Forum consacré à tous les aspects de l'armée française entre 1919 et 1940.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  Signaler un problème techniqueSignaler un problème technique  

Partagez | 
 

 Forces Françaises en Indochine 1939 1945 nouveau texte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bouteur
Caporal ADL
Caporal ADL


Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 01/02/2015

MessageSujet: Forces Françaises en Indochine 1939 1945 nouveau texte   Lun 22 Mai 2017 - 19:47

Comme annoncé j’ai repris le premier texte en incluant les différentes précisions ou rectifications apportées par les camarades du forum. J’ai repris complètement la partie Génie. J’ai ajouté quelques faits d’armes cités par différents chroniqueurs. Je crois avoir cité toutes mes sources. J’ai rectifié  le paragraphe  d’entrée en matières.

---
 
Je me suis permis d'évoquer la période 1940/1945 dans la Fédération Indochinoise bien que ce ne soit pas le sujet du Forum.
Contrairement à ce qui s'est passé en France où  les combats des unités régulières ont cessé après l'Armistice, avec les conséquences pour l'Armée Française  que l'on connait, le corps de Bataille de la Fédération Indochinoise est resté théoriquement le même de 1940 à 1945.
En fait il a évolué mais négativement, matériel  usé, munitions non complétées ou renouvelées. Le personnel  européen était  physiquement usé. Aucune aide n'a pu être obtenue des pays en guerre contre le Japon. La métropole était trop loin et sans possibilité d'acheminer effectifs et armements. Les conditions des traités avec les Japonais imposaient une cohabitation sur le territoire avec d'importantes troupes japonaises équipées d'un armement moderne. En plus le commandement a du faire face à l'attaque du Siam en 1941.
Ils étaient seuls et ils ont du faire face. De plus ces Japonais racistes et xénophobes ont décidé de détruire tout ce qui était organisé dans le territoire en commençant par les unités militaires de façon à ce qu'il ne reste rien de la colonisation et que la région tombe dans leur sphère d'influence. En ce qui concerne les régiments et bataillons de la fédération Indochinoise la destruction a été quasiment complète car les archives sont rares.

Donc pour revenir au premier texte :

A noter que la mobilisation de l’armée sur cette colonie va se faire après que la décision de l’organisation du territoire soit prise le 19/08/1939.
Il y aura mobilisation des réservistes et mise sur pied d’unités supplémentaires.
De juin 40 à Avril 1941 pressions des Japonais pour obtenir des droits de passage et des droits d’occupation sur le territoire..
Le Général Catroux ne pouvant obtenir aucune aide des britanniques, des américains et du gouvernement, cède sans prendre l’avis de son ministre de tutelle. Il est limogé et remplacé par l’Amiral Decoux qui se trouvait sur place.
Début 1941 le Siam déclare les hostilités et lance une offensive  à partir de ses frontières du Cambodge et du Laos. Il s’empare du Laos et échoue au Cambodge. Une contre-attaque française stabilise la situation à terre. Une flotte de circonstance de la marine française détruit la flotte du Siam le 17 Janvier 1941.
Le 28 Janvier1941 l’armistice est signé à l’avantage du Siam soutenu par les Japonais.
Il semblerait que des renforts en encadrement métropolitain soient arrivés à la Colonie après 1940.
Il est difficile de décrire la situation en Indochine après les combats contre le Siam sans évoquer la fin tragique   des forces de la fédération indochinoise.
Déja le 22 Septembre 1940 les Japonais, malgré un accord signé  sur un droit de passage, attaquent les forces du dispositif à proximité de la frontière Chinoise sur 70 km de front et aprés 3 jours de combat le P C d'Hanoi donne l'ordre du cessez le feu et la  garnison de Langson doit rendre ses armes aux Japonais.
Ensuite aprés des accords passés avec le Gouvernement Français, 63 000 soldats Japonais débarquent en Indochine avec 350 avions et 230 Blindés.Ils vont cohabiter avec les unités franco-Indochinoises de  la colonie.
En 1944 suite à l'évolution des combats en Europe, le Gouvernement Japonais décide d'un coup de force afin de détruire les forces coloniales de la fédération  de façon à ce que les trois nations : Vietnam, Cambodge, Laos accèdent à l'indépendance et tombe sous la dépendance du Japon.
Les unités de la colonie sont vite submergées vu la supériorité, en nombre et en armement, de l'ennemi. Il en résultera des unités qui vont défendre leurs positions jusqu'au dernières munitions. Leurs défenseurs survivants seront assassinés; d'autres unités dans le nord Tonkin arriveront à se replier dans des zones d'accès difficiles et certaine arriveront à se réfugier en Chine. En Annam, Cochinchine et Laos des troupes de garnison seront, après combats  et assassinats d’européens, internés, d'autres gagneront la brousse et la tiendront quelques mois jusqu’à ce que la famine les oblige à se rendre.

                                            Situation générale 
 
EN  1939 le Général CATROUX est Gouverneur  Général de l’Indochine
IL est limogé par le Gouvernement   et remplacé par l’Amiral Decoux  le 22/7/1940.

Les premiers mois de 1939, l'Indochine dispose pour sa défense et sa sécurité intérieure de:


FORCES TERRESTRES :

Unités combattantes.
29 bataillons d'infanterie
7 groupes d'artillerie
2 Compagnies de Chars FT
2 Escadrons d’automitrailleuses
2 compagnies du génie   qui forment après la mobilisation et avec le renfort de réservistes
1 Bataillon à 3 compagnies dont une spécialisée voie ferrée.
2 Compagnies  mixtes de Télégraphistes Coloniaux
1 compagnie mixte de Sampaniers équipée pour les franchissements
Soit, 30.000 hommes dont 17.000 Indochinois.
Après mobilisation des réservistes 3 Divisions sont formées, chacune comprenant 3 Brigades.
Une division est en place au Tonkin, une deuxième en Cochinchine et une dernière est en charge de l’Annam, Laos.


FORCES NAVALES DE LA MARINE INDOCHINE :
D’après   Calao   Capu Rossu

Suivant l’Instruction 186 FMF 3 du 30/09/1939, la situation des Forces Navales d’Extrême Orient est la suivante (pour les bâtiments stationnés en Indochine) : 
 
5ème Division de Croiseurs : Lamotte Picquet **** -
Avisos coloniaux : Amiral Charner – 
Avisos anciens : Tahure. -  Marne
Croiseurs auxiliaires : X 1 Aramis (en armement à Saigon)  jusqu’au 24/06/41.
 
Canonnières : Avalanche – Commandant Bourdais – Mytho – Tourane – Vigilante -Françis-Garnier
Hydrographes : La Pérouse – Octant – Astrolabe
56ème Section de Dragage : AD 304 De Lanessan
57ème SD : AD 305 Beryl – AD 314 Capitaine Coulon – AD 315 Paul Bert – AD 316 Jean Dupuis – AD 318 Directeur Général Picanon – AD 347 Armand Rousseau – X 37 Jean Riquier
Sous-Marin disponible: Monge du 6/3/41 au 12/41

L’Artillerie de côtes est rattachée  aux RAC de l’Armée de Terre.

Concernant l'Aéronautique Navale des FNEO, voici deux ordres de batailles :
D’après Romogolus
En ne citant que les aéronefs des Bâtiments  présents en 1940

Septembre 1939 :
Amiral commandant les FNEO en Indochine (Cat-Laï) :
1 Loire 130
Escadrille HS6 : 
Croiseur Lamotte-Picquet : 2 Gourdou-Leseurre GL-832HY
Aviso colonial Amiral Charner : 1 Potez 452
Note : .
Le Lamotte-Piquet embarque parfois des Potez 452 à la place des GL-832HY.
Octobre 1940 :
Dans la 2° moitié de septembre, les hydravions présents sont débarqués et regroupés au sein de la Section d'hydravions de Marine. Elle est basée à Cat-Laï avec l'escadrille n°5 (sur Loire 130) de l'armée de l'Air puis migre à Réam, fin octobre même si Cat-Laï semble être restée un genre "terrain de base"...

SHM au 28 octobre 1940 (Cat-Laï et Réam) : 
2 Loire 130
3 GL-832HY
3 Potez 452
FORCES AERIENNES :
Organisation de l'Armée de l'Air au 03/05/1940
D’après    Jean-Francois Althaus

Groupement mixte aérien 595
escadrille 1/595 : 9 Potez 25 TOE + 1 Potez 29 sanitaire
escadrille 2/595: 9 MS 406 + 3 Caudron 635 Simoun (section d'entraînement)

41e groupe aérien autonome
état-major de groupe : 2Potez 25 TOE
escadrille 1/41 : 3 Potez 25 TOE + 3 Potez 542 + 1 Potez 29 sanitaire
escadrille 2/41 : 3 Potez 25 TOE + 3 Farman 221

Groupement mixte aérien 596

escadrille 1/596 : 9 Potez 25 TOE + 1 Potez 29 sanitaire

42e groupe aérien autonome
escadrille 1/42 : 6 Potez 25 TOE + 2 Potez 542 + 1 Potez 29 sanitaire
escadrille 2/42 : 9 Loire 130 + 3 CAMS 55 (hors dotation) + 1 CAMS 37 Lia

Bataillons de l'air 211 et 212

Au 03/05/1940 il y a 61 avions en ligne.

Les 5 premiers MS 406 arrivent en Indochine en octobre 1939. L’escadrille 2/595 est créé le 01/10/1939. La seconde, 2/596, le sera le 10/10/1940.


L'armée de l'Air emploie des hydravions Loire 130 (et non avion de reconnaissance-bombardement) au sein d'une escadrille : la 1/CBS. Selon le site France 1940, au 10 mai, ils sont 8 avec 4 hydravions CAMS 37 et 55, plus anciens. En 1939-40 le Loire 130 est un très bon hydravion embarqué, donc dédié à la reconnaissance et au réglage de tir des navires (comme le Super marine Walrus) ; les CAMS en revanche...
Source : « L'aviation française en Indochine des origines à 1945 »
Christophe Cony, Michel Ledet + Lucien Morareau
Lela Presse 2012



A la sortie du conflit avec la Thaïlande l'armée de l'air ne possède plus que 95 appareils dont 32 indisponibles. En février arrive un renfort de pilotes mais pas d'avion.
Avec cette disponibilité les différentes mission demandées sont assurées: évacuations sanitaires, convoyages, travaux de relevés topographiques, transports d'autorités et en plus 11 convoyages clandestins sont assurés  à destination soit de Calcutta soit de la Chine.
Les personnels non affectés au service des rares aéronefs forment à partir de juillet 1944 des unités de combats terrestres : Les groupes mobiles, équivalents à des compagnies d'infanterie et pouvant assurer des missions de" Dragons Portés" étant équipés des camions des échelons de la base et de mitrailleuses Lewis et Mac récupérées sur les appareils indisponibles avec en complément des mitrailleuses en provenance de l'armée de Terre.

Voici le destin d’une de ces unités

Le 9 mai 1945 le groupe mobile de la base de Vat-Chay, reçoit l'ordre de rejoindre la région de Tien-Yen après avoir détruit les hydravions restants sur la base. Le détachement, 70 tirailleurs, 9 S:officiers et le Capitaine Estienne part le 10/3/1945  avec 3 camions et prend position sur ordre sur une colline en avant du dispositif. Ils tiendront 3 jours et 2 nuits  malgré les attaques incessantes des japonais. Etant encerclés avant que l'ordre de repli leurs parvienne le 13 Mars au matin, ils seront submergés par le dernier assaut japonais. Les survivants seront achevés à coups de sabre et de baïonnette.
Ils n'étaient ni coloniaux ni légionnaire mais ils ont "fait" Bazeilles et Camerone. Honneur à eux.
N.B. : le Capitaine Estienne avait, avant de partir de la base, confié les familles de ses subordonnés à la direction des charbonnages du Tonkin à Hongay. Bien lui en a pris car aucun du détachement ne reviendra.
En 1946 le S/Lt Gransilly ancien de l’escadrille 1/CBS reviendra à Tien-Yen afin de donner une sépulture décente à ses camarades. Il retrouvera 3 rescapés des tirilleurs qui avaient pu se dissimuler parmi  les cadavres de leurs compagnons et ensuite se réfugier dans les villages voisins. L’un d’entre-eux le Sergent BAO  avait été amputé d’une jambe.
 
Source http://www.anai-asso.org/NET/img/upload/1296_Bulletin20064.pdf


COMMANDEMENT SUPERIEUR DES TROUPES D'INDOCHINE
Général MARTIN                 1939
Gal MORDANT                   20/1/41

Cdt de la  Division du Tonkin.

Gal  CAZIN                            1939
Gal AYME                               10/3/41
Gal Lemonnier   Cdt la 3ème Brigade de la Division du Tonkin 1943/1945
Décapité le 10 Mars 1945 par les Japonais suite à son refus de signer  l’ordre de capitulation totale à transmettre à ses Troupes qui résistaient encore.
                                               
 BRIGADE ANNAM-LAOS
     
Gal BOURDEAU                    1939
Gal TURQUIN                         24/1/41

Cdt de la  Division  COCHINCHINE-CAMBODGE    

Gal DERENDIGER       19/3/38 au16/4/41
Gal PELLET                 16/4/41 au 8/41
Gal QUILICHINI             8/41


UNITES COMBATTANTES de l’ARMEE de TERRE PRESENTES EN INDOCHINE EN 1939


9° Régiment d'Infanterie Coloniale (9°RIC) Garnisons: Hanoi - Langson - Cao-Bang Bac Kan - Thai Nguyen

10° Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale (10°RMIC)  Hué - Savannakhet Vinh – Vientiane
Participe aux opérations contre le Siam avec la Brigade d’Annam
Disparaît au combat les  9 et 10 Mars 1945
11° Régiment d'Infanterie Coloniale (11°RIC) Saigon - Thu Dau Mot – Cambodge
Interné après le coup de force des japonais.
A participé aux opérations contre le Siam avec la Division Cochinchine Cambodge.
Après libération un millier d’hommes participent aux combats de 1945 pour la reconquête.

19° Régiment Mixte d'Infanterie Coloniale (19°RMIC)  Haiphong - Quang Yen Moncay - Tien Yen Yen Bay – Cambodge
Créé en Mai 1933.
Participe aux opérations contre le Siam avec la division Cochinchine Cambodge
 Disparait les 9 et 10 Mars 1945. 
.
1° Régiment de Tirailleurs Tonkinois (1°RTT) Hanoi'- Tong Langson - Lao-Kay - Laïchau Hagiang - Phong Saly
Créé en 1884.
Participe aux combats contre le Siam
Dissous après l'attaque Japonaise de 1945

3° Régiment de Tirailleurs Tonkinois (3°RTT) Bac Ninh – Langson,  Dap Cau, Cao-Bang Lang Son - Ky Lua
Créé en 1885
Participe partiellement aux opérations contre le Siam en Janvier 1941.
Considéré comme dissous après le coup de force des Japonais, ses garnisons le long de la frontière Chinoise ayant été anéanties


4° Régiment de Tirailleurs Tonkinois (4°RTT) Nam Dinh - Yen Bay Ha Giang - Kien An
2ème création en 1898.
Est dissous en 1945 suite aux pertes importantes après le coup de force des Japonais.

Régiment de Tirailleurs Annamites : Saigon, Tay-Ninh, Cap St Jacques
Participe aux opérations contre le Siam
 
Régiment de Tirailleurs Cambodgiens : Phnom-Penh, Kratié, Battambang, Kampong-Cham. Participe aux opérations contre le Siam avec la division Cochinchine Cambodge
 
5° Régiment Etranger d'Infanterie (5°REI)        Viétri – Tong - Dap Cau - Tuyen Quang 
Créé le 1er septembre 1930, le régiment est réparti dans les garnisons d'Indochine française, notamment au Tonkin.
 Deux bataillons participent aux combats contre les Siamois (1940-1941) (1° et 3° bataillons)
 Le régiment fait face aux Japonais qui assaillent l'Indochine en mars 1945 ; une partie des hommes (colonne Alessandri) parvient à se réfugier en Chine avant que l'unité ne soit dissoute le 1er juillet 1945.

5° REI : colonel Imhaus (au 22 octobre 1936) puis lieutenant-colonel De Cadoudal (au 15 juin 1939)  (Indochine)    D’après   RSCHERER
1° bataillon : commandant Bjerring, jusqu’en mars 1941 (Tong),
2° bataillon : commandant Marcelin puis commandant Puaud (Dap Cau),
3° bataillon : commandant Belloc (Tuyen Quang).


Bataillon de Tirailleurs Montagnard du Sud Annam
Un Bataillon de Marche est mis sur pied avec les survivants, il participe à la libération d’une partie du pays 
Participe aux opérations contre le Siam.

Le 16ème RIC  (3 Bataillons)  fait mouvement de Chine vers l’Indochine en Janviers 1940. Il est affecté à la brigade d’Annam et prend garnison à Nha-Trang.
Participe aux opérations contre le Siam avec le 2ème Bataillon

4° Régiment d'Artillerie Coloniale (4°RAC)     Hanoï - Lang Son - Dap Cau - Tong Haïphong - Do Son
Création  1/1/1904
22 au 25/9/1940 participe à la défense de Langson contre les japonais
Du 1/12/40 au 28/1/41 participe  en tant que 4ème RAC de marche( I, IV, VII, Groupes et la 4ème Batterie ) Section de 155 Longs, Section de Orlikon, Batterie de 75 AA aux opérations contre la Thaïlande
Détruit par le coup de force des Japonais.
 
5° Régiment d'Artillerie Coloniale (5°RAC)      Saigon - Phnom Penh - Cam Ranh - Cap Saint-Jacques
Création le 1/1/1901
Participe aux opérations contre le Siam par les 1° et 2° Groupe 
(Batterie de 138,6, Batterie de 90 et section AA)
Détruit par les Japonais les 9 et 10 Mars 1945
 
Télégraphistes
D’après     avz94

Depuis 1930 on trouve en Indochine deux Compagnie Mixtes de Télégraphistes Coloniaux, indépendantes l'une de l'autre, celle du Tonkin du Capitaine Ferrut et le celle de Cochinchine du Capitaine Pelletier. A la mobilisation chacune des compagnies se vit adjoindre une section de construction de lignes.
De plus en 1939 fut créé un Commandement des Transmissions dont le premier responsable fut le Commandant Caillat du Génie.
Ces unités sont bien mentionnées sur le Bulletin Officiel n° 328/2
 
GENIE MILITAIRE (historique)

Était présent à chaque phase de la conquête depuis 1858 avec des détachements  en provenance des régiments du Génie de métropole. Dans les intervalles de ces présences les autorités du territoire ont mis sur pieds en 1869 une unité spécialisée Génie, puis en 1863 une deuxième avec des auxiliaires Annamites  puis Tonkinois non armés et encadrés par des marsouin (ou Bigors?). Les officiers étaient Bigors car ces unités étaient assujetties à l'Artillerie de Marine. Les officiers du génie ont toujours été présents au service des travaux tout en participant à des opérations de combat où leur technicité était nécessaire.
En 1903 le comité consultatif de la défense des colonies préconise la formation d'unités de tirailleurs spécialisés  et encadrés par des cadres du Génie afin d'assurer les missions propres à cette arme. Deux compagnie sont constituées le 5/11/1904 pour le Tonkin et la Cochinchine, comprenant chacune 14 gradés Européens et 83 sapeurs autochtones; Elles dépendent de la direction de l'Artillerie de Marine.
En 1940, à la mobilisation, un Bataillon est mis sur pieds en regroupant, avec le renfort de réservistes, les 2 compagnies existantes et une compagnie de sapeurs de chemin de fer qui sera basée à Vinh en Cochinchine. Une section dite" Annam-Laos "sera basée à Hué. La compagnie du Tonkin en 1940 stationne à Langson avec une section détachée à Cao-bang. La compagnie de Cochinchine, participe à la campagne contre la Thaïlande de décembre 1940 à janvier 1941 et, après avoir effectué des travaux à Dalat(Annam), est positionnée à en 1944 à Lao-Kay (Nord Tonkin).
Lors de la retraite du Groupement Alessandri en direction de la Chine le passage de la rivière Noire le 10 Mars 1945 est assuré par la compagnie de Sampaniers N°1 sous la direction du Chef de Bataillon OLMI du Génie qui dépendant de l'E M du Général commandant Supérieur,  se trouvait au Tonkin  pour la conduite des travaux  sur les fortifications.
La Compagnie N° 1 de Sampanier équipée pour les franchissements dépendait apparemment directement de l'artillerie Coloniale et n'était pas incluse dans le Bataillon du Génie.
Ces unités, excepté les quelques détachements qui retraiteront vers la Chine, vont être anéanties dans le coup de force Japonais dans la nuit du 9 au 10 Mars 1945.
Source le Génie Militaire en Indochine 1858/1945 par le Colonel Maurice RIVES Bulletin de L'ANAI 4 ème trimestre 2007.
 
En ce qui concerne les Chars de combat, existaient une compagnie de Chars Renault FT pour le Tonkin et une autre en Cochinchine. Elles sont affectées aux RAC du secteur à partir de 1928. A noter que les chars de combats stationnés en Chine avec le 16ème RIC ont dû faire mouvement eux aussi.
Existent également un escadron d’automitrailleuses (probablement des Whites-Lafly et Peugeot) pour le Tonkin un autre pour la Cochinchine
Pour les opérations contre le Siam le  bulletin Officiel  mentionne l’existence de détachements motorisés. Cela devait concerner sans doute les Automitrailleuses. Voir Photo sur ce Forum
 
Eléments de réflexion sur le coup de force des Japonais contre les différentes unités.

Que ce soit dans les grandes garnisons  ou alors dans celles de moindre importance, principalement au Nord-Tonkin, des unités ou détachements isolés, quelle que soit leur Arme ou leur origine ethnique, n'espérant aucun renfort, se sont battus jusqu’à épuisement des munitions contre des Japonais, plus nombreux et mieux équipés. De plus cet ennemi, qui devait considérer que les conventions de Genève ne le concernaient pas, prenait jouissance à assassiner les prisonniers blessés ou valides.
En quelques jours, suite à ce coup de "traitrise" les pertes en tués et disparus, s'élèvent à :
             1 Général
             9 Colonels ou Lieutenants -colonels.
             20 Commandants.
             60 Capitaines.
             91 Lieutenant, S/lieutenants et Aspirants.
             2500 S/Officiers et Hommes de Troupe, Européens et Autochtones.
             Dans les officiers il y avait 9 Médecins et 1 Vétérinaire.
Source:     http://www.anai-asso.org/NET/img/upload/1125_Bulletin19941.pdf
 

Autres Sources
http://belleindochine.free.fr/IndochineModerne.htm
L'Indochine Coloniale - L'Indochine Moderne Teston et Percheron
belleindochine.free.fr
Bulletin officiel du ministère de la Guerre N°328-2. Unités combattantes Campagnes 1939/1945
Notre Forum : http /atf40
Histoire Indochine 1939/1945 de Marcel Médrano
http://www.anac-fr.com/2gm/2gm_93.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avz94
Membre ATF40
Membre ATF40
avatar

Nombre de messages : 4949
Age : 56
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 30/09/2007

MessageSujet: Re: Forces Françaises en Indochine 1939 1945 nouveau texte   Lun 22 Mai 2017 - 20:51

Bonjour,

il s'agit du Général DERENDINGER et non DERENDIGER



Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/insignesmilitairesfrancais/
 
Forces Françaises en Indochine 1939 1945 nouveau texte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pertes françaises en Indochine
» forêts françaises de ce siècle
» Chitons des côtes françaises (et + !)
» Quiz sur les îles françaises
» (1939-1945) Les photos de Foo Fighters seconde guerre mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ATF40 :: Les plans, opérations et combats de 1919 à 1940 :: AFN et colonies en 1939-1940-
Sauter vers: