Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Deux amis, deux vues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tabora-Mahenge
Sergent-chef
Sergent-chef


Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Deux amis, deux vues   Ven 11 Juin 2010, 13:05

Bonjour,

vu que je suis de bonne humeur, et pour un peu donner le change, je vais vous soumettre non pas un what if dans le sens stricte du terme, mais bien deux vues de deux amis (entre-eux), auteurs de surcroit (tout deux) sur les préparatifs militaire belge et la campagne de mai 40.

pour le moment, je vais être bref:

. l'un pense que l'EMGA belge à tout fait pour amener l'armée française à ne pas se limiter à la ligne KW mais à les "forcer" à se rendre sur la ligne défensive du canal Albert.

. l'autre pense que tout à été faits pour "laisser passer" l'armée allemande par le territoire belge, en faignant de se défendre, afin qu'elle aille se battre sur le sol français.

Voilà, ni uchronie, ni what if; deux pensée et deux courants.

NB je ne citerai pas les noms évidement.


cdlt

Mick
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vincent lahousse
Lieutenant
Lieutenant


Nombre de messages : 352
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: Deux amis, deux vues   Ven 11 Juin 2010, 13:58

A première vue des Cartes et de l'ordre de bataille Belge (fortification compris), on peut penser, a tord ou à raison, à un amalgame des deux courants :

- Tenons la Flandre derrière la Meuse.
- Laissons les allemands traverser les Ardennes et combattre les Français sur la frontière Franco-Belge.

Ces "deux pensée et deux courants" ne sont alors pas si opposé que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deux amis, deux vues   Ven 11 Juin 2010, 17:48

Je pense qu'il faut rajouter que les Ardennes ne présentaient aucun intérêt stratégique pour la Belgique , aussi un volant de douaniers et chasseurs ardennais mobiles , destinés a se replier sur les positions défensives plus au nord semblait la meilleure tactique a employer .
Ceci va dans une position ou la Belgique seule est attaquée , par l'est .
Si l'on considère le voisin Français , il devient apparent que "livrer" les Ardennes offre un front entre la France et l'Allemagne , qui dépasse celui du Rhin , et donc peut soulager la défense Belge .
Mais on le sait , la belle zone de batailles "historique" se situe un peu plus au nord, réputée être un couloir d'armées , et c'est la ou le corps de cavalerie Français rencontrera les Panzers .
L'un dans l'autre donc , et vu les positions de Petain concernant les Ardennes, il était préférable , pour la Belgique , de laisser passer l'infanterie allemande plutôt que d'y résister avec acharnement , puisque a la sortie des forets , le soldat français attendait ...
Ceci n'est que mon avis , et n'engage que moi .

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Tabora-Mahenge
Sergent-chef
Sergent-chef


Nombre de messages : 155
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: Deux amis, deux vues   Mar 22 Juin 2010, 02:46

Bonjour.

vincent lahousse a écrit:
A première vue des Cartes et de l'ordre de bataille Belge (fortification compris), on peut penser, a tord ou à raison, à un amalgame des deux courants :

- Tenons la Flandre derrière la Meuse.
- Laissons les allemands traverser les Ardennes et combattre les Français sur la frontière Franco-Belge.

Ces "deux pensée et deux courants" ne sont alors pas si opposé que cela.

L'amalgame des deux courants n'est pas une vue courante, mais oui, le sujet est intéressant. Il attise ma curiosité.

La Flandre est derrière la Meuse... mais la Meuse est en Wallonie. Je l'indique, à toute fin utile. Mais votre vue se tient, à mon sens.


alain adam a écrit:
Je pense qu'il faut rajouter que les Ardennes ne présentaient aucun intérêt stratégique pour la Belgique , aussi un volant de douaniers et chasseurs ardennais mobiles , destinés a se replier sur les positions défensives plus au nord semblait la meilleure tactique a employer .
Ceci va dans une position ou la Belgique seule est attaquée , par l'est .
Si l'on considère le voisin Français , il devient apparent que "livrer" les Ardennes offre un front entre la France et l'Allemagne , qui dépasse celui du Rhin , et donc peut soulager la défense Belge .
Mais on le sait , la belle zone de batailles "historique" se situe un peu plus au nord, réputée être un couloir d'armées , et c'est la ou le corps de cavalerie Français rencontrera les Panzers .
L'un dans l'autre donc , et vu les positions de Petain concernant les Ardennes, il était préférable , pour la Belgique , de laisser passer l'infanterie allemande plutôt que d'y résister avec acharnement , puisque a la sortie des forets , le soldat français attendait ...
Ceci n'est que mon avis , et n'engage que moi .

Alain


On va se permettre de différencier les deux, si vous le voulez bien, pour une meilleur compréhension.

L'Ardenne, c'est en Belgique, et nomme la zone belge, situé grosso-modo, a l'est ] Givet- Namur ] et au sud [Namur - Visé ] de la Meuse. et ce, jusqu'au frontière commune avec le Royaume des Pays-Bas, Le Reich Allemand, le Grand-Duché de Luxembourg et la République Française.

Les Ardennes, c'est en France, vous le savez mieux que moi sunny

Alors, oui, l'Ardenne n'avait pas de valeur stratégique pour l'EMGA/le Gouvernement en fonction. Les deux courants s'entrechoquait, c'est notoire.

Par contre, pour les ardennais... c'est une autre affaire.

Le ministre Albert Devèze en à fait son cheval de bataille électoral: la défense de la Belgique à sa frontière.

. Création d'un réseau dense d'abris basique, charnières prévues dans les combats retardateurs. Mais en 1940, moins d'une dizaine serviront....leurs usages n'entrait plus dans les plans en vigueur en 1939/1940. Les portes étant également cadenassé... bien que celà ne soit pas vraiment un obstacle... mais je dérive. Pardon.

. De couteux travaux "politiquement important" (pour le ministre Devèze) mais de "stratégiquement inutile" (pour l'E.M.G.A.), le renforcement des fortifications autour de Liège (la panoplie des PFL).

. Création d'unités "frontière", tout d'abord, les Cyclistes-frontière, dont le champ d'action se situait de Lanaken, au nord ouest d'Eben-Emael, a Elsenborn. Et ensuite, les "cyclistes-frontière" de l'Ardenne, les Chasseurs Ardennais (1)


La monté de l'armée française dans le front situé entre le (large) couloir représenter par Perwez (N) et Arlon (S) aurait été "déforcé" par le mouvement retardateur/ de repli, circulaire montant du groupement "K". Mouvement ayant pour objectif de retarder suffisamment l'avancée allemande, pour être rejoint par la relève française. Le front compris entre "Namur" et Perwez, à savoir la discontinuité de la Ligne KW dans cette zone ne serait pas étrangère à la volonté (politique? Militaire?....) de déforcer le secteur à desseins, contraignant les unités française à monter aux delà de leurs plans, au niveau du Canal Albert.

L'histoire nous apprendra que cet objectif n'a pas été atteint, au contraire, hormis les combats à Gembloux, l'armée française ne comptabilisera plus de victoire pour cette année.

L'armée belge n'aura pas beaucoup plus de chance, hormis quelques combat retardateur, encore moins, les britanniques, ne parlons malheureusement pas de nos voisins hollandais.

Et ce couloir d'attaque ne servira que l'avancée allemande.

Sur ce:



Avez-vous entendus parler de ses essais d'une ligne de défense composé de fortins "secret"; qualité obtenue par le secret entourant leurs localisations "indécelable" et pour cause?

Le projet indiquant la nécessité de retarder l'avance ennemie, suffisamment, le temps que l'on puisse construire pendant ce laps de temps, des abris similaire aux "devèze", sur des lieux étudier au préalable, rester secret. Se secteurs aurait pût être la ligne KW.

cdlt

Mick




______________________________________________________




(1) Dans les nécrologies parue, principalement "hors du Royaume", lors du décès de Mr Raymond LEBLANC, bien connu pour avoir crée et géré le défun Journal de Tintin , figuraient les termes de "douanier", de "garde frontière", etc. Les douanes dépende du ministère de finance, et les Chasseurs Ardennais du ministère de la Défense National.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Deux amis, deux vues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de prières pour deux amis
» Habit de neige Deux par Deux garçon - 24 mois
» Il les envoie deux par deux
» Deux poids, deux mesures!
» Demande de prières pour deux jeunes Italiens morts dans la montagne au Vénézuéla le 13 avril 2010.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: L'armée de terre française de 1919 à 1940 :: Enigmes-
Sauter vers: