temps".

Prenons un autre exemple, que les Allemands - de l'aveu même du général allemand Hermann Balck - n'ont jamais oublié : le raid de la cavalerie d'Afrique (Brigade du général Jouinot Gambetta composée du 1er et du 4e Régiments de Chasseurs d'Afrique et du Régiment de Marche de Spahis Marocains), débouchant le 29 septembre 1918 sur la prise d'Uskub - actuelle Skopje, capitale de l'Ex-République Yougoslave de Macédoine (ERYM ou FYROM). Nous avons affaire, en l'occurrence, à une action préliminaire sur l'axe d'effort du général Franchet d'Espèrey, à haute valeur ajoutée puisqu'elle précipitera la chute de des armées allemandes du théâtre (von Mackensen) par le biais du renoncement de la Bulgarie...

Tout cela pour vous dire qu'il ne faut pas trop essayer de faire entrer - au chausse-pied- des faits isolés en ayant un avis tout fait sur leur signification. Réunir des indices, oui, mais en conservant une grande liberté d'interprétation...

Les derniers éléments que vous avez recueilli du côté allemand semblent aller plutôt dans le sens que je vous indiquais initialement. Et puis, il conviendrait certainement de prendre un peu de distance avec cette formule quelque peu galvaudée des "opérations commando"... Dans les grandes opérations, on assiste à une série d'opérations menées par les unités constituant la Force, sans qu'il faille voir à tout instant une opération "Rambo" au coin du bois ! (l'IRGD employé en aérotransport lors de Niwi, c'est, mutatis mutandis, le 110e RI, Elément Organique du IIe Corps d'Armée, entraîné à l'héliportage dans les années 80... ni plus, ni moins !).

Tout cela, Sébastien, uniquement dans le but de faire progresser le Schmilblik...

Bien cordialement,

Thierry Moné


Dernière édition par Thierry Moné le Sam 8 Jan 2011 - 23:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Deneu
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5111
Age : 63
Localisation : Près de Lille
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 17:46

Bonjour,

Comment interpréter le témoignage, semblable à beaucoup d'autres, relaté dans Militaria n°306 page 75 ?

Il s'agit d'un incident survenu lors du débarquement en gare de Crouy d'éléments du 44e BCC le 18 mai. 2 individus ayant lancé des fusées de signalisation sont appréhendés, fouillés méticuleusement et l'on trouve sur eux ordres et itinéraires en allemand.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
François Delpla
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 553
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 17:59

eh bien justement voilà une occasion d'avancer !

Penchez-vous et informez-nous sur ce que dit exactement le magazine et en particulier sur le cadre dans lequel ce témoignage aurait été recueilli, les sources invoquées, etc. Nous allons vite voir si la piste a l'air bonne, ou si nous sommes devant la millionième édition de "l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Sam 8 Jan 2011 - 23:57

Bonsoir Messieurs,

Non ce ne sont pas mes conclusions personnelles , disons que c'est le point de vue Allemand... Pour ma part je continue à chercher, pour en faire quoi, ....pas grand chose, comme vous dites M. Moné, pour faire avancer le Schmilblik Very Happy.

Merci M. Deneu, je ne connaissais pas ce numéro.
Vous qui connaissez bien le B1 Bis, connaissez vous ce passage, je viens de trouver ceci sur le site du Cercle Historique de Donchery... Fausse piste?

" au pont de Rethel sur l’Aisne, 15 mai après-midi, le général Flavigny fait disposer deux chars lourds B1 bis en bouchon, pour barrer la route nationale et contrer des chars allemands ; une colonne de réfugiés s’écoulait sur la route ; soudain, deux civils sortent de cette colonne, courent vers un des chars français, jettent une grenade incendiaire sur le moteur : le B1 Bis prend feu, l’équipage sort, sauf l’adjudant –pilote, qui meurt brûlé à son poste de pilotage …."
Etonnant aussi ça....

A bientôt
Sébastien

PS : M. Moné, j'adore votre vision de Rambo, et j'imagine avec l'accent!!!! Very Happy et merci pour vos conseils!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
François Delpla
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 553
Date d'inscription : 05/06/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Dim 9 Jan 2011 - 5:07

même remarques sur ce dernier témoignage que sur le précédent : qui témoigne ? où était-il lors de l'incident ? celui-ci a-t-il donné lieu à enquêtes et archives ? les a-t-on consultées avant d'écrire l'article ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pierre Mercadal
Adjudant-chef
Adjudant-chef
avatar

Nombre de messages : 204
Age : 70
Localisation : Tourcoing
Date d'inscription : 16/04/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Dim 9 Jan 2011 - 6:43

Bonjour.
Sur l'incendie du " France " à Rethel, le 20 mai 40, il y a des éléments de réponse dans " Hommes et matériels du 15° BCC. Chars B au combat ", à la page 132.
Au revoir.
P.Mercadal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laurent Deneu
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 5111
Age : 63
Localisation : Près de Lille
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Dim 9 Jan 2011 - 10:13

Oui, cette anecdote m'est connue, et je n'ai pas encore vérifié, mais il me semble bien que c'est dans le livre cité par Pierre que je l'ai lue.

La mythomanie était très répandue semble-t-il dans l'ATF 40....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alfred
Lieutenant-Colonel
Lieutenant-Colonel


Nombre de messages : 814
Date d'inscription : 27/11/2008

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Dim 9 Jan 2011 - 20:33

Comme je l'ai déjà dit quelque part,il y a le témoignage de Julitte relaté P260 de l'ouvrage "Weygand ,De Gaulle et quelques autres" par Henri de Wailly Quand la Dingo à bord de laquelle il se trouve descend deux hommes habillés en civil cachés dans une luzernière qui brandissent un drapeau à croix gammée tiré de leurs vêtements ,s'étant visiblement mépris sur la nationalité du blindé britannique qui arborait un petit pavillon rouge.....Ils sont trouvés porteurs d'un Tornister Funkgerat,émetteur récepteur ayant la forme d'une gamelle en haricot et porté sur la poitrine ,alimenté par piles transportées dans un ceinturon cartouchière........
Selon moi ce témoignage recouperait celui d'un civil dunkerquois relatant le regroupement d'individus porteurs de bleus de travail et de ce qu'il croit être des boites gamelles métalliques sur la poitrine après la chute de la ville...Il les voit se mettre en rang et partir au pas....les bombardements (terrestres ou aériens) ne furent-ils pas dirigés depuis l'intérieur de la poche par ces mêmes individus ???


Dernière édition par alfred le Mar 11 Jan 2011 - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nicolas Bonin
Sergent ADL
Sergent ADL


Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 07/03/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 10 Jan 2011 - 20:18

J'ai vu passer un ouvrage de Max Gallo sur le thème. Il semblait surtout traiter des liens entre certains français et le régime de Mussolini. Ayant seulement feuilleté l'ouvrage, je ne sais pas s'il contient des éléments pertinents pouvant répondre à vos questions.
Dans les témoignages d'époque, (je pense de mémoire au journal tenu par Jean Moulin) on trouve quelques actions d'agents provocateurs. J'imagine que la panique du mois de juin a pu voir naître quelques habiles escrocs pressés de déclencher des émeutes pour se livrer à la rapine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Dim 16 Jan 2011 - 22:16

Bonjour,

Voici un extrait des archives du Service Historique de Vincennes
Fiche 119 Capitaine Carribou 2ème bataillon du 147Rif.

"4° ) L’intéressé n’a jamais vu de parachutistes ni d’éléments de la 5ème colonne, mais il pense que la 5ème colonne a eu une action dans la région de TORCY ( aux acieries de LONGWY )."

Bonne soirée
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
asiate
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 01/10/2006

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 17 Jan 2011 - 21:15

Bonsoir Sébastien
Sur Longwy, je vous conseille : Pierre Ordioni Commandos et cinquième colonne en mai 1940. La bataille de Longwy Nouvelles éditions latines 1970. Je l'ai lu il y a un bout de temps, mais c'est le seul témoignage probant que j'ai trouvé sur l'action de la 5e colonne en mai-juin 1940...
Bonne soirée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
147RIF
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 39
Localisation : Donchery
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: la 5e colonne ?   Lun 17 Jan 2011 - 22:14

Bonsoir Asiate,
Merci pour cette info, je ne connaissais pas non plus cette ouvrage, pourtant j'en ai lu Very Happy
En tout cas ça commence à faire pas mal de faits!

Bonne soirée
Sébastien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.blockhausdonchery.e-monsite.com
 
la 5e colonne ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Fusilier en colonne d'attaque en JUIN 1815"
» têtes de colonne
» Colonne d'Austerlitz
» La Tête de colonne du 9e de Ligne
» Distribution par pied de colonne dans les bâtiments d''habitation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les plans, opérations et combats de 1919 à 1940 :: 39-40 : généralités-
Sauter vers: