Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez

Aller en bas 
AuteurMessage
sergeH
Aspirant
Aspirant


Nombre de messages : 295
Date d'inscription : 29/08/2009

MessageSujet: GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez   Mar 17 Avr 2018 - 13:08

Bonjour à tous,
Je m'étonne un peu que l'article consacré à Jean Claude Delhez n'ai pas (encore?) suscité de commentaires. En ce qui me (nous) concerne, (en tant que membre du musée du souvenir français de Haut-le-Wastia) il m'interpelle dans la mesure ou notre région fut très concernée par la déferlante Pz dans les journées du 12 au 15 mai 1940. Le livre de Karl Heinz Frieser qui démontait un peu le mythe "Rommel" et celui de la blitzkrieg m'avait déjà intéressé et voilà qu'un auteur franco-belge amène à se poser des questions sur le phénomène "Panzer". Est ce une tendance du moment ou plutôt un vrai questionnement sur une réalité qui fut, semble t'il , très façonnée par une suite d'événements parfois chanceux? Mon idée n'est pas de créer une polémique mais d'ouvrir peut-être un champ de discussions/réflexions. Mes commentaires au musée allaient dans le sens assez communément admis des 3 groupes de 1000 chars opposés à 1000 groupes de 3 chars dont Jean Claude Delhez nous dit (c'est sa vision des choses) que l'esprit seraient plutôt que l'arme blindée serait en soutien de l'infanterie et que l'intention allemande n'était guère différente même si les observateurs ont été marqués ("par la crainte qu'ils suscitent") par la présence massive de chars ennemis. Enfin la présence de la "pervitine", que je mentionne au cours de mes visites, si elle est encore un peu "confidentielle" apporte un peu d'éclairage sur la forte vitalité du fantassin allemand au cours de la campagne de Belgique et de France.
Merci de faire part de vos réflexions à ce sujet et un grand merci à François d'avoir ouvert ses pages à ces sujets "délicats".
sergeH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantassin
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 09/06/2017

MessageSujet: Re: GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez   Mar 17 Avr 2018 - 15:54

Bonjour,

Pour être très honnête, l'approche consistant à voir des "mythes" partout, mythes "enfin démontés" par des auteurs qui assurent avoir eux compris ce que des générations d'historiens avaient été trop bêtes pour appréhender avant eux me fatigue et disqualifie par principe ces ouvrages.

C'est d'ailleurs l'approche que le magazine Guerres & Histoire emploie régulièrement, et pas toujours avec bonheur d'ailleurs. J'ai en particulier le souvenir de leur dossier sur les parachutistes qui était truffé de contre-vérités.

Cordialement

F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eric Denis
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 5168
Age : 51
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez   Mar 17 Avr 2018 - 18:08

Bonjour,

J'avoue moi aussi trouver la thèse de Jean Claude Delhez pour le moins contestable, en tous cas à mon sens. Si certains éléments présentés sont indiscutables, comme par exemple le fait que la percée initiale sur la Meuse en 1940 soit l'oeuvre de l'infanterie, il n'est pas inutile de rappeler que les Panzer ne peuvent franchir le fleuve sans la construction de ponts flottants ou la mise en service de passerelles et que ces moyens nécessitent au préalable la prise de la rive adverse afin de soustraire les unités du génie chargées de leur réalisation à la vue et au feu ennemi.

De plus, percer les lignes ennemies sans pouvoir exploiter ne sert pas à grand chose, celui-ci pouvant reconstituer une ligne défensive un peu plus loin. C'est d'autant plus vrai avec la généralisation de la motorisation au sein des armées, permettant d'envoyer des renforts plus rapidement sur le secteur de la percée.

Mais, pour reprendre l'exemple de Sedan en 1940, une fois la percée réalisée, ce sont les Panzer-Divisions qui l'exploitent, très souvent blindés en tête comme en témoignent les archives allemandes. Par conséquent ils sont en grande partie responsables de l'isolement du GA1 du reste des forces alliées. Comme on peut le voir sur les cartes, l'infanterie motorisée joue principalement un rôle d'occupation du terrain conquis par les Pz.D. dans l'attente des Infanterie-Divisions classiques, mais elles ne sont que rarement en tête des attaques.

Lorsque l'on observe avec attention l'action de l'arme blindée, il existe de nombreux exemples où les chars ont joué un rôle majeur, à commencer par les débuts de son histoire avec les batailles de la fin de la Première Guerre mondiale où ils ont permis de percer les lignes allemandes sans engendrer les lourdes pertes provoquées par l'obtention d'un résultat similaire par une attaque d'infanterie.

Alors certes, le char n'est pas une arme "absolue", non dénuée de faiblesses et adaptée à tous les types de combat, mais il est d'abord un excellent moyen d'apporter des armes puissantes et protégées par un blindage au sein du dispositif ennemi, tout comme il est capable de parcourir de grandes distances journalières et par conséquence engendrer par ses feux puissants une action majeure sur les arrières ennemies.

Si le char, dans l'offensive, est engagé seul face à l'ennemi, il ne peut que difficilement emporter la décision en raison de ses faiblesses. Mais il reste la puissance majeure du système de la division blindée, et sans lui, les capacités de ce type de grande unité seraient fort limitées en terme de puissance de feu mobile, ne nécessitant aucune préparation pour engager l'ennemi, à l'image de l'artillerie.

Un autre de ses atouts consiste à pouvoir avancer plus rapidement que le temps étant nécessaire à l'ennemi pour redéployer une ligne de défense après avoir reculé. Bien souvent, les pièces antichars sont prises en flagrant délit de mouvement ou abandonnées sur leurs positions faute de pouvoir être déplacées à cause du feu ou de la progression ennemis, comme ce fut bien souvent le cas, par exemple, durant Fall Gelb et Barbarossa. En conséquence, les divisions d'infanterie se retrouvent privées d'une part importante de leurs moyens antichars et donc de leur capacités à résister aux attaques blindées.

Or, une attaque d'infanterie ne peut obtenir un résultat similaire car il suffit d'un tir soutenu d'armes légères pour stopper sa progression. Il lui faut alors attendre un soutient d'armes lourdes ou d'aviation pour reprendre son mouvement. Et ce délai sera inévitablement mis à profit par l'ennemi pour se rétablir.

Ce constat amena d'ailleurs les stratèges à considérer le char et le chasseurs de chars comme la meilleure arme antichar, jusqu'à l'arrivée des missiles AC à moyenne et longue portée d'infanterie ou héliportés et le renforcement considérable de la puissance de feu de l'infanterie par les lance-roquettes, ce moyen nécessitant néanmoins une certaine proximité avec les blindés ennemis. Ces nouvelles armes sonnèrent d'ailleurs le glas du canon antichar tracté.

Je n'en affirme pas pour autant que l'infanterie ne joue pas un rôle majeur dans la guerre, je soutiens en revanche que les moyens offensifs et défensifs d'une armée, qu'elle soit d'hier ou d'aujourd'hui, sont très amplement accrus par la présence des chars, dans la mesure où leur coopération avec les autres armes est acquise.

Ensuite, en réponse au message de Fantassin, je rejoins son avis concernant cette nouvelle mode de tenter de remettre en cause bien des principes reconnus depuis longtemps par de nombreux historiens et spécialistes. Sans préjuger des causes de ce courant de pensées (même si j'ai mon idée sur la question) et sans oublier qu'en Histoire, un fait admis ne l'est que jusqu'à preuve du contraire, il faut néanmoins apporter de sérieux éléments particulièrement sourcés pour le remettre en cause.

Or, et trop souvent, l'on a tendance à juger des faits historiques en fonction de l'état actuel des connaissances, tant sur l'enchaînement des événements que sur les résultats des décisions prises à l'époque, et c'est une erreur majeure et manifeste. Un fait historique ne peut qu'être jugé en fonction du contexte de son époque, en tenant compte de nombreux facteurs militaires, économiques ou politiques et de l'état des connaissances qu'avaient les décisionnaires lorsqu'ils ont tranché.

Enfin et non des moindres, prétendre que le char est, et à toujours été inutile, c'est apporter un jugement de valeur fort critiquable sur tous les décideurs qui, depuis un siècle, ont considéré cette arme comme incontournable, et ce, en dépit de l'importance des coûts et des moyens de production nécessaires à sa fabrication.

J’imagine que les innombrables victimes des chars durant les nombreux conflits qui se sont succédés depuis leur apparition sur les champs de bataille doivent se retourner dans leurs tombes, à commencer par celles de l'IRGD décimées par les B1 bis français du côté d'un petit village ardennais tristement célèbre.

_________________
Cordialement
Eric Denis


Dernière édition par Eric Denis le Mar 17 Avr 2018 - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eric-denis.wifeo.com/
Fantassin
Adjudant-chef
Adjudant-chef


Nombre de messages : 216
Date d'inscription : 09/06/2017

MessageSujet: Re: GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez   Mar 17 Avr 2018 - 18:46

Remarquables développements M. Denis !

De mon point de vue, la démarche de ce livre telle qu'expliquée dans GBM 124 à un travers majeur: elle se focalise sur le moyen ("le char") et pas sur les effets obtenus.

C'est une erreur classique chez les non-praticiens; dans la réalité, un chef de guerre demande un effet à obtenir, pas une liste d'unités équipés de tels et tels matériels; de l'effet à obtenir il déduit les moyens dont il a besoin; toute démarche commençant par les moyens est biaisée d'un point de vue tactique, opératif ou stratégique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez   

Revenir en haut Aller en bas
 
GBM n° 124 - Autour de la thèse de Jean-Claude Delhez
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qu'a-t-on de sérieux sur Jean XXIII ?
» Les livres de littérature de jeunesse autour du personnage du RENARD
» Projet interdisciplinaire autour de la Mine: Help aux chtis (et aux autres)!
» Taille d'échantillon - Thèse de Médecine Générale
» recherche lieu de retraite dans region autour de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: GBM - Histoire de Guerre, Blindés & Matériel :: La revue et les articles-
Sauter vers: