Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Julius Caesar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicolas Aubin
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 233
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Julius Caesar   Lun 16 Aoû 2010 - 23:37

Opération Julius Caesar
Durant mes studieuses vacances, j'ai fait la découverte du "Julius Caesar Plan", une facette de la stratégie britannique méconnue en France.
Au printemps 1939, le commandement britannique a mis en œuvre une nouvelle stratégie défensive pour protéger les îles d'un coup de main allemand, il s'agit du "Julius Caesar Plan"

Il part du postulat que les Allemands ont les moyens de mener une opération amphibie et aéroportée. En effet ils estiment qu'ils possèdent 20 cargos de 4 à 5000 tonnes capables de transporter une division, transports de troupes assez rapides pour rallier Hambourg à l'Angleterre en 20 heures. Ces cargos pourraient être escortés par une trentaine de destroyers. 1000 avions de transport pourraient parachuter ou déposer au sol 4000 parachutistes et 6000 troupes aéroportées. Ces avions pourraient ensuite ravitailler la tête de pont laissant le temps à l'ennemi de conquérir un port. (Bien sûr, les Anglais surestiment les moyens allemands, en fait une division réclame 50 à 60 transports, la traversée durerait 36 heures et la Kriegsmarine n'a qu'environ 20 destroyers disponibles, mais ce qui compte ce n'est pas ce qu'ont les Allemands mais les suppositions anglaises). Au printemps 1940, les événements de Norvège ne font qu'attiser la psychose britannique et accrédite le danger.

Avec ce postulat, les Allemands sont donc une menace réelle pour l'Angleterre et il n'est pas exclu qu'en vingt heures les transports échappent à la vigilance de la Royal Navy. Il convient donc de protéger le littoral en particulier les ports. Pour le concepteur du plan, le général Kirke, il est indispensable de détruire en priorité les troupes aéroportées et les empêcher de saisir les aérodromes. Il espère ainsi démoraliser assez l'envahisseur pour le dissuader de débarquer ou au moins rendre le débarquement très hasardeux. Il donne donc la consigne aux commandements locaux (Eastern, Scottish, Northern command) de mettre en alerte un certain nombre d'unités qui seront massées sur le littoral et en des points stratégiques (aéroports, carrefour…).

Pour Kirke, les forces suivantes sont nécessaires :
RAF :
- 2 bombers squadrons en alerte permanente et dédiés à cette opération
- Le Coastal Command doit assurer des missions de surveillances
- Tous les bombers squadrons disponibles seraient engagés pour attaquer les convois ennemis une fois repérés

Home Force :
- 7 divisions (1 pr le Scottish command, 1 pr le Northern Command, 2 pr le eastern Command, 3 en réserve) avec une part importante de troupes mobiles pour écraser les paras dès leurs atterrissage.
- Le renforcement de l'artillerie côtière.

En novembre toutes les unités présentes en Grande-Bretagne sont mobilisées pour Julius Caesar. L'essentiel des entrainements sont suspendus au profit des missions de surveillance. Chaque commandant reçoit l'ordre de former des groupes de combats avec les moyens à sa disposition puisqu'aucune des divisions n'est entièrement opérationnelle.
En effet, un rapport postérieur du 31 mai 1940 indique que la plupart des divisions n'ont que la moitié de leurs effectifs en personnel (de 7 à 8 000 hommes), 1/6e de leur artillerie (souvent des pièces de la première guerre mondiale, 18 pdr et 4.5"), entre 0 et 8 pièces antichars au lieu des 48 canons de 2. Pdr prévus et accuse aussi un lourd déficit en mitrailleuses. Le même rapport recense seulement 160 Light tanks opérationnels et livrés aux unités combattantes. Fin mai 1940, Dowding déclarera que "la survie de la Nation repose sur l'aviation et la marine, si l'ennemi parvient à s'établir sur île, notre armée n'aura pas la puissance offensive suffisante pour le repousser".
Il est indéniable que ces missions de surveillance ont considérablement ralentie la formation du personnel des divisions alors que les recrues n'ont aucune expérience militaire (pas de "Service" au RU), aucune manœuvre d'ampleur n'est organisée.

En avril, le débarquement allemand en Norvège provoque des interprétations ambivalentes. L'aspect positif c'est que la marine allemande a été affaiblie, l'aspect négatif, c'est que la preuve a été faite qu'elle pouvait débarquer des troupes à la barbe de la Royal Navy. Les opérations sur le front Ouest amènent dès le 15 mai à modifier Julius Caesar. La capitulation de la Hollande et la probable conquête allemande des côtes de la Manche rallonge la longueur de côte à protéger. Les distances à franchir pour l'envahisseur sont par contre réduites facilitant les coups de main et plus difficile la couverture par la Royal Navy. Enfin une nouvelle fois, les Allemands ont montré leur maîtrise des opérations aéroportées. L'Etat major de la Home Force craint alors qu'Hitler tente le KO par des actions limitées mais violentes venant de l'air et de la mer. Kirke transmet au War Office un rapport alarmistes, listant les mesures à prendre : des forces navales légères sont déplacées vers le Channel, des opérations de minages sont lancées (et vite ralenties pour ne pas gêner le rembarquement de Dunkerque), des canons sont installés en urgence dans les estuaires de la Tamise et de l'Humber et des divisions sont déplacés pour occuper le littoral Sud-Ouest. La Home Guard est mise en alerte (250 000 volontaires au 20 mai dont seul 1/3 reçoit un fusil, les autres utilisant leurs propres fusils de chasse ou servant aux travaux de terrassement et de surveillance). Des préparatifs de sabotages des installations portuaires sont même programmés… tout comme est ordonné l'armement des policemen en prévision d'une rencontre musclée avec d'imminents parachutistes, parachutistes dont l'alerte serait donnée par les cloches des églises. Bien sûr tous les moyens terrestres et aériens doivent être mobilisés pour protéger le pays y compris les troupes en instances de départ pour la France.

Pour autant cette inquiétude face à un débarquement n'empêche pas le War office d'honorer les promesses faites aux Français et 3 divisions sont transférées en France (1st Arm div, 1st Can Inf Div, 52th ID) fin mai et début juin. Cela prouve que le War office contrairement à la Home Force n'estime pas imminent le débarquement. Là où la Home Force est davantage écoutée c'est dans le domaine aérien.

Voilà je ne sais pas si vous connaissiez ce plan et en particulier sa dimension terrestre…
Cordialement
Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas Aubin
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 233
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: Re: Julius Caesar   Lun 16 Aoû 2010 - 23:42

Voici en prime une carte du dispositif terrestre britannique le 1er mai 1940

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Julius Caesar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lucilia caesar
» Opération "Caesar"
» julius heide au rapport
» Julius Sreicher
» Les empereurs gaulois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les armées alliées et ennemies en 1940 :: Forces Alliées en 1940 :: Grande-Bretagne-
Sauter vers: